home | Nederlands | English | Français
> actualités
> photos
> calendrier cycliste UCI
> à votre Tour !
> video's
> livre d'or
> moteur de recherche
> mon CV
> >> copyright <<



suivez velowire sur Instagram
   
  • Derniers ajouts en photos :
plus que 45 jours avant le départ du Tour de France 2018, en attendant venez découvrir le calendrier cycliste UCI 2018 !
RSS |

Le parcours du Tour de France 2015 présenté : physionomie particulière pour la Grande Boucle

Ajouté: mercredi 22 octobre 2014 à 23:59:00
  • < Blog | partager sur Facebook | Wikio | delicious | twitter | Google | technorati | printer friendly version

    Le parcours du Tour de France 2015 présenté : physionomie particulière pour la Grande BoucleAujourd'hui, à 255 jours de son départ*, le parcours du Tour de France 2015, 102ème édition de la Grande Boucle, a été présenté officiellement. Sans réelle surprise en ce qui concerne les villes étapes déjà annoncées dans les rumeurs sur le parcours, le parcours de ce Tour confirme la surprise en ce qui concerne sa physionomie générale.

    Très peu de kilomètres de contre-la-montre individuel, une première moitié sur le plat, un contre-la-montre par équipes en 9ème étape (!), très peu d'étapes longues et 10 jours de montagne en clôture sont les éléments qui caractérisent ce Tour ...


    * information relevée dans la fiche du Tour de France 2015 dans calendrier cycliste UCI interactive pour 2015 qui a été mis en ligne en entier !

    Le Tour de France 2015 en chiffres

    Comme d'habitude on commence l'analyse de ce Grand Tour en quelques chiffres qui donnent les premiers éléments d'information sur le Tour de France 2015 :

    > 9 étapes de plaine
    > 3 étapes accidentées
    > 7 étapes de montagne avec 5 arrivées en altitude (La Pierre-Saint-Martin, Cauterets, Plateau de Beille, Pra-Loup, La Toussuire et l'Alpe d'Huez)
    > 1 étape contre-la-montre individuel (1ère étape, le samedi 4 juillet 2015, avec départ et arrivée à Utrecht, 14 km)
    > 1 étape contre-la-montre par équipe (9ème étape, le dimanche 12 juillet 2015, entre Vannes et Plumelec, 28 km)
    > 2 jours de repos (Pau le lundi 13 juillet 2015 et Gap le mardi 21 juillet 2015)
    > 6 villes étapes inédites : Utrecht (NL), Neeltje Jans (NL), Livarot, La Pierre-Saint-Martin, Muret et Sèvres
    > 21 départs à l'étranger depuis le premier à Amsterdam (NL) en 1954 ; de ces 21 départs non français, 6 ont eu lieu aux Pays-Bas
    > 14 : le plus petit nombre kilomètrage en contre-la-montre individuel depuis que ce type d'épreuve figure systématiquement sur le parcours du Tour de France (1947), ces kilomètres seront parcourus en tout début de l'épreuve, sur la première étape avec départ et arrivée à Utrecht
    > 7 secteurs pavés pour une longueur de 13,3 kilomètres, sur la 4ème étape entre Seraing (BE) et Cambrai, dont un en Belgique et les 6 suivants en France

    Les autres particularités du Tour de France 2015

    Le retour des bonifications

    Depuis 2008, A.S.O. (Amaury Sport Organisation) avait décidé de ne plus attribuer des secondes de bonifications aux arrivées des étapes, en toute logique pour ne pas fausser le classement général. En 2015 les bonifications feront leur retour, par la petite porte puisqu'elles ne seront attribuées qu'aux arrivées des 2ème à 8ème étapes, sur le plat donc. Les trois premiers coureurs sur ces étapes récolteront respectivement 10, 6 et 4 secondes de bonifications, probablement pour compenser le profil montagneux des étapes suivantes.

    Un nouveau barème à points pour le maillot vert

    Pour le maillot vert, dont le dossier de presse indique toujours qu'il est parrainé par PMU alors que ce ne sera a priori plus le cas en 2015, un nouveau barème de points sera appliqué. On le savait déjà puisque Christian Prudhomme l'avait déjà annoncé lors d'une interview en septembre. Si le dossier presse se limite à une simple indication comme quoi il valorisera à chaque fois la première place, lorsque les points seront attribués aux arrivées (en plus des points attribués au sprint intermédiaire qui figurera sur chacune des étapes en ligne), on peut quand même apporter quelques petites précisions sur ces changements.

    En effet, là où le barème précédent attribuait 45, 35, 30, 26, 22, 20, 18, 16, 14, 12, 10, 8, 6, 4, 2 points aux 15 premiers coureurs classés, le nouveau augmentera l'écart entre le vainqueur et les autres coureurs du top 15 en attribuant 50, 30, 20, 18, 16, 14, 12, 10, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2 points sur les étapes de plaine.

    Le classement du meilleur grimpeur : pas de changement

    Pour le classement du meilleur grimpeur, le principe reste le même puisque des points seront attribués sur chaque col ou côte répertorié et les points seront doublés lors des 5 arrivées en altitude (voir ci-dessus).

    Le programme en amont du Tour de France 2015

    Le programme avant-Tour est classique pour le Tour de France 2015 et se présente ainsi :
    • mercredi 1er juillet 2015 : ouverture de la permanence et de la salle de presse au Parc des Expositions Jaarbeurs Utrecht
    • jeudi 2 juillet 2015 : présentation des équipes du Tour de France 2015 dans le Parc Lepelenburg

    Le parcours du Tour de France 2015 étape par étape

    Regardons maintenant les différentes étapes du Tour de France 2015 en détail.

    1/ samedi 4 juillet 2015 - Utrecht (NL) > Utrecht (NL) - contre-la-montre individuel - 14 km

    Ce ne sera pas un sprinteur qui portera le premier maillot jaune du Tour de France 2015, comme ce fut le cas en 2013 et 2014. En effet, cette édition ne commencera pas comme ses deux prédecesseurs par une étape en ligne mais par un contre-la-montre individuel, le seul de toute l'épreuve ! Comme on le savait déjà, lors de ce contre-la-montre les coureurs sillonneront les rues d'Utrecht, 4ème ville des Pays-Bas avec ses 322.000 habitants, et en le faisant ils parcourent une distance de 14 kilomètres.

    Cette première étape connaîtra un parcours entièrement plat depuis la rampe de lancement devant le Jaarbeurs Utrecht, dans le Overste den Oudenlaan. Au rond-point (pris par l'extérieur pour permettre de laisser la voie de face libre pour les coureurs qui se dirigent vers l'arrivée) les coureurs tournent à gauche sur le Koningin Wilhelminalaan / Balijelaan. Sur le Vondellaan ils prennent alors un virage à droite pour traverser le canal et arriver sur le Briljantlaan. Ils tournent alors à nouveau à droite pour se diriger par le Venuslaan et Rubenslaan vers le Herculeslaan où ils passent devant le stade Galgenwaard, le stade de FC Utrecht.

    Par la Weg tot de Wetenschap (Route vers la Science) ils se dirigent ensuite jusqu'aux portes de Utrecht Science Park avant de repartir vers l'ouest par l'Archimedeslaan. Direction gauche-droite-gauche alors via Pythagoraslaan, Waterlinieweg et Biltstraat avant de rejoindre le canal par la Kruisstraat et de suivre le Maliesingel. Les coureurs n'auront sans doute pas le temps d'y preter attention mais ils passeront à côté du Maliebaan qui est en quelque sorte la première piste cyclable des Pays-Bas puisque la voie piétonne a été ouverte aux cyclistes les dimanches dès septembre 1885 !

    C'est toujours en suivant les canaux que les coureurs reviennent ensuite sur le Vondellaan et ils suivent alors en sens inverse les Balijelaan et Koningin Wilhelminalaan en prenant ensuite le rond-point de l'autre côté pour ensuite tourner à droite sur le Doctor M.A. Teilegenlaan / Van Zijstweg. Un dernier virage à gauche les amène alors sur le Croeselaan où la ligne d'arrivée sera tracée près de la gare d'Utrecht ou un parking à vélos pouvant héberger jusqu'à 12.500 exemplaires verra le jour en 2016.

    Ci-dessous vous trouverez la carte Google Maps de cette première étape du Tour de France 2015 :
    La carte du parcours de la première étape du Tour de France 2015 sur Google Maps

    1ère étape du Tour de France 2015 : Utrecht > Utrecht

    [X] Close

    2/ dimanche 5 juillet 2015 - Utrecht (NL) > Neeltje Jans (NL) - 166 km

    La deuxième étape du Tour de France 2015 sera une étape en ligne qui connaîtra son départ à nouveau au niveau du Jaarbeurs Utrecht.

    Le chemin de balade entre départ fictif et départ réel se déroule alors sur les petites routes du centre-ville d'Utrecht en passant par les canaux. La particularité importante de ce chemin de balade est le passage sous le Dom (la tour du Dôme) qui donnera une magnifique image de la belle ville d'Utrecht.

    Après ce passage historique ils apprécieront plus encore que la veille la première piste cyclable des Pays-Bas, le Maliebaan puisqu'ils l'empruntent en entier pour ensuite à nouveau suivre les canaux. Quand ils tournent alors à gauche après leur descente vers le sud, ils arrivent sur le 't Goylaan où se trouvera le premier départ réel de cette 102ème édition du Tour de France et à partir de là ils tournent dans un grand virage dans le sens inverse des aiguilles d'une montre autour du centre de la ville, en passant par le nouveau quartier encore en plein développement d'Utrecht, Leidsche Rijn. Après un crochet par Veldhuizen et Vleuterweide ils quittent l'agglomération d'Utrecht au niveau de De Meern par la route nationale N228.

    En mai 2014, à l'occasion de la World Ports Classic qui se déroule sur les mêmes routes, on apprenait alors que la destination de cette deuxième étape sera Neeltje Jans dans la province de Zélande (tous ceux qui écrivent "Zélande" ou "Zeeland" comme "ville d'arrivée" de cette étape montrent ne rien connaître aux Pays-Bas ;-), ASO l'affichant ainsi sans doute pour une histoire de financement de cette arrivée, par la province de Zélande).

    Après le départ d'Utrecht, cette étape se dirige donc d'abord vers Rotterdam (lieu de départ du Tour de France 2010) avant de se diriger vers la province de Zélande (Zeeland), d'abord en passant par Goeree-Overflakkee, puis par la première île de la province de Zélande, Schouwen-Duiveland via la digue Brouwersdam et enfin donc l'arrivée sur Neeltje Jans, une île artificielle dans la digue qui permet de protéger le pays de la mer au niveau de l'entrée de l'Escaut oriental (Oosterschelde ; la digue s'appelle l'Oosterscheldekering).

    Entièrement exposée au vent, l'arrivée de cette étape obligera donc les sprinteurs qui vont vouloir prendre la victoire de cette 2ème étape du Tour de France 2015 de faire attention à ne pas se faire surprendre quand ils se retrouvent face au vent ou avec du vent latéral !

    Ci-dessous vous trouverez la carte Google Maps du début de cette deuxième étape du Tour de France 2015 ainsi que la carte complète de l'étape :
    La carte du parcours du début de la deuxième étape du Tour de France 2015 sur Google Maps

    début de la 2ème étape du Tour de France 2015 : Utrecht > Neeltje Jans

    [X] Close
    Le Grand Départ avec les 3 premières étapes du Tour de France 2015

    3/ lundi 6 juillet 2015 - Anvers (BE) > Huy (BE) - 154 km

    La 3ème étape du Tour de France 2015 se déroule entièrement en Belgique, avec un départ depuis le port d'Anvers. En se dirigeant vers l'arrivée, les coureurs devraient contourner Huy par le sud pour terminer l'étape au sommet du Mur de Huy, en réalité le Chemin des Chapelles, qui doit sa renommée dans le monde du cyclisme à l'arrivée de la Flèche Wallonne au même endroit. Pour la première fois dans l'histoire du Tour de France, les coureurs de la Grande Boucle escaladeront cette côte de 1,3 km à 9,6%.
    Le profil du Mur de Huy

    4/ mardi 7 juillet 2015 - Seraing (BE) > Cambrai - 221 km

    Toujours au départ de la Province de Liège, de Seraing cette fois-ci, les coureurs trouveront l'étape la plus longue de ce Tour de France 2015, avec ses 221 kilomètres.

    Non seulement elle sera longue mais en plus elle sera marquée par 7 secteurs pavés que les coureurs trouveront dans cette étape, notamment dans les 50 derniers kilomètres. En effet, un secteur pavé sera traversé en Belgique (de Pont-à-Celles à Gouy sur 1,8 km) et les 6 autres en France :
    >> d'Artres à Famars (1,2 km)
    >> de Quérénaing à Verchain-Maugré (1,6 km)
    >> de Verchain-Maugré à Saulzoir (1,2 km)
    >> Saint-Python (1,5 km)
    >> de Viesly à Quiévy (3,7 km)
    >> d'Avesnes-les-Aubert à Carnières (2,3 km) dont la sortie se trouve à seulement 10 kilomètres de l'arrivée à Cambrai

    Un total donc de 13,3 kilomètres de pavés, la distance la plus longue comparée aux 5 dernières fois que des pavés étaient au programme du Tour de France (13,2 km en 2010 et 13 km en 2014 par exemple).
    Les secteurs pavés

    5/ mercredi 8 juillet 2015 - Arras > Amiens - 189 km

    Si Arras, où avait eu lieu le départ de la 6ème étape du Tour de France 2014, et Amiens ne sont séparés que d'une soixantaine de kilomètres, un gros détour par les lieux de la bataille de la Première Guerre Mondiale dans la Somme (Bapaume, Péronne, Albert, ...) permet d'atteindre la distance de 189 kilomètres pour cette 5ème étape.

    6/ jeudi 9 juillet 2015 - Abbeville > Le Havre - 191 km

    La 6ème étape au départ d'Abbeville sera fort probablement marquée par le vent puisque plus de 100 des 191 kilomètres se déroulent au bord de la mer, avant d'arriver au Havre que le Tour de France n'avait plus visité depuis 20 ans (et la victoire de Mario Cipollini). Durant cette étape, les images télévisées des falaises de Seine-Maritime et d'Etretat feront sans doute rêver plus d'un téléspectateur étranger jamais venu en France !

    7/ vendredi 10 juillet 2015 - Livarot > Fougères - 190 km

    Il n'est pas garanti que les coureurs auront le temps de déguster le fromage de Livarot au départ de cette 7ème étape mais il est fort à parier que François Lemarchand (ancien coureur pro et actuellement membre de l'organisation du Tour) tente de leur faire goûter la spécialité locale de sa commune de naissance.

    La destination finale de cette étape sonnera le début d'un week-end breton sur le Tour de France 2015 et Fougères verra soit un sprinteur soit un coureur échappé prendre la victoire de cette 7ème étape.

    8/ samedi 11 juillet 2015 - Rennes > Mûr-de-Bretagne - 179 km

    Le week-end breton sonne aussi la fin de l'hégémonie des sprinteurs sur ce Tour de France 2015 puisqu'au départ de Rennes, déjà 15 fois ville étape du Tour, les coureurs emprunteront les routes des Côtes d'Armor pour se diriger vers le Mûr-de-Bretagne qui sera escaladé en montée sèche, en tournant à droite au pied de la côte (2 km à 6,9% allant jusqu'à 15%), sans pouvoir reprendre de l'élan avant la montée.
    Le profil de Mûr-de-Bretagne

    9/ dimanche 12 juillet 2015 - Vannes > Plumelec - contre-la-montre par équipes - 28 km

    Cette 9ème étape a été présentée lors de la présentation officielle comme toutes les autres, comme si elle n'avait pas vraiment de particularité. Ce n'est néanmoins pas le cas puisqu'il s'agira d'un contre-la-montre par équipes entre Vannes et Plumelec alors que le règlement UCI, dans son article 2.6.003, précise que Les étapes contre-la-montre par équipes doivent avoir lieu dans le premier tiers de l'épreuve, soit dans un Grand Tour dans les 7 premières étapes. Or, ici ce sera dans la 9ème étape, ce qui veut donc dire qu'une dérogation est nécessaire. L'histoire ne nous raconte pas (pour l'instant) si A.S.O. a obtenu cette dérogation en amont de la présentation ou si Brian Cookson, Président de l'UCI et présent dans la salle au Palais des Congrès à Porte Maillot à Paris, a appris cette particularité seulement aujourd'hui.

    Dans tous les cas, comme l'a précisé Christian Prudhomme, ce contre-la-montre par équipes est atypique par son final car ce sera au sommet de la Côte de Cadoudal à Plumelec que sera tracée la ligne d'arrivée de cette épreuve solidaire chronométrée. Une côte de presque 2 kilomètrres avec une pente moyenne de plus de 6% obligera forcément certaines équipes d'attendre certains de leurs coureurs pour pouvoir pointer le temps, dont il n'a pas été précisé sur quel coureur il sera relevé. Il est d'ailleurs bien possible que cela fasse l'objet de discussion avec l'UCI puisque la règle du premier tiers sert bien évidemment à donner une chance égale à toutes les équipes et à éviter qu'il y ait eu déjà trop de dégâts dans les étapes précédentes (comme dans l'étape des pavés sur ce Tour par exemple).
    Le profil de la Côte de Cadoudal

    R1/ lundi 13 juillet 2015 - Pau

    Le lendemain du contre-la-montre par équipes, les coureurs pourront se reposer, après un transfert depuis Plumelec vers Pau où le Tour de France 2015 prendra ses quartiers pendant plusieurs jours.

    10/ mardi 14 juillet 2015 - Tarbes > La Pierre-Saint-Martin - 167 km

    En ce jour de fête, au départ de Tarbes, ce sera vraiment la fête pour la station de La Pierre-Saint-Martin puisque ce sera la première fois dans l'histoire que cette station accueille le Tour, alors que cela fait plusieurs années qu'elle oeuvre pour ça !

    Précédée par aucune autre difficultée répertoriée, la montée finale donnera selon les propos de Christian Prudhomme lieu à une vraie course de côte, sur les pentes sévères du Col de Soudet. L'arrivée sera jugée à une altitude de 1.610 mètres et il s'agit d'une montée de 15,3 kilomètres à 7,4% de moyenne.
    Le profil de la 10ème étape du Tour de France 2015 Le profil de La Pierre-Saint-Martin

    11/ mercredi 15 juillet 2015 - Pau > Cauterets - 188 km

    Après l'habituel départ devant le Palais Beaumont à Pau, le profil de cette 2ème étape pyrénéenne sera tout autre puisqu'après un passage par Lourdes, Bagnères-de-Bigorre et La Barthe-de-Neste, les hostilités commencent à Arreau au pied du Col d'Aspin (^ 1.490 m, 12 km à 6,5%) dont la descente enchaîne sur le Col du Tourmalet (^ 2.115 m, 17,1 km à 7,3%) avant la montée finale vers Cauterets (^ 914 m).
    Le profil de la 11ème étape du Tour de France 2015 Le profil du Col du Tourmalet

    12/ jeudi 16 juillet 2015 - Lannemezan > Plateau de Beille - 195 km

    Plateau de BeilleLa 3ème étape du triptyque pyrénéen du Tour de France 2015 partira de Lannemezan et proposera aux coureurs plusieurs cols espacés sur la distance de l'étape, avec le Col de Portet-d'Aspet (^ 1.069 m, 4,3 km à 9,7%), le Col de la Core (^ 1.389 m, 14,1 km à 5,7%), suivis un petit peu plus loin par le Port de Lers (^ 1.517 m, 12,9 km à 6%) et enfin la montée finale du Plateau de Beille (^ 1.780 m, 15,8 km à 7,9%) que les coureurs retrouveront après la dernière visite du Tour en 2011.
    Le profil de la 12ème étape du Tour de France 2015 Le profil du Plateau de Beille

    13/ vendredi 17 juillet 2015 - Muret > Rodez - 200 km

    Muret, ville départ de cette 13ème étape, avait déjà vu des étapes de la Route du Sud partir mais jamais le Tour de France s'était arrêté dans cette ville au sud-ouest de Toulouse. Une étape pour baroudeurs, longue de 200 kilomètres, mènera les coureurs vers Rodez en visitant le Tarn et l'Aveyron.

    14/ samedi 18 juillet 2015 - Rodez > Mende - 178 km

    Le départ de la 14ème étape aura lieu dans la ville d'arrivée de la veille, Rodez. Après un passage près du Viaduc de Millau, les coureurs trouveront un final difficile à cette étape avec la Côte de Chabry et la Côte de la Croix Neuve (^1.055 m, 3 km à 10,1%, également connu sous le nom de Montée Laurent Jalabert depuis la victoire du "panda" le 14 juillet 1995). Un peu plus d'un kilomètre sur le plat plus loin, les coureurs traverseront la ligne d'arrivée au niveau de l'aérodrôme de Mende.
    Le profil de l'arrivée à Mende

    15/ dimanche 19 juillet 2015 - Mende > Valence - 182 km

    L'étape entre Mende et Rodez pourrait être qualifiée comme une étape de transition, a priori promise aux sprinteurs, à moins que le vent vienne jouer un rôle important dans le final de la course ...

    16/ lundi 20 juillet 2015 - Bourg-de-Péage > Gap - 201 km

    La deuxième étape la plus longue de ce Tour de France 2015 - avec ses 201 kilomètres - se déroulera entre Bourg-de-Péage et Gap et consacrera plutôt un baroudeur qu'un sprinteur, d'autant plus que le final de l'étape proposera la montée du Col de Manse avant l'arrivée dans la préfecture des Hautes-Alpes.

    R2/ mardi 21 juillet 2015 - Gap

    La deuxième journée de repos se déroulera également à Gap, juste avant d'attaquer les étapes décisives de ce Tour de France dans les Alpes.

    17/ mercredi 22 juillet 2015 - Digne-les-Bains > Pra-Loup - 161 km

    Cette 17ème étape du Tour de France 2015 au départ de Digne-les-Bains rappelera clairement le duel entre Eddy Merckx et Bernard Thévent où le premier a perdu le Tour de France il y a 40 ans, en 1975, suite à une défaillance, chose plutôt rare pour le coureur belge qui porte le surnom "le cannibale". Merckx laissait ainsi à Bernard Thévenet l'opportunité de remporter l'étape.


    Lors de l'étape en 2015, les coureurs franchiront le Col de la Colle-Saint-Michel (^ 1.431 m, 11 km à 5,2%) à mi-chemin avant d'attaquer l'enchaînement Col d'Allos (^ 2.250 m, 14 km à 5,5%, col qui n'avait plus été emprunté par le Tour depuis 15 ans) et Pra-Loup (^ 1.620 m, 6,2 km à 6,5%), montée finale de cette étape.
    Le profil de la 17ème étape du Tour de France 2015 Le profil du Col d'Allos et de Pra-Loup

    18/ jeudi 23 juillet 2015 - Gap > Saint-Jean-de-Maurienne - 185 km

    Tout de suite après le départ de Gap, en empruntant la Route Napoléon, les coureurs monteront le Col Bayard (^ 1.264 m, 6,3 km à 7%). Bien plus loin, à mi-chemin de l'étape environ, ils trouveront alors la montée du Col de la Morte (^ 1.368 m, 3,1 km à 8,4%) et après le Barrage de Grand'Maison ils attaquent alors la montée du Col du Glandon (^ 1.924 m, 21,7 km à 5,1%). Et comme si tout cela ne suffisait pas encore, ils trouveront - à 10 kilomètres de l'arrivée à Saint-Jean-de-Maurienne - une montée courte mais raide avec 18 lacets sur une distance de 3,4 kilomètres, les Lacets de Montvernier (^ 782 m, 8,2% de moyenne). On les voit en photo ci-dessous.
    Le profil de la 18ème étape du Tour de France 2015 Le profil du Col du Glandon Le profil des Lacets de Montvernier

    19/ vendredi 24 juillet 2015 - Saint-Jean-de-Maurienne > La Toussuire - 138 km

    Une étape courte est au programme entre deux lieux séparés de seulement quelques kilomètres, Saint-Jean-de-Maurienne et la station de La Toussuire. Dans cette étape, après avoir monté le Col du Chaussy (^ 1.533 m, 15,4 km à 6,3%), les coureurs retrouveront le Col du Glandon déjà escaladé la veille mais cette fois-ci par l'autre versant et jusqu'au sommet du Col de la Croix de Fer (^ 2.067 m, 22,4 km à 6,9%). Ils enchaînent alors assez vite sur le Col du Mollard (^ 1.638 m, 5,7 km à 6,8%) et, après un nouveau passage à Saint-Jean-de-Maurienne, la montée finale vers La Toussuire (^ 1.705 m, 18 km à 6,1%).

    C'est sur le parcours de cette étape qu'aura lieu le dimanche 19 juillet 2015 L'Etape du Tour 2015, la cyclosportive organisée par A.S.O. sur le même parcours que les pros.
    Le profil de la 19ème étape du Tour de France 2015 Le profil du Col du Chaussy Le profil du Col de la Croix de Fer Le profil de la Toussuire

    20/ samedi 25 juillet 2015 - Modane > Alpe d'Huez - 110 km

    L'avant-dernière étape de ce Tour de France est un remake parfait de la 19ème étape du Tour de France 2011 avec la montée du Col du Télégraphe (^ 1.566 m, 11,9 km à 7,1%) et du Col du Galibier (^ 2.645 m, 17,7 km à 6,9%) suivi par une descente jusqu'au Bourg d'Oisans, suite à laquelle les coureurs escaladeront l'Alpe d'Huez par ses fameux 21 lacets jusqu'à une hauteur de 1.850 mètres depuis laquelle ils verront au loin déjà l'Arc de Triomphe à Paris ! (13,8 km à 8,1%).
    Le profil de la 20ème étape du Tour de France 2015 Le profil du Col du Télégraphe et du Col du Galibier Le profil de l'Alpe d'Huez

    21/ dimanche 26 juillet 2015 - Sèvres > Paris Champs -Elysées - 107 km

    La toute dernière étape du Tour de France 2015 connaîtra son départ depuis la ville de Sèvres, tout près de Paris et l'habituelle arrivée sur les Champs-Elysées mais les coureurs auront quand même 107 kilomètres à parcourir avant de connaître le nom du sprinteur qui remporte la dernière étape.

    Le kilomètre 0 sera situé à Ville d'Avray, symboliquement comme le disait Christian Prudhomme, car l'arrivée finale de la toute première édition du Tour de France (en 1903) y a eu lieu.

    Le parcours dans Paris sera différent de celui qu'on avait habituellement sur la dernière étape du Tour de France puisque le peloton entrera dans Paris par l'Avenue de la Grande Armée, en passant devant l'Arc de Triomphe pour ensuite se diriger vers la Tour Eiffel (rive gauche), visiter l'Esplanade des Invalides, le Quai d'Orsay (en passant devant son musée) puis direction du Louvre, la Rue de Rivoli, Place de la Concorde et les Champs-Elysées comme d'habitude.

    La carte du Tour de France 2015

    Ci-dessous vous trouverez la carte complète du Tour de France 2015 :
    La carte officielle du Tour de France 2015

    L'affiche du Tour de France 2015

    Sous le thème "Partageons la passion", A.S.O. a donc présenté ce matin la 102ème édition du Tour de France, avec l'affiche que vous voyez ci-dessous.

    Chose qui n'a pas été dite lors de la présentation officielle ce matin mais qu'on a appris après, c'est qu'il ne s'agit pas de la version définitive de l'affiche !! En effet, jusqu'au 30 novembre, vous pouvez envoyer une photo qui pourra être sélectionnée afin de composer avec des milliers d'autres le visuel définitif du Tour. Pour gagner sa place dans la légende, un seul critère : l'amour du vélo.

    Si vous souhaitez figurer sur l'affiche du Tour de France 2015, rendez-vous donc sur affiche2015.letour.fr !
    L'affiche provisoire du Tour de France 2015

    Le parcours en 3D vidéo

    Ci-dessous vous trouverez la vidéo du parcours du Tour de France 2015:


    © profils, carte et affiche : A.S.O.

    par Thomas Vergouwen
    Vous avez trouvé cet article intéressant ? Dites-le à vos amis sur Facebook ou Google+ en cliquant sur les boutons ci-dessous !


    > 316 commentaires | lu 98634x

    cet article apparaît dans les catégories suivantes : Tour de France| Tour de France 2015 | partager sur Facebook | Wikio | delicious | twitter | Google | technorati

Commentaires

Actuellement il y a 316 commentaires!
  1. Tour ridicule apres giro ridicule. Tracè digne du Velò espoirs pour une public avide de reality shows.

    | n@po | mercredi 22 octobre 2014 à 11:43:51

  2. les commentateurs officiels ne pourront pas s'exprimer librement, mais moi je peux le dire fort et clair : ce parcours 2015 est une enorme deception.
    1) encore un depart au nord, a croire qu'on adore la pluie et les chutes
    2) encore des paves, pour eliminer des coureurs sur chute ?
    3) pas de CLM individuel, juste un long prologue
    4) des pyrenees massacrees, PSM en montee seche, 2eme etape inutile, Beille apres une longue vallee...
    5) etapes alpestres encore pire que les pyrenees, pas de col des Champs, col de Manse, detour inutile en vallee de maurienne apres le chaussy, repetition modane/ADH

    aucun interet sur le plan sportif, ce n'est plus le TdF mais "la france vue du ciel". je pense que pour l'EdT, ce sera le moment de faire une pause, je ne vois pas l'interet de refaire l'EdT 2012 en changeant simplement le versant de la madeleine pour un autre.

    enorme enorme deception

    | philippe | mercredi 22 octobre 2014 à 12:33:12

  3. Aie 28 km entre la chambre et saint étienne de cuines, franchement c'est incompréhensible alors qu'e l'on peut passer le pont de l'avre en coupant l'autoroute pour un chemin direct...à quoi sert le chaussy s'il y a 30 km de plat derrière ? l'étape est massacrée dommage , il aurait fallu faire un départ plat jusqu'à albertville tourner vers la madeleine et enchainer avec croix de fer et toussuire...mais POURQUOI faire simple ?

    Franchement le tracé des alpes est raté pour moi, les villes étapes promettaient mais les choix d'aso et gouvenou incompréhensible, au final il n'y a aucune étape qui enchaine des cols sans vallée !

    A croire que l'on ne peut plus proposer des enchainement de plus de deux cols successifs !
    Ok pour la course de cote de la pierre, je trouve judicieux d'arriver juste après le soudet après la partie avec les forts pourcentage, ok mais le reste bof aspin tourmalet puis le faux plat cauterets, beille , course de côte..

    et on nous ressort le col de manse, ...

    | maziro | mercredi 22 octobre 2014 à 12:41:43

  4. La déception c'est la diffusion TV sans carte 3D ni montrer les tracés des étapes de montagne... un vrai scandale là pour le coup !

    | arbisman | mercredi 22 octobre 2014 à 12:51:15

  5. comme Philippe, je trouve le parcours une grande déception : les étappes de montagnes sont très mal tracé

    | Kris | mercredi 22 octobre 2014 à 13:00:28

  6. Bien, merci Prudhomme pour cette farce. Je rejoins totalement Maziro sur son commentaire personnel.

    Je visualise six bévues monumentales dans ce parcours :

    - Un seul chrono individuel de 14 kms. Même le Giro ou la Vuelta dans leurs pires moments n'ont jamais osé présenter un tel total.
    - L'horrible étape de Beille. Inadmissible de refaire, pour la 3ème fois, la même erreur. Avec Core et Lers…deux cols complètement sacrifiés.
    - Valence considéré comme une étape de plaine. J'étais surement naïf mais je croyais beaucoup en cette étape. Surtout qu'elle se déroulera un dimanche.
    - Apparemment ASO ne peut composer un parcours sans y intégrer l'indomptable col de Manse. Il faut dire que c'est une difficulté rarement escaladée par les coureurs.
    - Allos est un beau col…sur son versant nord ! Le sud, c'est une vaste blague. Où est passé l'enchainement si prometteur Champs/Cayolle ?
    - Le Mollard avant la Toussuire, comme d'habitude. Sans commentaire.

    Les bons points sont rares, mais si on cherche on peut éventuellement citer :

    - La première étape en Zélande. Pourquoi pas. Le site d'arrivée a l'air fun.
    - L'APSM. C'est une première, elle en appelle d'autres.
    - Les gorges du Tarn. Je pense que c'est l'étape la mieux tracée du parcours.
    - Le final vers Saint-Jean de Maurienne. Original, atypique, c'est pas mal.

    Je passe rapidement sur les secteurs pavés. Selon moi, c'est en abusant que l'on désacralise un monument. C'était complètement inutile pour cette année, surtout que la montagne est omniprésente et que les écarts seront conséquents. Donc les pavés c'était niet.

    Pour conclure, je pense qu'ASO ne sait pas gérer un parcours. Il y a de bonnes idées mais ils sont incapables de se défaire de leurs vices.

    | thibaut | mercredi 22 octobre 2014 à 13:01:05

  7. [[ supprimé, spam ]]

    | - | mercredi 22 octobre 2014 à 13:03:29

  8. Parcours assez mauvais, peut-être le plus mauvais depuis 2009.
    Les pavés, ça ne me gêne pas, ça compense un peu le faible nombre de chronos (même si les chronos manquent toujours énormément).
    Huy sera spectaculaire, même si ça réduit la course à 1 km.
    Les 3 étapes suivantes sont anecdotiques.
    Mûr-de-Bretagne : Huy bis, y avait mieux à faire.
    Le TTT sacrifie le sportif au spectaculaire.
    APSM en montée sèche et depuis Ste-Engrâce apparemment, pour moi c'est une bonne idée. Marie-Blanque étant de toute façon très loin du pied de l'APSM.
    Les deux étapes suivantes sont nulles.
    L'étape de Mende a l'air de concentrer les difficultés à la fin, donc c'est un peu la même chose qu'à Huy et Mûr de Bretagne en plus difficile.
    Gap avec encore Manse, ça devient un running gag.
    Pra-Loup, c'est bien, mais j'aimerais savoir quel est le col qui précède Allos, on dirait que ce n'est pas les Champs (jugé impraticable sans doute).
    Gap - SJDM : encore un raté, il fallait mettre Chaussy et pas les lacets, spectaculaires mais courts, et le Glandon est trop facile (contrairement à ce qu'a dit Prudhomme qui confond les versants) et trop loin de l'arrivée.
    Et les deux dernières étapes de montagne sont pas bien tracées, avec encore cette saleté de Mollard et la descente interminable du Galibier le lendemain...

    Bref, parcours mal tracé compte tenu des villes-étapes, Gouvenou n'apporte rien de mieux que Pescheux.

    Avec les mêmes villes-étapes, on aurait pu faire (en ce qui concerne les étapes de montagne) :
    Tarbes - APSM via Burdincurutcheta et Soudet.
    Pau - Cauterets via Marie-Blanque, Aubisque, Soulor et Bordères OU Hourquette d'Ancizan, Tourmalet et Viscos.
    Lannemezan - Beille via Soulombrie.
    Digne - Pra-Loup : rien à changer.
    Gap - SJDM : Manse, Ornon, Glandon, Chaussy.
    SJDM - La Toussuire : cronoscalata.
    Modane - ADH : Télégraphe, Galibier et Sarenne.
    Et enfin un ITT final plat à Paris de 25 km environ.

    | AT | mercredi 22 octobre 2014 à 13:05:11

  9. Maintenant que le détail du parcours est connu, voici ci-dessous une liste des points positifs et une liste (plus fournie malheureusement) des points négatifs de ce tracé. Cela ne reflète que ma vision personnelle et je ne veux pas faire de mes critiques une vérité absolue. Je n'oublie pas non plus que les organisateurs ont eu à gérer plusieurs contraintes, notamment en ce qui concerne les villes étapes, qui font que le parcours final n'est pas aussi bon que ce qu'ils auraient voulu faire s'ils avaient eu une liberté totale dans leur tracé.

    Les points positifs

    - le nombre d'étapes importantes pour le classement général, où les leaders devront être devant; j'en dénombre 14 (les 2 chronos, Huy, Cambrai, Mûr de Bretagne, les 3 étapes pyrénéennes, Mende, Gap car col de Manse en fin d'étape, et les 4 étapes alpines). C'est plus qu'en 2014 (10/11) si on considère que les étapes de Nancy et d'Oyonnax étaient davantage pour puncheurs non grimpeurs / baroudeurs, et l'étape de Mulhouse limite. C'est peut-être un record et c'est une bonne chose, on est loin des Tours des années 90 et du début des années 2000 qui recensaient 8/10 étapes importantes au maximum. On ne devrait pas s'ennuyer dans les 5-10 derniers kilomètres de beaucoup d'étapes, c'est déjà ça.

    - la présence de nombreux cols durs (8 cols HC selon mes critères); c'est la certitude, surtout dans les étapes où ces cols durs sont bien placés, d'y voir une grosse sélection s'opérer.

    - compte tenu d'une première semaine conduisant les Pays-Bas à la Bretagne, sans possibilité de proposer du relief important, c'est bien d'avoir pimenté cette partie et évité une litanie de sprints massifs grâce aux 2 arrivées en bosse (Huy, Mûr de Bretagne) et aux secteurs pavés du Cambrésis. On n'a pas toujours eu ça par le passé.

    - très intéressante l'existence de 4 étapes montagneuses d'affilée sans jour de repos (un fait pas vu depuis 1994 si André ne me contredit pas), même si les 2 dernières sont exceptionnellement courtes, et même si je regrette leur placement (j'y reviendrai plus tard).

    - les quelques nouveautés (mur de Huy, les pavés du Cambrésis, Pierre Saint Martin, lacets de Montvernier, Chaussy cela dit pas bien mis en valeur).

    - mention spéciale aux 2 (seules malheureusement) étapes montagneuses bien tracées; celle d'Arette Pierre Saint Martin, arrivée inédite par une ascension qui se suffit à elle-même, donc qui justifie la montée sèche et surtout l'abordage en début de premier grand massif (autant je suis emballé par cette arrivée dans un Tour "Pyrénées -> Alpes", autant j'aimerais qu'on l'évite dans un Tour "Alpes->Pyrénées"), un col basque comme Burdincurutcheta pour durcir aurait été une alternative intéressante, en revanche je suis très content qu'on évite Marie-Blanque et surtout Aubisque, qui auraient immanquablement été escamotés ce qui aurait été une insulte à ces cols et à l'histoire du Tour; l'étape de Pra Loup enfin malgré l'absence de Champs et Cayolle, correctement tracée même si pas très bien placée (j'y reviendrai plus tard), la seule je pense où l'on a des chances non négligeables d'échapper à la course de côte, et ça fait d'autant plus plaisir qu'on attendait depuis 2008 (et avant cela 2000 et 1993, si l'on excepte Risoul 2014, le col de la Sentinelle en 2006 et l'étape de moyenne montagne de Digne en 2005) pour une "vraie" incursion du Tour dans les Alpes du Sud. Cela dit, j'aurais préféré comme beaucoup Champs / Cayolle à Colle Saint Michel / Allos.

    Les points négatifs

    - le kilométrage de contre-la-montre individuel plat; 14 km seulement! Je ne comprends pas. Le contre-la-montre par équipes ne compense absolument pas! Ce n'est pour moi rien de moins qu'une dénaturation du Tour. Il s'est depuis l'après-guerre toujours construit sur un équilibre entre chronos et étapes montagneuses. L'équilibre est ici rompu, sans justification (à part peut-être celle, mais je n'ose y penser, de favoriser les jeunes grimpeurs français). J'ai suffisamment pesté contre l'excès de kilomètres de chronos (dans les années 90 et début des années 2000, mais aussi plus récemment comme en 2012), pour être légitime à me plaindre d'une lacune énorme de chrono en 2015. Imaginez l'hypothèse pas si improbable que Quintana perde pas mal de temps sur Froome à Utrecht, mais remporte au final le Tour devant son dauphin britannique par une faible marge, et bien dans ce cas je n'hésiterai pas à parler, avec toute l'estime que j'ai pour le grimpeur colombien, d'un vainqueur au rabais, qui aura profité d'un parcours taillé à sa mesure sans lequel il ne l'aurait pas emporté. Pourquoi un chrono par équipes à Plumelec, qui oblige de plus à demander une dérogation à l'UCI? Pourquoi ne pas prévoir 2 courts chronos individuels à Amiens et Plumelec et plus rien après (cela aurait été une nouveauté intéressante)? Pourquoi ne pas compenser en proposant un chrono final long à Paris? Incompréhensible.

    - l'orgie d'arrivées au sommet; je critique d'autant plus cet aspect qui fait de plus en plus ressembler le Tour à la Vuelta, que je pensais justement, notamment à la lecture d'une interview récente de Thierry Gouvenou, que les organisateurs avaient compris que la variété des étapes montagneuses était la clé d'un bon parcours. Hormis sur l'étape de Pra Loup et peut-être par miracle sur les étapes de Cauterets et de Saint Jean de Maurienne, on peut-être d'ores et déjà sûrs qu'aucun leader ne bougera une oreille à plus de 15 km de l'arrivée. Et cet attentisme sera encore plus renforcé par le fait que les grimpeurs ne perdront pas de temps sur les chronos car il n'y en aura pas, ou si peu. Ils n'auront donc pas besoin d'attaquer de loin. Très dommage pour le spectacle.

    - si les organisateurs ont pimenté la première semaine avec 3 étapes accidentées / pavées, je déplore (et c'est un défaut récurrent par rapport au Giro et à la Vuelta) une première partie de Tour sans relief. Je sais bien que la géographie française se prête moins bien que les géographies italienne et espagnole à proposer au moins une étape de moyenne / haute montagne tous les 2-3 jours. Mais du fait d'un départ dans le Bénélux, il aurait été plus judicieux de partir vers les Vosges, le Morvan voire le Massif Central assez vite, et visiter la Bretagne terre de cyclisme l'an prochain. Dommage. Je déplore également la présence de 3 étapes d'affilée propices à un sprint massif (Amiens, Le Havre et Fougères), alors qu'il aurait été possible d'éviter cela soit avec un chrono (n'est-ce pas), soit avec une étape accidentée en Basse-Normandie.

    - dans le détail des étapes de montagne, je considère qu'Aspin et Tourmalet sont gaspillés dans l'étape de Cauterets, les 2 seuls cas de figure, assez improbables, qui à mon avis peuvent éviter une course de côte, c'est soit une grosse défaillance d'un leader majeur dans le Tourmalet, soit un leader qui joue bien le coup en rejoignant au sommet / fin de la descente du Tourmalet un ou plusieurs équipiers de l'échappée matinale pour le tracter jusqu'au pied de Cauterets. Le placement de l'étape, coincée entre les monstres Pierre Saint Martin et Plateau de Beille, n'est de plus pas bon. Plateau de Beille ce n'est pas idéal en clôture de massif, même si comme déjà écrit la semaine dernière, c'est moins grave que si cela avait été en fin de dernier grand massif. Et il aurait été là encore plus judicieux, pour une ascension qui se suffit à elle-même et qui ne permet pas de bons enchaînements en venant de l'ouest, d'assumer la course de côte en proposant une montée sèche (hormis Portet d'Aspet pour l'hommage à Fabio Casartelli bien sûr). On a donc 2 cols sacrifiés, Core et Lers. Je déplore également, alors qu'une arrivée à Saint Girons aurait été préférable, le très long transfert (2 heures de route) entre Beille et Muret. En ce qui concerne les Alpes, petit reproche tout d'abord, je trouve qu'une étape du profil de celle de Pra Loup aurait été plus intéressante en clôture qu'en entrée de massif. Si ça n'avait été que ça! Ensuite, ce sont 2 courses de côtes sans originalité (la Toussuire remake de 2012 et L'Alpe remake de 2011) qui flinguent l'étape de Saint Jean de Maurienne. Le Mollard diminue l'impact du Glandon, et Galibier avant l'Alpe d'Huez ça ne marche pas, on le voit à chaque fois que cet enchaînement est proposé. Rajoutons à cela le faible kilométrage des 2 dernières étapes (une étape courte de ce type OK, mais 2 à la suite bof, surtout que c'est dû au "tournicotage" de l'étape en Maurienne), le fort risque de blocage, accentué par le faible kilométrage de chrono, que peut engendrer l'Alpe placé à la veille de l'arrivée, et le déséquilibre entre une troisième semaine trop montagneuse par rapport aux 2 premières. Bref, une dernière partie de Tour que je considère ratée.

    - il est très dommage de constater que sur les 4 étapes de transition entre Pyrénées et Alpes, une seule soit vraiment intéressante, celle de Mende, même si elle aurait pu être mieux construite. Quel manque d'originalité de proposer une nouvelle fois le col de Manse vers Gap! Il y avait moyen, sans tomber dans la surenchère de difficultés, de tracer tellement mieux ces 4 étapes de transition, quitte à alléger le massif alpin pour compenser. Très décevant en comparaison avec ce qui avait été proposé dans les Vosges en 2014.

    - (je pinaille un peu mais je le signale quand même) stop au "tournicotage"! Franchement, en regardant la carte, les 2 premières étapes pyrénéennes et les 4 étapes alpines, c'est visuellement n'importe quoi.

    - (je pinaille un peu mais je le signale quand même) 11 régions administratives sur 22 traversées seulement, c'est très mince, certains ont à juste titre pointé la diagonale du vide, des pans entiers de la France sont ignorés. Dommage.

    En résumé, c'est un Tour déséquilibré faisant la part belle aux arrivées aux sommets, qui au lieu de combattre l'attentisme des leaders, s'y résigne et l'encourage même. Le nombre important de temps forts et d'arrivées dures garantiront tout de même un minimum de spectacle, et probablement du suspense. Mais il y avait tellement moyen de mieux faire. Je suis en train de me demander si ce n'est pas le moins bon parcours proposé depuis le changement à la direction de l'épreuve.

    | kristo | mercredi 22 octobre 2014 à 13:06:36

  10. (désolé pour le doublon)

    @thibaut: après réflexion, je te rejoins sur le fait que les pavés ne s'imposaient pas, puisque de toute façon il y avait des arrivées en côte pour pimenter la première semaine. Une étape contre la montre aurait été préférable.

    @AT: pour le coup, je considère que Viscos dans ce sens est trop dangereux, et j'ai de gros doutes sur Soulombrie. Je te rejoins sur le reste.

    | kristo | mercredi 22 octobre 2014 à 13:13:40

  11. les profils sont disponibles maintenant sur le site officiel.
    1ere etape pyrenees : on risque d'avoir un scenario a la Hautacam 1991
    2eme etape pyrenees : aucun leader n'attaquera dans le Tourmalet avec la perspective de se taper ensuite la vallee vers cauteret
    3eme etape pyrenees : portet d'aspet neutralise par l'hommage a Fabio Casartelli, Port de Lers trop loin de l'arrivee : les costauds s'expliqueront dans Beille

    1ere etape alpestre : aller prendre la colle st Michel quand le col des champs est disponible, c'est une insulte a l'histoire. en 1975 l'etape passait pas le col des champs, Merckx n'aurait jamais craque sur le profil 2015
    2eme etape alpestre : la morte par ce versant ca n'est pas un col mais une simple cote, et ensuite la vallee de la romanche jusqu'a Allemond c'est la garantie qu'il ne se passera rien avant le glandon. pourquoi ne pas passer par Ornon ?
    3eme etape alpestre : 30km de vallee en a/r apres chaussy, pourquoi ? pour rajouter de la route ? autant partir vers Modane, faire demi tour et enchainer
    4eme etape alpestre : course de cote a l'ADH, le Galibier etant pris trop loin de l'arrivee.

    visiblement le choix c'est de faire comme a la vuelta, des arrivees au sommet tous les jours et un faux suspens, avec des ecarts faibles. sur le plan sportif, personne ne sera dupe mais l'Equipe pourra faire des gros titres tous les jours "Nibali reprend 20 secondes, le tour est relance"

    | philippe | mercredi 22 octobre 2014 à 13:14:25

  12. Tout ça ...pour "ça"!!
    De long mois d'attentes et d'interogations diverses pour en arriver a une telle honte, c'est dommage"Merci a ASO de nous promettre des merveilles...ça vallait bien le ooup de mettre une photo du col des chmps. Cette étape est pour moi le symbole de ce qui cloche dans ce tour (la minuscule est volontaire ce n'est pas le Tour,un parcours comme ça). De bonnes idées mais pas abouties et mal exploitées. De tout les scénarios possible , l'arrivée a Pra Loup par Allo Sud etaitle pire, le meilleur aurait été Allos Nord, Champs puis Cayolle Sud,Champs puis Cayolle Sud ça aurait été bien de même que Champs /Allos...Mais la ,un Allos sud/pra loup qui ne rend même pas hommage a la vitoire de Thévenet sur le Tour 75...Autant ne pas aller dans les Alpes du Sud a ce compte la!!

    | arpettaz | mercredi 22 octobre 2014 à 13:15:15

  13. Je partage l'amertume de certains sur ce tracé.
    Déjà, je suis profondément dérangé par la quasi absence de CLM qui fait perdre l'équilibre habituel entre profils grimpeurs et profils rouleurs. On pouvait très bien garder ces 2 seules épreuves chronométrées en première semaine mais il aurait été bienvenu de proposer un kilométrage bien plus élevé.
    De surcroît, pas de longue étape, pas d'étape avec un très gros enchainement de cols (4 maxi par étape), pas d'étape avec des petits cols raides... malgré les 2 arrivée en après (courte) descente technique (Gap et SJDM), le Tour 2015 ne consacrera pas un coureur complet, loin de là.

    Après, je tiens tout de même, à souligner la qualité des tracés de la première semaine. Il y a tout ce qu'il faut pour animer la course et presque toutes les étapes sont truffées de pièges (2 étapes en front de mer, 2 arrivées accidentées avec final dans un raidard, 1 étapes avec beaucoup de pavés). Les leaders devront être très vigilants !

    Ensuite, le problème, c'est qu'on a franchement l'impression d'un sabotage des étapes de montagne, qui malgré leur nombre pléthorique et l'abondance des arrivées au sommet pourrait bien accoucher d'une souris.
    La PSM en montée sèche (et d'ailleurs on n'arrive même pas tout en haut, l'arrivée est prévue à 1640m) c'est incompréhensible alors qu'il y avait maintes combinaisons plus ou moins ardues à proposer. Ah oui, pardon il ne faut pas trop corser la première étape de montagne ! Mais qu'est-ce que c'est que ce nouveau dogme à la con, il y a eu des dizaines de TDF où la première étape de montagne était difficile et c'était très bien comme ça.
    Surtout qu'on ne surcharge pas la première étape parce qu'il y en a 2 autres derrière mais sincèrement, ces 2 autres tracés très classiques, ne risquent pas décanter la course. Personne n'attaquera dans le Tourmalet, Cauterets sera donc pour un baroudeur et Beille sera encore une course de côte de 5km.

    Bourg de Péage - Gap par la vallée de Die, certainement le col de Cabre puis encore le Col de Manse... pfff à la place on pouvait emprunter les routes du sud Vercors et finir à Superdévoluy ou bien finir à Gap mais par un autre route pour changer, ce ne sont pas les bosses qui manquent dans le secteur.
    Ensuite, le col des champs est absent, donc étape plus light que prévu vers Pra Loup... étape probablement snobée par les leaders qui s'attaqueront à 4km de l'arrivée.
    Le lendemain, on suite la route napoléon jusqu'à Vizille avant d'emprunter le seul col du Glandon, et les lacets du Montvernier dont je peine à croire qu'ils puissent avoir un caractère décisif (à la limite pour la descente ensuite...mais les écarts ne dépasseront pas la poignée de secondes).

    SJDM - Toussuire, à la limite ça devrait faire quelques dégâts mais pourquoi autant de vallée après Chaussy (assez osé en début d'étape au passage) et pourquoi le très dispensable Mollard qui annihile les possibilités d'attaques dans la croix de Fer.

    Enfin on finit par un remake de l'étape de 2011, où finalement tout devrait se jouer, puisque très peu d'étapes semblent à même de créer des écarts décisifs en amont.
    Bon, je veux bien qu'on fasse en sorte qu'ils puisse se passer des choses jusqu'à la fin, mais si la course doit se jouer le dernier week-end, à quoi bon se farcir une course de 3 semaines !

    Au final, c'est donc un sentiment de gâchis qui prédomine, on va nous rabâcher que c'est un tour très montagneux, très difficile, mais il ne va très certainement rien se passer sur la plupart des étapes !

    | willy | mercredi 22 octobre 2014 à 13:17:54

  14. @Kristo : Soulombrie a ete emprunte cette annee par les cyclos de l'ariegoise, et on n'a pas eu le moindre probleme, c'est une descente impressionnante mais pas dangereuse. et les qq kms durs permettent de faire exploser la course pour eliminer les equipiers avant Beille.

    | philippe | mercredi 22 octobre 2014 à 13:25:27

  15. Je suis tout à fait d'accord avec vos derniers commentaires. On a l'impression qu'ASO est capable de lancer ou de valider de bonnes idées (exemple : APSM, Pra-Loup), mais qu'ils sont incapables, par timidité ou dogmatisme selon les cas, d'aller au bout de leur démarche. Que cette étape Digne-Par Loup, qui nous faisait saliver, soit amputée de l'enchaînement Champs/Cayolle est une grande déception ... Je pense également à l'étape Rodez-Mende , qui aurait pu constituer une véritable étape de moyenne montagne ... et il n'en sera rien.

    | benj45 | mercredi 22 octobre 2014 à 13:37:47

  16. Clair que les 30 bornes de plat entre le bas de Chaussy et le pied du Glandon, c'est incompréhensible surtout que la veille, ils arrivent bien plus rapidement à faire la transition bas du Glandon - pied de Montvernier.

    Faudrait dire un des ces jours à ASO qu'il existe un pont sur l'arc pour faire la transition madeleine-glandon.

    | wimlorin | mercredi 22 octobre 2014 à 13:38:00

  17. Bonjour.

    Déséquilibre assumé !

    14 Km de clm. individuel quand sous l'ère JM Leblanc on comptait fréquemment dix fois plus.
    En bourse, on parle de crash quand les marchés déverrouillent de 40%.
    90%, c'est tout un système qui s'effondre, tout un équilibre !

    Evidemment, sauf imprévu, je serai calé devant ma TV en juillet prochain.
    Mais, comme l'écrasante majorité des vrais amateurs de cyclisme, je suis "sous le choc".
    Cette rupture, non pas avec des dogmes, mais un minimum de "savoir-vivre" ou plutot "savoir-dessiner" est très difficile à accepter.
    Beaucoup d'encre coulera encore d'ici le 4 juillet prochain.

    Si nous faisons abstraction de cette "dérive", le parcours offre son lot de points positifs et négatifs.
    J'adopte volontiers la première partie (y compris le positionnement du chrono collectif), meme si j'aurais proposé une étape accidentée arrivant en descente plutot que deux murs.
    Les Pyrénées ne s'apprécient que si on s'inscrit dans la ligne d'un tracé composé d'épisodes de série B coincidant avec une successions de légères escarmouches élaborées pour ne pas nuire aux étapes suivantes.
    Je salue l'arrivée à la Pierre Saint-Martin, mais il fallait la précéder de l'une ou l'autre escalade.
    Vers Cauterets, j'aurais durci avec l'Aubisque, Spandelles, Tourmalet et Viscos à moins de 30 km du terme. Course de cote vers Beille.
    Une "coupure" m'a empeché de suivre la présentation de l'étape de Mende.
    Je fais confiance à Thibaut. Le lendemain, une reprise du trip proposé par Linkinito sur "A votre Tour" s'offrait sur un plateau d'argent : 215 km via Pelouse/Chap del Bosc/Croix de Bauzon/Escrinet/Moulin à Vent/Serre-Mure.
    Une étape en trop dans les Alpes que j'aurais remplacée (avant) par un exercice individuel vallonné d'environ 45 km.
    Ok pour Pra Loup (j'aimais mieux l'itinéraire de 1975), suivi d'un direct Gap-Alpe (Bayard/Ornon), et d'une "grosse" vers Saint Jean de Maurienne (plusieurs itinéraires possibles) dont je trouve le découpage intéressant, exit La Toussuire.

    Ciao.

    | André | mercredi 22 octobre 2014 à 13:38:30

  18. Ce parcours est très fort jusqu'au pied des Alpes. Le plus fort sera connu a Beille

    | barbote | mercredi 22 octobre 2014 à 13:39:14

  19. la première étape de montagne promettait beaucoup mais la encore, un seul scénario possible alors qu'il aurait été très facilement possible de fsire passer l'étape par le Burdincurrutcheta ce qui aurait au minimum usé les organismes et au maximum rendu la course folle.

    L'étape vers Cauterêts est un rattage immense.

    L'étape vers Beille donnera un bel hommage a Casartelli mais une course de côte dans Beille.

    Jolie étape vers Mende.

    Les Alpes...Est ce qu'il est possible de parler de trahison ici? sans employer un mot aussi fort, pourquoi poster une photo du col des champs si c'est pour ne pas l'employer ? POurquoi ne pas utiliser le col de la Cayolle versant Sud plutôt que Allos versant sud?
    Certains me répondront :"la Cayolle est dans le parc national du Mercantour"...ce a quoi je répondrait que ASO n'avait pas fait tant de sentiments que ca quand ils avaient fait passer le Tour par Sarenne, site classé (visiblement le pognon de l'Alpe d'Huez ,ça attire).

    D'autres me répondront qu'il y'a l'hommage a THévenet en 1975 qui impose de passer par Allos...ce a quoi je répondrais que dans ce cas là, ils avaient aussi le devoir de passer par le col des Champs , ce qu'ils n'ont pas fait.

    Gap encore une fois présente et encore une fois ,arrivée par Manse...c'est une blague?

    Le Glandon n'est pas assez selectif par ce versant, il aurait fallu rajouter Chaussy a la fin de l'étape vers St Jean de Maurienne pour rendre l'étape bien tracée.

    Chaussy bien mal employé le lendemain avec les 30 bornes de plat qui suivront ensuite.

    Etape de l'alpe conçue par le business, pour le business...le Galibier est placé trop loin du pied de l'Alpe...

    Voila j'ai fini mon démontage en régle, navré de cette diatribe mais bon

    | arpettaz | mercredi 22 octobre 2014 à 13:52:15

  20. la "boucle" entre le glandon et la madeleine, c'est vraiment aberrant, aso nous le sort depuis quelques années, alors que pendant des dizaines de tour le pont qui passe au dessus de l'arc était emprunté pour un chemin direct,soit l'autoroute est coupée, et alors ? c'est une fois pas an !
    Si les facilités de circulation dictent le parcours, on est pas sorti de l'auberge...

    Dorénavant il est donc impossible d'enchainer glandon et madeleine sans faire des boucles à la c.. ou est l'intérêt sportif ?

    | maziro | mercredi 22 octobre 2014 à 13:52:38

  21. Effectivement la moins catastrophique est la première semaine, encore faudrait-il savoir si Huy et Mûr sont réellement accidentées et pas de simples sprints en bosse?
    Pour le reste...

    | Guillaume14 | mercredi 22 octobre 2014 à 14:05:00

  22. Attention, long commentaire.


    J'avais déjà ce sentiment que ce Tour serait décevant en voyant la carte fuitée hier. Ma déception est encore plus grande maintenant, après cette présentation haute définition mais basse innovation. J'en avais déjà parlé concernant l'étape de Valence et de Gap, mais là je pense que je peux clairement le dire : le tracé de ce Tour de France 2015 est un immense gâchis.

    Gouvenou avait signé une mouture 2014 de très bonne facture, équilibré, avec une très belle première semaine, avant des Alpes light et des Pyrénées peut être malheureusement trop classiques. On s'attendait à beaucoup de ce parcours 2015 sous forme de droites parallèles. Et on a vite déchanté. Avalanche d'arrivées en bosse ou au sommet (qu'ASO minimise en ne parlant que des 5 plus importantes) qui fait clairement penser à une « Vuelta a Francia », étapes mal agencées, copier-coller, et surtout, je pense que c'est là ma plus grande déception, ignorance volontaire des possibilités offertes pour nous sortir du réchauffé.

    Par ailleurs, ASO n'a pas daigné, une nouvelle fois, nous sortir les profils des étapes même accidentées. Huy, Mûr-de-Bretagne, Rodez, Valence et sa bosse au milieu, Gap, non, on a rien ? Merci beaucoup, on va beaucoup s'éclater sur Openrunner. Et une nouvelle fois carton rouge à la réalisation de nous forcer à regarder la version 2D de la carte du Tour. Heureusement cette fois, le ride en 3D est déjà en ligne sur le site du Tour. Mais bref, tout ceci n'est que poudre aux yeux. Parlons maintenant de ce parcours qui à mon sens est ni plus ni moins qu'un plat de pâtes laissé au frigo, où on a rajouté un peu de sel et qu'on a foutu le tout au micro-ondes.

    PREMIÈRE SEMAINE : La diversité, kézaco ?

    On nous avait régalé en 2014 avec une première semaine complète. Du plat, du LBL, des pavés, un casse-pattes dans les derniers kilomètres et des étapes Vosgiennes magnifiquement tracées. Là, on a quoi : deux CLM aux extrêmes, du plat, du plat et du vent, et puis des courses de côte. On était en droit d'attendre au moins une étape typée flèche Wallonne pour Huy (ce sera peut être le cas mais vu l'absence du profil, je pense qu'on va se contenter du mur final). Certes, y a les pavés, mais là où ils s'inséraient dans une première semaine exigeante l'an dernier, ici c'est la seule difficulté qui peut vraiment faire peur aux leaders. On peut perdre 10 secondes sur une montée comme Huy ou Mur de Bretagne, mais ce n'est que 10 secondes. Après je ne crois pas aux étapes qui se basent simplement sur le caractère météorologique. Le CLM de Plumelec est la cerise sur le gâteau avec une nouvelle fois une arrivée en côte dont sincèrement, je me serais bien passé au profit d'une « vraie » étape casse-pattes en Bretagne. Après il n'y a pas grand-chose à dire sur cette première semaine, où on ne suivra les étapes que durant leur dernière demi-heure. Les retraités seront contents d'avoir un somnifère efficace.

    DEUXIÈME SEMAINE : Le grand gâchis

    Bon, par où commencer ? La course de côte de la Pierre Saint-Martin, ok, passe encore. Après tout certains considèrent que c'est le meilleur moyen d'attaquer un massif. Néanmoins on aurait aimé un peu plus de difficulté, un col de plus n'aurait pas fait de mal. Certains préconisaient le dur Burdincurutcheta, je préconisais une boucle par la Hourcère. Mais bon, admettons. L'étape de Cauterets, là ça passe beaucoup moins. Surtout pour nous sortir l'enchaînement Aspin-Tourmalet qui certes, n'a plus été vu depuis quelques années sur le Tour, alors que l'enchaînement Marie-Blanque – Aubisque était d'une logique imparable, et tellement mieux tracée. On aurait pu inclure Spandelles, d'ailleurs. Ce contournement est n'a sincèrement aucun sens si ce n'est juste pour chouchouter la légende du Tour. Ne parlons pas du plateau de Beille qui de par sa difficulté finira quoi qu'il en soit en course de côte. Beille est évidemment le pire moyen pour terminer le massif pyrénéen et cristallisera les 2 étapes précédentes. Oh et puis merde, y a Soulombrie à côté quoi… Ca paye pas de mine mais au moins ça casse cette foutue vallée après le Port de Lers que l'on voit trop.

    Bon, Rodez, on s'est dit que ce serait pour les sprinteurs, ça passe pas trop mal (même si la zone aux alentours est vallonnée). Finalement ça serait une étape pour baroudeurs, cependant, messieurs de chez ASO, avant de dire qu'une étape sera pour baroudeurs, on aimerait bien avoir LE PROFIL pour vérifier ! Et puis vient Mende, on aura l'enchaînement Chabrits – Croix-Neuve plutôt sympa sur le papier mais franchement, avant, y avait tellement de quoi faire. Là encore, pas de profil pour vérifier, juste une carte. Openrunner va chauffer. Et puis vient à mon sens le pire passage du Tour 2015. Valence et Gap. J'y croyais fort, après tout ça passe par mes départements où j'ai toujours vécu. J'en connais plus ou moins les possibilités. On s'est dit que c'est l'occasion pour ASO d'innover un peu.

    Quelles étapes de merde. J'ai beau vouloir peser mes mots, là je ne peux qu'être consterné par cette fin de deuxième semaine.

    L'étape de Valence avait tellement à offrir. Le col de la Mûre pourtant testé dans Paris-Nice était sur l'axe Mende-Valence à une trentaine de kilomètres de la préfecture drômoise. Au final on a quoi ? L'Escrinet (si c'est bien le cas) et 40 km de plat derrière. Oui, c'est sûr, il en faut pour les sprinteurs. Soit. MAIS PAS UN WEEK-END. On l'avait suffisamment critiqué pour Nîmes l'an dernier. Surtout si c'est pour nous proposer une étape pour baroudeurs le lendemain, en espérant un peu d'innovation. Oh, génial, le col de Manse, on s'y attendait pas, quelle surprise ! Faudrait inviter Christian Prudhomme et le maire de Forest-Saint-Julien pour célébrer le mariage entre ASO et le panneau du Col de Manse (car le col de Manse est techniquement sur la commune de Forest-Saint-Julien). Je pense que ça serait une bonne idée pendant qu'à côté le col de Moissière fait grise mine… Oh, et puis placer l'étape pour baroudeurs un lundi pour faire plaisir au maire de Gap, que c'est bien pensé… Et évidemment, pas de profil, c'est pas une étape de montagne… Alors qu'il y a le col de Cabre en milieu d'étape, tout de même. Au final, ASO aurait pu se priver soit des beaux cols de l'Ardèche, soit des beaux cols de la Drôme. Ils n'ont pas choisi et se sont privés des deux. Une horreur. N'est-ce pas ce cher Christian Prudhomme qui voulait valoriser les massifs intermédiaires ? Et encore, on avait une once d'espoir pour la troisième semaine.

    TROISIÈME SEMAINE : On tourne en rond

    On avait beaucoup d'espoir de voir, durant l'étape de Pra-Loup, le retour d'un col oublié, le col des Champs, pourtant si bien indiqué par Thierry Gouvenou. Visiblement l'enchaînement Champs – Cayolle pourtant faisable techniquement n'a pas été retenu. Je sentais que l'enchaînement inverse, Champs – Allos, poserait des difficultés liées à l'état de la route. Au final le col des Champs reste dans les limbes… Et est remplacé par un petit frère, la Colle Saint Michel. Un faux-plat de 17 bornes à 4,5 %. Certes y a toujours ce final par Allos mais là on ne peut que se dire que le gâchis continue.

    Puis vient l'abordage de la Maurienne. Bayard et Morte pour commencer, deux cols de 2C qui auraient pu être plus utiles ailleurs. Puis vient le Glandon, pas mal. Et là, Montvernier. Cool, une nouveauté. Sauf qu'elle arrive un peu comme la cerise sur le brownie au chocolat : c'est esthétique, c'est nouveau… Mais ça casse tout. Le final par le Glandon était bien suffisant. Là tout le monde va se regarder et ça va finir sur les 3 km des 18 lacets. Ce n'était vraiment pas nécessaire, mais bon, faut bien de belles images, hein, et tant pis pour l'esprit sportif ! On se dit qu'il y aura mieux à la Toussuire. On passe le Chaussy en nouveauté, et là les 40 bornes de plat frappent encore. On ressort le même final qu'en 2012 avec le Mollard qui rallonge sciemment le sommet de la Croix-de-Fer et le début de la montée vers la Toussuire. Non seulement c'est du réchauffé, mais c'est en plus mal tracé. Il aurait suffi de rajouter la montée vers Saint-François-Longchamp et on avait une vraie étape reine. Courte, certes, mais ultra-consistante. Ne reparlons pas du Ctrl + C / Ctrl + V de l'étape de l'Alpe d'Huez de 2011 à 24 heures de l'arrivée (bon ok, c'est pas vraiment un copier-coller, cette fois ils passent vraiment le Galibier au lieu de passer le tunnel). C'est juste mauvais, ça sera que de la course de côte, ça cristallisera les étapes précédentes, et puis surtout, aucune originalité là-dedans.

    Je vais profiter de ces étapes pour voir à quel point le Tour a complètement raté son tracé 2015. Il suffit de voir la gueule des étapes alpestres. On passe trois jours en Maurienne à quasiment retourner tous les cols du coin. Le retour à La Toussuire ne me dérange nullement puisqu'elle a déjà prouvé qu'elle pouvait faire du dégât, et puis elle n'a fait « que » 3 apparitions en 10 ans. Mais cette énième apparition de l'Alpe, et cette fois en bouquet final à 24 heures des Champs-Élysées, prouve encore une fois que cette montée légendaire vampirise les dernières semaines alpestres. On tourne en rond dans une zone ultra restreinte alors que chaque année des dizaines de stations de ski dans les Alpes portent leur candidature. Au début de nos recherches, on avait imaginé une traversée complète des Alpes, de Digne à Morzine. Là tout est concentré en un point et c'est peut être mon plus gros reproche. Et cela est assez symptomatique du Tour : il a à sa disposition des larges possibilités, mais il reste « enfermé » dans sa zone de confort, des zones connues et reconnues déjà vues et revues. Les innovations se font par petites touches et lorsqu'elles sont là, elles sont mal placées ou mal agencées. Les nouveautés de cette année en sont les exemples parfaits : La Pierre-Saint-Martin est une course de côte alors que des possibilités s'offrent autour. Chaussy (et par réduction Montvernier) sont très mal placés (sportivement parlant) dans leurs étapes respectives : Chaussy est en début d'étape avant un très long plat et Montvernier n'était pas nécessaire pour assurer un bon final sur Saint-Jean-de-Maurienne. Quant à la Colle Saint Martin, c'est trop roulant pour être considérée comme une nouveauté majeure.

    Pour finir à l'étape parisienne, qu'ASO veut toujours dévouer aux sprinteurs (alors qu'un CLM aurait été parfait pour équilibrer ce Tour qui manque cruellement d'exercices chronométrés), on n'a même pas pu voir le tracé du remix (merci à la réalisation). Oh, et le Sacré-Coeur peut toujours rêver. Visiblement ASO doit toujours penser que c'est une mauvaise idée.

    CONCLUSION

    2015 va-t-il rejoindre 2012 au palmarès des pires tracés du Tour ? Si 2012 manquait d'ambition, abusait dans les étapes contre la trotteuse et proposait des étapes « à la Pescheux » débiles, 2015 se fourvoie dans une logique de Vuelta en y allant trop fort dans les rampes finales, en réduisant le CLM à peau de chagrin et en agençant très mal des étapes qui auraient pu être mieux tracées et positionnées. Après il est clair que le grand public adorera, il retrouvera ses montées de légende, de belles images, des arrivées « au sommet » en veux-tu en voilà, mais au niveau sportif, cela n'augure rien de bon. On pouvait espérer des coups de génie, des retours en fanfare, on a eu droit à du revu et du réchauffé. Les innovations sont peut-être là mais c'est comme les herbes de Provence que l'on met dans nos pâtes au micro-ondes : on n'en sent pas le goût au milieu de la fadeur de l'ensemble. C'est tout simplement mauvais, à la fois dans le détail et en général.

    Il y avait de bonnes raisons d'être déçu en voyant le parcours hier : on comprend bien mieux pourquoi aujourd'hui. Un immense gâchis.

    Note finale : 6/20

    | Linkinito | mercredi 22 octobre 2014 à 14:06:00

  23. Version résumée :

    "Le dogme du tour, c'est qu'il n'y a pas de dogme", disait Prudhomme. On voit ça.

    | Linkinito | mercredi 22 octobre 2014 à 14:07:08

  24. @Linkinito D'accord sur 2015 et 2012 était mille fois mieux.

    | AT | mercredi 22 octobre 2014 à 14:13:29

  25. linkinito, je n'ai rien à ajouter , tu as parfaitement résumé ce tracé , il est fait pour le grand public, des belles images, des cols au nom ronflant(alpe,tourmalet,glandon,croix de fer..) quelques nouveautés qui ne sont que de l'affichage communication (montvernier,la pierre), suffit de voir la présentation et les clips vidéos...

    Sportivement et dans l'idée de favoriser une course de mouvement, c'est un tracé baclé et raté..je ne vais pas répéter ton analyse, que je partage totalement;

    | maziro | mercredi 22 octobre 2014 à 14:18:38

  26. Très belle tirade, Linkinito!
    On se sent moins seul!

    | Guillaume14 | mercredi 22 octobre 2014 à 14:22:15

  27. Un point qui n'a pas encore été abordé: 3344 km avec seulement 42 km chrono; ce qui nous donne, pour les étapes en ligne, une longueur moyenne de 174 km: tour de l'Avenir ou Tour de France? Retour de l'endurance?
    Quand on croyait aux déclarations récentes on a de quoi se sentir ... bien profond!

    | Guillaume14 | mercredi 22 octobre 2014 à 14:29:41

  28. c est dingue un jour faudra qu on fasse le parcours nous meme chere communaute de velowire je vous rejoints surout thibaut sur tout point negatifs et positifs !!

    moi ce que je supporte pas c la pierre saint martin seul en montee seche le 14 juillet!!! putain et les cols basques ils connaissent pas ??? incroyable ces premieres etapes de montagne a montee seche constamment !!

    l etape mende / valence je me disais ouais ils vont nous sortir des petites cotes seches ardechoises et a la presentation il nous sort c est une etape pour sprinteur ....... c sur on passe tous les ans dans l ardeche autant la faire pour sprinteur!!!

    l etape bour de peage gap la aussi c du n importe quoi on suit la vallee de die puis col de cabre et on nous rajoute manse pour faire genre ... he les gars d aso va falloir faire chauffer les moteurs de vos skoda et aller voir les montees du vercors exemple chinchilliane par la plus le plateau avant la c est l autorouote vers gap classique!

    quand a l alpe d huez on va encore avoir une course de cote autant se pointer devant la television au pied a 15h30 16h !! ils auraient mis sarenne c etait plus fort et moins classique !

    j aime bien la premiere semaine si o na qqs cotes avaant huy si livarot / fougeres est piegeux aussi et si rennes mur de bretagne ne se resume pas qu au mur sinon l annee 2015 pour regarder el tour c pas 13h45 mais 16 h00 !

    | redge | mercredi 22 octobre 2014 à 14:32:42

  29. La route du Col des Champs vers Colmar est impraticable pour un passage du tour en l'etat, certainement ce qui a du valider le choix d'ASO.

    | lebuy | mercredi 22 octobre 2014 à 14:32:52

  30. Je livre mes impressions :

    Ok pour les 2 premières étapes, l'arrivée a Zélande risque de pieger quelques favoris, le vent est très puissant la-bas.
    Ok aussi pour le Mur de Huy premier test pour les favoris.
    Les Pavés : Ils "remplacent" un peu l'abscence des chronos, même si je ne suis pas fan des pavés 2 ans de suites.
    Viennent ensuite trois étapes de plats, ca va être assez long même si celle du Havre propose des Paysages intéressant.
    Pour le Mûr de Bretagne : Il y'avait mieux a faire dans la région, pareil pour le CLM par équipes.
    Ok pour l'étape de l'APSM, je préfère l'APSM en course de côte en entrée de Massif.
    Cauterets : LE GRAND RATE de cette Edition, le Tourmalet et Aspin gaché ainsi c'est un Scandale.
    Beille : Mouais, je trouve l'étape mieux qu'en 2004 et 2011, moins de chances d'escamotages.
    Muret-Rodez : Apparement, l'étape est pour les baroudeurs ou les sprinteurs du type Sagan a priori, mais sans le profil difficile de dire.
    Rodez-Mende : Les difficultés sont places en fin d'étapes, les puncheurs grimpeurs et les favoris devraient apprécié.
    Mende-Valence : Etape de transition toute plate un dimanche !! N'importe quoi.
    Bourg de Péage-Gap : Le Grand retour du Col de Manse, il y'avait mieux a faire mais vu les 4 etapes qui arrive, il valait mieux tracer une étape pour baroudeurs.
    Digne les Bains-Pra Loup : Belle étape,j'aime bien
    Gap-STJDM : Ok aussi, l'étape est pas mal.
    STJDM-La Toussuire Les Sybelles : Pourquoi ne pas mettre la Madeleine ? ASO aurait pu faire monter les coureurs jusqu'a Longchamps 1650, puis redescendre par la D76. il aurait du supprimer le Mollard.
    Modane-L'ADH : Remake 2011,Ok

    Conclusions : Tour qui me plait bien, contrairement a beaucoup de gens ici, quelques améliorations au niveau du tracé de certaines étape, et aussi, ASO aurait pu nous fournir les profils quand même.

    | M.T | mercredi 22 octobre 2014 à 14:39:12

  31. A la rigueur le seul aspect positif c'est le placement de l'arrivée à la pierre, 1 km après le sommet du soudet, en effet cela réduit la portion de kilomètres à "faible" pourcentage que l'on aurait eu si l'arrivée était en haut du col...dans ce schéma l'explication pourrait commencer dès la mouline...

    | maziro | mercredi 22 octobre 2014 à 14:44:23

  32. @linkinito. Mouais, pour faudrait peut-être pas mettre tout sur le tracé non plus. Là où ton discours ne se tient plus, c'est que de toute façon le cyclisme moderne n'est plus que course de côte aujourd'hui... Quelque soit le tracé.
    Tu critiques par exemple les lacets de Montverrier : Faut pas pousser, c'est pas 3 bornes pas forcément aussi dur que ça qui devrait bloquer la course. Mais pourtant personne n'osera foutre le bordel dans le Glandon, parce que tu comprends, l'arrivée est à 40 bornes de l'arrivée....
    Aujourd'hui les équipes ne veulent prendre aucun risque, tu peux faire tous les tracés que tu veux, tout se décantera dans la dernière demi-heure. Les joies du cyclisme moderne que veux tu....

    | bebelours | mercredi 22 octobre 2014 à 14:46:13

  33. Au fait, Movistar Team a publié sur twiterr quelque profil d'étape mais on ne voit pas trop bien. Il y a le Profil de Mende et de Valence.

    | M.T | mercredi 22 octobre 2014 à 14:47:45

  34. c'est quoi et où cette portion de plat entre la fin de la descente du Chaussy et le pied du Glandon ?? je vois pas du tout quelle route serait prise.
    Globalement d'accord avec le résumé de Linkinito.
    Le parcours est réellement accessible en 3D sur le site off? je ne vois pas l'option, Merci d'avance

    | Vinnie | mercredi 22 octobre 2014 à 14:49:45

  35. @ lebuy

    Vas nous expliquer cela après que ASO se soit débrouillé pour faire passer le Tour par Sarenne en 2013, ou bien a transformé une piste en route pour faire passer le Tour par Balès. et la, subitement, ils ne pourraient pas améliorer une route pour y faire passer une étape hommage a un des moments les plus historique de l'histoire de la grande boucle?

    | arpettaz | mercredi 22 octobre 2014 à 14:50:43

  36. j'ai jamais vu autant des commentaires négatifs après la présentation du parcours que cette année, je partage ses sentiments : l'étappe dans les Vosges de 2014 avait plus a offrir que l'ensemble du Tour 2015

    | Kris | mercredi 22 octobre 2014 à 14:51:23

  37. Linkinito > Ahaha quel beau passage sur le col de Manse ! ASO aime ce genre de col mythique d'une difficulté presque égale au Galibier. Sans blague, quelle purge ! De toute façon, je ne peux plus me voir les arrivées à Gap via Manse, dans le Tour comme sur le Dauphiné.

    « La deuxième semaine, le grand gâchis ». C'est tout à fait ça. A l'heure où ASO souhaite mettre en avant les massifs intermédiaires, on tente de préserver le Tour de quelques difficultés trop difficiles type Col de Serre-Mûr. Un dimanche, en plus, pour être sûr que tout le monde ne manquera pas le sprint devant sa télé.

    Tous > Vous savez, Prudhomme est tellement prévisible que l'an prochain on peut déjà réserver une place sur la carte du Tour pour la PDBF dans les Vosges, Luchon dans les Pyrénées via le redoutable Port de Balès qui n'a pas été emprunté par les coureurs depuis des décennies (hum, hum….).

    Je n'ai pas évoqué le retour des bonifs. Rien de tel pour vous flinguer un classement. J'ai toujours trouvé ultra ridicule le fait de bénéficier de secondes-cadeaux grâce aux places glanées sur un sprint, alors que l'essence même d'une victoire sur le Tour ne se fait pas aux places mais au temps. Heureusement, elles devraient se limiter à la première semaine. C'est neuf jours de trop.

    Globalement, je me demande si Prudhomme avait les mains libres pour tracer cette daube. C'est clairement son pire tracé depuis 2009.

    | thibaut | mercredi 22 octobre 2014 à 15:05:53

  38. Pour la boucle après la descente-chaussy madeleine, je pense qu'aso va prendre la D 76 après la chambre tourner à droite dépasser saint rémy de maurienne, aller jusqu'a épierre, traverser l'arc et prendre la D 74 pour revenir jusqu'à saint étienne de cuines et le pied du glandon....

    C'est qui parait possible sur la carte, l'autre option étant de traverser saint avre, couper l'A43 et arriver directement à saint étienne de cuines, mais bien sur l'idée de proposer un enchainement de deux cols sans un mètre de plat
    n'est plus à l'ordre du jour,
    et ce même si cela été le cas pendant deux décennies à cet endroit ! bref....

    | maziro | mercredi 22 octobre 2014 à 15:11:09

  39. tres decevant parcours!
    en premieur coup d'oeil je croyais c'est le tdf feminin!
    je crois que gouvenou voulait faire mieux, mais preudhomme ne le laissait pas.
    donc: ni des vrai chronos, ni des vraies etapes de montagne.

    bienvenu au 21 siecle! ni mec,ni femme, ni gauche ni droite,ni hiver,ni ete. tout les choses s'approchent

    | niko | mercredi 22 octobre 2014 à 15:16:22

  40. @vinny : le plat entre chuassy et le pied du glandon, c'est un petit A/R jusqu'a Epierre. Au lieu de faire l'enchainement le plus evident des Alpes Madeleine / Glandon. Si c'est pour allonger le kilometrage, autant partir vers Modane et revenir en descente pour aborder Chaussy. Pour l'EdT, ca aurait permis de fractionner le peloton de 12000 cyclos avant de monter le premier col. Quelqu'un disait plus haut que le passage direct oblige a couper l'autoroute ? Pourquoi ? si c'est le cas, alors c'est a cause de l'EdT qu'on fait le detour. Mais en 2012, le detour etait justifie par des travaux sur le pont. On n'a pas dit a ASO que c'est fini ?

    Pour l'etape vers Pra Loup, c'est vraiment dommage de faire le pire enchainement possible, comme l'explique tres bien arpettaz. Si la route doit etre refaite, quid de celle du Tourmalet vers Bareges, ou de Sarenne ? l'etape de 1975 c'etait Couillole / Champ / Allos, avec Thevenet qui attaque dans la Couillole, remet ca dans le col des champs, se fait contrer dans le dernier km du col d'allos... la on aura tous les equipiers disponibles au pied d'Allos...

    On dirait vraiment que ASO est reste prisonnier de ses dogmes. et je ne parle que des montagnes, pour moi les paves sont dangereux et un certain BH disait qu'il y avait Paris Roubaix pour ceux qui aimaient ca. Perdre 2 leaders sur chute ne leur a pas suffi ?

    La montee seche vers PSM peut se justifier en pensant qu'il y a souvent des degats sur le premier col du tour. mais la deuxieme etape ? aucun interet. pour la 3eme, ils seront une soixantaine au pied de beille.

    | philippe | mercredi 22 octobre 2014 à 15:28:43

  41. André > En fait, il ne fallait pas me faire confiance ^^. Mea culpa. Je viens de tomber sur le profil de l'étape de Mende (fil Twitter des Movistar). Le peloton traversera bien les Gorges du Tarn, sans pour autant escalader le Causse. Le final est composé de Molines, Chabrits, et Croix-Neuve. Ce qui précède n'est pas spécialement accidenté.

    Et, effectivement, seulement l'Escrinet vers Valence. Grosse bagarre en perspective.

    | thibaut | mercredi 22 octobre 2014 à 15:38:10

  42. [[ contenu supprimé sur demande de son auteur ]]

    | Aurélien M. | mercredi 22 octobre 2014 à 15:39:10

  43. Ce qui est décevant c'est que l'an dernier aso a su sortir des sentiers battus, avec l'étape mulhouse la planche, en exemple un des plus beaux tracés de ces dernières années, avec l'enchainement petit ballon-platerswasel, le col de de chevréres...la veille la grosse pierre revisité et durci, un beau final par la mauselaine..la suite était inégal, mais oui là on a cru à un effet gouvenou !

    La c'est la douche froide avec des villes étapes prometteurs (saint jean de maurienne, pra loup,la pierre..) on nous sert à chaquef soir le pire parcours possible.

    Aucun enchainement de col, de la vallée en vois tu en voila..c'est assez incompréhensible, les tracés sont baclés ils ne sont pas pensés pour une course de mouvemement;

    On dirait qu'aso s'est contenté d'empiler des arrvées en côtes ou en cols sans appréhender une course de mouvement possible avant.

    C'est un gâchis annoncé, peut être qu'on se trompe et que les coureurs vont surprendre mais je n'y crois pas une seule seconde.

    On dirait qu'aso entérine l'idée que les coureurs ne peuvent plus faire d'efforts que sur les derniers km...

    | maziro | mercredi 22 octobre 2014 à 15:47:47

  44. Suis-je le seul a trouver ce parcours assez bon ?

    | M.T | mercredi 22 octobre 2014 à 16:01:14

  45. Ce qui ne change pas c'est de retrouver toujours les mêmes vieux raleurs, les mêmes jamais contents comme les Linkinito qui auraient de toute façon ronchonner quelque soit le tracé.
    Critiquer la 2 ème partie montagneuse, pourquoi pas mais le faire comme le fait Linkinito sur la 1er semaine, c''est juste de la pure mauvaise foi.
    Il y a encore 10 ans, on avait le droit avant la montagne à 8 étapes de plaine pour sprinteurs, point final. Là, ils ont essayé de diversifier avec des arrivées en cote (mur de Huy, mur de Bretagne), des pavés, un CLM par équipe et 2 étapes au bord de mer. Mais non, faut que ça ronchonne. Qu'est ce que vous voulez? qu'un cataclysme naturel provoque la hausse du massif armoricain qui prend 1000 m en 6 mois? Où alors supprimons le passage en normandie/Picardie et Bratagne et faisons que de la haute montagne avec 8 cols à 2000 mètres.

    | gerard | mercredi 22 octobre 2014 à 16:03:10

  46. J'abonde dans le même sens que bébelours #32. Avant de critiquer de façon aussi véhémente le parcours et de ce fait s'instituer "grand spécialiste" des traces de grands tours, comme le font beaucoup sur ce site, je pense qu'il faut considérer ce qu, est devenu le cyclisme moderne , outrageusement dominé par les directeurs sportifs,et leurs oreillettes ainsi que par l UCI et son World Tour ( nombre équipes, nombre coureurs par équipes, classements, km/étape, etc). Ces derniers conditionnent plus forttement le déroulement de la course que le parcours lui-même. De plus il faut reconnaître que la télévision qui diffuse la course dans le monde entier tend à donner autant d,importance aux paysages qu'aux fantasmes des cyclotouristes auto proclames "specialistes" qui ne rêvent que de forts pourcentages dans les cols , ces mêmes cols devant obligatoirement être enfilés les uns derrière les autres sans un pouce de vallée.

    | Marcel | mercredi 22 octobre 2014 à 16:03:10

  47. on dit ... bien joué thomas !!!! pour commencer

    ah muret ... muret ... ! je ne suis pas surpris du parcours ... Je regrette quelques étapes ASPM sèche et l'étape de praloup me laisse une petite déception ... on aurait pu mieux faire !!!

    Partie 1 :
    Utrecht-Plumelec

    Pour les sprinteurs en majeur parties, mais des surprises peuvent arriver ... deux arrivées en littoral (Le Havre ; Zélande) deux cotes (huy ; mur de bretagne) Quelques pavés et deux Clm (dont un par équipes) (à Utecht et Plumelec)
    Classique, je dirais ... mais on peut avoir de belles surprises notamment à Huy, à Mur de Bretagne ! La partie bretonne va tenir à coeur !

    Partie 2
    Tarbes - Gap
    Très heureux du tracé général ... je regrette tout de même les pyrénnées !!! Je fais parti de ceux qui regrette une arrivée sèche sur ASPM, l'absence de l'aubisque ... Le profil de la troisième est pertinent ; on monte dans les difficultés. Il y aura surement des defaillances, des secondes qui s'égrainent ... Si un ou deux cols de type aubisque se trouvait dans les étapes précédentes, les secondes aurait pu devenir des minutes ...

    Puis place aux baroudeurs ... les stars d'un jour sur le Tour ... Cependant, il y a mon coup de coeur de ce tour Rodez-Mende mais deux regrets l'absence de l'aubrac et, surtout, la présence de la vallée du Rhone !!! A titre perso, sans intéret ! sauf voir des bourains qui sprintent comme ravager !!!

    Les Pyrennées ne seront pas une si grande bataille comme on peut l'attendre ... On commencera simplement l'usure ! En revanche si certains penseront à la victoire finale ; certains outsiders pourront voir leurs rèves s'envoler dans l'ariège !!!

    Partie 3
    Alpes Paris

    Merci T.G pour le col des champs ! merci ! mais il n'est pas au programme !! quelle blague !!! (grand regret de ce tour ... on aura tout imaginer même la bonnette pour une étape décevante) Je suis un peu deçu des alpes au premier abord ... mais j'aime assez dans l'aspect général ... on finit pas sur clm macon la clayette !!!

    Le nombre d'arrivée en sommet et les secondes de bonifications vont surement apporté du piment ... La Toussiuire et ADH seront des courses de montagne, certes !!! la descente du galibier sur bourg d'oisans ; ca va aller très très vite Mais très très très vite !!! Ce sera un grand final !!! Pas forcément par la longueur, elles n'impressionneront pas ! ca lachera tout !!! des attaques possible dès le départ !!!
    Je lisais plus haut que l'on craignait une attaque de costaud dans les 15 derniers km !! oui mais souvent ce sera de plus loin avec un travail pour les leaders !!! dans cette version on ne monte pas le galibier ; on le descend !!! je trouve que c'est une bonne idée !!!

    Je lis des critiques sur les alpes ... mais tactiquement les semaines précédentes seront importantes car les pertes de temps seront des prises de risques dans les alpes, de l'usure prématuré dans la recherche du temps perdu ... et les dernières étapes s'inscrivent dans l'ensemble du parcours comme un point d'orgue où se jouera le Tour !! L'ADH, le juge de paix ! sans oublier que le CLM par équipe est un exercice difficile ; des craquages à beille, à mende dans l'allos ,... créeront des écarts de deux ou trois minutes !!! Mais qu'est-ce que trois minutes dans une fatigue dans l'ADH ? Contador, quintana, froome, nibali ... qui sera le meilleur ? celui qui sera le mieux entouré !! Petit regret du choix ADH, j'aurais vraiment préféré un autre endroit mais ADH est vendeur !!!

    | gill | mercredi 22 octobre 2014 à 16:05:14

  48. #44. la première semaine est pas mal. Mais y a toujours des abrutis qui ont la mémoire courte et qui ne se souviennent plus des 7-8 premiers jours sous Pecheux ou t'avait les mêmes 7 premières étapes à 150 kms-200 se finissant par un Sprint
    On remet les pavés, ah bah non pas encore. On met des classiques (Huy...), des étapes qui longent la mer... ah bah non, c'est pas terrible.
    J'ose même pas imaginer les commentaires de ces cons si on avait eu le droit à ces 7-8 premières étapes de plaine à l'ancienne.
    ps : vous nous saoulez avec le col des champs. Ce col est trop en mauvaise état sur sa face sud et on va pas refaire toute la route juste pour le tour.

    | gerard | mercredi 22 octobre 2014 à 16:10:00

  49. arpettaz

    Je ne pense pas que la réfection des routes dépende de la seule volonté d'ASO, ce serait trop simple. Il faut aussi une volonté locale de voir passer la grande boucle.

    | lebuy | mercredi 22 octobre 2014 à 16:10:55

  50. ( la présence de la vallée du Rhone !!! A titre perso, sans intéret ! sauf voir des bourains qui sprintent comme ravager ... )

    Précision pour la partie mende gap

    | gill | mercredi 22 octobre 2014 à 16:11:14

  51. D'accord avec la majorité d'entre-vous en général et la tirade de linkinito en particulier.
    Juste pour dire que d'aprés les propos du Maire de Rodez l'arrivée dans cette ville devrait être en côte (400 mètres à 12%).
    Je recopie ici Centre Presse Aveyron:
    "En route ce mardi après-midi pour Paris, le maire Christian Teyssèdre nous a confirmé une information qui bruissait ces derniers jours dans la ville. La ligne d'arrivée de ce qui devrait être la 13e étape, vendredi 17 juillet, devrait être placée, non pas avenue Victor-Hugo, mais tout en haut de la côte Saint-Pierre, à Bourran. "C'est notre projet oui, a-t-il indiqué avant d'expliquer. Avenue Victor-Hugo, c'est compliqué car 130 camions (notamment les régies TV, NDLR) doivent être stationnés à proximité immédiate de la ligne, autrement dit dans le jardin public." Pas du goût du premier magistrat, évidemment. "D'autres éléments sont aussi favorables à cette solution : la ligne serait placée juste devant la RAGT (50 mètres avant l'entrée du bâtiment) un des sponsors important du Tour ; et cette côte, à fort pourcentage (12% de dénivelé sur environ 400 mètres), nous donnerait un beau vainqueur." Le départ du lendemain sera lui donné, face au musée Soulages, depuis l'avenue Victor-Hugo. Le fameux "village départ" devant trouver place sur l'Esplanade des Rutènes".
    Voila le lien complet:
    http://www.centrepresseaveyron.fr/2014/10/21/rodez-ville-etape-du-tour-de-france-fin-du-faux-suspense,942740.php
    A noter que je préfére la première arrivée en ville à Cauterets après Aubisque et Soulor que celle de cette année.

    Cordialement

    | Pierre LACOUE | mercredi 22 octobre 2014 à 16:11:39

  52. @ lebuy
    Mais la volonté locale , elle y' est vu que les coureurs passeront sur la commune de Colmars,en pleine vallée commune sur laquelle se situe ce souci de route plus haut sur le col des champs!A la différence que au lieu de passer au sommet du col avec un monde fou, des paysages splendides, de la bagarre ce qui aurait fait une pub splendide pour leur commune , la les coureurs vont y passer a 40 km/h et personne n'y fera gaffe, donc au final, ca leur rapporte quoi que la route ne soit pas refaite?en plus c'est le CG des alpes de haute provence qui prend les reparations en charges vu que la route est une departementale.

    Donc encore une fois cet arguement ne tient pas.

    | arpettaz | mercredi 22 octobre 2014 à 16:19:46

  53. Moi j'aime ce parcours :)comme M.T Post 44
    j étais au Palais des Congrès , et je peux vous assurer que l'image des lacets de Montvernier à fait son petit effet:)
    spectaculaire !
    je trouve la première semaine excitante ( le Mur de Huy, c'est quand même une belle nouveauté, content de revoir Mur de Bretagne , original de finir un CLM par équipe en côte .. )
    seule inquietude , ce CLM par équipe tardif risque de pousser les équipes à éviter les risques, pour être au complet

    | OLIVIER | mercredi 22 octobre 2014 à 16:20:36

  54. Superbe tracé du tour de France.
    une première semaine très changeante avec du classique avec quelques sprints mais des pavés, des ascensions sèches (Huy, Mur de Bretagne), 2 étapes qui longent la mer et un CLM par équipes sur un parcours difficile.
    Les Pyrénées sont belles avec une montée inédite et difficile de la Pierre saint martin et une 3 étape avec un bel enchainement La core-port de lers-beille.
    De belles étapes de transition dans le massif central.
    De très belles alpes avec un superbe enchainement Allos-prat loup et une étape de la toussuire pratiquement sans plat. Avant dernière étape juste avant Paris sur l'alpe d'huez. Et surtout très peu de CLM. Bravo!

    | arpettaz | mercredi 22 octobre 2014 à 16:28:08

  55. Tour de france passionnant et bien dessiné avec des alpes très difficiles. Les lacets de Montvernier vont être spectaculaires. Vivement juillet

    | Aurélien M | mercredi 22 octobre 2014 à 16:30:59

  56. @gerard tu veux bien te calmer avant d'insulter ceux qui ne sont pas d'accord avec toi ?
    merci.

    je suis d'accord avec toi que la premiere semaine est bien, hormis les paves. de toute facon il sera toujours difficile d'eviter un sprint massif si on n'arrive pas en haut d'un mur.

    plutot que de critiquer, ce qui est fait est fait. Mais j'aimerai bien comprendre pourquoi on ne passe pas Soulombrie ou pourquoi on va a Epierre. Pas de polemique, juste une explication svp

    | philippe | mercredi 22 octobre 2014 à 16:31:33

  57. #56. Moi aussi Philippe, je suis déçu que le tour ne passe pas devant ma maison car mon village est à peine 10 kms du parcours où passeront les coureurs.

    | [[ usurpation d'identité ]] | mercredi 22 octobre 2014 à 16:36:59

  58. de tres belles etapes de transition dans le massif central ? euh la j attend de voir le profil de l etape mende valence si c seu llescrinet c est une vaste blague !!! maintenant si y a col de meyrand et de la croix bauzon avant l escrinet plus un petit raidar final la ok .... par contre le bourg de peage gap ca c un gachis !! les pauvres du cote du plateau du vercors qui voit jamais le tour ils sont encore ignores !

    | redge | mercredi 22 octobre 2014 à 16:41:56

  59. Soit les étapes jusqu'à la pierre why not , c'est un tracé varié on peut toujours chipoter mais oui là aso est selon moi dans un créneau intéressant pour animer la course.
    L'étape de la pierre est pour moi bien tracé avec un col final 15KM à 7,5% (dont 10 KM à 8,5 au pied) qui va permettre aux leaders de s'expliquer..après par contre on est en droit d'attendre des parcours adaptés à la course de mouvement....je renvoie au mail de likinito,(#22) pour ne pas répéter

    | maziro | mercredi 22 octobre 2014 à 17:00:43

  60. post #58)
    le tour ne peut pas faire qu'empiler des étapes de hautes montagnes très dures
    ll faut des moments de respiration pour les coureurs

    | OLIVIER | mercredi 22 octobre 2014 à 17:06:15

  61. @Gerard (#45) Je suis l'un des rares ici à défendre le parcours 2012, alors non je ne râle pas systématiquement. Mais 2015 est le pire parcours de TDF depuis 2009, pour moi c'est une certitude. Le parcours du Giro est mieux et Dieu sait que j'ai détesté les parcours des Giri 2013 et 2014, et que les parcours des TDF de ces années-là étaient supérieurs.

    | AT | mercredi 22 octobre 2014 à 17:08:15

  62. http://www.letour.fr/le-tour/2015/fr/avant-course/actus/ahc/faire-bouger-les-lignes.html

    | ctrdy01 | mercredi 22 octobre 2014 à 17:29:08

  63. Ah oui, j'oubliais les parcours du Giro sont forcément mieux que ceux du tour. C'est une tradition d'écrire cela. Tout le monde se souvient du superbe giro 2014. Non je déconne.

    | [[ usurpation d'identité ]] | mercredi 22 octobre 2014 à 17:32:30

  64. complétement honteux de ne pas mettre le Puy de dome encore une fois. Prud'homme Démission!

    | niko | mercredi 22 octobre 2014 à 17:35:32

  65. Bonjour,

    Je partage globalement l'analyse de Linkinito (messages #22 et #23) ainsi que l'avis de celles et ceux qui déplorent cet "immense gâchis".

    L'unique point positif qui, pour le coup, s'inscrit dans ma philosophie: l'édition 2015 ne comportera que trois étapes de 200 bornes ou plus.

    Bien que je n'affectionne guère les contre-la-montre (individuels ou en groupe) supérieurs à 45 kilomètres, je trouve les distances dévolues à ce genre d'exercice passablement riquiqui. L'argument avancé par Thierry Gouvenou, "que les écarts se fassent plus en montagne", susciterait mon acquiescement si lui et ses collègues avaient corsé l'addition dans les Pyrénées et les Alpes.

    Ah oui, les responsables d'Arette Pierre Saint-Martin ont été comblés pour leur obstination! La course de côte typique: 15,3 km à 7,4%, tout de même! Impardonnable d'avoir squeezé la Hourcère par Barlanes (1400 m, 12,3 km à 8,3%)! J'aurais enquillé le Soudet après la descente vers la Suscousse pour déboucher dans la station, laquelle ne figure dans aucun de mes tracés. Scandaleux qu'une fois encore, alors que l'occasion s'y prêtait à merveille, les organisateurs aient "oublié" le Pays basque (1)!

    Aspin-Tourmalet, puis Cauterets-Vallée de Saint-Savin, le géant de Bigorre à 41 kilomètres de la ligne blanche...

    Troisième volet du triptyque: la sempiternelle Ariège, avec "une des montées les plus sélectives des Pyrénées, le plateau de Beille" (Christian Prudhomme). Mouais! Les "enchaînements" ne me plaisent pas.

    La côte de la Croix Neuve (1055 m, 3 km à 10,1%) me convient.

    Quoi, quatre tronçons alpestres! A priori, j'applaudis à tout rompre. L'étude en détail refroidit mon enthousiasme.
    Les coureurs aborderont Allos (2250 m) par son versant le moins incurvé avant de "grimper" vers Pra Loup. L'ascension affiche des pourcentages risouliens, en plus court. Toutefois, des souvenirs personnels de la journée du 13 juillet 1975 me reviennent. Qu'Eddy Merckx eût flanché dans une montée aussi peu prononcée m'étonne encore, quatre décennies après. Donc, commémoration.
    Dans ces parages, le col de Pontis, celui de Moissière, le Colombis et Sainte-Anne la Condamine (1830 m, 6 km à 9%) se morfondent...

    Attention les yeux! Les dix-huit lacets de Montvernier (755 m, environ 3,5 km à 8,3%). La séquence "bling-bling"!

    La Toussuire-Les Cybelles. En dépit de la sonorité du nom, j'incline à préférer les Karellis (1600 m, 13,2 km à 7,7%). Une ineptie de placer "l'inédit" principal de la 102ème Grande Boucle, le col de Chaussy, immédiatement après Saint-Jean de Maurienne.

    Enfin, l'Alpe d'Huez, au terme d'un trajet très court (dans l'absolu, je souscris à cette option), avec 46 kilomètres entre le sommet du Galibier et le Bourg d'Oisans.

    Seules trois villes servent de destination et de départ le lendemain. J'exclus Gap, visitée à quatre reprises entre 2010 et 2015, de cette statistique.

    Dans la plupart des coins de montagne, ces messieurs-dames ont, comme à l'accoutumée, négligé les potentialités offertes. Du "classique A.S.O.".

    (1) Je publierai sous huitaine, dans "À votre Tour!", un parcours intégrant à nouveau certains "monticules" (appellation nullement péjorative) de cette région.

    Convialement,

    René HAMM

    | René HAMM | mercredi 22 octobre 2014 à 17:40:21

  66. Pour revenir sur l'étape de la Pierre-Saint-Martin, ce n'est pas le principe de faire une course de côte qui m'embête en soi, c'est plutôt que je trouve que ça n'a pas de sens au départ de Tarbes car on fait exprès d'éviter les cols pour ne pas corser l'épreuve...
    Si on partait de Mont-de-Marsan, Langon ou Agen je trouve qu'aller chercher cette montée sèche en entrée de massif prendrait tout son sens. Dans le cas présent, on sera déjà au pied des Pyrénées mais on va chercher ce tracé à la mord-moi-le-noeud au nord de Pau pour faire une étape qui évite tous les cols sans être trop courte.

    Idem le lendemain, partir de Pau pour aller chercher le versant est de l'Aspin et arriver à Cauterets n'a absolument aucun sens... on continue à tournicoter sur place ! [m'enfin ça fait quelques années qu'on nous sort des tracés tordus de ce type]

    Avec quasi les mêmes villes étapes, il m'aurait paru plus cohérent de faire :
    repos en Gironde
    Langon/Sauternes - APSM
    Pau - Cauterets (remake 1989)
    Tarbes ou Lannemezan - Plateau de Beille ou autre

    Autre problème à mon goût cette 3e étape pyrénéenne est de trop dans un Tour très montagneux... D'autant que cette arrivée au Plateau de Beille semble avoir incité les organisateurs à alléger le programme de l'étape précédente (on a bien fait en sorte qu'elle ne serve à rien) mais également les suivantes (qui auraient pu comporter maintes difficultés supplémentaires compte tenu des régions traversées, mais oh! hé! hein? vous voulez qu'il y ait des HC tous les jours... il faut des journées pour que les coureurs soufflent aussi). Bref, des difficultés utilisées à mauvais escient d'autres oubliées sur le bas coté... Cette deuxième semaine est truffé d'incohérences.

    Pour les acharnés passionnés qui trainent sur cette page, la déception est forcément de taille après un tracé 2014 plutôt réussi avec notamment quelques innovations osées qui avaient produit les effets escomptés pendant la course ! EN comparaison, le parcours 2015 est clairement une régression.

    | willy | mercredi 22 octobre 2014 à 17:48:28

  67. post #65. René, je te trouve trop indulgent car tout est à jeter dans ce tour. Je ne ne souviens pas d'un tour aussi mal dessiné dans ma vie.
    Il aurait fallu au contraire plus d'étapes de 200 kms, qui aurait permis d'accroitre les difficultés. Là, on dirait le tour féminin.
    Les commémorations, c'est bien avant ou après la course mais pas pendant et la montée de Pra Loup ne vaut rien.
    La cote de la croix neuve, c'est du vu et revu et c'est juste pour faire plaisir au consultant de france tv. Quand à l'alpe d'huez, j'en peux plus.
    Horrible.

    | [[ usurpation d'identité ]] | mercredi 22 octobre 2014 à 17:49:36

  68. pas mal le parcours, 1ère semaine avec des étapes piégeuses(bord de mer et pavés) et arrivés en côtes.
    après pas mal de montagne, faut bien fêter les 40 ans du maillot à pois !!
    un petit bémol quand même pour le clm par équipe...

    | jp | mercredi 22 octobre 2014 à 18:03:23

  69. Moi c'est de lire #67 dont je ne peux plus!
    Quelle negativite et arrogance.

    On peut etre d'accord ou pas sur certaines choses, mais bon, bref. J'arrete car cela ne servirai absolument a rien.
    Mais bo; oui, ok. On a comprit - il faut mettre tout les reponsables d'ASO sous verrous pour avoir ose. On a bien compris...

    | ctrdy01 | mercredi 22 octobre 2014 à 18:05:53

  70. @willy #66.
    Il faut tout prendre en ompte
    Comme je l'ai déjà écrit ici ASO, avec ce parcours, peut loger les équipes dans les mêmes hôtels, certainement à Pau et Tarbes et alentours, pour les nuits des 12, 13, 14 et 15 juillet.
    Ce qui atténuera les possibles difficultés pour évacuer Arette et Cauterets aprés les arrivées.

    René pour faire suite à votre #65 je suis d'accord avec vous sur la fin de l'Etape de La Pierre St Martin. Je l'aurais rallongé en allant aprés Mauléon-Licharre chercher le Col d'Arangaitz via Aussurucq, plonger sur Tardets, monter le Col de Sustary avan d'escalader Issarbe/Hourcère.
    Cordialeent

    | Pierre LACOUE | mercredi 22 octobre 2014 à 18:38:23

  71. Incroyable de tous vous lire, vous et vos pessimismes redondants, vous et votre mauvaise foi, vous et vos critiques incessantes, on peut être un peu déçu, mais de là à en faire 3 tonnes et à se prendre pour des rois du tracé alors que si vous traciez, vous trouveriez autant de gens pour vous critiquer... Dommage pour un débat serein... Allez rouler un peu et laissez les gens qui apprécient ce tracé le savourer, d'avance merci... Cordialement...

    | AllezPhilippe | mercredi 22 octobre 2014 à 18:50:02

  72. @69
    Non je ne pense pas qu'on soit dans l'outrance sur ce site, on regrette certaines incohérences, d'autant que les tracés alternatifs étaient possibles sans durcir exégérémént le parcours.

    Moi le tracé me va jusqu'à la pierre , montée sèche moi ça me va mais après...
    - Le tourmalet à 41 km de l'arrivée avec donc au final 22 km de faux plat, est ce que cela à un sens ? alors même qu'un alternative marie blanque, aubisque, plus bordères auraient été possible, (je ne parle même pas de spandelles...)

    - le lendemain, beille soit, l'hommage ) fabio casartelli ok; mais à la limite on peut choisir d'aller directement aux cabannes, le col de la core et le port de lers ils ne serviront à rien, autant les supprimer pour la course de cote de beille..

    - Pra loup , on s'attendait au col champ/cayolle et non on a droit au col d'allos une étape type ax 3 domaine, en plus facile

    - Sjdm, l'intérêt sportif supposait un enchainement glandon chaussy, et bien non, prudhomme nous présente les lacets de montvenrier, dans une magnifique manipulation médiatique une ascencion de 2-3ème catégorie (3km à 8%)devient un grand moment du tour 2015 !
    La route sur la corniche est magnifique mais j'ignorais qu'aso etait un office de tourisme !

    - la toussuire : corollaire de l'étape de la veille, le col chaussy est casé au départ, avec après la chambre un belle boucle toute plate de 20 km pour "eviter" un enchainement direct avec le glandon, c'est complétement absurde, et pourtant c'est ce que le tracé suggère !

    En effet, il serait dommage qu'un favori attaque dans le chaussy et doive ensuite enchainer le glandon sans un mètre de plat ! Ce serait vraiment une faute de gout si le parcours favoriait les initiatives loiuntaines en montagne !
    Et non là grace à cette boucle on est sur que rien ne se passera avant la croix de fer !
    - l'alpe d'huez : bon que dire l'enchainement galibier-alpe d'huez est pour moi le pire possible dans le massif alpin...42 km de descente après le galibier; parfait pour les regroupemements !

    | maziro | mercredi 22 octobre 2014 à 18:52:57

  73. La pierre St Martin ... en montée sèche le 14/07 ... on doit friser le moustache dans la station ... Pas d'aubisque pas de bara... pas d'autre difficulté dans la journée .... ca va être NOIR de monde, c'est à 1h30 2h des bayonne, st jean de luz, san sebastian, pampelune ... NOIR DE MONDE

    | gill | mercredi 22 octobre 2014 à 18:53:33

  74. post #72. maziro est stupide où il en fait exprès?
    Que l'étape comporte 7 cols de HC ou juste une montée finale, les leaders s'attaqueront uniquement dans la dernière montée. C'est le cyclisme moderne.
    Alors vous me faites rire avec vos souhaits d'enchainement bidon.

    | Etienne | mercredi 22 octobre 2014 à 19:09:07

  75. Effectivement, en regardant la video 3D sur l'étape SJDM / La Toussuire, la boucle dans la vallée entre Chaussy et le bas du Glandon fait presque mal au coeur...
    Ca fait vraiment genre il nous faut du kilomètre donc on fait une boucle dans la vallée qui ne sert à rien (à part annihiler complétement l'enchaînement Chaussy-Glandon...) Enfin les 1er et le grupetto se feront coucou de part et d'autres de la vallée...

    | Vince | mercredi 22 octobre 2014 à 19:09:37

  76. @57 et 63

    Tiens nous sommes 2 Daron44!? Curieux!
    Et tu me dire pk ce pseudo, ça m'intéresse ;-)

    Je donnerai mon avis plus tard (pas le tps), mais je partage 1 peu l'avis général (enfin je crois, pas tt lu) je crois bien que c'est la 1ère fois que je suis déçu en découvrant le tracé :( Quand j'ai vu Allos alors que j'était sûr de l'enchaînement Champs/Cayolle, ça m'a foutu les boules!

    Rapidement, la 1ère semaine est bonne, ne soyons pas plus royaliste que le roi, vu les régions traversées.
    Sinon trop d'arrivées au sommet, des étapes mal tracées (Tourmalet encore pour les baroudeurs) des kilométrages indignes d'1 GT.

    Par contre pour les clms, jamais été fan dc ça me ne dérange pas plus que ça. Je préfère voir 1 "combat d'homme à homme". Il faut dire que les années Indurain qui mettait 1 valise à tt le monde avant de gérer "tranquillement" en montagne m'en ont dégoûté. La course était déjà jouée avant que la route ne s'élève!

    Nibali devrait adoré avec les pavés, la descente vertigineuse d'Allos, celle technique du Mollard... Si Froome n'est pas au niveau (curieux qu'il hésite à participer!?) On peut assister à de belles joutes entre Nibali/Contador même sortants du Giro et Quintana sans oublier nos français Pinot/Rolland/Bardet qui ont là 1 parcours taillé à leur mesure.

    Mon étape préférée: celle de Mende, avec l'enchaînement Molines/Chabrits/Croix Neuve, c'est dire...

    Heureusement on à le col de Manse pour sauver la mise! (il faut qud même remonter à 2013 pour le dernier passage) Malheureusement pour SJDM, ils ont choisi de passer par Bayard! :'( Ca fait 1 "nouveauté" mais qud on aime on ne compte pas (comme en 2013 x2) et c'est pour moi forcément 1 crève-coeur! :D

    | Daron44 | mercredi 22 octobre 2014 à 19:21:03

  77. Réné et Linkinito

    Vous m'étonnez René par votre ''critique'' ! Comment ne pas s'insurger contre un tel Gâchis !

    Voici les gâchis : Huy (à l'image de la Flèche ...) / APSM / Beille / Rodez / Mende /Valence / Gap / Pra Loup / SJDM / La Toussuire.
    Soit la moitié des étapes rien que ça.
    Et lorsque je parles de gâchis j'entend les étapes qui après la fuite auraient pu être bien mieux tracés.

    Mais je préfère m'arrêter là.

    A bientôt sur A Votre Tour René ! Linkinito encore merci pour ce travail Journaliste qu'on ne devrait pas retrouver sur bon nombre de site ''spécialisés'' ... Mais bon, on a affaire à des spécialistes ici ;)

    *Bravo a ASO qui dans sa politique commerciale est (on ne peut pas lui reprocher) plus que compétente !

    | bapt77 | mercredi 22 octobre 2014 à 19:27:15

  78. #69
    Toute la question est là: si seulement ils avaient osé!!!
    Mais Manse!!!, CDF-Mollard-Toussuire, Galibier-ADH quelle témérité!
    Un tel panache devrait au contraire valoir la légion d'honneur, non?
    Il est clair que ce tracé manque d'originalité et le fait de resservir Modane-ADH qui, en dépit des efforts et du panache de Contador, avait clairement montré son inefficacité...

    #71
    si la critique t'ennuie, fais donc un tour sur des sites de cyclix qui se pâment rien qu'à l'évocation du Tourmalet, du Galibier ou de l'Alpe.
    Tout le monde a le droit de critiquer le travail des traceurs d'une épreuve qui est, en partie, financée par l'argent public. Et si les gens qui apprécient ce parcours connaissaient La Hourcère, Moissières ou ND du Pré (pour ne citer que ceux ci) ils changeraient d'avis. Il n'y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir.
    Au final, on entend que ce tour serait montagneux et difficile... des étapes de 174km en moyenne et 26 cols (8 HC,6 C1 contre 7 et 11 l'an dernier...), ces valeurs le placent plutôt dans les tours les moins difficiles. Mais il vaut mieux laisser courir cette rumeur infondée qui va attirer les gros titres, il est bien sûr préférable de servir de la patée pour chats avec une belle étiquette de foie gras... Tous les AllezPhilippe de France et de Navarre courront en bouffer jusqu'à plus soif au cri de "y en a qui aiment alors taisez vous et laissez nous savourer en paix!" Quel aveuglement!

    | Guillaume14 | mercredi 22 octobre 2014 à 19:55:52

  79. C'est marrant les nouveaux venus, fans du col de Manse semble-t-il, qui donnent des leçons sous le seul prétexte qu'ASO fait un travail formidable. De les aider, je ne demande que ça. Prudhomme n'a qu'à m'appeler j'irai en courant !

    Parce que c'est bien beau de jouer les chevaliers blancs, mais il serait aussi temps de nous expliquer en quoi ce parcours est propice au spectacle et de quelle façon il sacrera un coureur complet ?

    Je rejoins entièrement les posts précédents de Linkinito et Maziro.

    | thibaut | mercredi 22 octobre 2014 à 19:56:47

  80. [[ supprimé, doublon ]]

    | AllezPhilippe | mercredi 22 octobre 2014 à 20:03:52

  81. post 71. Moi aussi quand j'étais un jeune ado, j'adorais prendre les cartes michelin pour faire le parcours des tours de France sans prendre en compte la moindre réalité (infrastructure des routes, raisons financières et économiques, équilibre du parcours, questions juridiques). Il est le temps de grandir Guillaume 14

    | AllezPhilippe | mercredi 22 octobre 2014 à 20:10:50

  82. post 78 pardon.

    | AllezPhilippe | mercredi 22 octobre 2014 à 20:11:53

  83. J'imagine Linkinito, Guillaume14 et Maziro faire le tracé du tour de France. On aura le droit à 10 étapes dans les pyrénées et 12 dans les alpes avec 40 cols HC.

    | Pierrot | mercredi 22 octobre 2014 à 20:14:46

  84. Bonsoir,

    Comme l'a indiqué Pierre Lacoue (post 1079), Romain Bardet et Thibaut Pinot ont dessiné leur Tour pour "L'Équipe" d'aujourd'hui.

    Le coureur d'AG2R La Mondiale préconiserait, dès le troisième jour, une arrivée au Pas de Peyrol, le cinquième une montée terminale vers Luz Ardiden, le lendemain un tronçon Auterive - Saint-Girons par le Portel et le Core avant Pau - Bayonne avec, pour finir, la petite côte de Bonetbelchenea (317 m, 1,4 km à 5,7%)à... 51 bornes du but. 9ème étape: Hennebont - Jugon-les-Lacs, les 700 derniers mètres affichant 18%. 15ème: Colmar - Ballon d'Alsace, l'ascension la moins ardue bouclant l'excursion vosgienne. 17ème: Bourg-en-Bresse - Grand Colombier (16 km à 8%, selon lui). 18ème: Chambéry - Le Revard, avec le Mont du Chat comme difficulté initiale, une stupidité prouvant que le "virus A.S.O." engendre des ravages contre lesquels il me semble urgent de découvrir un antidote, puis le Sapenay et le sommet surplombant la rive orientale du Bourget. 19ème: Megève - Iseran. 20ème: un contre-la-montre vers le Signal de Bisanne (10 km à 8,5%), la veille du terminus sur les Champs - Élysées. Le pire alterne avec du bon.

    Le projet, également en 21 étapes, du troisième de l'édition 2014, me laisse une impression mitigée identique. Je noterais juste sept arrivées en altitude: la Bonnette, le troisième jour, l'Alpe d'Huez contre le chrono le sixième, le Cormet de Roselend, la Planche des Belles Filles, le Pailhères, Luz Ardiden (14,7 km à 6,9%, pente sous-évaluée), le Tourmalet, puis le transfert vers Saint-Germain-en-Laye.

    Commentaire de Christian Prudhomme: "...ils proposent des Tours encore plus durs que ce qu'on fait...". Pouah!

    Conviviales salutations à toutes et tous,

    René HAMM

    | René HAMM | mercredi 22 octobre 2014 à 20:20:58

  85. Ce parcours etait rempli de bonnes idees mais la majorite d'entre elles ne sont pas abouties.

    La premiere semaine peut etre vraiment interessante mais il faudrait les profils complets pour etre certains de ca, nottament pour l'etape de Huy. Si dans les 50 dernieres bornes ils nous mette les cotes de la Fleche Wallone, ce cera un beau spectacle. Surtout, au pied du Mur le placement est ultra important car la route est tres etroite. Ne pas rentrer dans les 10 premiers, c'est l'assurance de ne jamais revenir sur le futur vainqueur.

    Les paves 2 ans de suite, ca fait beaucoup, mais ce sont des paves "nouveaux" par rapport a d'habitude, et ca evite une longue transition plate donc pourquoi pas. De plus le TOur ne reviendra peut etre pas dans le Nord avant plusieurs annees apres 2014 et 2015.

    L'etape qui longue la cote de Haute Normandie sera plus piegeuse qu'il n'y parait si il y a du vent.

    En Bretagne, je suis decu que la cote de Cadoudal soit a l'arrivee du chrono. En effet en milieu de parcours cela aurait influe sur les temps de facon beaucoup plus importante, la il suffit que les 5 meilleurs grimpeurs partent dans les 2 dernieres bornes en montee pour faire le temps de l'equipe en plantant les rouleurs. Avoir 15 bornes de plat derriere aurait oblige les equipes a s'attendre.

    Les Pyrennees vont se resumer a deux montees HC, certes belles mais seches. Les baroudeurs s'en donneront encore a coeur joie.

    Les Alpes... meme si ca n'est "que" Allos par le sud, l'etape de Pra Loup est surement la seule qui donnera lieu a une bagarre de loin entre favoris. L'Alpe d'Huez le samedi va bloquer la course, et comme le profil est encore saccage...

    On peut deja dire au revoir a Froome et Tony Martin pour ce Tour par exemple. Cancellara viendra peut etre a cause des paves.

    | Yoshi45 | mercredi 22 octobre 2014 à 20:28:10

  86. @thibaut post 79

    J'espère que tu ne fais pas référence à moi, pour 1 fois je te rejoins (à quelques points près je pense car je n'ai lu qu'en diagonale) ds ton analyse du parcours 2015.
    Pour le col de Manse, c'est de l'humour! Pas très drôle certes...
    Et attention car apparemment y'a 1 "guignol" qui a piqué mon pseudo comme je le signale ds mon post 76.

    | Daron44 | mercredi 22 octobre 2014 à 20:31:10

  87. Bonsoir Bapt77,

    En quoi ma "critique" vous étonne t-elle?

    J'ai bien précisé que je partage l'analyse de Linkinito. Je considère, comme lui et d'autres, que le tracé qu'a dévoilé, en fin de matinée, Christian Prudhomme, s'apparente à un "immense gâchis". Pour chacune des étapes pyrénéennes et alpestres, il existe des alternatives bien plus emballantes. N'ai-je pas mentionné par exemple Les Karellis à la place de la Toussuire?

    Je consacrerai deux heures, la semaine prochaine, à la publication sur "À votre Tour!" d'une édition passant successivement par les Vosges, les Alpes, l'Ardèche et les Pyrénées, ainsi que d'une autre se déroulant dans le sens inverse.

    Bien à vous,

    René HAMM

    | René HAMM | mercredi 22 octobre 2014 à 20:37:09

  88. Meme sans changer les villes etapes (question d'argent, il est quand meme aise de faire un trace des etapes de montagne bien meilleur que celui propose. C'est surtout la qu'est le plus grand gachis a mes yeux.

    | Yoshi45 | mercredi 22 octobre 2014 à 20:41:25

  89. Hello
    Ben moi ce tour il me plait plutôt bien :

    1. peu de CLM Ind, c'est bien ça change, marre de voir des coureurs trop fort dans cet exercice prendre 2 min aux purs grimpeurs qui ne peuvent jamais les récupérer...
    2. 1ère semaine : 2 étapes sujettes à bordures, 2 arrivées en mur, une a pavés, 1 CLM par équipe au boute de neuf jours : mais c'est génial ! varié, peu de sprints attendus comme par le passé, des habitudes bouleversées, protéger les équipiers en vue du CLM en voilà de l'inédit, et les pavés, y'en a qui critique les pavés !!!! c'était pas du grand spectacle cet été les pavés, chaque année il devrait y en avoir, c'est plus intéressant qu'un CLM ou ARMSTRONG/FROOME prend 2 minutes à tout les autres....

    varié, innatendu, truffé de pièges... et y'en a qui râle....

    3. Bon les pyrennées, somme toute classique, trois arrivées au sommet, on aura une lutte dans les dernières montées comme dans 99% des étapes de montagnes---
    je ne comprends pas que l'on crie au scandale parce qu'il manque un col dans la première, les mêmes qui disent qu'ils ne faut pas en mettre avant Beille, oui le Tourmalet sera "escamoté" comme 8 fois sur 10...
    4. liaison vers les Alpes : cela s'appelle des étapes de transitions pour baroudeurs, oui l'arrivée à Valence un dimanche ok, oui Manse ça fait trop souvent, mais bon on y a vu souvent du spectacle dans ce col
    5. Alpes : Allos Pratloup c'est pas suffisant avant les 3 autres, bien sûr j'aurai préféré un Cayolle Champs Allos Bonnette mais faut savoir resté raisonnable, parcours original; ensuite Glandon et les virages avant St Jean, qu'y-a-t-il de scandaleux ?, oui 30km après Chaussy, même question, 30km .... après il reste 3 cols enchainés, oui le galibier est trop loin du pied de l'Alpes, mais bon ,je me souviens avoir assisté dans mon canapé à (pour moi) une des plus belles étapes jamais vues (attaque de Contador dès le Télégraphe, Voeukler qui craque tôt Contador rattrapé après une bonne partie de manivelle dans la descente, Rolland qui s'échappe et qui largue Contador et Sanchez si mes souvenirs sont bons, c'était pas excellent ça ?

    Alors les gars, des critiques ok, oui mais quand j'entends crier au scandale, au gâchis, là je ne suis pas du tout, mais pas du tout d'accord !

    | jef84 | mercredi 22 octobre 2014 à 21:02:30

  90. Daron44 > Oulah non, pas le moins du monde ! Je connais ton point de vue. Quant au col de Manse, je suis le premier à le tourner en dérision.

    Je visais (sans méchanceté) la bande à Gérard, AllezPhil, etc…

    | thibaut | mercredi 22 octobre 2014 à 21:08:55

  91. Jef, il faut quand meme admettre que l'ADH 2011 fut une etape biaisee par le fait que le leader etait Voeckler, et que la victoire de Rolland au sommet fait oublier aux Francais que derriere les leaders n'ont pa fait grand chose. Les leaders ont ose attaquer car ils savaient que Voeckler etait plus fragile qu'un leader "classique" malgre sa performance incroyable dans le Galibier. Avec un leader "fort" comme Nibali ou Froome personne n'aurait bouge le petit doigt avec les premiers metres de la montee finale.

    On peut dire ce qu'on veut du parcours mais ce sont les coureurs qui font la course. Avec les chutes de Contador et Froome le TOur 2014 n'a pas du tout eu le deroulement attendu donc attendons Juillet avant de juger.

    | Yoshi45 | mercredi 22 octobre 2014 à 21:09:22

  92. Je suis tout à fait d'accord avec toi... de toute façon, si les leaders décident d'attaquer tout les jours à 3 bornes du but, tu peux mettre le parcours que tu veux, ça changera rien... mais je trouve que ce parcours (1ère semaine notamment) peut favoriser des circonstances de course pas banales et intéressantes, c'est ça qui me plaît.

    | jef84 | mercredi 22 octobre 2014 à 21:18:26

  93. Bonsoir à tous

    Comme toujours lors de la présentation d'un tour, il y a du bon, du moins bon et du mauvais. L'an dernier, en plus, on a eu de l'excellentissime avec les trois jours dans les Vosges. Mais bon, il ne vaut mieux pas s'habituer au caviar...

    Globalement, pour moi, la déception l'emporte.
    Mais je vais commencer par aborder ce qui me satisfait.

    Le peu de CLM : pour beaucoup ici, cela semble une hérésie. Mais pour moi, la vocation du chrono est de contribuer à déterminer une pré-hériarchie en début de tour. A la limite, sur ce tracé 2015, j'aurais inversé les choses : chrono par équipes de 15 bornes le 1er jour et chrono individuel de 30 bornes au bout de 8 jours. Je pense d'ailleurs que ce TTT breton fera beaucoup parler, car certaines équipes seront bien diminuées après le vent, les pavés...

    Les pavés, justement.
    Certains font la fine bouche, en disant que deux ans de suite c'est trop. Et pourquoi pas ? On a bien des chronos tous les ans, les pavés font partie de l'histoire de ce sport tout autant que les CLM, non ???
    Et puis, une étape pavée, c'est toujours mieux qu'une énième étape avec un "sprint-euh massif" cher à Thierry Adam. Pas d'accord ?

    Pour conclure sur les aspects positifs, les 9 premiers jours de course s'annoncent bien rythmés, bien charpentés (sous réserve que les étapes de Huy et de Mûr-de-Bretagne ne soient pas que de simples courses de côte). Ce n'est peut-être pas aussi alléchant que la première semaine de 2014, mais ça tient la route.

    Ensuite, c'est là que je ne vais plus être copain avec ASO, et rejoindre le choeur des contempteurs de ce menu montagneux a priori copieux mais, quand on le regarde de plus près, dépourvu de saveur, de bon sens et d'originalité.

    La Pierre-Saint-Martin : certes, il y avait mieux à faire dans l'approche et/où dans le versant emprunté, mais ça reste une entrée en matière correcte, à la Hautacam 94.
    Cauterets : c'est là que ça se gâte, car encore une fois le Tourmalet se trouve bien mal traité... Le géant pyrénéen sera escamoté à cause : 1 de l'étape de la veille, 2 de l'étape du lendemain, 3 de ces 22 derniers km en vrai-faux faux-plat... J'ai du mal à croire qu'il n'y ait vraiment aucune possibilité de tracer une ligne d'arrivée à Campan, ou à Luz-Saint-Sauveur, voire à Barèges ou à La Mongie (en descente) pour mettre en valeur ce col (autrement que par une arrivée au sommet) ?
    Beille : trois étapes pour un premier massif, c'est une de trop. Mais tant qu'à la faire, cette 3e étape, autant bien la dessiner. La Core... franchement... Désolé cols de Saet, Catchaudégué et autres Crouzette...

    Pour les 4 étapes entre les deux massifs, il me faudrait voir les profils pour me prononcer. Mais rien que sur l'arrivée à Mende, pourquoi ne pas POUR CHANGER monter la Croix-Neuve par l'autre côté (au moins aussi difficile que la côte Jalabert) et arriver en ville après la descente ?

    Gap et Manse : tout a déjà été dit, rien à ajouter

    Pra Loup : il y aurait eu moyen de faire une immense étape de montagne, mais on risque d'avoir quelque chose comme Prato Nevoso (en 2008 je crois). Etape pour montagnard-baroudeur

    Saint-Jean-de-Maurienne : même topo, je ne vois pas les favoris bouger plus que ça. Pas tant à cause du profil de l'étape, qui n'est pas si horrible que ça et a le mérite de sortir des sentiers battus, qu'en raison des deux arrivées en montée du lendemain et du surlendemain.
    Là encore, il y a une étape en trop dans ce massif.

    Quitte à arriver de nouveau à La Toussuire, autant éviter POUR UNE FOIS le Mollard et enchaîner direct après la Croix-de-Fer.

    Sur l'étape de l'Alpe, tout a déjà été dit avant moi : le manque d'originalité, le manque de complémentarité entre le Galibier et l'ADH...

    Je m'arrête là pour ne pas être trop long...

    | mimouane | mercredi 22 octobre 2014 à 21:57:25

  94. Y a un petit malin qui a usurpé mon pseudo pour parler à Guillaume 14?? Curieux ce site avec tous ces types prétentieux qui insultent et se montrent haineux envers les traceurs... Mais franchement, je peux comprendre les déceptions de certains, mais pas vos avis si tranchés... Avec des termes qui ne souffrent pas la contadiction! Souffrez messieurs que les pavés puissent apporter la solution à votre envie de course débridée... Souffrez que les murs, les bordures puissent obliger Pinot et d'autres à mettre le feu dès le Tourmalet et Chaussy... On peut rêver, vous ne devez pas souvent le faire... Mais perso, je pense qu'on a un parcours assez équilibré qui consacrera forcément un coureur complet, un Bardet en plus costaud, un Nibali donc... Ou un Quintana en mode feu et offensif dès les Pyrénnées, car avant, il devra limiter la casse... Reste à espérer que les attaquants sortent des pavés sans casse, ils devraient avoir un peu de retard, ce qui nous permettra d'avoir de l'attaque à outrance pour une fois... Et ne pas avoir de chronos nous imposera un vainqueur à la pédale, un grimpeur pas perdu dans les configurations Vent et ou classiques...

    | AllezPhilippe | mercredi 22 octobre 2014 à 23:03:38

  95. Merci pour vos commentaires concernant ma longue analyse "à chaud", il est vrai que je n'y suis pas allé de main morte mais ce parcours est tellement truffé d'erreurs que je ne pouvais retenir mes doigts sur le clavier, à défaut de pouvoir retenir ma plume.

    J'ai quelques petites réponses à apporter à certains commentaires :
    - @Bebelours #32 : Il est vrai que la majorité des étapes de montagne ont malheureusement tendance à se jouer dans la montée finale. Mais ici ce n'est pas vraiment le fait que ça se joue dans les montées finales, c'est avant tout l'agencement des difficultés à la fois dans le Tour en général et dans les étapes qui posent problème.

    - Le commentaire #67 n'est pas de moi, c'est un usurpateur. J'ai voulu réagir plus vite mais j'étais en "déplacement" cette fin d'après-midi et Velowire n'arrive pas à accepter les commentaires postés depuis un mobile.

    - @Pierrot #83 : Je t'invite à aller voir mes Tours dans la rubrique "à votre Tour". Ils ne sont certes pas parfaits, mais au fil du temps j'ai appris à équilibrer mes parcours.


    A froid, je viens à penser que ce Tour n'a surtout eu un intérêt principal : l'esthétique à tout prix. Pour moi, le Tour 2015 est le Tour de la "poudre aux yeux" (sans pour autant hurler au "bling-bling" - là on serait plutôt passé par Deauville, Saint-Tropez, Courchevel). Il n'y a qu'à voir les descriptions des étapes faites par Christian Prudhomme et les tracés de nombreuses étapes. La valorisation de monuments, à la fois du cyclisme et de l'humanité a clairement tué ce tracé qui pouvait offrir de très belles choses.

    Une série de courses de côte en première semaine entrecoupées d'étapes littorales, comment ne pas faire plus "poudre aux yeux" que des étapes que l'on survend. Alors qu'on aurait pu ajouter de la valeur à ces étapes en passant par des secteurs plus complexes, et les possibilités ne manquaient pas. Huy aurait dû être l'étape "Flèche Wallonne" avec un final digne de ce nom et non pas réduit au plus simple élément final. L'étape normande et bretonne vers la côte du Ménéhiez auraient également bénéficié de finaux plus casse-pattes. Cadoudal dans le CLM par équipe en est une autre preuve... Il a beau pleuvoir beaucoup en Bretagne, c'est la goutte de trop. Tout pour le "sensas", rien pour le "sportif". Et l'ajout des bonifications uniquement sur cette section du parcours prouve une nouvelle fois que l'aspect sportif de cette première semaine est nul... Alors qu'on s'en serait très bien passé avec des étapes mieux tracées et plus variées. Et c'est pas comme si on ne pouvait pas faire autrement. L'étape pavée est le seul bon point de cette entame 2015, mais là où les pavés vers Arenberg s'inséraient parfaitement dans une première semaine ardue en 2014, ici la difficulté de l'étape écrase presque tout le reste. Et cela crée un déséquilibre flagrant. Concernant le faible kilométrage du CLM, je considère cela plus comme une expérience à tenter, et voir ce que cela peut donner.

    Continuons les traces de la poudre dans la deuxième semaine. Je ne reproche pas trop la course de côte vers La Pierre Saint-Martin, car je suis déjà heureux de voir que leur Tour est enfin venu après tant d'années, et puis si l'expérience est concluante (ce dont je ne doute pas au vu des pentes), on sera amené à revoir cette montée plus tard, avec de plus belles possibilités. Tout comme l'a été la Planche des Belles Filles avant elle. Mais après, Cauterets et le Plateau de Beille tombent totalement dans le cliché. La première montre à quel point le "Tourmalet à tour de bras" peut ruiner un tracé entre deux villes. Juste pour le simple fait d'intégrer ce col mythique au parcours (c'est pas comme s'il avait été passé suffisamment de fois depuis son introduction il y a plus de 100 ans...), on se prive d'autres cols "un peu moins" mythiques mais dont l'aspect sportif et esthétique auraient été tout aussi probants, je parle bien sûr de Marie-Blanque et l'Aubisque. Après on dit que Cauterets est hyper mal placé mais quand une candidature veut le Tour, on ne peut pas trop l'en empêcher. Seulement, de toutes les manières différentes pour aborder la montée vers la vallée de Saint-Savin, celle-ci était une des pires. Le Plateau de Beille en lui-même est également de la pure poudre aux yeux quelque soit les cols qui le précédent : la montée est trop exigeante pour que quelqu'un bouge avant. Du coup on a des cols "sacrifiés" comme le disait un de mes précédesseurs.

    Si les finals de Rodez et Mende sont prometteurs, les parcours subissent eux aussi la "beauté à tout prix". L'étape de Mende est très symptomatique de tout ceci. "Passage sous le viaduc du Millau et Gorges du Tarn", si c'est pas beau à voir, alors que pléthore de montées exigeantes se trouvent dans les Cévennes, on décide de mettre 100 km plats au milieu d'une étape. Mouais. Après on ne peut pas exiger d'une étape qu'elle soit trop complexe au vu du reste du parcours, mais voilà, on pouvait rajouter du 3C à plusieurs endroits. Cette étape Mendoise ne sera qu'une "adaptation" de l'étape de La Mauselaine cette année. L'étape de Valence, ultra-prometteuse sur le papier est sacrifiée pour permettre au réchauffé de Gap, qu'ASO adore, de prendre place. Le bon sens aurait été d'inverser le rôle des deux étapes quitte à platifier la virée Drômoise. Mais là encore, sur l'autel de la poudre aux yeux, les copains de Prudhomme sont les bourreaux, et les belles étapes, les offrandes offertes en sacrifice.

    Et concernant la dernière semaine, difficile d'ajouter grand chose de plus : l'étape de Pra-Loup est bien moins clinquante sans le col des Champs du fait du manque d'audace de la part d'ASO (car sincèrement demander à refaire une route ils le font sans cesse), celle de Saint-Jean-de-Vaurienne (sic) est rendue plus belle par les lacets de Montvernier mais en aucun cas sportivement (cela tue l'intérêt du Glandon), celle de la Toussuire rajoute un col pour la beauté du geste mais n'aura aucun intérêt si ce n'est de lancer une échappée avant 40 bornes inutiles de plat et enfin, à 24 heures de l'arrivée final, l'Alpe d'Huez, que là oui, je qualifierai d'arrivée bling-bling et même de pourri-gâté au vu de l'ego surdimensionné du maire... Ca se passe de commentaire. Sans oublier la virée parisienne qui décide de passer par plus de monuments historiques de la capitale. Tiens donc. Mais le Sacré-Cœur, la vue magnifique sur la capitale, et l'aspect sportif en plus, on peut se brosser.

    En bref, le Tour de France s'est payé une belle séance de chirurgie esthétique. Dommage que ce soit au botox et aux prothèses PIP.

    | Linkinito | mercredi 22 octobre 2014 à 23:09:40

  96. J'abonde dans le sens de Linkinito, et je reprends la formule utilisée par quelqu'un plus haut (je ne sais plus qui, qu'il ou elle me pardonne) : il serait bon qu'ASO se souvienne qu'elle n'est pas un office de tourisme, mais une société organisation d'épreuves sportives.
    Et puis autre chose : c'est moi, ou l'accumulation jusqu'à plus soif des commémorations/anniversaires jusqu'à plus soif (Casartelli/Portet d'Aspet '95, Jalabert/Mende '95, Thévenet/Pra Loup '75) devient légèrement gonflante ?

    | mimouane | mercredi 22 octobre 2014 à 23:20:24

  97. Et bien que de mécontents !! Mais ce sont là analyses d'experts et on ne comprend pas bien. Ce parcours fait du business et le Tour de France est effectivement une entreprise, certes subventionnée. Et alors ? Au delà, ce parcours est orchestré pour fabriquer du suspense : des arrivées en côte, des opportunités de bordures, des pavés, des montées finales hard pour le spectacle mais non définitives en termes d'écarts. Le tout avec de nouveaux cols (APSM, Chaussy, Lacets de Montvernier,...) tant réclamés par les experts. Le Tour de France à une histoire et des références qui ont fait sa légende, il doit les respecter tout en innovant, c'est un exercice difficile tandis que ces challengers (Giro, Vuelta) multiplient d'audaces. Le tour de France n'est pas un laboratoire à cols et nouveaux tracés, c'est la plus grande course cycliste au Monde avec ses standards et ces nouveautés à développer progressivement.
    La seule chose qui me choque dans ce parcours, c'est le trop faible kilométrage en clm individuel, le chrono étant un exercice de champion. Ensuite, comme l'a dit quelqu'un ici, le ClM par équipes pourrait créer un "bug" avec des écarts trop sensibles si les pavés et le vent ont fait trop de dégâts auparavant. L'accumulation d'arrivées au sommet est "limite" mais peut garantir un superbe suspense si le plateau est complet (Nibali, Contador, Quintana, Froome, les française, les surprises,...). Je préfère la configuration Vuelta 2014 ou l'on ne connaissait pas le vainqueur 48 heures avant la fin plutôt que la configuration Froome en pleine bourre (qui hésites tiens tiens...) ou tout est bouclé à la sortie des Pyrennées. Mais pardonnez moi je ne suis pas un expert des parcours excellents à débusquer et qu'ASO méprise tant...

    | Cédric | mercredi 22 octobre 2014 à 23:58:41

  98. @tous : tout d'abord désolé pour la publication tardive de cet article avec les informations détaillées sur le parcours officiel du Tour de France 2015.

    En fermant la possibilité de commenter l'article sur les rumeurs, je me suis permis de déplacer vos commentaires sur le parcours officiellement présenté ici. Je mettrai à jour les renvois vers les commentaires numérotés selon les nouveaux numéros des commentaires ici.

    Bonne nuit à ceux qui me lisent encore avant d'aller se coucher ;-).

    | Thomas Vergouwen | jeudi 23 octobre 2014 à 0:30:20

  99. Bonjour à tous,

    Tout d'abord, bravo à Thomas et à tous les membres du forum pour ce sans faute.

    Je rejoins Linkinito sur la plupart de ses arguments.

    Le plus dommage avec ce parcours, c'est qu'il était possible de faire beaucoup plus original en conservant les villes choisies, mais en faisant simplement quelques ajustements.

    Je trouve ce parcours très bon d'un point de vue médiatique, ASO vend très bien ses étapes, ce qui accentue le sentiment d'étape gâchée quand il ne se passe rien avant les 5 derniers km (même si de plus en plus de personnes se contentent d'un ¼ d'heure de course par jour).


    1ère semaine médiatique :

    1ère étape : C'est le grand départ! En plus c'est le seul CLM individuel.
    2ème étape : Bordures, vous allez voir, il y en aura partout
    3ème étape : Le Mur de Huy, 1er rendez vous des favoris, vous allez voir ce que vous allez voir.
    4ème étape : Les pavés. C'était extra cette année, ce sera pareil en 2015.
    5ème étape : 1er sprint.
    6ème étape : Bordures. 100 bornes en bord de mer, encore des bordures de partout!
    7ème étape : 2ème Sprint
    8ème étape : Mur de Bretagne. Comme Huy, on va avoir une énorme bataille entre favoris.
    9ème étape : CLM par équipe, le dernier CLM, en plus avec un final en bosse


    1ère semaine probable :

    1ère étape : CLM individuel + Grand Départ
    2ème étape : Zut, y a pas vent. 1er sprint
    3ème étape : 1,5km de course, 10 secondes d'écart au final.
    4ème étape : Les pavés. Bon ça j'aime bien, je ne vais pas critiquer.
    5ème étape : 2ème sprint.
    6ème étape : Toujours pas de vent. 3ème sprint.
    7ème étape : 4ème Sprint
    8ème étape : Mur de Bretagne. Comme Huy, 2km de courses.
    9ème étape : CLM par équipe

    1ère semaine que j'aurais apprécié (je ne prend pas en compte les aléas climatiques) :

    1ère étape : CLM individuel + Grand Départ
    2ème étape : 1er sprint
    3ème étape : Un final Bellaire, Bohisseau, Bousalle, Ahin, Huy.
    4ème étape : Les pavés. Je ne change pas l'étape
    5ème étape : CLM par équipe à Amiens (17km)
    6ème étape : 2ème sprint.
    7ème étape : Une étape accidentée, mais sans grand prix de la montagne, mais avec un final casse patte.
    8ème étape : Mur de Bretagne. Comme Huy, 2km de courses.
    9ème étape : CLM individuel (28km)

    Le faible nb de KM de CLM n'est pas pour me déplaire, je n'ai jamais été un grand fan de cet exercice. D'ailleurs, ces étapes sont les moins bonnes audiences du Tour. Cependant, transformer le CLM par équipe en CLM individuel aurait permis un meilleur équilibre.
    ASO se base également trop sur cette 1ère semaine sur des conditions climatiques venteuses, élément impossible à contrôler, et qui peut amener un grand bide sur une étape survendue. Les bordures pourraient en revanche très bien arriver un autre jour que celui prévu.
    J'ai peur d'assister à 3 étapes au sprint + Le mur de Bretagne se résumer à 2km de course, en clair, 4 jours avec peu d'action. En cherchant bien, je suis certain que l'étape de Fougère aurait pu proposer quelques montées – descentes dans le final, histoire de pimenter la course.



    2ème semaine médiatique :

    10ème étape : Arrivée inédite!!! 1,5km à 15% (je l'ai entendu à plusieurs reprises dans différents médias)
    11ème étape : Tourmalet!!!
    12ème étape : Hommage à Casartelli + Arrivée au sommet de l'Alpe d'Huez Pyrénéen
    13ème étape : Attention au petites bosses dans le final.
    14ème étape : La mythique montée Jalabert. Grand spectacle en perspective.
    15ème étape : Valence. 3ème sprint.
    16ème étape : Le mythique col de Manse. Attention à la descente!


    2ème semaine probable :

    10ème étape : Course côte (Normal, je ne désapprouve pas).
    11ème étape : Un groupe de15 favoris se présente à l'arrivée (et je suis gentil).
    12ème étape : Course de côte. 3 cols de 2ème et 1ère catégorie de gâchés.
    13ème étape : Ne connaissant pas le détail de cette étape, je ne vais pas m'avancer.5ème sprint?
    14ème étape : Les favoris se regardent jusqu'à 500m du sommet.
    15ème étape : Valence. 6ème sprint.
    16ème étape : Tout le monde connait la descente. Le rythme des coéquipiers égraine le peloton, mais tout le monde arrive groupé. Une échappée se dispute la victoire d'étape.

    2ème semaine que j'aurais apprécié :

    10ème étape : je garde l'étape.
    11ème étape : Marie Blanque + Aubisque + Cauterets
    12ème étape : je conserve le Portet d 'Aspet pour l'hommage à Casartelli + Beille. Je n'emprunte pas le Pas de Souloumbrie, la descente sur les Cabannes n'étant pas en état pour accueillir le Tour.
    13ème étape : On va dire que je garde le tracé qui semble contenir quelques bosses. Il faut une étape pour baroudeurs.
    14ème étape : Je conserve l'étape
    15ème étape : Je la garde pour les sprinteurs. 4ème sprint.
    16ème étape : Etape par le col de la Sentinelle pour changer.



    3ème semaine médiatique :

    17ème étape : Pra Loup, la légende de la chute d'Eddy Merckx.
    18ème étape : Les lacets de Montvernier, vous allez en prendre plein les yeux.
    19ème étape : La grande nouveauté, le Col de Chaussy. L'étape reine de ce Tour.
    20ème étape : L'Alpe d'Huez la veille de l'arrivée, tout peut encore se passer.
    21ème étape : Ah Les Champs Elysées, Paris, La Tour Eiffel...


    3ème semaine probable :

    17ème étape : La Colle St Michet et Allos trop roulants + les 3 étapes suivantes plus difficiles, tout le monde attend le kilomètre à 10%, les 10 premiers de l'étape se tiennent en 30secondes .

    18ème étape : La courte montée des lacets de Montvernier bloque la course dans le Glandon, par ailleurs trop roulant, avec trop de lignes droites pour permettre une offensive. La foule et les nombreux lacets dans la dernière montée empêche une grosse attaque d'un leader, freiné par le manque de place et par le fait de devoir freiner très régulièrement pour prendre les virages en épingle. Les faibles écarts au sommet sont comblés dans la descente.

    19ème étape : Du classique. Tout le monde attend la montée finale et la passage avant le Corbier. La course se résume à 7km.

    20ème étape : Je vais défendre cette étape, que j'avais énormément apprécié en 2011. On a failli voir un énorme retournement de situation. Voeckler perd le Tour ce jour là. Je veux donc lui laisser une 2nde chance. Mais on ne peut pas avoir tous les ans un Contador offensif. Il est donc probable d'assister à une course de côte.

    21ème étape : Rien à dire, on sait déjà tout.




    3ème semaine que j'aurais apprécié :

    C'est cette semaine que j'aurais fait le plus de changements. Mon parcours Alpestre propose un col de plus, compensé par la suppression des 2 cols de l'étape de Beille. L'objectif est de proposer 4 étapes où les arrivées au sommet ne fige pas trop la course, et surtout ne bloquent pas les étapes suivantes.


    17ème étape : Champs – Cayolle – Pra Loup. Je ne m'attend pas à des folies sur cette étape, mais en déplaçant la journée de repos après cette étape, cela débridera peut être certains coureurs.

    Repos : Je décale la journée de repos pour ne pas avoir 4 étapes de montagne à la suite.

    18ème étape : Gap – L'Alpe d'Huez. Par Bayard, Corps, La Mure, Monteynard, Vizille, Côte de Laffrey, Séchilienne, Col de la Morte, Entraigues, Col d'Ornon, Bourg d'Oisans. Surement une course de côte, mais cela permet de proposer un meilleur final sur les 2 jours suivants, et d'enlever de la tête de tout le monde cette étape de l'Alpe.

    19ème étape : Bourg d'Oisans – La Toussuire, par Lautaret, Galibier, St Michel de Maurienne, Villargondran, Albiez Montrond, St Jean de Maurienne.
    Une approche différente de la Toussuire, sans passer par Glandon – Croix de Fer. Bourg d'Oisans n'est pas ville étape, mais on sait bien que cela ne poserais aucun problème.

    20ème étape : Modane – St Jean de Maurienne. 2 parcours possibles. Un de 180km commençant par une boucle vers Aussois, un retour à Modane puis St Michel de Maurienne, Beaune (montée en dessus de St Michel), St Jean de Maurienne, Col du Chausy, St François Longchamps, La Chambre, Col du Glandon – Col de la Croix de Fer.
    Le 2nde parcours de 148km fait l'impasse sur la boucle vers Aussois. Une dernière étape avec arrivée en vallée, et un vrai Tour de la Maurienne. La seule arrivée en vallée est mise en évidence en plaçant le Glandon juste avant.
    Cette étape peut être l'Etape du Tour, avec un départ et une arrivée très proche.

    Le transfert vers Paris ne poserait aucun problème, puisqu'on a l'Autoroute de St Jean de Maurienne à Paris, et que la Gare de Chambéry peut permettre le transfert en train, un peu commeen 2013 depuis Annecy.

    21ème étape : Rien à dire, on sait déjà tout.



    Vraiment dommage...

    | Olivier73 | jeudi 23 octobre 2014 à 0:36:00

  100. Comme tout les connaisseurs ici , très déçu du tracé , on assiste à une Vuelta bis , on aura juste à mettre notre réveil 10 minutes avant les arrivées , quel gachis , se qui sont content du parcours expliquer moi à quoi servent les cols précédant les dernière montés , de plus avec la grosse diminution des chronos , les grimpeurs peuvent se contenter de rester " au chaud " jusqu'au dernier km des étapes , à moins qu'il y est de gros dégats avec le vents ou les pavés .

    | lucho | jeudi 23 octobre 2014 à 0:49:07

  101. @allezPhilippe: dommage, j'étais flatté qu'on puisse encore me prendre pour un ado! Mais, en réalité, c'est sûrement le manque de discernement pathologique qui a induit cet hurluberlu en erreur. Sa clairvoyance est à la hauteur de son avis sur le parcours. Bref, cette réaction personnelle infondée ne relève que de l'ignorance et de la bêtise.

    @pierrot: ça ferait 22 étapes, on sait quand même compter, nous. Et pour 40HC la France doit être un peu juste, on fera 2 fois chaque col tant pis. Vraiment un argumentaire de qualité! Bravo et merci d'égayer ce fil avec cette ironie légère...

    @olivier73: bien vu! je partage ta vision de la course probable et ta proposition est au moins plus judicieuse en termes de succession des étapes. Et aurait recueilli bien plus de louanges. Juste un mot sur Fougères, difficile d'y coller de quoi animer la fin de l'étape, en revanche sur le trajet ce n'est pas ce qui manque, attendons le détail mais ce sera un sprint à l'arrivée (éventuellement montant).

    | Guillaume14 | jeudi 23 octobre 2014 à 2:00:48

  102. Dans l'Equipe d'aujourd'hui Philippe Bouvet est amer et commence son article par:
    "LZ JEU ASSEZ PUERIL des réseaux sociaux a un peu gaché le plaisir innocent de la surprise, comme si le cadeau de Noël était livré sans avoir à défaire impatiemment les noeuds du paquet cadeau? La carte du Tour 2015 n'avait déjà plus guère de secret au moment où le laser traçait joliment par monts et par vaux la route de la 102ème édition en 3D, hier midi, sur l'écran géant de la scéne du Palais des congrès à Paris.........."
    Outre le fait de reconnaitre indirectement le travail fait sur Vélowire son amertume est certainement preuve de jalousie.
    Jalousie envers le petit voisin qui a découvert son jouet avant lui parcequ'il s'était réveillé plus tôt.
    Jalousie envers tous les autres enfants de la planète qui auront le même jouet que lui.
    Il faut vivre avec son temps monsieur Bouvet. C'est fini le temps des photos envoyées par pantélégraphe ou par le téléstéréographe d'Edourd Belin.....on est passé au fichier joint à un mail envoyé depuis son iPhone!
    Alors s'étonner qu'un groupe d'internautes puisse donner le parcours avant ASO c'est comme s'étonner que le Père Noel n'existe pas!

    Ensuite au niveau des commentaires sur le parcours je suis assez d'accord avec linkinito.

    En ce qui concerne l'étape de Rodez elle devrait elle aussi se terminer en côte. Le Maire y annonce un passage de 400m à 12%. Quelques sprinters seront débordés...
    Je rappelle le lien de cette info:
    http://www.centrepresseaveyron.fr/2014/10/21/rodez-ville-etape-du-tour-de-france-fin-du-faux-suspense,942740.php
    Bonne journée
    Cordialement

    | Pierre LACOUE | jeudi 23 octobre 2014 à 7:11:36

  103. Je vais y aller de mon commentaire de ce Tour 2015. J'ai regardé la présentation hier s Eurosport et le premier message de Stéphane Goubert (Directeur sportif AG2R) a été de dire, il va falloir gérer les équipiers pour le clm par équipe et la montagne.
    Ensuite sur le parcours. Très déçu du dessin de ce tour où la moyenne montagne et les massifs intermédiaires ne sont pas mis en valeur.

    Le clm du premier jour peut être une bonne idée pour placer les favoris même si je parie déjà que le maillot jaune sera certainement sur les épaules de Tony Martin au terme de cette première étape. Après, sur 13 kilomètres, les écarts seront faibles.
    Pour Zélande, sprint. Par contre, je suis certain qu'il y aura un pacte caché pour éviter les bordures entre les grosses équipes comme cela avait été le cas vers Rotterdam 2010.
    Pour le Mur de Huy, cela dépend du tracé de l'étape. Il y aura t-il des petites côte avant pour écrémer, sinon, cela risque d'être le bazar au pied. Là, encore, cela va se jouer à coup de secondes.

    Les pavés, pas de soucis, l'occasion de créer des écarts pour Nibali sur les grimpeurs.

    Ensuite, trois sprints, puis Mur de Bretagne avec un sprint sur 2 kms.

    Le clm par équipe si tard, peut très bien tuer le Tour avec les grosses armada, Sky, Tinkoff. Quitte à faire du peu conventionne ASO aurait pu tenter les ribinous.

    Les Pyréennes,une belle purge. La première étape à la Pierre Saint-Martin méritait mieux, Cauterets est pour un baroudeur grimpeur (De Marchi et peut permettre à des favoris loin de se replacer au général comme Mulhouse 2014).
    Beille, course de côte

    Après, Mende, sprint en côte

    Les Alpes, peu mise en valeur. Certes l'enchainement Allos-Pra Loup est intéressant mais, Gouvenou devait durcir cette étape.

    Après, Saint Jean de Maurienne, oui, j'adhère, mais mal placé par rapport aux deux étapes suivantes.

    Après La Toussuire et l'Alpe d'Huez, c'est du réchauffé. Etape trop courte pour faire des dégâts et trop de vallées pour voir les favoris partir dans le Mollard ou dans le Galibier comme l(avait fait Contador en 2011 vers l'Alpe. Il y avait moyen de faire mieux, mais on tourne en rond.

    Après, et je me répète, cela peut bien être un Tour de France de gestion où il manque une longue étape d'endurance.

    Alors pour résumé, oui pour le kilométrage réduit en CLM, si le parcours s'y prête mais là, c'est plus du médiatique avec des lieux convenus.

    Après Gap, ça commence à saouler vraiment.

    mais bon, on verra en 2015

    | David G | jeudi 23 octobre 2014 à 8:27:39

  104. Bonjour,

    globalement d'accord avec l'analyse de René Hamm et Linkito: il y avait tellement mieux à faire, avec la nuance de la 1ere semaine qui tend vers éviter la monotonie des sprints massifs.

    Je suis surpris que le CLM de Plumelec ne choque pas plus que ça. Si la météo s'en mêle, entre l'étape de Zeeland, Huy (où ça va frotter pour placer son leader), les pavés, l'arrivée au Havre (vive les rond points) et j'en passe, ce CLM par équipe pourrait être un carnage, ou plutôt une loterie dans laquelle les équipes ayant le moins chuté gagneront (pour rappel, cette année dans les Vosges, plusieurs équipes n'avaient plus que 5 ou 6 coureurs valides)

    | Jens | jeudi 23 octobre 2014 à 9:15:37

  105. Ce TTT de Plumelec sera un des points chauds de ce Tour de France, qui a beaucoup de positif jusqu'aux Alpes. Plus de variation que jamais, des bonifications et alors plus des changes pour plus des coureurs. Décévants sont les Alpes, pas si lourds du tout. La seule etape de fond c'est La Toussuire

    | barbote | jeudi 23 octobre 2014 à 9:27:04

  106. C'était obligé de remettre les bonification avec ce parcours sans contre la montre (ou presque).

    | marc37 | jeudi 23 octobre 2014 à 9:31:50

  107. Bonjour,

    Je réitère ici mes bravos à Thomas ainsi qu'à celles et ceux qui se sont décarcassés durant des mois pour pronostiquer le tracé, après moult investigations et recoupements.

    Merci beaucoup au concepteur, animateur, modérateur du site pour avoir indiqué dans cet article les profils des principales ascensions. Un boulot auquel aurait dû/pu s'atteler par exemple Philippe Bouvet dans "L'Équipe" d'aujourd'hui au lieu de se plaindre des personnes qui auraient "gâché le plaisir innocent de la surprise" en s'adonnant à "un jeu assez puéril" (?!?). La rédaction du quotidien d'A.S.O. ne détient pas le monopole du savoir en matière de sport et de cyclisme en particulier. Ne nous leurrons pas: du côté du 4 cours de l'Île Seguin à Boulogne-Billancourt, on craint une perte d'influence, de pouvoir.

    Sur le profil de l'édition de 2015, je rejoins à au moins 90% l'analyse circonstanciée de Linkinito. Aussi n'ajouterai-je rien de plus à mon bref commentaire d'hier, sinon qu'une éventuelle très courte et sèche montée dans Cauterets n'amende pas positivement le dessin de la 11ème étape.

    Je suivrai, comme souvent, la course en passionné de géographie et en amoureux de magnifiques paysages.

    Conviviales salutations,

    René HAMM



    | René HAMM | jeudi 23 octobre 2014 à 10:20:47

  108. C'est savoureux de voir l'équipe se "plaindre" de sites qui font un travail de journalisme comme celui de thomas ! c'est un peu le monde à l'envers.

    Je reviens que certains commentaires qui trouvent nos critiques sur ce parcours exagérées, en résumé on ne peut pas critiquer, car je cite :
    "ce sont les coureurs qui font la course" ou
    "vous voulez des étapes avec 10 cols HC"..ou encor
    e" dans le cyclisme moderne les leaders s'attaquent à 2 km de l'arrivée on ne peut rien changer"

    Ces arguments sont éculés, sur ce tour 2015 comme maintes personnes l'ont détaillés ce n'est pas le nombre de difficultés qui est débat, mais leur agencement.
    Je considère que cet agencement ne favorisera pas une course de mouvement, et qu'elle répond davantage à des considérations médiatiques et promotionnelles , voire touristiques , likinioto le résume parfaitement.(voir post 95 likinito)

    Contrairement à d'autres, je ne me résigne pas à la course moderne avec des leaders qui attaquent dans les 3 derniers km, il me semble que le parcours est un des moyens (pas le seul ) mais un des moyens pour favoriser la course de mouvement.
    Dans ce cadre, on peut regretter qu'aso ait conçu un parcours répondant d'abord à des considérations médiatiques et commerciales, plûtot qu'à une exigence sportive avec comme critère la course de mouvement.

    Toutefois, j'applaudis l'arrivée à la pierre saint martin, l'innovation lacets de montvernier même placé selon moi sera spectaculaire à défaut d'être décisif.

    ASO est une société commerciale mais ce n'est pas pour cela que l'on ne peut pas analyser ces choix de parcours à a l'aulne d'arguments sportifs, n'en déplaise à certains.
    Sur le tour 2014, on était tous globalement satisfaits des tracés et notamment des vosges, donc on peut concilier le buzz médiatique et l'intéret sportif, aso en est capable. Mais sur 2015 , ce n'est pas le choix qui a été fait.

    | maziro | jeudi 23 octobre 2014 à 11:24:12

  109. une des choses les plus curieuse de cette présentation , l'absence du col des Champs, il serait bon de connaître le pourquoi de cette absence parce que sur la photo postée par ASO , sa route avait été identifiée . Donc soit c'est un peu de la communication mensongère soit cela n'a pas joué administrativement . Mais dans ce cas la y'avait toujours la possibilité de remplacer Allos par la Cayolle et la cela n'aurait pas été la même limonade, parce qu'avant la Cayolle c'est tout à fait possible de mettre Valberg ou la Couillole.

    J'anticipe les reactions qui dirons qu'il y'a des râleurs jamais content. Ce n'est pas que nous voulons plus de cols , nous les voulons juste mieux répartis.

    Exemple: pourquoi un fan de création de parcours peste t'il a la fois contre l'absence de col avant la pierre St Martin et le trop plein de col avant le plateau de Beille. Pour beaucoup cela serait contradictoire mais cela s'explique par le fait que la Pierre St Martin est une ascension irrégulière et casse patte qui nécessite aucun attentisme pour être bien exploitée et qu'il y'a à proximité , dans la région , de quoi enchaîner quelques ascensions sans pour autant trop rallonger l'étape , que ça soit par l'Ouest ( Burdincurritcheta, Bagargui pour ne citer que les plus connus) ou par l'Ouest ( Ichère, Labays puis la Pierre St Martin).Ascensions tout aussi casse pattes et pas trop longues.

    Au contraire tout les cols qui précèdent le plateau de Beille sont trop roulant, très souvent escamotés et suivit d'une longue vallée vers les Cabannes. Il y'a donc la possibilité de garder Le Portet d'Aspet pour l'hommage à Mr Casartelli et d'enlever tout les cols avant Beille ( ou bien de rajouter Souloumbrie).
    Si on ôte trois cols d'une étape , on peut parfaitement en rajouter un sur l'étape vers la Pierre St Martin, un autre sur l'étape de Pra Loup et un autre sur l'étape de Gap et rajouter Moissière en plus ce qui transforme cette étape téléphonée et convenue en étape piegeuse.

    Ce n'est pas être extrémiste, c'est juste être un peu plus joueur.

    Le mythe Alpe d'Huez s'est créé grâce à l'histoire , mais aussi Grace à la récurrence de cette ascension . Il y aurait tout à fait ou avoir un mythe Champs/ Allos/ Pra Loup ou un Champs/ Cayolle/ Vars/ Izoard, le Granon pourrait appartenir à la légende si il était plus gravit, Morzine par Joux Plane pourrait être mythique aussi... La notion de mythe ramène assez souvent à ceux qu'on a bien voulu mettre en avant , au détriment du reste , qui est dans l'ombre

    | Arpettaz | jeudi 23 octobre 2014 à 11:39:52

  110. D'un point de vue sportif, c'est un tour taillé pour des grimpeurs punchers, des étapes courtes, une succesion de courses de côte, pas de chrono ou presque.. : contador,purito,valverde, froome possède aussi ce registre d'explosivité sur quelques kilomètres, cela pourrait lui convenir aussi.
    En effet les leaders pourraient s'expliquer :

    -mur d'huy
    -etapes pavés
    -mu de bretagne
    _la pierre
    -plateau de beille
    -decente allos,pra loup
    -lacets de montvernier
    -la toussuire
    -alpe d'huez
    10 rendez vous ou les qualités d'exploivisté et non d'endurance seront requises dans des dernières montées à haut rythme..

    Sur ce que j'ai vu des français, (pinot,bardet) j'ai l'impression qu'ils sont davantage des grimpeurs d'endurance, il faudrait que les pieds de cols soient montés très vite pour qu'il s'y retrouve, si ça se regarde je crains qu'ils n'aient pas les qualités DE CERTAINS GRIMEPURS(purito,valverde,contador..) pour accélérer sur 3,4 km comme dans une vuelta...

    Affaire à suivre

    | maziro | jeudi 23 octobre 2014 à 12:08:40

  111. @110 Dans les Alpes, l'endurance sera déterminante, tout le monde sera fatigué et il y a des enchainements de cols (saint michel - allos - pra loup / croix de fer - mollard - toussuire / télégraphe - galibier - AdH).
    Mais on verra en effet, je suis optimiste, y aura du spectacle.

    | Cédric | jeudi 23 octobre 2014 à 12:30:03

  112. @111

    St Michel n'est qu'un faux plat déguisé en col, Mollard n'a jamais été déterminant et l'Alpe ne s'enchaîne au Galibier qu'après une trop longue vallée .

    | Arpettaz | jeudi 23 octobre 2014 à 12:49:56

  113. Rebonjour,

    Bien sûr, Cédric, "qu'il y aura du spectacle", d'une part parce qu'il s'agit d'une compétition sportive, d'autre part, parce que les techniciens de France Télévisions filment intelligemment la course et concoctent de splendides prises de vue du décor naturel.

    Mais, à quoi bon prévoir quatre étapes d'affilée dans les Alpes (sans doute un record dans l'histoire du Tour) si l'on conçoit des itinéraires "a minima"?
    "Grimper" à Pra Loup juste pour célébrer les quarante ans de la prise du maillot jaune, le 13 juillet 1975, par Bernard Thévenet! Emprunter le col de la Cayolle par son versant méridional, puis l'Allos au nord et terminer au Lac d'Allos aurait une autre gueule, non?
    Ayant quelques travaux rédactionnels à boucler, je ne m'étends pas plus.
    Ma publication, d'ici mercredi, de deux parcours vous éclairera quant à ma philosophie en la matière.
    Conviviales salutations depuis l'Alsace,

    René HAMM

    | René HAMM | jeudi 23 octobre 2014 à 13:02:02

  114. apres une nuit de reflexion... quelques reflexions supplementaires, meme si Olivier73 et Linkinito ont deja presque tout dit.

    Une des plaies du cyclisme moderne, c'est la presence des equipiers dans la derniere montee. Impossible pour un leader d'attaquer tot s'il sait que ses adversaires vont se planquer dans la roue d'un equipier pour faire la jonction et contrer. En ce sens, l'etape vers PraLoup est interessante, meme dans sa version actuelle, parce qu'en attaquant comme Merckx au sommet d'Allos, on peut eparpiller le peloton et contraindre les adversaires a faire la descente. Pour un Pinot, cette etape peut etre un gros stress, parce que la descente d'Allos est autrement plus technique, voire dangereuse que celle de Pailheres ou il avait panique.

    Avec cette logique, je ne comprends pas qu'on fasse l'economie de Soulombrie, si on passe a Montvernier on peut passer a Soulombrie niveau suiveurs. Cela dit, cela ne garantit pas qu'un leader ose commencer la bagarre ici...

    Pour l'etape vers SJDM, j'imagine que le passage en vallee de la romanche a ete imagine pour laisser plus d'avance aux baroudeurs matinaux. Mais sur la vuelta, on etait tellement habitue a voir les coureurs se faire cueillir dans la derniere montee que la realisation espagnole ne les mentionnait meme plus ! de temps en temps, on voyait Contador/Froome et consort laisser sur place un gars en perdition, et on notait "ah tiens, duchnok etait encore devant ?". Montvernier est une montee magnifique, mais je crains que la foule n'interdise les mouvements si un peloton de 30 coureurs se presente au pied.

    Pour l'etape SJDM / La toussuire, je ne comprends pas la boucke vers Epierre, ni l'ascension de Chaussy des le depart. Il aurait mieux valu remonter la vallee vers St Michel jusqu'a saint julien Montdenis, enchainer direct la descente de la madeleine avec la montee du glandon, et supprimer le mollard qui bloque la course. On peut imaginer une attaque dans les derniers kilometres du Glandon si la descente debouche au pied de la Toussuire. En plus, dans le cadre de l"EdT, ca va etre un carnage : 12000 cyclos dans chaussy, meme avec des sas ca va coincer. ensuite 30km de vallee c'est une heure d'effort en plus, et avec le mollard on atteint 4500 D+. Je serai curieux de voir si les inscriptions sont aussi nombreuses, et idem sur le nombre de partants et d'arrivants. Cette annee, on avait 13000 inscrits, 10500 partants et 8500 arrivants.

    | philippe | jeudi 23 octobre 2014 à 13:07:00

  115. à maziro... Tu as le droit de critiquer, vous en avez le droit tous, mais il y a manière de faire... Certains usent d'un ton de donneurs de leçons que je trouve regrettable pour des cyclistes passionnés... Mais ensuite, j'ai donné des arguments, j'ai expliqué comment je voyais ce TDF et pour moi, la première semaine sera décisive et ça, grâce au tracé... Le spectacle, ensuite, dans nos montagnes habituelles, dépendra de cette première semaine. Mais rien que les pavés et le TT par équipes devraient permettre à certains de perdre du temps... Si on y ajoute le vent, les montées pour punchers de Huy et Mûr de Bretagne, on devrait retrouver des coureurs comme Quintana, Barguil, Bardet, Pinot... qui devront dynamiter les étapes... Alors oui, on aurait pu mieux faire, je n'aime pas l'APSM , surtout en montée sèche, mais je ne qualifie pas les traceurs d'abrutus car ils ont mis cette étape... L'étape vers la Toussuire, le final vers Saint Jean et même l'Alpe... sont pour moi des occasions de tenter de loin dans des étapes courtes et nerveuses... Perso, si j'avais de grandes jambes, je lance mes équipiers et en excellent descendeur que je suis je place une mine à 3km du sommet puis je fais la descente à fond pour fondre sur mes équipiers placés à l'avant... ;-)

    | AllezPhilippe | jeudi 23 octobre 2014 à 13:45:26

  116. Je fais plutôt partie des déçus mais je vais néanmoins nuancer certains propos.

    Je lis que "le col de Chaussy en début d'étape c'est du gâchis" ou que "la Pierre Saint Martin en montée sèche c'est nul car il y avait mieux à faire". Alors oui je suis plutôt d'accord sur le fond. Mais il faut rappeler que c'est la manière de faire de ASO concernant l'introduction des nouveautés sur le parcours. Ces difficultés sont ensuite amenées à revenir dans le futur dans d'autres configurations si le premier test est concluant.
    Regardez la Planche des Belles Filles programmée en montée sèche en 2012. On l'a revu cette année dans une superbe étape de moyenne montagne. J'imagine que si le test est concluant concernant la PSM, elle sera à nouveau au programme du TDF dans les 3 ans. Et cette fois, dans le cadre d'une grande étape de montagne (venant de l'ouest et des cols basques on en rêve tous). Perso j'y crois, c'est juste une question de temps.

    L'autre point, ce sont les pavés qui reviennent une 2ème année consécutive et qui ont à mon avis jouer un rôle sur l'absence d'un 2ème CLM individuel. Il y a peut être encore un petit traumatisme lié aux écarts de l'étape de cette année (même si la pluie a joué un grand rôle).
    Et puis faut pas se leurrer. Avec le chrono individuel initial, l'étape des pavés, le chrono par équipe, les 2 coups de cul à Huy et Mûr-de-Bretagne et les étapes venteuses piégeuses, il y aura sans doute déjà des gros écarts avant d'aborder les Pyrénées.

    Bon sinon, globalement d'accord sur l'orgie d'arrivées au sommet, le peu d'enchainements intéressants proposés et le faible kilométrage de certaines étapes de montagne. Le cyclisme doit rester un sport d'endurance et proposer au moins 2 grandes étapes de montagne de 220km qui proposent plus de 5000m de dénivelé et qui doivent permettre aux coureurs endurants de se mettre en valeur ? Ben y'en a pas...

    | porcupine | jeudi 23 octobre 2014 à 14:19:18

  117. @phillipe
    oui cette boucle vers épierre sans doute, uniquement pour créer une vallée de 25 km entre le pied de la madeleine et le glandon, c'est assez surréaliste, c'est pour moi le choix le plus discutable du tracé.
    je n'imagine pas le giro "creer" une boucle de 28 km entre le gavia et le stelvio par exemple alors qu'un enchainement direct est possible..
    Comme tu le dis l'alternative possible était d'aller vers saint michel de maurienne au départ tourner à saint michel denis et prendre alors le chaussy (apparemment il fallait absolument le caser) puis glandon sans boucle et mollard, toussuire pour garder les mêmes cols, on doit être à 120 km....et on peut enlever le mollard si ça fait trop de dénivelé, .



    | maziro | jeudi 23 octobre 2014 à 14:35:20

  118. La vallée entre la descente du Chaussy et le pied du Glandon, c'est peut être volontaire pour permettre à une éventuelle échappée de costauds de prendre le large avec un peloton qui se relève dans cette phase de course. C'est un peu ce qu'on a vu cette année sur la dernière étape de Dauphiné.
    Ou alors c'est juste de la distance artificielle qu'il fallait trouver pour gonfler le kilométrage de l'étape (l'étape de l'AdH du lendemain étant déjà super courte).

    | porcupine | jeudi 23 octobre 2014 à 14:42:34

  119. @tous ceux qui n'ont pas suivi ce sujet déjà évoqué
    La boucle est une contrainte pour franchir l'autoroute ET la nationale par un pont/ tunnel. Entre la chambre et st Étienne de Cuines l'intersection est à niveau avec la nationale et cela oblige à interdire la circulation pour la journée entière... ASO n'a pas dû réussir à convaincre les services préfectoraux de faire autrement.

    | guillaume14 | jeudi 23 octobre 2014 à 14:52:23

  120. Quatorze km de clm individuel...Du jamais vu!Incroyable,inouhi.Impardonnable.Un point,c'est tout.Preudhomme et son Sancho Panza(Gouvenou) aurait du etre virés hier après midi,une heure après la prèsentation.Laissez moi vous poser une question qui me hante depuis longtemps:pourquoi on ne fait pas dessiner le parcour du Tour à Bernard Hinault,plutot que faire recours à des ancièns coureur aussi modestes et inconnus comme J.M.Leblanc et Gouvenous?Salut!

    | pickett | jeudi 23 octobre 2014 à 15:10:04

  121. Parcours qui promet beaucoup de montagne mais commencer au pays bas c'est trop loin pour un depart de tour de france, le tour de france doit rester en france ou partir un peut en belgique, en espagne ,en allemagne,en ialie,ou en suisse mais pas au pays bas mais ca va quand meme etre un bon tour de france avec l'alpe d'huez qui promet

    | julien poifol | jeudi 23 octobre 2014 à 15:12:56

  122. Merci guillaume 14 pour la précision, toutefois je remarque que cette intersection a pu être empruntée pendant des dizaine d'éditions du tour et donc qu'il était possible de fermer la nationale, pour prendre ce chemin direct...

    la circulation est elle plus dense aujourd'hui que dans les années 90 ou même en 2001 ? de mémoire on avait peu prendre l'intersection entre la chambre et saint étienne de cuines, le jour ou armstrong "simule" une crise...

    Autre point de détail, on a eu une boucle de 12 km en 2013 entre st etienne de cuines et la chambre, puisqu'il y a un pont à saint rémy de maurienne qui peut être emprunté, manifestement aso a encore trouvé un pont plus éloigné ...

    | maziro | jeudi 23 octobre 2014 à 15:23:33

  123. http://www.ouest-france.fr/tour-de-france-2015-le-trace-dans-le-morbihan-de-vannes-plumelec-2922019

    Plus de details sur le CLM pE

    | barbote | jeudi 23 octobre 2014 à 15:32:25

  124. @Maziro
    tu as raison pour Epierre, quitte à se balader en vallée... Plus sérieusement, à part des travaux prévus cet été sur le Pont de St Rémy, faudrait qu'un Mauriennais nous éclaire!
    Pour les Tours antérieurs, il faut considérer que la construction de l'A43 qui a doublé l'axe en vallée a été mise en service complétement à partir de 2001, ce qui a sans doute modifié la circulation locale à partir des années suivantes. Donc pour moi, pas d'exception notable depuis, sauf cette année où on pousse jusqu'à Epierre.

    | Guillaume14 | jeudi 23 octobre 2014 à 16:08:45

  125. Vraiment halluciné par le nombre de commentaires négatifs !!!
    Vous voulez vraiment retourner à l'époque des tracés Leblanc avec 12 sprints, 2 chronos de 60 bornes, et 5 étapes de montagne classiques sans créativité ?

    Même si vous n'aimez pas toutes les étapes, au moins reconnaissez les efforts d'ASO qui essaye de varier les shémas de course, de proposer des pièges, des nouvelles montées, tout en ayant beaucoup plus de contraintes que vous devant votre atlas routier et votre écran...

    Et à tous les bien pensant prétentieux qui râlent contre le Col du Mollard, le col d'Allos au lieu de la Cayolle, le placement du Tourmalet etc... je tiens à vous faire remarquer :

    _ le col de la Cayolle c'est 30 bornes de descente en faut plat, autant dire de quoi décourager toute attaque de loin : le choix du col d'Allos est juste 1000 fois mieux, avec sa descente très technique et l'enchainement immédiat avec Pra Loup. Et ce même si ça empêche l'enchainement avec le col des Champs.
    Bravo ASO d'avoir choisi le col d'Allos plutôt que la Cayolle !

    _ Le col du Mollard permet d'éviter 7 kilomètres de faux-plat de la descente de la croix de fer, d'offrir une montée loin d'être inintéressante avec quelques passages assez raides, et une très belle descente technique, afin d'offrir un beau condensé de montagne sans vallée ! Vous voulez quoi de plus ???
    _ Le Tourmalet est positionné dans le cadre d'une étape pour baroudeurs, il y a suffisamment d'autres étapes pour les cadors, je ne vois pas le problème !
    _ le col de Manse permet une belle montée enchainé avec une belle descente, et dans le cadre d'une arrivée à Gap, c'est un des meilleur choix (la Sentinelle c'est beaucoup plus facile par exemple).

    Perso je trouve ce tracé vraiment pas mal :
    _ Plein de pièges durant la première semaine (pavés, bordures, arrivée en bosse ou la capacité à frotter avant le pied sera presque aussi important que le punch), pour ne pas s'ennuyer et pour donner du fil à retordre aux Quintana et autres Pinot, qui auront largement de quoi se rattraper par la suite.
    _ Un chrono par équipe original par son placement et son parcours, qui rend un peu plus "aléatoire" le résultat, ce qui fait du bien dans un contexte où l'on cherche à faire la course sur un tableau noir.
    _ La montagne abordée par des courses de côte (quitte à en avoir, autant que ce soit au début...), qui au moins ont le mérite d'être des cols sélectifs (Soudet et Beille), plus intéressant que Chamrousse et Risoul l'an dernier.
    _ des Alpes présentant 3 étapes favorisant des shémas de courses différent, favorable à des attaques de loin :
    . Pour Pra Loup, l'enchainement "long" Col, descente technique, montée finale courte permet d'envisager une attaque rentable dans le col d'Allos (même si ok, c'est pas non plus un col très dur), ou bien dans la descente.
    . Pour Saint Jean de Maurienne, il n'y a que 5 kilomètres de plat entre le Glandon, et la montée de Montvernier. On retrouve donc un shéma semblable à la veille et se prétend très bien à une attaque de loin, avec un col difficile (Le Glandon), une descente technique (Virenque y avait pris 1'30" à Ullrich en 1997), peu de plat (5km donc), la bosse finale, et encore 2km de plat au bas de la descente. On peut là encore envisager une attaque dans le Glandon, ou dans la descente du Glandon.
    _ Pour l'étape de la Toussuire, une attaque dans le Glandon peut-être tout à fait cohérente, un homme seul ne sera pas désavantagé, il n'y a quasi pas un mètre de plat jusqu'à l'arrivée.

    Pour moi c'est le Tour le mieux tracé de ces dernières années, bravo ASO !

    | Stochastic | jeudi 23 octobre 2014 à 16:58:36

  126. Bonjour à tous les passionnés de cyclisme et du Tour de France,

    Je voulais pousser "un coup de gueule" à propos des Alpes avec ce tour 2015. Comment les organisateurs ASO peuvent-ils nous proposer ce parcours alpestre en 3ème semaine si banal, ordinaire et même insignifiant au regard du terrain exceptionnel de jeu que sont les Alpes??
    => Ces étapes alpestres sentent " le réchauffé", un certain "déjà-VU" comment souvent aussi dans les Pyrénées : STOP!! Depuis 10 ans, ASO nous propose des parcours dans les Alpes sans nouveauté, originalité et d'innovations marquantes sportivement...de piment et d'AUDACE simplement EN MONTAGNE. Le Tour de France mise trop sur ces valeurs ou lieux historiques (53X le Tourmalet pour les Pyrénées, Galibier, Alpe d'Huez) et pas assez sur le présent, le contemporain ! Un constat depuis 5 ans : la Maurienne (avec St Jean et la Toussuire = montée en plus non sélective par Corbier et la descente du Mollard) ET l'Alpe d'huez MONOPOLISENT les choix dans les Alpes (par ex en Mauriennne : 3 fois depuis 2010 - St Jean en M en 2010, la Toussuire en 2012 et 2015 avec ces 3 jours)

    =< Oui, ce que je veux dénoncer, c'est le monopole, le conformisme, le manque de renouvellement et le cercle fermé du TDF : réservé uniquement à quels lieux! N'oubliez pas qu'un élu au sport de St Jean en M est un grand ami de Mr. Prudhomme...

    => Voici, par conséquent, les cols ou montées bannis par le TDF, d'avoir un coup de projecteur et de se mettre en évidence :
    A) les Grands Déçus après avoir accueilli le Test "Critérium du Dauphiné" : Châtel, Valmorel, Le Collet d'Allevard, St François Longchamp...
    B) les Grands Incompris : le Mont du Chat, le Grand Colombier, le Granon, le Luitel et Col du Coq
    C) les Grands Oubliés : Plateau des Saix, Signal de Bisanne, Val Pelouse, Cormet d'Arêches, les Karellis, Plan Peisey, Mont Colombis...
    Certaines stations commencent à perdre patience, à ne plus y croire (le maire de Châtel candidat depuis des années doit se poser des questions mnt)
    Qui n'aimerait pas accueillir une étape médiatisée du tour pour sa station ?

    => Je sais que je suis peut être un peu trop naïf (ok l'argent et la connivence avec les élus dictent le parcours) et un peu provocateur...mais je voulais vous faire partager mon point de vue à vous sur le TDF et plus particulièrement au sujet de ce grand massif les Alpes. Donner la chance à toutes les stations de participer à l'histoire du Tour avec ses Montagnes où le tour s'y gagne et s'y perd (un peu de nouveauté svp). Et Attention à ne pas s'endormir sur ses lauriers; c'est à dire sur son Histoire car le Giro Italia est à vos trousses !!!!

    Elias A. Drôme 26

    | ELIAS | jeudi 23 octobre 2014 à 17:02:08

  127. Pour apporter une note dissonante, je me range dans le camp des rares qui trouvent les critiques bien exagérées (et même beaucoup plus pour certains).

    Aux "experts" : quel sens de la mesure dans la teneur des propos !
    Déployer tant d'agressivité parce que votre conception toute personnelle d'une course cycliste professionnelle ne correspond pas à celle de ses organisateurs ? Comment dire...

    Traiter les responsables d'ASO d'incapables et mercantiles ? Sûr qu'avec les spécialistes vitupérant ici, le Tour aurait une autre envergure (combien se sont collés à organiser ne serait-ce qu'une petite course par étapes amateur...) !
    S'ensuivent des litanies de cols et côtes enchaînées qu'il fallait prendre ou pas, ou déplacer... Quel pathos ! ("emphase affectée, confuse et vaine" - Littré)
    Avec guère plus de respect que celui qui est donné à ASO, ces attitudes m'évoquent soit le "caca nerveux" de pré-ados contrariés de ne pouvoir repartir avec tous les jouets du magasin, soit les prétentions de candidats au concours Lépine de la cartographie ("j't'en-fous-plein-la-vue-de-mes-détours-secrets") mais éloigné des réalités d'un vrai produit (réalisations, débouchés,...).

    J'espère juste que tous ceux qui vomissent sur ce "tracé exécrable" s'abstiendront de suivre le Tour en juillet prochain. Sinon, ils signeront là même le désaveu de l'incohérence de leur « art du tracé ».
    (Désolé du ton, mais comme les mêmes vous snobent d'un méprisant "cyclix", si on ose trouver de l'attrait à ce tracé... Sûr que leurs fantasmes de grandes envolées, d'attaques à tout va, ne tiennent pas, eux, de la Playstation...)

    Sur ce Tour, il y a des idées qui me plaisent, d'autres moins, des choix que je n'aurais pas fait et d'autres que je n'aurais pas pensé...
    Après, éructer pour un col placé 20 km trop loin ou escaladé par son mauvais côté, c'est faire bien peu de cas de la vraie source d'originalité : l'inventivité des coureurs. On peut se pâmer devant les plus beaux profils d'étapes, les champions modernes pédalent d'abord en fonction des courbes... de puissance. Et si il s'en trouve quand même quelques uns à vouloir (ou devoir) improviser au delà des données des computers, je crois qu'on leur a donné de quoi faire.

    Aussi, je sais que j'attendrai avec plaisir juillet prochain, que j'accrocherai une petite carte du Tour dans mon bureau, et qu'avant chaque étape, j'aurai espoir (franc et simple) de passer un bon moment, de voir du spectacle, de me rêver coureur : de souffrir, d'offrir des morceaux de bravoure, d'en découdre pour d'éphémères moments d'euphorie et de gloire.

    | Loulipo | jeudi 23 octobre 2014 à 17:11:04

  128. Loulipo > « J'espère juste que tous ceux qui vomissent sur ce "tracé exécrable" s'abstiendront de suivre le Tour en juillet prochain. Sinon, ils signeront là même le désaveu de l'incohérence de leur « art du tracé ».

    Ben non mon gars, justement. C'est bien parce qu'on aime le Tour qu'on ne demande qu'à aider ASO. Le tracé du Tour de France 2015 est attrayant, mais il est raté.

    Je remarque que tous ceux qui trouvent un attrait exagéré à ce tracé sont les fiers défenseurs de la rengaine périmée « ce sont les coureurs qui font la course ». Oui et non (surtout non). Les coureurs pédalent mais c'est le parcours qui les incite à passer à l'attaque. L'objectif du parcours est de proposer une course plaisante propice à l'offensive. Tracez un parcours composé de 20 étapes de plaine, ou 20 étapes de montagne, et nous verrons si les coureurs font la course. Le parcours du Tour, c'est comme la recette d'un gâteau, il y a des ingrédients indispensables et d'autres qu'il faut éviter. Sinon ça foire.

    | thibaut | jeudi 23 octobre 2014 à 17:41:35

  129. @113
    Cher René, vous êtes un passionné, un puriste, c'est tout à votre honneur mais comme d'autres ici vous attendez du Tour de France un spectacle sous forme de tracés d'experts qu'ASO ne vous proposera pas...car ASO gère un immense évènement qui a ses repères historiques et qui s'adresse d'abord à des millions de téléspectateurs novices comme moi. A nous autres, ce tracé nous convient fort bien, l'AdH, le Galibier, la montée de Pra LouP ce sont des souvenirs de gosse, c'est ce qui fera l'audimat, le suspense sera fort car les montées en "one shot" limiteront les écarts jusqu'à la Toussuire, ce tour 2015 sera un succès médiatique et populaire, à défaut d'être un succès "stylistique". D'autant plus qu'il ne faut pas oublier que dans l'esprit des gens, on est encore au "tous dopés" et le souvenir d'Armstrong et consorts est encore très vifs. Dès qu'il y a enchainement de 04 cols, les gens crient au scandale durant l'apéro ! On se comprend mieux ?

    | Cédric | jeudi 23 octobre 2014 à 17:46:24

  130. @thibaut :

    Et l'étape de Pra Loup, Saint Jean de Maurienne et La Toussuire, ça n'encourage pas les coureurs à passer à l'attaque ?

    L'année dernière, il n'y avait que l'étape de Saint Lary qui offrait une alternative à une course de côte. Cette année on en a 3 et vous ralez encore plus, en criant au complot et au business !!! Le Français est décidément jamais content...

    | Stochastic | jeudi 23 octobre 2014 à 17:48:50

  131. @loulipo
    Je ne pense que personne n'a traité aso "d 'incapable" il faut relire les propos attentivement et ne pas non plus caricaturé les critiques objectives des passionnés du sport cycliste qui viennent sur ce site.
    Je n'ai pas employé le terme "mercantile" , mais commercial je le confirme ASO nous "vends" un produit , un tracé, des "monuments", pas de souci c'est une entreprise privée, ils font ce qu'ils veulent..

    Mais cela dit, on est en droit de discuter des choix de parcours, et considérer que les agencements de cols présentés ne favoriseront pas la course de mouvement, mais cela n'est peut être pas l'objectif d'aso, soit, mais nous pouvons nous avoir une autre vision des choses.

    Juste un exemple, je ne me rapelle pas une édition récente du tour ou un leader a attaqué dans le tourmale, à l'excetion de l'arrivée au sommet en 2010, est ce la faute des coureurs ? sans doute, mais est ce qu'une arrivée en bas du tourmalet ex bagnères de bigorre ne permettrait pas que cemonument soit le théâtre de belles batailles....?

    Rien n'est sur, c'est entendu, on peut se contenter de passer chaque année au tourmalet et dire "cest un monument, patrimoine du tour.." et arrivé à pau , cauterets ou lourdes, ou alors peut être proposé un parcours permettant à ce col d'être mis en valeur....

    Et dire cela ce n'est pas traité à mon sens aso d'incapables, au contraire je sais prudhomme passionné par l'histoire de ce sport , et de ces cols..donc il a de ce point de vue tout mon respect.

    | maziro | jeudi 23 octobre 2014 à 17:56:41

  132. @125
    + 1 pour les critiques
    Certes il manque peut-être une grosse étape de montagne et de l'originalité dans les alpes mais les cols sont nombreux et répartis sur plus d'étapes
    De plus on ne compte finalement que peu de vraies étapes pour sprinteurs :
    - Neeltje Jans
    - Amiens
    - Le Havre (et encore il y a une côte de 900 m à 7 % dans les deux derniers km, la rue d'Ingouville) - http://www.76actu.fr/le-tour-de-france-le-9-juillet-2015-au-havre-le-parcours-devoile_96518/
    - Fougères
    - Rodez (sauf si l'étape se finit comme le désire le maire de Rodez Christian Teyssèdre en haut de la côte Saint-Pierre à Bourran, 12% sur 400 m)
    - http://www.centrepresseaveyron.fr/2014/10/21/rodez-ville-etape-du-tour-de-france-fin-du-faux-suspense,942740.php
    - Valence (étape vallonnée avec le col de l'Escrinet apparemment)
    - Paris

    Précision sur l'étape de Mende, la côte de St Enimie (Causse de Sauveterre) sera escaladée (http://www.lesgorgesdutarn.fr/actu/252-tour-2015-lozere)

    | Fabrice20 | jeudi 23 octobre 2014 à 18:01:32

  133. @maziro :
    Ton argument du Tourmalet n'est pas pertinent du tout, sachant que l'enchainement Tourmalet - Luz Ardiden, favorisant parfaitement une attaque "de loin" dans le Tourmalet, est un classique du Tour depuis des dizaines d'années.
    Il a donc été déjà mis en valeur par ce bel enchainement à de très nombreuses reprises (après si les coureurs n'en profite pas, c'est un autre problème).
    Arrivée à Bagnère de Bigorre pourquoi pas, j'aime bien l'idée, mais bon t'es pas un génie mec, ce n'est pas non plus ultra révolutionnaire, ça restera une course de côte dans le Tourmalet.

    Quand je lis plusieurs d'entre vous proner le col de la Cayolle à la place du col d'Allos, ou raler parce qu'ils pensent que des pavées 2 années de suite c'est abusif, je suis bien content qu'ASO soit le concepteur de la course, et pas les internautes de velowire.

    | Stochastic | jeudi 23 octobre 2014 à 18:09:32

  134. Comment désacraliser des cols comme le Tourmalet ou le Galbier ds 1 Tour? Le tracé 2015 y arrive à merveille! Il parvient à détruire des cols mytiques/des "monuments" comme le Tourmalet ou le Galibier! (autant mettre les 2 Alpes après le Galibier par ex comme en 1998!)
    Il est vrai qu'en 2011, on a eu droit à 1 étape extraordinaire vers l'ADH, mais Contador n'avait rien à perdre, Voeckler s'est vu trop beau, mais l'espagnol déplorait que la descente était trop longue et était favorable aux regroupements! Ils ont ts payé la note d'ailleurs ds la montée de l'Alpe, à commencer par Andy Schleck qui a peut-ê perdu le Tour sur cette étape.... Incapable qu'il était de lâcher Evans ds les 21 virages après sa longue échappée!
    Bientôt comme sur le Tour 2006 ds l'Izoard, ils s'arrêteront ts pour pisser ds ces cols...^^
    Je pense que l'on aura droit à 1 procession ds ces montées, les "cadors" ayant assimilé la leçon de 2011...
    Et que l'on assistera à 1 énième course de côte! (J'espère me tromper bien évidemment) Comment Aso peut croire que le même scénario se répettera!!??

    | Daron44 | jeudi 23 octobre 2014 à 19:19:28

  135. Je comprend pas trop tout les commentaires négatifs sur le tracé du parcours, surtout à propos des étapes de montagnes, je m'explique ; depuis plusieurs années sur les grands tours le scénario est à 98% identique sur les étapes de montagne, attaques dans la dernière difficulté, au mieux à 6 ou 7 km du sommet...
    Les difficultés précédentes sont là pour user les coureurs où les équipiers font un train très élévés. Bref qu'il y est de la vallée ou pas entre les cols précédents ça change rien.
    Pour moi, deux étapes sont suceptibles de provoquer du mouvement avant la dernière difficulté, celle de Gap-SJM car descende du Glandon très technique(je l'ai testé) puis enchainement rapide des lacets de Montvernier, ainsi que l'étape de Pra_loup car la descente d'Allos est très compliqué.
    De plus ce qui est très interessant, c'est que APSM, Beille, Toussuire, et ADH, sont des arrivées avec des pourcentage au dessus des 8%, donc bagarre assurée avec des Cantador, Quintana, Pinot....
    C'est mon avis!

    | Marco | jeudi 23 octobre 2014 à 21:27:14

  136. @Stochastic
    Tu es un petit nouveau sur ce site et si le ton des critiques ne te plait pas tu peux éviter de venir nous polluer la vie ici et te contenter de visiter les sites d'ASO.
    Mais avant que tu nous quittes je vais citer Alice Parizeau, la célèbre écrivaine-criminologue, qui a écrit: "Il faut critiquer. Il faut constamment tout remettre en cause. Cela permet de rester jeune et de progresser".
    Alors laisse nous vouloir progresser et rester avec nos yeux d'enfants (certains membres d'ASO nous ont bien accusé d'ouvrir les cadeaux de noel avant l'heure ...........et nous le revendiquons!)et laisse nous en paix.
    J'espère juste que ce petit coup de rapière te pousse hors du site pour un bon moment.
    Cordialement
    Sans rancune
    Un gascon d'origine avec tous ses défauts............

    | Pierre LACOUE | jeudi 23 octobre 2014 à 22:14:58

  137. @ Stochastic

    Tu as tout à fait le droit de préféré le col d' Allos à la Cayolle , mais perso je préfère largement l'autre option , comme la plus part d'entre nous , pourquoi simplement parce que Allos ( côté Sud ) est trop roulant 15 km à 5,5 % de moyenne , mais surtout rien de bien effrayant avant, c'est pas le speudo col de la Colle st Martin à 4,5 % de moyenne qui va faire du mal au peloton , résultat en haut 80 à 100 coureurs ensemble , tu penses vraiment qu'avec la plus part des équipiers des équipes des grand leaders un favoris va attaqué en descente , j'ai du mal à y croire .
    Avec le col de la Cayolle , au sommet pas plus de 20 coureurs maxi ensemble , car le col de Champs ( 11 km à 7,4 % ) et Cayolle ( 20 km à 6,5 % ) allez obligatoirement sélectionné le peloton .

    Sinon je suis pour les pavés , et j'aime assez la première semaine , mais comme Linkinito, je cherche toujours les profils de ces première étapes , pourquoi les organisateurs du giro nous donne les profils de toutes les étapes et pas ASO .

    Mes plus grosse critiques
    1- Etape de montagne très mal tracé , pas d'enchainement pour de grosse offensive , souvent trop de plaine entre les cols , finalement les mieux tracé sont St Jean de Maurienne et la Toussuire ( même si le Mollard favorise moins l'offensive ) , mais ce n'est pas folichon .
    Et ne me parler pas du Galibier svp , je pense qu'en 2011 Contador et tout les coureurs d'ailleurs ont compris que lancer l'offensive dans le Télégraphe ou le Galibier ne sert qu'à se cramer car les 45 km de descente et surtout de faux plat descendent ne favorise pas , mais vraiment pas l'offensive énième course de côte sur L'Alpe d'Huez .

    2- En Juillet prochain on va assister à la Vuelta bis , 10 arrivées en côte ou en altitude , à moins on pourra faire la sieste et ne regardez que les dernier kilomètres , après je comprend que c'est beaucoup plus télégénique cette orgies d'arrivé au sommet , vive la course de côte , heureusement que ASO parle de varier les parcours .

    3- Le Tour considèré comme la plus grande course du monde réduit le kilométrage des étapes , çà ressemble au Tour de l'avenir ou son passé les étapes de montagne de 5 ou 6 cols avec 5000 ou 6000n m de dénivelé et 220 ou 230 km , le TDF n'est plus une épreuve de résistance , après je ne demande pas 40 cols HC , mais simplement 2 étapes de ce registre .

    4- Le dernier point , le plus important à mon sens et le plus gros défaut du tracé , mais comment est ce possible la plus grande course du monde avec 14 kilomètres contre la montre , du jamais vu , incroyable , pas étonnant que Froome ne veuille pas venir , les organisateurs ne comprennent pas que sans les chronos les grimpeurs ne vont pas bouger de loin en montagne , puisqu'il n'auront pas perdu de temps sur ces chronos ,ou il n'ont pas besoin d'avoir un " matelas " pour le dernier chrono avant Paris , puisqu'il n'y en à pas .

    Voilà , finalement , je pense tout simplement que ASO a voulu avantagé les FRançais , avec ce parcours , notamment Pinot et Bardet .

    | lucho | jeudi 23 octobre 2014 à 22:19:03

  138. Mon avis est aussi valable que le tiens...et très sympas de m'avoir envoyer boulet avec tes citations à deux balles. Et si tu lis bien mes propos, j'ai dit que "je ne comprend pas trop..." c'est sûr, j'ai vachement critiqué! Aller je te laisse donner tes avis de spécialiste! Sans rancune

    | Marco | jeudi 23 octobre 2014 à 22:28:33

  139. @ Pierre LACOUE :

    Relis mes posts, contrairement à ton message, je parle du fond du sujet, et j'argumente.
    J'explique pourquoi je trouve le tracé plutôt pas mal, c'est à dire évitant les temps mort et offrant des possibilités d'attaques de loin sur l'étape d'Allos, de St Jean de Maurienne, et de la Toussuire.

    Toi au lieu de chercher à démonter mes arguments, tu me dis casse-toi. Quelle ouverture d'esprit...

    Que vous critiquiez c'est une chose, et une bonne chose, mais que vous ayez les mots suivants montre quand même un manque de nuance de votre part.

    Je cite les premiers messages :
    _ "Tour ridicule"
    _ "des pyrenees massacrees" [...] Alpes encore pire que les Pyrénées"
    _ "aucun interet sur le plan sportif (à propos du tour)
    _ "les choix d'aso et gouvenou incompréhensible, au final il n'y a aucune étape qui enchaine des cols sans vallée !"
    _ "Gouvenou n'apporte rien de mieux que Pescheux."

    Et je passe sur les commentaires café du commerce voir complotistes "ASO bling bling", "tout pour le fric", "Prudhomme grand amis du maire de Saint Jean de Maurienne" etc...

    | Stochastic | jeudi 23 octobre 2014 à 22:45:08

  140. @stochastic : n'oublie pas aussi qu'on est tous des passionnes et qu'on s'exprime anonymement sur un forum. Devant notaire je pense que les propos seraient plus mesures, mais est ce le but ? on est la pour discuter et chacun peut apporter des infos locales qui peuvent expliquer certains choix.

    par exemple je ne savais pas que la descente de la Cayolle etait assez lente, et si en plus la prefecture refuse de refaire le col des champs, le passage a Allos est obligatoire.

    pour le col du mollard, il est possible que sa presence se justifie par la volonte d'eviter les tunnels de la descente de la croix de fer, et de ne pas perdre les premiers km tres pentus dau sortir de saint jean

    | philippe | jeudi 23 octobre 2014 à 23:04:46

  141. Bonsoir.

    René, Pierre, Lucho.
    Allez savoir pourquoi ces prénoms sonnent bien.
    A nous quatre (je l'crains) on dépasse les 200 (ans) !

    Lucho :
    Cela faisait longtemps !
    Votre dernière intervention m'évite une intervention "agressive".
    J'y souscris pleinement.

    Pierre : Wouaw !
    Je m'étais inquièté de votre absence sur ce site récemment.
    Entretemps, votre retour fut "fulgurant" (point de vue infos).
    Vous (me) semblez très convivial.
    Impressionné par votre dernier post (sec ! mais juste).

    René :
    Un parcours intégrant : Vosges-Alpes-Ardèche-Pyrénées (j'ai toujours en mémoire celui que vous publiâtes fin septembre 2010).
    Vous nous manqu(i)ez !
    Impatient de découvrir les nouvelles inspirations de vos pinceaux.

    Ciao.

    | André | jeudi 23 octobre 2014 à 23:08:41

  142. Quels types pour 2016? :P
    Valmorel, Sestriere, Luz Ardiden... :) ?

    | biberkopf | vendredi 24 octobre 2014 à 0:05:08

  143. Bonsoir,

    La plupart des suiveurs de vélowire sont très déçus car ils espéraient beaucoup mieux d'après les rumeurs. Après, je pense qu'il faut aussi relativiser, quand on voit d'où l'on vient, notamment avec après ces affreux tours dessinés par Leblanc dans les années 90. Mais peut etre certains intervenants sont trop jeunes pour s'en souvenir. C'est pour cela que je pense que la première semaine est réussie. La Pierre est une super innovation. Peut etre que l'arrivée à Cauteret peut mettre en valeur le Tourmalet, qui sait?

    Au rayon négatif, personnellement, je regrette vivement l'absence d'un chrono long et en général, le tracé des étapes des Alpes, sur lesquelles portent la majorité des critiques, car en effet il y avait vraiment moyen de faire mieux. L'étape de l'Alpe est une opération marketing, qui peut croire que cela va bouger dans le Galibier? C'est dommage de malmener le Galibier comme cela...

    Ceci dit, et plus généralement, je n'arrive plus à suivre Prudhomme/ASO dans l'évolution de ses tracés. En 2012, il nous explique qu'il veut faire une course de mouvement et obliger les grimpeurs à se secouer en mettant plus de 100 bornes de chrono plat comme la main, en limitant les arrivées au sommet au strict minimum, et en plaçant des cols loin de l'arrivée. En 2015, alors que le cyclisme (la stratégie cycliste plutot) est le meme, il fait un tracé strictement à l'opposé. Donc soit il s'est planté en 2012 (sans le reconnaitre), soit il se plantera en 2015, ce n'est pas possible autrement!

    De meme, Gouvenou sort une interview cet hiver où il explique que le souhait est de limiter les arrivées au sommet (à l'idéal 0, ce qui me parait une connerie de plus au passage...) et de mettre en avant les qualités d'endurance par des étapes longues. Résultat, cette année, il n'y a jamais eu autant d'arrivées au sommet et d'étapes ultra-courtes en montagne.

    Bref, tout ceci est super incohérent... Quelqu'un peut-il m'expliquer? Une chose est sure ; le marketing semble de plus en plus important et cela permet de créer/forcer des évènements (20 ans de M. EPO Jalabert au sommet de Mende, est-ce souhaitable de célébrer cela!?).

    | Dom | vendredi 24 octobre 2014 à 0:22:44

  144. [[ supprimé, doublon ]]

    | guillaume14 | vendredi 24 octobre 2014 à 1:23:38

  145. désolé pour le doublon, le portable c'est pas très pratique! :-/

    j'en profite pour rappeler à tous les visiteurs occasionnels, sans doute attirés par le succès médiatique récent, que si les avis exprimés par certains habitués (au rang desquels je n'émarge pas...) vous paraissent tranchés et non motivés c'est sans doute que vous n'avez pas lu les milliers de posts échangés depuis plusieurs mois à l'occasion des premières ébauches du Tour 2015. Vous y auriez trouvé toutes les réponses à vos questions... Vous intervenez donc dans une conversation qui a débuté sans vous et vous demandez à chacun de reprendre depuis le début, quelle courtoisie!
    Malgré tout, certains d'entre eux ont fait l'effort de les rappeler ici...
    Alors je vous remercie de vos remarques acerbes mais les intervenants réguliers ont tous livré depuis longtemps leurs arguments et un peu de curiosité vous aurait permis de le savoir et, ainsi, de participer intelligemment. A la lecture de certains, un autre choix a été fait, je le déplore.
    Cordialement

    | Guillaume14 | vendredi 24 octobre 2014 à 2:10:38

  146. @145 ... Alors je vous remercie de vos remarques acerbes mais les intervenants réguliers ont tous livré depuis longtemps leurs arguments et un peu de curiosité vous aurait permis de le savoir et, ainsi, de participer INTELLIGEMENT. A la lecture de certains, un autre choix a été fait, je le déplore.

    Quelle fatuité dans ce commentaire ... En quoi le fait d'être nouveau sur le site interdirait certaines personnes de donner leur avis sur un tracé du tour de France (yep j'suis pas un expert donc comptez pas sur moi pour utiliser des abrévations à tout bout de champ) ... bon le fait est que je lisais ce thread parc'que les avis des uns et des autres m'intéressaient mais que je n'avais pas d'envie particulière de commenter .. votre commentaire m'y a incité (quel talent)

    Je suis plutôt partisan de ce nouveau tour. J'le trouve intéressant en tant que spectateur (et non en tant que guide du routard des routes et chemins forestiers alpestres)
    Perso, la première semaine me semble sympa et pouvant amener son lot de surprise ...
    la seconde :
    Pyrénées moyens, sans plus avec Beille qui va faire très mal aux pattes en sortie de massif
    Etapes de transition par le sud du massif central et ça me fait plaisir (j'trouve ça idéalement plus interessant que de passer par la côte méditerranéenne.

    Les alpes je les trouve fun ... bizarrement même si elle n'est que télégénique la montée de Montvernier m'a l'air très sympa et je ne manquerai pas de la regarder l'été prochain. (mais j'pense que c'est l'étape alpestre qui fera le moins de dégâts chez les leaders)
    Après y'aura plein de courses de côté... wouhou première surprise ... la quasi totalité des étapes de montagnes.. qu'il y ait beaucoup de vallées ou non... ces dernières années sont des courses de côte ou les favoris s'expliquent dans la dernière montée donc j'vois pas vraiment c'que ça va changer c't'année)
    Comme tu peux le voir mon avis est très amateur et très peu argumenté (j'ai aucune envie de le nier) c'que j'accepte beaucoup moins c'est que par prérogative d'ancienneté sur ce site tu estimes que les autres avis (n'étant pas en accord avec le tien et avec ceux d'autres membres canoniques du site) sont de moindre importance (pour ne pas dire négligeables)
    Or, ayant bien lu les différents posts du thread, je trouve que des avis contraires sont pour le moins aussi bien argumentés que les tiens tant sur le point de la topographie que de la logique télévisuelle ou autre (et j'parle pas du mien)

    J'trouve cette condescendance vis à vis d'autres personnes très déplacée de ta part ... preuve en est un autre de tes commentaires un peu plus haut (ou beaucoup plus haut ... à croire que j'ai vraiment lu tout le thread)

    si la critique t'ennuie, fais donc un tour sur des sites de cyclix qui se pâment rien qu'à l'évocation du Tourmalet, du Galibier ou de l'Alpe.

    perso c'est pas tant les critiques qui m'ennuient mais cette arrogance extrème que tu arbore avec fierté.

    Cordialement.

    | angelito | vendredi 24 octobre 2014 à 4:39:59

  147. Il est évident que beaucoup ont le droit de trouver le parcours d'ASO à leur gout.............mais il y avait tellement mieux à faire:

    Avec la journée de repos à Pau, partir de Bayonne, facile d'accès par autoroute, le lendemain pour faire un Bayonne - Station APSM, avec la multitude de possibilités aurait été bien mieux.
    On aurait pu refaire les 103 kilomètres de Pau - Cauterets de 1953, via Aubisque et Soulor, en y rajoutant peut-être Bordères et on aurait eu une bien meilleure étape.
    Beille, Beille......je l'aurait tentée en course de côte en sortie de massif quitte à charger ensuite les étapes de Rodez et Mende en beaucoup plus de côtes qu'elles n'en auront.
    Quant aux alpes que je connais peu d'autres ici on décrit de nombreuses améliorations possibles du parcours avec les mêmes villes étapes.

    Cordialement

    | Pierre LACOUE | vendredi 24 octobre 2014 à 7:42:02

  148. @144 Pas la peine de revenir la dessus, la vraie question a ete posee avec @124. entre une boucle de 9km qui permet de placer le ravito et une boucle de 30km qui annule le Chaussy, il y a une grosse difference

    par ailleurs si le TdF n'a plus le droit de couper une nationale pendant qq heures, ca va devenir compliquer de tracer qq chose dans les alpes... la nationale entre le lautaret et bourg d'oisans est bien coupee le lendemain, et sans alternative par l'autoroute. ceux qui voudront aller de grenoble a briancon passeront par Gap...

    | philippe | vendredi 24 octobre 2014 à 9:34:58

  149. Bonjour à tous,

    C'est super d'être passionné et de défendre ses idées…même si les réalités économiques ne sont pas toujours prises en compte. Ainsi pour donner l'exemple de l'Oisans que je connais bien puisque j'y vis, J'ai lu un commentaire qui parlait d'une arrivée aux 2 Alpes plutôt qu'à l'Alpe d'Huez, ce qui raccourcirait la descente du Galibier. Mais qui vous dit que la station des 2 Alpes est intéressée pour financer une arrivée du TDF en sachant qu'elle ne pourra jamais concurrencer sa voisine de l'Alpe au niveau notoriété ? Les 2 Alpes ont déjà eu l'expérience d'avoir accueilli une arrivée du Giro et du TDF mais cela n'a pas été très porteur pour la station car les milliers de cyclistes amateurs qui viennent ici dans l'Oisans, c'est avant tout pour l'Alpe et les cols avoisinants, notamment la Croix de Fer et pas pour les 2 Alpes… alors cette station préfère miser sur le VTT et financer d'autres évènements que le tour de France qu'elle laisse volontiers à l'Alpe ou à Chamrousse qui n'est pas très loin.
    Autre réalité économique….à l'origine ASO était intéressé pour rester 3 jours ici dans l'Oisans, mais Bourg d'Oisans n'a pas pu participé financièrement si bien que ça ne sera qu'une arrivée à l'Alpe et les 2 autres jours se feront donc en Maurienne ou il y a eu une solidarité entre plusieurs communes pour financer les arrivées et départ du TDF.
    Ceci dit, pour ma part, ce TDF me parait assez bien construit et même mieux que les années précédentes…. Evidemment, il y a plein d'autres routes de montagne et de cols (ou dans un sens plutôt que dans un autre), que ce soit dans les Alpes, les Pyrénées, le pays basque qui sont très attrayants pour les cyclistes amateurs mais il y a surtout des réalités financières à ne pas oublier.



    Concernant le passage dans l'Oisans ou j'habite, bien sur la longue descente du Galibier au pied de la montée de l'Alpe casse l'étape mais que proposer d'autres dans ce coin pour avoir un final à l'Alpe avant Paris en sachant que :

    La station des 2 Alpes n'est pas intéressée pour financer l'arrivée d'un Tour de France car ce n'est pas porteur pour eux. Ils n'auront jamais la notoriété internationale de leur voisin de l'Alpe et du coup préfèrent financer d'autres évênements liés au VTT notamment.

    | oisans38 | vendredi 24 octobre 2014 à 11:33:23

  150. Bonjour.

    "Oisans" :

    Les Deux Alpes a été citée comme candidate "permanente" très longtemps.

    Ce ne serait donc plus le cas.

    Assez étonnant ! Je tiens de deux sources différentes que la station était désireuse non seulement d'acceuillir le Tour, mais aurait conclu (en parallèle avec l'Alpe d'Huez et Valloire-Galibier) un accord avec RCS pour une arrivée du Giro dans un endroit (éventuellement à aménager) en "contre-haut" du village.

    Dom :

    Avoir des visions différentes, et apprécier variablement le découpage montagneux d'un Tour est tout à fait légitime.
    Idem pour la première partie, qui, selon moi, est bien construite en 2015.

    Mais, depuis des décennies, les patrons successifs du Tour ont asséné en permanence que leur épreuve devait répondre à des "impératifs constants" (Félix Lévitan 1970) niveau équilibre.
    Mordre sur une "ligne blanche" est toujours risqué, mais le Tour 2015 "surpasse" les bornes avec ces minables 14 km de chrono individuel.
    Il éxiste des "palliers", dont la "décence", le "savoir-vivre sportif" exigent le respect.

    Projetons-nous dans un futur très proche "fictionnel" : un jeune Breton, ou Alsacien ou Gascon, remporte en 2015 le grand chrono du Giro (en passant en parallèle honorablement la montagne), il remporte ensuite les championnats de France et du Monde clm., avant de "pulvériser" le record de l'heure en octobre.
    200 km en formule clm. individuelle en plaine au Tour 2016 ?

    Ciao.

    | André | vendredi 24 octobre 2014 à 12:23:32

  151. Bonjour.

    Cette année, il me semble bien que trouver le parcours a été plus dur. La preuve par le fait qu'on nous ai un peu roulé dans la farine avec le col des Champs que beaucoup croyaient sur le parcours mais aussi l'incertitude pendant longtemps sur les cols avant La Toussuire et l'Alpe d'Huez. Comme beaucoup de personnes, je trouve qu'il y a trop d'arrivées au sommet (un record pour le Tour et je n'étais pas du genre à dire ça les années précédentes) et qu'un contre-la-montre individuel de 13 km uniquement est inacceptable pour un grand Tour. Tony Martin a dû rigoler en voyant le parcours. Les rouleurs iront ailleurs. Saint-Jean de Maurienne est la seule véritable étape arrivant en vallée et encore les lacets de Montvernier font perdre de l'importance au Glandon.

    Après, tout n'est pas négatif. J'approuve le mur de Huy et le mur de Bretagne car au moins on aura pas la fatalité de voir des sprinters tout rafler la première semaine. La satisfaction c'est l'arrivée à Arette-Pierre Saint-Martin même si ce sera une course de côte comme Hautacam en 1994. Certains auraient souhaité Burdincurutcheta ou d'autres cols avant d'aborder la PSM mais je m'en contente pour cette première étape de montagne. Cela fait quelques années qu'on attendait la PSM mais c'est en fait une demi-nouveauté : en 2007, les coureurs l'avaient passé sur le versant espagnol bien moins ardu.

    J'ai une certaine incompréhension quant au Plateau de Beille. Non pas car ce sera une course de côte car pour éviter cela il aurait fallu prendre des petites routes étroites (Souloumbrie ou d'autres) et les voitures des équipes et directeurs sportifs n'auraient pas apprécié. Mais plutôt car l'Ariège est récurrente et qu'aucune Etape du Tour n'y est pourtant organisée.
    Plateau de Beille : 1998, 2002, 2004, 2007, 2011, 2015
    Ax-3 Domaines : 2001, 2003, 2005, 2010, 2013
    A faire revenir le Plateau de Beille ou Ax-3 Domaines souvent, ASO ne pourrait pas mettre une ville de départ pas trop loin avec des hôtels et organiser une Etape du Tour pour en faire profiter les cyclosportifs ? En plus, en 2015, l'Ariégeoise ne finira pas au Plateau de Beille pour des questions de traditionnelle alternance donc… Signalons par ailleurs que la station des Monts d'Olmes n'a elle jamais reçu le Tour de France.

    Moi à la place, j'aurais préféré enlever cette étape et mettre une petite arrivée au sommet le jour précédent avec Spandelles + Cambasque pour changer un peu bien que je n'irai pas dire que le Tourmalet sera massacré car on sait bien que certains coureurs ont dû mal à avaler les derniers kilomètres du Tourmalet, Alejandro Valverde pouvait en témoigner en 2008. A la place d'une étape dans l'Ariège, on aurait pu pourquoi pas tracer un meilleur Massif Central.

    Christian Prudhomme dit aimer les massifs intermédiaires mais pour cette année j'en doute. ASO n'a d'ailleurs même pas affiché le profil des étapes du Massif Central. Du coup, je doute que le Causse noir soit grimpé sur l'étape de Mende. On se contentera du final à la Croix Neuve. Et pour le lendemain, il y a cette arrivée inutile après du plat à Valence avec le col de l'Escrinet pour seule difficulté si on en croit les rumeurs. L'Ardèche compte pourtant des cols de 2ème catégorie style col de Meyrand ou col de la Croix de Bauzon qui mériteraient le détour (à condition aussi de ne pas arriver à Valence sinon ce serait du gâchis !). Mais difficile de critiquer tant qu'ASO ne nous livre pas tous ses profils.

    J'étais très enthousiaste à l'idée de l'étape de Pra Loup. Dommage que le col des Champs n'y figure pas car avec le col d'Allos, même par son versant sud, cela aurait donné une belle étape. Du coup là les Alpes du Sud sont bien amoindries. Mais bon, si c'est pour la sécurité des coureurs je comprends.
    Le col d'Allos étant assez roulant, il ne reste plus qu'à espérer qu'un coureur attaque dans la descente.

    Pour la partie plus au Nord des Alpes, la déception était attendue et confirmée… On aurait pu se réjouir de la nouveauté du col de Chaussy mais pourquoi ces 28 km de plat après alors qu'on passait avant de la Chambre à Saint-Etienne de Cuines avec une transition plus maigre. J'ai fait l'Etape du Tour en 2012 et je ne me souviens pas précisément mais il me semble qu'on avait 10 km de plat avant d'aborder le pied du Glandon, pas plus… Là j'imagine les bouchons dans le col de Chaussy sur l'EDT et la crispation dans la descente… Par ailleurs, c'est l'EDT de 2012 si on remplace le col de Chaussy par le col de la Madeleine. Après, plus positivement, il faut reconnaître qu'ASO permet d'assouplir la logistique en supprimant les navettes, ce qui est d'habitude assez chiant sur l'Etape du Tour.
    Aussi, comme certains posts l'ont signalé, la station des Karellis pas loin n'a jamais accueilli le Tour de France contrairement à La Toussuire (2006, 2012 sans compter le critérium du Dauphiné Libéré). D'ailleurs, l'office de tourisme de La Toussuire prétend que la station est candidate chaque année pour accueillir le Tour. On peut redouter qu'ASO qui cherche à être super rentable y a trouvé une alliée de plus que celle de l'Alpe d'Huez. Je ne serais pas étonné que comme le disait un post précédent, un conseiller aux sports de Saint-Jean de Maurienne soit ami avec Christian Prudhomme.

    Mon commentaire le plus négatif va comme pour d'autres passionnés, pour la dernière étape alpine. Modane-l'Alpe d'Huez soit le même parcours qu'en 2011 avec cette longue descente du Galibier + Lautaret où il faut parfois rouler dans la descente du Lautaret. Le Télégraphe et le Galibier ne serviront donc à rien et le regroupement général est quasi assuré avant d'aborder la montée de l'Alpe d'Huez. Quant au retour de l'Alpe d'Huez, c'est une mascarade mais on le savait. ASO est donc une pompe à fric, ils sont incapables de se passer de l'Alpe d'Huez plus de trois ans. C'est sûr on y a droit en 2017 ou 2018. Quand je pense à toutes les ascensions des Alpes qui n'ont jamais accueilli le Tour de France… Quand j'en aurai le temps, j'en ferai une liste exhaustive dans « A votre tour ». Rien que dans le coin il y a la station des Deux Alpes qui en comparaison n'a été que deux fois l'arrivée du Tour (1998, 2002). Christian Prudhomme, Jean-François Pescheux et Thierry Gouvenou ont sûrement des forfaits gratuits pour skier à l'Alpe d'Huez…
    Bref, l'Alpe d'Huez c'est une arrivée au sommet en trop et moi à la place j'aurais remplacé cette étape par un contre-la-montre loin des Alpes.

    Bref un tour mitigé même si je trouve que 2009 (Pyrénées escamotées, arrivées en altitude mal placées) était bien pire et que 2007 (Alpes en partie escamotées avec Tignes) et 2012 (Grand Colombier non placé en arrivée au sommet, abandon de la Pierre-Saint-Martin) n'étaient pas mieux. Je retiendrais quand même positivement la première semaine, la PSM et la tentative de faire une belle étape à Pra Loup. Désolé pour ce si long post !

    | Anthony C | vendredi 24 octobre 2014 à 12:31:57

  152. @ Guillaume 14 (post 144). Hum désolé, j'ai publié sans avoir encore lu ton explication.

    | Anthony C | vendredi 24 octobre 2014 à 12:36:41

  153. A tout le monde, détracteurs et partisans de ce parcours 2015 (auquel j'ai déjà "tranché" mon avis, très négatif).

    Il faut déjà se poser les bonnes questions. Il faut savoir que Christian Prudhomme, Thierry Gouvenou et leur équipe ont sûrement dû penser à des dizaines de tracés possibles pour chaque étape. Ils ont forcément dû penser à des alternatives, sûrement communes avec des tracés que nous avons imaginés. Si l'on excepte les étapes 100 % plates où l'on ne peut caser aucune difficulté, tout le reste pouvait être fait plus ou moins dur, plus ou moins long.

    Du coup, voici toutes les questions que je me suis posé avant d'établir ma longue critique :

    - Pourquoi ne pas avoir fait du final de l'étape de Huy une étape de type Flèche Wallonne ? Si tel était le cas, ASO aurait montré fièrement le profil tout comme l'étape de Sheffield en 2014 !
    - Pourquoi dire qu'on utilise "chaque aspérité" de cette première semaine sans les présenter en détail ? D'autant plus que le final du Havre semble aussi vallonné, mais qui n'a pas été mis en valeur car absence de profil !
    - Pourquoi rajouter une nouvelle arrivée en côte pour le CLM par équipe ?
    - Pourquoi avoir fait de la Pierre Saint-Martin une course de côte ?
    - Pourquoi ne pas être passé par l'Aubisque plutôt que le Tourmalet pour l'étape menant à Cauterets ? Les deux cols sont tout aussi mythiques !
    - Pourquoi avoir choisi de copier-coller l'étape du Plateau de Beille 2004 alors que celle-ci n'avait pas donné grand chose ?
    - Pourquoi avoir sciemment décidé de mettre 100 km de plat en plein coeur de l'étape cévenole vers Mende ?
    - Pourquoi s'être privé des belles montées de l'Ardèche au profit d'une étape de transition, qui plus est un dimanche ?
    - Pourquoi avoir décidé de reprendre le col de Manse une nouvelle fois vers Gap ?
    - Si la descente du versant ouest du col des Champs était problématique, pourquoi ne pas avoir renoncé à la descente par Sarenne en 2013 ? Et pourquoi ne pas avoir monté le col des Champs par le versant ouest pour profiter d'une descente en parfait état et enchaîner par la Cayolle ? Le kilométrage et la difficulté auraient été similaires !
    - Pourquoi cette boucle par les lacets de Montvernier alors que le final par le redoutable Glandon aurait pu se suffire à lui-même ?
    - Pourquoi une boucle plate de 40 km en allant jusqu'à Epierre au lieu du pont de Saint-Michel-de-Maurienne ? Pourquoi remettre le Mollard alors qu'on peut aborder la Toussuire en bas de la Croix-de-Fer ?
    - Pourquoi reprendre la même étape qu'en 2011 sachant que les coureurs ont vu et réalisé que des attaques dans le Galibier étaient inutiles ?
    - Pourquoi l'Alpe d'Huez revient aussi souvent alors que plein d'autres stations sont candidates ?
    - Pourquoi cette blague sur Montmartre en avril alors que c'était une vraie bonne idée ?

    Et surtout, des questions générales :

    - Pourquoi si peu de kilométrage contre-la-montre ? C'est pas comme si on ne pouvait pas rallonger les parcours des CLM !
    - Pourquoi autant insister sur les bordures du fait du vent, sachant que c'est un paramètre incontrôlable ?
    - Pourquoi ne valoriser que les 5 arrivées en altitude (à plus de 1500 m) alors que 10 étapes finissent par une montée (Huy, Mûr-de-Bretagne, Plumelec, Cauterets, Mende) ?
    - Pourquoi considérer ce tour comme "montagneux" alors que la proportion de cols 1C et HC est inférieure à 2014 ?
    - Pourquoi ne pas avoir mieux réparti les étapes de transition entre les Pyrénées et les Alpes ? Rodez et Gap auraient pu être plus planes, et Mende et Valence bien plus complexes pour un week-end difficile !
    - Pourquoi tournicoter autant en Maurienne alors que la Haute-Savoie est snobée deux ans de suite (et les Alpes du Mercantour depuis 40 ans) ?
    - Pourquoi cette "diagonale du vide" ?

    Pour avoir un esprit critique, il faut se poser des questions, beaucoup de questions, même. Et il est évident que les équipes d'organisation du Tour ont dû s'en poser une bonne partie avant de valider et de présenter leur parcours 2015. S'ils ont fait tous ces choix, c'est qu'il y a des raisons plus ou moins avouables. Il est vrai que mes questions ont l'air orientées vers un Tour plus dur. Mais sincèrement, j'aurais volontairement édulcoré certaines étapes pour mieux répartir les difficultés et proposer un Tour varié conciliant plus habilement classicisme et inédit.

    Ce que je regrette c'est qu'aucune personne qualifiée (journaliste, coureur, chroniqueur, consultant) n'ose critiquer "en grande pompe" les parcours présentés : ils n'en font qu'une présentation brève, et ils demandent l'avis aux coureurs, qui ne se contentent d'annoncer que si le parcours convient à leur physionomie. Ils ne font pas vraiment de critique, juste un constat. Pourtant, toutes ces personnes, avec leur science de la course, leur connaissance de la manière dont les étapes se déroulent, ils sont à même de proposer des alternatives et des critiques constructives. Or, personne ne dit que l'Alpe d'Huez ou Pau reviennent trop souvent, personne ne critique les boucles mauriennaises, personne ne "tilte" sur le fait que les étapes à bordures ne sont dépendantes que d'un facteur incontrôlable. Personne n'est choqué par le faible kilométrage de nombreuses étapes. Et surtout personne n'analyse les parcours dans le détail...

    Du coup sans critique "médiatique", ASO fait son parcours comme il le veut, et use de sa communication pour valoriser des parcours qui sont sportivement peu probants. La preuve en est avec la "survente" des monuments et des beaux paysages dans de nombreuses étapes. Car de toute façon, pour eux, la seule preuve, c'est si la course est intéressante au final ou pas, si elle fait vendre. Or on a vu que des Tours mal tracés (2009 et 2012 notamment) étaient assez insipides au final alors que 2011, 2013 et 2014, bien mieux tracés, ont été plus intéressants à suivre. Malgré la domination de Froome et Nibali respectivement ces deux dernières années, on a pris plus de plaisir. Cependant je doute fort que ça soit de nouveau le cas en 2015 au vu du "canevas"...

    Après, il faut savoir qu'un mauvais parcours peut très bien donner un bon Tour sportivement parlant, et qu'un bon parcours peut provoquer une course insipide. Cependant il faut savoir vivre avec son temps : on est dans une période où le cyclisme est ultra-connecté et où on cherche chaque bribe d'information, physiologique ou sportive, pour contrôler la course au mieux. L'ère des grandes épopées est terminée, l'ère de la course de mouvement touche à sa fin (même si des attaques désespérées arrivent tout de même rarement). Maintenant on est dans l'ère des trains de coureurs, qui cherchent à rendre la course ultra-prévisible.

    Sachant que maintenant chaque parcours est analysé au mètre près par les experts des équipes sportives, essayant de retarder au maximum l'attaque du leader pour ménager ses forces et faire une sélection par l'arrière. Et pour arriver à avoir des courses intéressantes, il faut des parcours, des aiguillages, qui soient à même de les dévier, de les déstabiliser, et même de les faire dérailler. Et ce n'est pas avec une orgie de courses de côte que cela va pouvoir s'effectuer...

    Les seules critiques formulées par le public, c'est que le Tour passe trop à l'étranger. C'est vrai, l'exception est malheureusement devenue la norme. Mais le public s'en fiche au final, il adore voir l'Alpe d'Huez, il adore voir le Tourmalet, il adore voir des beaux paysages vu d'hélicoptère. Et finalement il grommellera en voyant les favoris se regarder jusqu'à 2 kilomètres du terme. Enfin, sauf si les favoris en question sont français, bien sûr.

    C'est un peu un commentaire pêle-mêle mais ma critique de ce parcours est pleinement justifié au vu des nombreuses questions posées. Après, je reste toujours curieux de voir comment cela va se passer sur le terrain. Certains vont me dire "t'as qu'à organiser ta propre épreuve cycliste alors". Alors oui, j'aimerais pouvoir faire ça, mais je n'ai pas fait d'études dans l'événementiel, et voir le fait que les petites courses cyclistes sont une espèce en voie de disparition, du fait du manque de sponsoring, ça donne pas vraiment envie. Quoi que je pourrais apporter des idées aux courses de ma région, comme la Classic Sud Ardèche et la Drôme Classic.

    Je vais également lancer dans l'après-midi une discussion/débat dans "A votre Tour" sur les zones oubliées, ignorées, et non désireuses de recevoir le Tour de France. Qu'est-ce qui ne motive pas ASO à aller dans ces endroits trop souvent évités, et aussi, qu'est-ce qui fait qu'un maire puisse refuser de candidater à un événement "trop cher" mais pourtant dont les retombées économiques énormes sont prouvées.

    Bruno "Linkinito" Ramadanoski.

    | Linkinito | vendredi 24 octobre 2014 à 12:48:35

  154. [[ supprimé, doublon ]]

    | guillaume14 | vendredi 24 octobre 2014 à 12:48:40

  155. Effectivement à une époque, les 2 Alpes auraient bien aimé qu'il y ait une alternance avec l'Alpe pour les arrivées du tour mais depuis, ils se sont rendu compte qu'il ne pouvait pas concurrencer l'Alpe pour le tdf et ont misé sur le vtt car à ce niveau, ils peuvent largement rivaliser avec l'Alpe. Concernant le giro, évidemment il intéresse les 2 Alpes car c'est LA station des italiens et accueillir le giro pour eux, c'est maintenir et renforcer leur notoriété en Italie...mais la date du Giro est mal placée pour une station d'altitude...la météo peut encore être "hivernale" jusqu'à début juin...j'ai assisté à une arrivée du Giro aux 2 Alpes en semaine ou il faisait grand beau mais froid et il n'y avait presque pas de spectateurs et très peu d'italiens. Si c'était début juillet, évidemment, ça serait autre chose pour les 2 Alpes.

    Pour en revenir au Tdf dans l'Oisans, certains ont peut-être blasés par une arrivée à l'Alpe mais quoi qu'on en dise, elle est unique au niveau ambiance et c'est aussi ça le tour. C'est un peu comme l'UTMB pour les trailers, un ultra trail critiqué mais qui reste magique malgré tous les détracteurs.

    | oisans38 | vendredi 24 octobre 2014 à 12:56:06

  156. [[ supprimé, doublon ; merci d'arrêter de multi-poster ]]

    | guillaume14 | vendredi 24 octobre 2014 à 13:22:58

  157. Comme j'ai pu le lire dans certaisn posts, je suis moi aussi un fervent défenseur de la montée des Karellis. 13 kms à presque 8%, sur une petite route qui "rend" mal, ça pourrait faire un beau spectacle ... Mais le truc à savoir c'est que est-ce que cette station est candidate au tour ? Les karellis, c'est une toute petite station qui fonctionne presque uniquement sur le principe des villages vacances. Il y a très peu (voir pas du tout il me semble) de réservation directe aux particuliers donc moins de retombées économiques directes dnc pas forcément très intéressant pour eux... Peut-etre qu'il faudrait commencer par en faire une arrivée du dauphinée, pour montrer à Mr Prudhomme et ses copains d'ASO ce que ça peut donner ...

    J'espère franchement que cette montée fera un jour l'objet d'une arrivée d'étape mais ça sera compliqué, économiquement parlant ...

    | Denis79 | vendredi 24 octobre 2014 à 13:30:31

  158. Denis79,

    C'est clair qu'en tant que station sociale, les Karellis n'ont peut-être pas pour objectif d'accueillir un TDF et la commune de Montricher pas les moyens de financer une arrivée qui coûte chère pour une petite station...c'est pourquoi, c'est un peu toujours les mêmes arrivées et les mêmes stations...au détriment d'autres arrivées qui sont autant ou plus intéressantes sur le plan sportif. Il faudrait que les financements soient pris en charge par une intercommunalité au niveau d'un massif ou d'une vallée pour une plus grande variété d'arrivée/départ.

    | oisans38 | vendredi 24 octobre 2014 à 13:58:23

  159. Et bah j'arrive un peu tard pour les récations mais là bah faut vraiment dire que c'est plus qu'un tracé catastrophique.

    Pas de chrono, sur la rubrique à votre Tour on m'avait critiqué quand je mettais moins de 50 bornes de chrono individuel mais là c'est plus qu'une blague avec 14 KM....

    Ensuite, bon c'est traditionnel, mais les Pyrénées sont horriblement mal tracées.

    La première vers APSM est pas terrible du tout on est quand même dans une région super abondante en cols. Un enchâinement d'intro Burdinkurutcheta/Bostmendtia/Hourcère avec remontée sur APSM ensuite aurait été dix fois mieux sur un départ de Peau.

    Le lendemain, pourquoi ne pas enchâiner avec la Montée par Viscos, ou proposer le plateau de Cambasque quitte à rajouter une arrivée en altitude car l'étape avec de la vallée est dénuée d'intérêt. Sinon, un enchâinement Aubisque/Spandelles aurait été dix fois plus conséquent, surtout que la descent est pas mal à Spandelles.

    Enfin Beille est une blague. Il suffisait juste d'un enchaînement Aspet/Core/Latrape/Agnès/Péguère avec arrivée à Foix (sans la boucle atroce) pour sortir une étape potable, c'était pas bien dur....

    L'étape de Pra Loup est une aberration. C'était compliqué d'aller tracer Champs/Cayolle/Pra Loup franchement ? Je ne sais pas comment ils se débroullent à ASO mais heureusement qu'on a une affiche Contador/Nibali/Froome/Quintana pour le Tour car sinon ça va être bien pourri.

    Enfin on a cette grosse bêtise : pourquoi ne pas mettre le Chaussy dans l'étape de Saint-Jean de Maurienne très franchement ? Là on aurait une belle descente, après le Glandon qui aurait éliminer du monde et vraiment une belle étape.

    Bon pour la Toussuire, j'ai toujours pas compris pourquoi ASO n'utilise pas le versant le plus raide, et pourquoi ils vise le record de vallée avant la Croix de Fer (vous inquiétez pas, la prochaine fois on ira jusqu'à Albertville pour rigoler hahaha).

    Enfin l'Alpe d'Huez, bon c'était sympa 2011 ok, mais faudrait penser à autre chose des fois quand même....

    En bref un Tour vraiment nul, dans la lignée de 2012, mais encore en 2012 y avait Porrentruy qui avait été superbe, ou encore la Toussuire qui était pas trop mal. Là, c'est vraiment archi-décevant. Cette fois, alors que l'an dernier on avait eu un tracé enfin relativement bon, on a l'une des plus grosses déceptions.

    | Crico | vendredi 24 octobre 2014 à 14:36:33

  160. Bonjour à tous

    Moi aussi j'arrive (un peu) en retard ...

    Sur Gap-St Jean, les lacets de Montvernier sont une idée sympa ... Ce qui me dérange plus, c'est que lorsque l'on a vu la présentation, tels qu'ils ont été présentés, on ne retient que cela dans l'étape, ce qui n'est pas pour inciter les favoris à attaquer dans le Glandon ...
    Si ASO ne les avait pas souligné ainsi, ils auraient pu créer la surprise le jour J et ainsi en surprendre plus d'un (un peu comme la montée de Bluffy dans le chrono d'Annecy en 2009 que les médias annonçaient comme roulante).

    Le lendemain, on atteint le top du top !!! On communique à tout va sur le Chaussy ... tout ça pour qu'on le place en début d'étape avec 30 km de plat ensuite. Ces 30km de plat, justement, c'est là où je ne comprend plus rien ... C'est à se demander si ça ne leur manquait pas 15km pour avoir un plus joli kilométrage total ...
    Le Mollard, son seul avantage c'est sa descente assez technique.
    C'est dommage que l'on arrive (encore) à la Toussuire. D'après le nom "officiel" de l'arrivée selon ASO, elle semble être aussi financée par les Sybelles. Pourquoi alors ne pas proposer autre chose comme, par exemple, St-Sorlin ou Albiez (qui font aussi partie des Sybelles) ?
    Aussi, comme Crico, je me demande pourquoi on a toujours ce détour par le Corbier ... déjà que la Toussuire n'est pas une montée extrêmement dure (à comparer, bien sûr avec d'autres montées environnantes) ...
    Pour rentrer dans un autre débat, c'est dommage aussi que ce soit uniquement les villes qui peuvent payer qui sont choisies et que ASO ne décide pas d'arriver dans d'autres stations/montées avec leur simple accord, uniquement pour le côté sportif (comme les Karellis ...)

    L'étape du samedi, c'est encore du réchauffé, je n'ai rien de plus à dire que ce qui a déjà été dit ...



    @Guillaume14

    Si tu parle de la boucle de 30 km entre Chaussy et Glandon, ce n'est pas la simple boucle habituelle (qui fait environ 15km) et qui va jusqu'à l'entrée de St-Rémy. Là, on irait, d'après le kilométrage, jusqu'à Epierre !

    | Nico73 | vendredi 24 octobre 2014 à 15:17:49

  161. @nico73
    effectivement je l'ai précisé sur un autre post plus détaillé mais mon téléphone a reposté plusieurs fois ce message qui n'apporte pas grand chose!

    @tous
    Désolé je n'utiliserai plus de téléphone pour poster.

    | Guillaume14 | vendredi 24 octobre 2014 à 15:23:45

  162. @Guillaume14
    Ok, désolé je ne l'avais pas vu.

    | Nico73 | vendredi 24 octobre 2014 à 15:29:41

  163. @nico73 oui la boucle 2015 va jusque Epierre, et pas jusque St Remy. De plus, @guillaume14 repete que c'est a cause du pont sur la nationale, mais j'ai objecte que si on ne doit pas couper de nationale, comment on fait pour aller du lautaret jusque bourg d'oisans ?

    Je pense plutot que c'est fait pour allonger l'etape et eviter les eliminations hors delai des sprinters. avec le Chaussy neutralise le grupetto se formera dans le glandon, et Cavendish pourra voir Paris.

    Egalement je pense que le passage par le Mollard permet d'eviter une partie pas terrible de la descente de la croix de fer.

    Petit a petit au fil des contributions la logique du trace apparait plus clairement. ca ne veut pas dire qu'il est incontestable et merveilleux, mais a la reflexion ce n'est pas aussi terrible que ce que j'avais pense en le decouvrant. On peut rever qu'un leader se sente fort dans le glandon et mette une mine au pied de Montvernier. Mais je n'ai pas le coup de coeur pour une etape comme en 2013 avec l'etape d'Annecy... qui n'avait rien donne ensuite mais qui etait marrante a faire en EdT, au contraire de celle de 2012.

    | philippe | vendredi 24 octobre 2014 à 15:49:55

  164. Ces 30 km de vallée artificiels entre le pied de chaussy/madeleine et le glandon, constituent un non sens su plan sportif;

    les raisons invoqués par guillaume 14 peuvent être entendus (volonté de la préfecture de ne pas couper la nationale à hauteur de la chambre-saint étienne de cuines..)mais bon pendant des dizaines d'années cette intersection a été utilisé par le tour de france, et même le dauphiné à l'occasion, et depuis 10 ans ce n'est plus possible...

    bon je ne sais pas comment aso négocie les itinéraires, mais si le passage de cette intersection était érigée en priorité dans l'intérêt de la course,je ne vois pas pourquoi la préfecture ne fermerait pas la nationale...

    Si c'était uniquement cela le tour passerait comme depuis les dernièeres éditions par saint rémy de maurienne, cela fait une boucle de 12 km, et là il y a un pont au dessus de la nationale...

    et bien non là on va à priori jusqu'à épierres pour tracer une vallée de 28 km, et là on ne comprends plus rien, si l'étape fait 120 km au lieu de 138 quelle différence ? pourquoi ce détour inutile dans une étape de montagne qui se veut l'un des points forts de l'édition....

    Imaginer cette année un détour par arreau entre peyresoudre et le pla d'adet, histoire de rallonger l'étape et d'éviter le col d'azet, c'est de la même veine pur moi sur cette étape......

    | maziro | vendredi 24 octobre 2014 à 15:59:32

  165. Le Mollard permet aussi d'emprunter la partie la plus raide de la montée de la Toussuire (les 3 premiers kilomètres depuis St-Jean de Maurienne)

    | Nico73 | vendredi 24 octobre 2014 à 16:12:49

  166. @maziro
    la N6 est une voie de circulation qui n'est pas comparable, elle dessert l'Italie. Si on cherche des explications, on peut imaginer que ne pas bloquer tous les PL dont le gabarit ne permet pas d'utiliser l'autoroute est un intérêt supérieur à celui d'organiser une course de vélo! Pas pour moi mais mon avis en l'espèce n'importe pas.
    Et depuis l'ouverture de l'autoroute en 2001 plus de passage direct, si quelqu'un veut compléter et apporter des réponses officielles...
    Pour ma part, je peux imaginer qu'il y a de vraies raisons d'aller à St Remy mais pour Epierre je suis pantois.

    | Guillaume14 | vendredi 24 octobre 2014 à 16:21:42

  167. Effectivement nico, avec le mollard on peut redesccendre jusqu'à saint jean de maurienne, et reprendre la route de la croix de fer avant de bifurquer à l'embranchment pour la toussuire, et les premiers 3KM sont à 8%...

    Le bémol, avec ce schéma c'est que le sommet du glandon le col le plus dur est éloigné de l'arrivée et donc il fait plus difficilement office de marche pied pour une attaque possible, ce serait plus facilement le cas si on enchainait directement croix de fer-toussuire.

    Autre bémol, par expérience sur les derniers tours ou on a vu cet enchainement, mais aussi sur le dauphiné, il ne se passe rien dans cette partie raide, les leaders temporisent et attendent les derniers km de la toussuire,..bon ça peut changer en 2015

    Certes il y a les 8km de faux plats, mais un leader attaquant à mi glandon pourrait faire de beaux écarts et pas dit que cela s'organise derrière.sur le dauphiné 2011, par exemple pinot et rodriguez avaient attaqué dans le glandon et tout avait explosé, on enchainait sans le mollard ..

    Sur cette étape la présence du mollard ne me dérange pas, même si je préférais un enchainement direct, ce n'est pas le choix d'aso le plus discutable entre sjdm et la toussuire...

    | maziro | vendredi 24 octobre 2014 à 16:34:52

  168. Linkinito,très belle analyse de ce parcours.
    Je le répète, les équipes seront dans la gestion lors des premières étapes. Ce n'est pas un hasard si Stéphane Goubert a tout de suite, après le parcours dévoilé dit que l'objectif sera de gérer les équipiers.
    Donc, on peut très bien avoir une course ou plutôt une non course pour arriver frais vers Vannes - Plumelec. Je ne serais pas surpris de voir les équipiers, non spécialistes des pavés se relever vers CAMBRAI pour récupérer. Idem, les non grimpeurs et cex qui ne jouent pas le général vont gérer la première semaine pour placer le leader dans des les meilleures conditions.

    Le pire scénario pour ce tour serait de Nibali faire la différence sur les pavés et voir son équipe dominer le clm par équipe. Imaginer Nibali avec 3 à 4 minutes avant la première étape de montagne c'est possible
    Après les staffs vont analyser le parcours en détail et trouver les 9 éléments entre un savant dosage de rouleurs, de grimpeurs et des classiques spécialistes.


    | david G | vendredi 24 octobre 2014 à 17:11:11

  169. @Crico :

    Je te cite :
    "L'étape de Pra Loup est une aberration. C'était compliqué d'aller tracer Champs/Cayolle/Pra Loup franchement ?"

    Si vous pronez cet enchainement, et c'est votre droit, alors ne ralez pas que ASO ne propose pas d'"enchainements de cols sans vallée, propice à des offensives de loin".

    La Cayolle c'est 30 bornes de faut plat descendant à 2/3%, alors que le col d'Allos, pas beaucoup moins dur, c'est une magnifique descente technique.

    | Stochastic | vendredi 24 octobre 2014 à 17:45:43

  170. Bonjour à tous,

    et bien, ça s'excite par ici.

    Avec 2 jours de réflexion supplémentaire, je comprends les personnes qui trouve nos commentaires très négatifs. C'est vrai que les membres du forum ont souvent tendance à pointer ce qui fâche plutôt que les points positifs. Des années de discussions et des mois à tergiverser sur le parcours ne font qu'augmenter la déception. Surtout après l'interview de Thierry Gouvenou, qui laissait entrevoir des évolutions dans le parcours. Alors quand le résultat est à l'opposé de ce que dit Gouvenou, c'est normal d'être déçu. Mais je comprend bien qu'il ne peut pas tout changer en un an.

    Il est vrai que ce parcours est bien meilleur que la plupart des Tours de l'ère Leblanc.
    La 1ère semaine avec les arrivées en bosse et la nouvelle présence de pavés et agréable. Je note d'ailleurs que la plupart des coureurs interviewés étaient heureux de retrouver des pavés pour la 2nde année consécutive. C'est une bonne évolution des mœurs du peloton, auparavant hostiles à ce type d'étape dans un grand Tour (il n'y a qu'à voir les avis de Moucoutié et Goubert sur Eurosport).

    La 1ère étape de montagne est bonne également, avec cette course de côte. ASO a fait un effort pour ne pas obliger une étape de repos au lendemain d'une arrivée à la PSM, et je leur dit bravo. Cela veut dire qu'il sera beaucoup plus facile d'intégrer une arrivée là bas dans le futur.

    La transition Alpes – Pyrénées me va bien également. Je peux même comprendre ASO sur le col de Manse, qui fut toujours un succès pour l'instant.

    Je les comprends également sur le faible nombre de km de CLM individuel.

    En fait, 4 points négatifs me reviennent toujours en tête :

    La mise en avant des étape à bordures, alors qu'une étape de ce type imprévisible. Pour souvenir, en 2010, lors de la 1ère étape en ligne, il n'y avait pas de vent lorsque le peloton était passé au bord de mer. Au contraire, l'étape de bordure la plus marquante de ces 20 dernières années eu lieu en 2013 sur une étape où cela n'avait pas du tout été prévu en Octobre.

    Le manque d'originalité. Quand ASO parle de 9 premiers jours en plaine où il a fallut rivaliser d'inventivité pour proposer autre chose que des sprints, on ne peut que rigoler. L'étape pavée a déjà été faite en 2014, Huy est l'arrivée de la flèche Wallonne organisée par ASO, Le mur de Bretagne a déjà eu lieu en 2011. Ce n'était pas compliqué à trouver. La seul vrai originalité vient de l'arrivée à Zelande.
    Plusieurs étapes de montagne ne sont pas non plus originales. Beille précédé par les cols situés à l'Ouest, on connait. Les 80 derniers km de La Toussuire sont identiques aux arrivées de 2006 et 2012, c'est dommage, on aurait put changer. Modane – L'Alpe d'Huez, copié collé de 2011.

    L'ordre et la répartition des cols. J'ai proposé post 99 une autre répartition dans les étapes et les cols. Le principe était d'être plus original, de ne pas bloquer la course par des arrivées au sommet de plus en plus dure. A l'inverse, je propose pour les Alpes, une arrivée en 2ème catégorie, un jours de repos, une arrivée HC, une arrivée 1ère catégorie et une arrivée en vallée pour finir. Le pb financier ne se pose pas puisque je conserve les mêmes villes étapes. Toutes les routes sont empruntables, donc pas de problème de sécurité. C'est simplement un remaniement du même jeu de carte pour avoir quelque chose de mieux ordonné.

    L'arrivée à St Jean de Maurienne. Cette déception est certainement trop personnelle, et pourtant , c'est selon moi la plus grave. Il y a très peu d'arrivées en bas d'une descente dans les Tours modernes, je trouve donc, qu'il faut soigner particulièrement ces étapes. Hors St Jean de Maurienne pouvait proposer bien mieux. Les lacets de Montvernier apportent un gros risque de bloquer la course, il aurait été préférable de revenir directement depuis St Etienne de Cuines. Mais le top du top pour arriver à St Jean de Maurienne, c'est de monter le Glandon coté Nord. C'est l'un des cols les plus difficiles de France de ce coté, et la seule façon de vraiment le mettre en avant c'est une arrivée à St Jean de Maurienne. On a le lieu d'arrivée, mais on se passe d'un final d'étape par ce col. C'est vraiment un gâchis.
    Dans le même ordre d'idée, on sait qu'Albertville est candidate pour les années qui viennent, j'espère que cette fois ci, les difficultés autours de cette ville seront bien exploitées. Mais on parle déjà d'utiliser cette candidature pour faire un départ de CLM vers Valmorel. Surtout pas! Utilisons là pour faire une étape de montagne arrivant dans la vallée.

    Voilà, j'espère de tout coeur me tromper, et voir une course splendide. On verra bien.

    En tout cas, ce parcours est selon moi parfait pour Nibali, le plus fort des favoris sur les pavés, juste ce qu'il lui faut de CLM et des cols finaux qui lui conviendront à merveille.

    | Olivier73 | vendredi 24 octobre 2014 à 19:10:58

  171. J'en vois enormement qui font des extrapolation sur la "domination" de Nibali sur les paves.

    La verite d'un jour n'est pas celle de la suivante, il suffit de regarder Paris Roubaix. Les chutes, les crevaisons et la poisse (chute d'un coureur devant soi) peuvent tout changer. Il suffit d'un pepin et on se retrouve bloque derriere, comme Van Garderen en 2014 alors qu'il etait dans le bon groupe. Et coince derriere on ne revient jamais. Meme des grands champions sur les paves comme Boonen ou Cancellara ont connu ca.

    En 2014 Nibali a ete tres fort sur les paves, mais aussi tres chanceux avec aucun pepin, et quand son equipier est tombe devant lui, il a pu ralentir. En 2015 il y a de fortes chances pour que ce soit different.

    Et puis la meteo etait quand meme particulierement catastrophique ce jour la, ca fait des annees qu'il n'y a pas eu un seul Paris-Roubaix aussi humide et ca tombe pile le jour de l'etape. Si il fait sec a Cambrai, les degats seront moindres (ils seront presents, mais ca chutera moins).

    Autant on peu dire qu'un Quintana/Froome/Nibali en forme peut faire de gros ecarts sur un arrivee HC sans se tromper, autant le dire pour les paves, c'est quand meme tres presomptueux.

    | Yoshi45 | vendredi 24 octobre 2014 à 20:44:56

  172. Nico73 : Albiez ne fait pas partie des Sybelles. St Sorlin oui mais de toute façon ce sont les communes qui paient le plus pas la société de remontées mécaniques des Sybelles qui ne participe qu'un peu.

    Quant à la nationale 6, elle n'est empruntée que par les camions en desserte locale, les autres passant sur l'autoroute. Par contre effectivement la RN 91 qui dessert l'Oisans est coupée toute la journée et il n'y a donc plus d'accès à l'Oisans, au Lautaret, Briançon, Montgenèvre et l'Italie car pas d'autre alternative. Donc l'histoire de ne pas pouvoir couper la RN 6 ne tient pas avec l'autoroute de Maurienne qui double la nationale.

    | oisans38 | vendredi 24 octobre 2014 à 20:49:37

  173. Enfin quand même...
    la N91 est nécessairement empruntée sur de nombreux km, il n'est pas possible de faire autrement. Il s'agit de franchir la N6, ce n'est quand même pas la même problématique. Je ne comprends vraiment ta comparaison.

    | Guillaume14 | vendredi 24 octobre 2014 à 21:14:42

  174. Guillaume14

    La comparaison est pourtant simple. Du côté Oisans, l'unique route d'accès est coupée toute la journée (et parfois même la veille au soir dans le sens de la montée) et réservée au tdf...et il n'y a pas d'autre voie d'accès pour les automobilistes et camions qui veulent passer le Lautaret...(et l'été la circulation est dense sur cet axe) donc plein de raisons pour que la préfecture soit en droit de refuser la coupure de cette unique route. En Maurienne, il y a une autoroute en plus de la nationale. Aussi, il est encore plus facile de la réserver au tdf car la circulation vers l'Italie peut très bien être déviée en aval sur l'autoroute et même gratuitement comme cela s'est fait dernièrement suite à des travaux sur la nationale. Donc s'il y avait volonté de franchir la nationale au niveau du rond point de la Chambre, je ne vois pas pourquoi la préfecture refuserai.

    | oisans38 | vendredi 24 octobre 2014 à 21:52:25

  175. #159 : Je pense que tu parle trop avec une carte. Tu propose une arrivée à Foix sans faire "l'atroce boucle" : Mais connais-tu cette ville ?
    Arrivée de Peguere, directement dans Foix est impossible car il y a un rond point super étroit à 100 m de la ligne d'arrivée et un rétrécissement à une seule voie à 20 m de la ligne !!!

    | th31300 | vendredi 24 octobre 2014 à 22:19:53

  176. Mais c'est différent car ce n'est pas une obligation sur le parcours! la preuve, ils font autrement. En Oisans, couper est une nécessité et en Maurienne, une possibilité. La différence est abyssale, au contraire de ce que tu as l'air de penser.

    | Guillaume14 | vendredi 24 octobre 2014 à 22:19:55

  177. Slt a tous,

    Thomas, le site tourne toujours aussi bien c'est super.

    A la différence de beaucoup je vais me faire l'avocat du diable mais je trouves ce tour innovant et pas trop mal dans son ensemble.

    Je déplore juste la quantité d'arrivées en cote ou au sommet trop nombreuses et le manque de contre la montre mais ce tour de France 2015 sera un essai comme celui raté de 2012.

    Pour ce dernier a l'époque je n'avais pas fait d'erreur concernant sa tournure.

    Pour les favoris il faudra ètre au top sur 3 semaines, la PSM, le retour de pra-loup, les lacets de montvernier, le col de chaussy apporte une touche de nouveauté.

    Je ne suis pas un grand fan du mélange grand cols, petits cols ce qui fait que pour l'étape de st jean de maurienne avec le glandon qui se perd, me laisse perplexe.

    Pour répondre au dernier message de dom, Leblanc n'a pas fait que des tracé bidons dans les années 90.
    92,95 et 97 sont des grands cru et Pantani gagne en 98 un des tours les moin difficiles de cette décennie.

    Autre fait : les indurain, armstrong et dernièrement froome comme rouleurs puissant étaient les plus forts en montagne en plus du contre la montre.

    Concernant les grosses étapes de cols a l'ancienne longue et difficile elles font partie du passé, la dernière étant le galibier 2011.



    | Fred | vendredi 24 octobre 2014 à 23:39:22

  178. prudhomme a voulu favoriser les francais Pinot Bardet Rolland et c est legitime , pour une fois que des francais peuvent se meler a la lutte supreme. froome commence a couiner vu le peu de clm mais son boss le convaincra.

    je pense que cayolle j aurais dis que c est pas une route faite pour le Tour ,avec ces tunnels rocheux et une certaine etroitesse .mais quand je vois le chaussy, que j ai fais en bécane, je me dis tout est possible pour l avenir. dailleurs je me demande comment la caravane va faire sur cette petite route etroite parfois a flanc rocheux, a mon avis elle n y passera pas et prendra la vallée.

    allos.pra loup c est tres bon vous verrez ,certes l autre face est plus interessante en montée mais la descente est pas piquée des hannetons..avec l enchainement pra loup les coureurs n auront pas pu recupérer une seconde dans cette descente

    le soudet en course de cote faut voir, les premiers gros pourcentages risquent de faire exploser le peloton mais on aurait aimé un col avant surtout que dans le coin ya que du sévère ( marie blanque, burdicurutceta..)

    | bichat | samedi 25 octobre 2014 à 1:21:21

  179. Guillaume14,

    Plus haut, tu disais que c'était peut-être une volonté de la préfecture de ne pas couper la nationale en Maurienne parce qu'il y avait de la circulation vers l'Italie...(alors qu'il y a l'autoroute en déviation ! d'ou ma comparaison) bref, tu te contredis. Pour en revenir à la Maurienne, c'est donc bien une volonté de l'organisation de faire une boucle dans la plaine par Epierre alors qu'ils auraient pu passer directement à la montée du Glandon au niveau de la Chambre.

    Ce jour là, si vraiment l'orga du tdf avait voulu faire une étape de montagne autour de St jean, il y aurait eu de quoi faire : montée par Albiez le Vieux et descente sur St Jean par Albiez le Jeune ou réciproquement, col du Chaussy, Col du Glandon et Croix de Fer, direct par la Chambre, descente par St Sorlin et la vallée des Arves (et ce n'est pas les 2 tunnels qui vont les freiner, il y en a encore plus sur la R91 entre Bourg d'Oisans et le Lautaret) et montée à la Toussuire. Dans cette configuration, les quelques kilométres de montée perdue à la sortie de St Jean étant largement compensés par la montée d'Albiez ou alors il y a encore la possibilité de faire une montée par les Bottières et rejoindre la Toussuire ensuite...là il y aurait de la montagne et que de ça...mais bon, ce genre d'étape n'est plus d'actualité.

    | oisans38 | samedi 25 octobre 2014 à 9:37:23

  180. Wow, je trouve certains commentaires hyper agressifs, voire hautains et prétentieux...

    Mettre 6/20 à ce parcours... Faut quand même pas exagérer non plus et rester objectif... J'espère que la personne qui a mis cette note (Linkinito je crois)n'est pas prof à la FAC parce que je plains ses élèves... :-)

    Le parcours est plutôt sympa, même s'il y a certaines étapes très énervantes.

    Pour commencer, la 1ère semaine est excellente (sachant qu'on part du Nord hein).

    Un petit chrono, les polders, le Mur de Huy, une autre étape venteuse, les pavés, Mûr de Bretagne... Souvenez-vous des 1ère semaines sous l'ère Leblanc...

    Le final vers Huy est plus dur que celui de la Flèche Wallone avec Bohisseau, Ereffe et surtout une bosse de 1.5km (7.5% de moyenne, max 15% parait-il) à 4.8 km du pied du Mur. Parfait et on aura plus de spectacle et de différences dans le Mur de Huy que dans l'étape du Yorksire, où on a rien vu entre les favoris si on excepte l'attaque bien sentie de Nibali.

    Les pavés, c'est top. C'est le seul truc qui permet encore dans le cyclisme actuel d'avoir une course à l'ancienne et d'un autre temps.

    LE BEMOL :le chrono par équipes, qui aurait dû être un chrono individuel de 35 bornes. Merde, on est sur le Tour là, pas sur Paris Nice, il faut 50 bornes de chrono quoiqu'il arrive...


    La montagne est pas si mal avec de vrais cols pour grimpeurs : Beille, la Pierre St Martin, l'Alpe... et de vrais grands cols à haute altitude (Tourmalet, Galibier, Croix de Fer, Glandon, Allos).

    MES DECEPTIONS :

    - La Pierre St Martin en montée sèche. Toujours cette habitude agaçante d'ASO de ne pas faire trop dur (on peut faire ce commentaire sur quasi toutes les étapes de montagne).
    - Tourmalet encore dans une étape qui ne sert à rien.

    - Allos/Pra Loup, c'est pas terrible, Allos n'étant vraiment pas très dur.

    - L'étape de St Jean de Maurienne est très décevante je trouve. Ca, une étape de montagne ??? Il n'y a qu'un vrai col, loin de l'arrivée, et si les lacets de Montvernier sont magnifiques, sportivement ça ne semble pas terrible (10bornes qui permettront des regroupements derrière).

    SATISFACTIONS :

    --> Là je m'inscris en faux par rapport à ce qui a été dis, mais je trouve que l'étape de La Toussuire est parfaite.
    Un vrai truc de grimpeurs.
    Les 30 bornes de plat après Chaussy ?? Une excellente idée justement, qui permet aux équipiers échappés de prendre de l'avance. N'oublions pas que c'est sur le plat que les relais/tactiques/équipiers servent, on l'a vu dans la dernière étape du Dauphiné. Enchainer tous les cols sans temps mort ? Il n'y a justement aucune tactique à mettre en place puisque les équipiers servent beaucoup moins.

    - Il n'y aura aucun temps mort durant 3 semaines, et de la bagarre quasiment possible tous les jours.



    14/20.

    Avec un chrono individuel à la place du chrono par équipes, des cols avt la Pierre et une étape vers St Jean de Maurienne mieux tracée (par exemple Chaussy ou autres pour terminer), je lui mettais 16/20. Et 17/20 avec Cayolle et Champs vers Pra Loup.

    | Vélomen | samedi 25 octobre 2014 à 12:38:02

  181. Ne connaissant bien que les Pyrénées voici, en gardant les villes départ et arrivée quel est le parcours que j'aurais tracé pour le séjour dans cette chaine de montagne:
    Tarbes - Arette Pierre Saint Martin.
    A partir de Mourenx direction Saint Palais pour prendre le Col d'Osquich, dans la descente bifurquer vers Aussurucq, Col d'Arangaitz/Lécharia, descente sur Tardets, Montory, Montée d'Issarbe/Col de la Hourcére, courte descente sur le Col de Suscousse, Montée Finale Col de Soudet/Station Arette La Pierre Saint Martin.
    Avantages: suppression de la montée sèche, course d'approche favorable aux échappés, route d'Arette libre pour le retour des équipes aux hôtels.
    Pau - Cauterets.
    J'aurais gardé l'ossature de l'étape de 1953 en rajoutant Marie-Blanque avant Aubisque/Soulor et en rajoutant le Col des Bordères ce qui réduit les kilométres de plat à la portion congrue dans cette étape courte et nerveuse.
    Lannemezan - Plateau de Beille.
    Exit l'hommage à Fabio Casartelli. Plaine jusqu'à St Girons et Rimont puis final Col de la Crouzette/Col de Portel, Descente du Col de Péguère (refusée par Ocana et Poulidor en 1973 on doit pouvoir y passer en 2015 non!), Col de Port, Descente jusqu'à Tarascon, Pas de Soulombrie par Arnave, Les Cabannes, Montée du Plateau de Beille.
    Avantages: un final beaucoup plus sélectif sans plaine entre les Cols.

    Au total le nombre de cols de 2C à HC:
    Arangaitz/Lécharia 2C.
    Issarbe/Hourcére HC.
    Soudet/APSM 2C.
    Marie Blanque 1C.
    Aubisque HC.
    Crouzette/Portel 1C.
    Beille HC.
    Soit autant que le parcours officiel mais bien mieux réparti et avec quelques 3C en plus pour rendre la course plus nerveuse.

    Cordialement

    | Pierre LACOUE | samedi 25 octobre 2014 à 13:35:49

  182. @169 : La Cayolle c'est certe du 4-5 % maxi sur l'ensemble de la descente mais par contre la route n'est pas large et les coureurs iront quand même très vite. D'autant qu'avec les Champs avant la Cayolle peut offrir un très beau tremplin car c'est un col long et d'usure.

    #175 : On peut mettre l'arrivée avant le rond point largement, si on allonge un peu la distance pour aller jusqu'au podium protocolaire. Y a de la place la départementale est super large. Et dans une arrivée comme celle ci où le groupe de tête arrivera en petit nombre y a pas besoin d'une route très large, c'est pas un sprint massif.

    Après si vous avez vraiment envie, on peut terminer par une arrivée à Tarscon après la montée de Lers mais c'est bof. Troisième option on peut remonter la Crouzette à la place de Péguère, et faire l'arrivée à Saint-Girons en descendant par la D33.

    En bref il existe des tas de solutions. J'en ai proposé une, ok mais on peut en faire plein d'autres bien meilleures que Beille.

    | Crico | samedi 25 octobre 2014 à 14:17:47

  183. Bonjour Cédric,

    Je réagis brièvement à votre message 129 de jeudi.

    Je ne me considère pas forcément comme un "puriste", mais, comme la plupart des intervenant(-e)s qui s'adonnent à la confection de tracés, je me situe par rapport à mon "idéal", ce qui suppose que toutes les sujétions liées à l'organisation d'un grand tour (accord des instances politiques et administratives, aménagement des infrastructures, acceptation, par les suiveurs publicitaires, de certaines restrictions, par exemple le non-passage dans des secteurs plus étroits que les routes à deux voies...) soient aplanies.

    Je prétends que la pénibilité de ce type d'épreuves est au moins autant liée à l'amplitude des journées (longueur des étapes, stress généré par la peur du "hors délais", transferts, obligations vis-à-vis des médias...) qu'au profil du terrain. Les tricheurs ne se dopaient sûrement pas pour mieux affronter des ascensions hyper hard. Souvenons-nous des moutures à la Jean-Marie Leblanc/Jean-François Pescheux. Nous devons à ce duo deux nouveautés: Ax-Trois domaines et le plateau de Beille, que je n'ai pas encore programmés dans mes copies.

    Puisque vous citez Lance Armstrong, je me permets de rappeler que je fus le premier et le seul habitué de Paris Thover, puis Velowire, à dénoncer sur ces forums, les vils agissements du Texan, à une époque où, ici et ailleurs, les fans du susnommé et les sceptiques constituaient l'immense majorité. Je signale trois ouvrages: "Itinéraire d'un salaud" de Reed Albergotti et Vanessa O'Connell du "Wall Street Journal", chez Hugo Sport, 380 pages, 19,95 €, "Cycles de mensonges. Grandeur et décadence de Lance Armstrong. L'enquête" de Juliet Macur, grande reportrice au "New-York Times", chez Michel Lafon, mars 2014, 448 pages, 18,95€ et "La course secrète" de Tyler Hamilton et Daniel Coyle, Presses de la Cité, 328 pages, 20 €, paru le 21 mars 2013. Je n'ai pas souvenance que les médias, d'ordinaire si friands de sensationnel et de révélations-choc, en aient fait grand cas. Certes, personne n'eût escompté que le putassier Jean-René Godart, de France Télévisions, une des groupies du mafioso en cuissard, présentât ces ouvrages sur le plateau de "Stade 2"...

    Tchao,

    René HAMM

    | René HAMM | samedi 25 octobre 2014 à 16:27:32

  184. Bonjour André,

    Ému de vous avoir "manqué", je précise que j'ai soixante ans.

    Comme déjà annoncé, je publierai d'ici mercredi, sur le lien dévolu à ce type d'activité, deux tracés dans lesquels j'intégrerai l'une ou l'autre nouveauté découverte lors de la lecture des projets de tours.

    J'ai posté trois messages afférents à votre édition d'hier soir.

    Convivialement,

    René HAMM

    | René HAMM | samedi 25 octobre 2014 à 16:44:22

  185. Bonjour René,
    Faisant suite à votre post#183 je pose un bémol sur le livre "La course secrète" qui a eut une couverture médiatique non négligeable à mon gout. Mais par contre je 'ai pas encore eut le temps de le lire.
    Je conseille aussi dans le même registre "Le sale Tour" de Pierre Balester et David Walsh, 18€ aux Editions du seuil qui résume, compile et complète les écrits de "L.A. Confidentiel" et "L.A. Officiel" publiés, eux, aux Editions de La Martinière.
    Sachez René que je suis venu en Alsace-Lorraine en juillet dernier voir quelques hectomètres des étapes vosgiennes. Si j'ai été déçu par la météo (le Hohneck dans le brouillard quelle tristesse!) je pense revenir très vite dans cette région. Pourquoi pas en 2016 si la candidature du Lac Blanc est retenue.
    Bien à vous.
    Pour info puisqu'on en est aux coming-out (#184) moi j'ai 52 ans.
    Cordialement

    | Pierre LACOUE | samedi 25 octobre 2014 à 17:14:26

  186. Pierre > Convertir médiatique importante ou non, j'ai adoré La course secrète ^^.

    Par rapport au parcours, je me demande ce qui a poussé Prudhomme à intégrer le Mollard avant la Toussuire. Il a déjà fait sans (Critérium Dauphiné 2011) au terme d'une étape où les positions étaient déjà figées.

    D'ailleurs, je ne suis jamais allé dans cette station, mais le versant de la Toussuire St-Pancrace, plus abrupt, est-il tout aussi praticable ? De plus, il s'enchaine parfaitement avec la Croix de Fer dont la route est un prolongement. C'est plus de la curiosité à ce niveau mais ça m'intéresse.

    Cette étape est un ratage total de toute manière. Chaussy n'avait rien à faire sur le parcours ce jour-là. La veille…c'est une autre histoire.

    | thibaut | samedi 25 octobre 2014 à 19:00:31

  187. Bonjour à tous,
    On a pu lire chez vous René de la part d'André que vous étiez adepte des étapes courtes. Dans l'optique où aujourd'hui les étapes sont tellement bien gérées par les coureurs en terme de dépenses énergétiques et par leurs équipiers, j'ai du mal à comprendre dans quelle optique peut on poursuivre la baisse du kilométrage alors que les coureurs sont assez frais vers la fin de l'étape. Pour moi il faudrait commencer par la suppression des oreillettes et la diminution du nombre de coureurs par équipes (ce qui permettrait au passage la participation de + d'équipes) pour redynamiter les courses sans en allonger le kilométrage.

    | Crico | samedi 25 octobre 2014 à 20:08:26

  188. Bonsoir Pierre Lacoue,

    Tyler Hamilton avait été invité, le 24 novembre 2012, de l'émission "Sportstudio" du ZDF, la seconde chaîne allemande. Son interview, par le présentateur Michael Steinbrecher, avait duré 41 minutes et 10 secondes. Mais je n'avais pas entendu parler de la version française de son livre "The secret race: Inside the hidden world of the Tour de France". Avais-je subi un black out?...

    "Le sale Tour", je l'avais évoqué sur Paristhover.

    Lors de votre prochaine virée en Alsace, pourquoi ne pas nous rencontrer?

    Excellentes soirée et nuit,

    René HAMM

    | René HAMM | samedi 25 octobre 2014 à 21:13:32

  189. Bonsoir Crico,

    Dans mon message 183 à Cédric, je réitère ma vision de la problématique quant aux difficultés inhérentes aux grands Tours. Je ne m'appesantis pas sur le sujet.

    Sur le forum "À votre Tour!", certains proposent même des étapes entre 80 et 95 kilomètres. 120 bornes constituent un minimum à mes yeux.

    Si nous voyons comment les coureurs se comportent sur les tracés à la mode A.S.O., qu'en serait-il avec nos parcours? Nous ne connaîtrons jamais, et pour cause, la réponse.

    Tchao,

    René HAMM

    | René HAMM | samedi 25 octobre 2014 à 21:31:02

  190. @183
    Cher René,
    Le "putassier Jean-René Godart" ça m'a fait bien rigoler !! C'est dommage j'aimais bien les commentaires délirants de ce gars là dans certains directs. Entre nous, sur le cas Armstrong, on a eu d'autres faux culs exceptionnels sur la question (Drucker, Holtz et d'autres plus connaisseurs malheureusement). Car en effet, c'est un business tout çà et tout n'est pas bon à dire. D'ailleurs, ce site n'est certes pas le lieu dédié à ce type de polémique, mais j'ai encore de sérieux doutes sur certains cas actuels (cf. Article du point sur Astana aujourd'hui). Les écuries ne sont pas totalement nettoyées et une résurgence de l'épidémie n'est pas encore exclue...
    Je reviens sur un point : j'aime à maintenir que l'enchainement des cols à forte pente et/ou à haute altitude étaient un terrain propice à l'expérimentation dopante afin de faciliter la récupération, l'enchainement des efforts et les performances. On doit être passé à autre chose aujourd'hui avec des efforts plus violents et moins fondés sur l'endurance. Mais bon je divague et dis peut êtres des bêtises !
    En tout cas merci de vos précisions, je vois un peu plus ce que vous visez dans votre démarche et quel est donc votre "idéal".
    Et bien le bonsoir depuis Ouagadougou au Burkina Faso !
    Ebola nous a fait annuler le Tour du Faso cette année mais on y reviendra...
    Cédric.

    | Cédric | samedi 25 octobre 2014 à 21:51:09

  191. Quand j'y pense c'est quand même triste de nous refaire toujours les même étapes , le Plateau de Beille , Mende , Gap ( avec le fameux Manse ) , La Toussuire ( Croix de Fer + Mollard ) ou Alpe d'Huez ( Télégraphe + Galibier ) , comme si en France on n'avait que ces cols là , dire qu'il y a tellement de grand cols qui non jamais connu le tour ( voir à votre tour " dossier ASO " ).
    Pour changer de Mende une arrivé au Mont Aigoual en passant par le Col de la Lusette aurait de la " gueule " , idem çà me met en rogne de voir encore ce Galibier si loin de Bourg d'Oisans , certain parlé d'une arrivé au 2 Alpes après le Galibier ( le final de l'étape ou Pantani avait forgé sa victoire ) , mais à la place d'ASO , pour raccourcir la descente du Galibier j'aurai pris à droite la route qui monte au col de Sarenne pour ensuite arrivée à l'Alpe d'Huez , çà aurait enlever 15 km à la descente du Galibier , et surtout çà nous aurait enlever ce fameux Alpe d'Huez qui commence a me fatiguer çà aurait changer, est l'ascension du col de Sarenne n'a rien a envier à son voisin .
    Enfin à croire qu'ASO ne connait pas bien la géographie , ou fait exprès d'éviter les difficultés , et que dire de l'arrivé à La Pierre avec le Pays Basque tout près , du gâchis j'appelle çà .

    | lucho | samedi 25 octobre 2014 à 22:51:47

  192. Le dernier qui m'a vu sur un vélo, il n'est pas jeune. Moi non plus !
    Je n'y connais pas grand'chose mais j'ai des souvenirs.
    Certes, comme disait ma belle-mère, le TdF nous offre les magnifiques paysages de notre belle France. Et elle avait raison ! Mais à part ça ?
    Personnellement, en juillet, de déception en déception, je suis plus souvent en ballade que devant ma télé.
    Alors, l'année prochaine, ils peuvent bien passer ou ils veulent, ça sera malheureusement toujours aussi ridicule.
    Et, comme d'habitude, le vainqueur essaiera de faire mieux la prochaine fois.
    C'est surement ça le cyclisme moderne !

    | Alain | samedi 25 octobre 2014 à 23:00:07

  193. Autre détail qui me choque sur ce parcours 2015 c'est le chrono par équipe la 9 éme jour , imaginons la pluie toute la première semaine en plus avec les pavés , des chutes par dizaine et beaucoup d'abandons , on va se retrouver avec des équipes compléte d'autre 8 , 7 , 6 voir 5 coureurs , imaginons une équipe avec la poisse qui n'aurait plus que 4 coureurs , comment vas faire ASO pour prendre le temps sur le 5 éme homme scratch ?

    | lucho | samedi 25 octobre 2014 à 23:16:14

  194. @René Hamm #188.
    Ce sera avec plaisir que je ferais votre rencontre lors de ma prochaine virée dans les Vosges.
    Sinon le livre d'Hamilton a eut les honneurs de Paris-Match, L'Equipe, Le Figaro et même Eurosport. Sur Google il vous sera facile de trouver trace des articles de ces médias.
    Cordialement

    | Pierre LACOUE | dimanche 26 octobre 2014 à 1:58:51

  195. #189 :d'accord d'accord, je ne suis pas nn plus un adepte des étapes courtes.
    Je suis né trop tard pour voir l'époque Armstrong. Mais quand j'ai vu Froome en 2013,je me suis dit que je n'y avais pas manqué grand chose (je suis né en 1999 et suit le Tour depuis 2007)
    Ça n'a pas trop de rapport mais mes Tours 4 5 et 6 sur l'autre rubrique étaient construits pour qu' ils ne les gagnent pas. Je n'aime la performance surréaliste, et en un coureur sortant de nulle part qui une fois à la Sky sous l'aile de Dave Brailsford s'est mis à tout gagner de façon robotique (référence à sa position légendaire sur un vélo)

    | Crico | dimanche 26 octobre 2014 à 2:06:57

  196. Bonjour Cédric,

    Vous évoquez l'annulation du Tour du Burkina Faso.

    Connaissiez-vous l'Alsacien Christian Amann, décédé le 27 février 2010? Ce samedi matin-là, le féru de la "petite reine" avait effectué une sortie d'entraînement avec un groupe de quelque dix coureurs. Au centre du village de Mollkirch, le Président de l'Union cycliste 1920 de Vendenheim avait chuté sur la chaussée. Un camping-car circulant en sens inverse l'a happé sous sa roue arrière, le tuant sur le coup. Christian s'apprêtait à entamer sa... trente-septième saison de compétition. Au fil de sa carrière, il avait trusté les titres régionaux, tant en cycle-ball que sur la piste ou la route. À quatre reprises, il officia comme directeur sportif de l'équipe d'Alsace, en lice dans le Tour du Burkina Faso. Il s'était aussi investi dans l'association de François Orsat, "Vélos pour le Faso", qui a notamment financé un centre de formation pour la réparation de deux-roues à Koulpelé, bourgade située à environ soixante kilomètres au sud-est de Ouagadougou.

    De septembre 1983 à mi-janvier 1992, nous avions été collègues au Centre informatique des Hôpitaux universitaires de Strasbourg. Jérôme, le fils du défunt, a, semble-t-il, pris la relève du côté de chez vous.

    Excellent dimanche.

    Convivialement,

    René HAMM

    | René HAMM | dimanche 26 octobre 2014 à 9:13:59

  197. Cher René,
    Fin soudaine et cruelle pour votre ami. Je ne le connaissais pas, je suis preneur des contacts de son fils, notamment s'il est résident comme moi au Burkina Faso, dans le cas contraire, je suis là et il peut me faire signe lorsqu'il vient. Je me demande si la bourgade à laquelle vous faites référence n'est pas Koupela sur la route du Niger à environ 60 kms de la capitale en effet.
    Bien à vous et bon Dimanche également.
    Cédric.

    | Cédric | dimanche 26 octobre 2014 à 15:40:22

  198. Bonsoir Cédric,

    Jérôme Amann vit en France, mais a pris le relais de son papa pour l'association "Vélos pour le Faso".

    Bien à vous,

    René HAMM

    | René HAMM | dimanche 26 octobre 2014 à 17:16:12

  199. Comme le dit Velomen, les détails qui sortent sur l'étape de Huy rehaussent mon avis sur cette étape . La ôte de Bohisseau, Ereffe, la côte de Cherave (rue Cherave, la vue sur Google map est impressionnante!) puis le mur, ça devient pas mal!

    Si on ajoute la côte dans le final du Havre, la 1ère semaine devient très bonne. Il ne manque qu'une étape du Mur de Bretagne identique à celle de 1010 dans la rubrique "A Votre Tour" (final Mur de Bretagne puis Côte du Quélennec et de nouveau Mur de Bretagne dans les 16 derniers km) et obtient finalement un parcours parfait, même si le vent est absent.

    Je crois qu'on tient un nouveau final de la Flèche Wallonne, pour enfin débrider cette classique qui se meurt à petit feu depuis une décennie.

    | Olivier73 | dimanche 26 octobre 2014 à 21:32:35

  200. @Velomen : oui tu as raison les 30km de plaine permettront aux echappes dans le Chaussy d'accroitre leur avance pour passer le Glandon en tete. Apres on peut imaginer un scenario ou un leader attaque au sommet du Glandon et se fait tracter dans le Mollard par un equipier echappe le matin. La difficulte n'est pas de placer un equipier devant, mais d'eliminer ceux des adversaires. Si on monte Chaussy a bloc, il y aura regroupement dans la vallee. Si on escamote Chaussy, il ne restera que le Glandon pour ecremer. pas simple. en 2012 rien n'avait bouge avant les derniers km de la Toussuire il me semble.

    Pour les cyclos de l'EDT, Chaussy a froid et en paquet + 1h en A/R dans la plaine, et le Mollard en supplement de difficulte, ca fait un parcours tres dur et assez peu sexy a mon gout. Faire le Chaussy a 8h30 du matin on est a l'ombre avec une jolie vue sur le versant oppose, mais avec 12000 cyclos on va se marcher dessus je le crains.

    | philippe | lundi 27 octobre 2014 à 11:53:55

  201. @phillipe et velomen
    Non je ne suis pas d'accord, ces 30 km de plat ce n'est pas pour moi une bonne option dans l'idée d'une course de mouvement.
    Rien ne vaut un ecnhainement de cols sans vallée pour faire péter un peloton et isolé un leader, je donne l'exemple de l'étape saint girons-bagnères de 2013 c'est avec l'enchainement portet d'aspet-menté-à froid et surtout les attaques de la garmin que la sky a explosé et froome isolé...moi je préfère voir des outsiders bien classé type dan martin ou hejsdal envoyé du lourd dès le premier col que des seconds couteaux pour des relais hypothétiques...

    Avec un enchainement de cols sans vallée, un leader peut attaquer de loin, ça se joue à la pédale même un maillot jaune bien entouré peut être en danger, quel leader ou outsider attaquera dans chaussy avec 30 km de plat vent de face derrière ? c'est un dessin d'étapes de baroudeurs ou une grande étape de montagne ou on attend que s leaders jouent leur va tout ?
    C'est la raison pour laquelle le choix de parcours d'ASO est incompréhensible

    (je connais les raisons phillipe 13 mouais, pas convaicu qu'aso ne ne puisse pas convaincre la préfecture de couper une nationale une fois par an..ont ils au moins essayé ? je doute...bref autre débat..)

    cela aurait été possible si l'enchainement possible naturel chaussy-glandon-toussuire par la chambre et saint avre avait été choisi.....

    Ca ne veut pas dire qu'on auraait eu à coup sur une course de mouvement, mais au moins..l'organisateur se donne toutes les possibilités de l'avoir...

    | maziro | lundi 27 octobre 2014 à 15:06:24

  202. maziro, la vérité, c'est qu'il n'y a pas de vérité, c'est pas en alignant les cols que l'on verra la course automatiquement se décanter et c'est pas en mettant de la plaine entre 2 cols qu'il ne se passera rien (cf dauphiné 2014).

    Pourquoi l'an dernier, l'enchaînement Portillon, Peyresourde, Azet n'a t'il rien donné par exemple ?
    L'étape de st girons - bagneres de bigorre est une exception, tu peux la faire 10 fois, 8-9 fois sur 10, il ne se passe rien au départ.

    Pour qu'une course explose, il faut 2 choses :
    il faut que l'équipe du maillot jaune déraille et il faut des audacieux (avec de bons équipiers)

    | oliv56 | lundi 27 octobre 2014 à 18:09:51

  203. Une petite précision sur l'étape de Saint Jean de Maurienne.

    Les lacets de Montvernier seront interdits au public. Il faudra se placer soit en bas , soit en haut de l'ascension.

    | Olivier73 | lundi 27 octobre 2014 à 20:09:22

  204. https://twitter.com/tgouvenou/status/526795768435576833

    Espérons une possibilité pour l'avenir.

    | bapt77 | lundi 27 octobre 2014 à 23:15:08

  205. # 204 voilà une communication bien appréciable de la part de Thierry Gouvenou ! c'est justement ce que je reprochais à ASO de ne pas fournir d'explications de ce type dans le passé , lorsque l'on a des incompréhensions majeures sur un parcours. De la sorte, ils ne pouvaient que prêter le flanc à la critique, car on ne savait s'il s'agissait d'un choix délibéré de leur part, ou bien de contraintes (travaux, route en mauvais état, manque de volonté des acteurs locaux d'accueillir le Tour, ...) auxquelles ils ne peuvent faire face.
    Peut-être certains d'entre vous l'ont vu samedi sur BFM TV , mais il y avait un petit reportage sympa sur C.Prudhomme et T.Gouvenou sur la question de la conception du parcours, et on voit bien qu'il s'agit de vrais passionnés, et qui me paraissent vraiment sympathiques. Nos esprits critiques, et j'en fais partie, ne remettent pas en cause cet aspect des choses.

    | benj45 | mardi 28 octobre 2014 à 9:34:46

  206. @olivier73 : l'interdiction est une mesure de bon sens, faudra voir comment elle sera respectee, mais c'est indispensable pour respecter l'equite sportive.
    @benj45 : une communication intelligente aurait ete d'organiser un chat sur velowire, mais c'est sans doute utopique au vu des commentaires de Bouvet (alors que la faute originelle vient d'ASO).
    Sur le fond, il est etonnant que le Tour arrive a faire ouvrir Sarenne mais pas restaurer le col des Champs. Quand on voit les travaux enormes fait a Bareges pour rouvrir le Tourmalet a temps pour l'edition 2014... Si c'est vrai, ca veut dire que le Tour a perdu de son prestige aux yeux des autorites regionales et nationales. D'une facon generale, on sent bien que l'entretien du reseau departemental se fait en trainant les pieds. Les 4x4 et crossovers n'ont pas besoin d'un revetement nickel, et quand un eboulement coupe une route (Mortier, Charmette) on se depeche de... fermer la route !
    Pour ceux qui revent d'une etape qui passerait au col de Parpaillon, c'est dommage ! Il semble que le Giro et la Vuelta arrivent a trouver des cols nouveaux en allant goudroner des chemins de chevre.

    | philippe | mardi 28 octobre 2014 à 11:46:41

  207. @ philippe (#266)

    "Une communication intelligente aurait ete d'organiser un chat sur velowire, mais c'est sans doute utopique au vu des commentaires de Bouvet (alors que la faute originelle vient d'ASO)."

    De quelle faute parlez-vous ?

    | porcupine | mardi 28 octobre 2014 à 15:07:37

  208. Il est vrai que l'organisation d'un tchat, ou tout du moins de questions-réponses avec des membres responsables du tracé d'ASO serait intéressante, un jour...
    De plus, Certains "projet ASO" pourrait réellement avoir une certaine visibilité pour ASO, (que ce soit sur ce site) si ceux ci sont faisables. Ils pourraient être étoffées d'idées intéressantes comme des cotes "inconnues" (comme pour le mur de bretagne en 2011). Le mont des avaloirs, proche d'Alençon, à condition de subir des améliorations type planche des belles filles, peut etre un exemple à porter à leurs oreilles.. Ils doit y en avoir d'autres..

    | K.Lewis | mardi 28 octobre 2014 à 20:58:15

  209. @porcupine : je faisais allusion aux commentaires desagreables de Philippe Bouvet dans l'Equipe, qui confondait le travail de velowire avec la diffusion de la carte ASO sur les reseaux sociaux la veille de la revelation officielle. Or la fuite de la carte venait a la base d'une erreur de securite sur le site internet d'ASO, ou une page non protegee avait ete accessible au public pendant quelques minutes. certains y avaient fait allusion sur velowire, permettant ainsi a ASO de recuperer sa boulette.

    | philippe | mercredi 29 octobre 2014 à 8:50:46

  210. Ok merci Philippe.

    Je n'avais pas fait attention à cette histoire (alors que Pierre LACOUE y fait allusion dans un post plus haut). Plein d'amertume monsieur Bouvet visiblement. Mais bon velowire n'a rien à voir là dedans. ASO a juste gaffé pour la 2ème fois en 3 ans. Bon en 2012, c'était un peu plus "grave" car c'était une semaine avant la présentation officielle si je me souviens bien. Là c'était seulement la veille.

    | porcupine | mercredi 29 octobre 2014 à 10:52:04

  211. Je ne sais pas si cela a été dit sur ce forum mais C Prudhomme à précise qu il avait obtenu une dérogation de l'uci pour le positionnement du clm par équipe (rois de la pédales qui a suivi la presenation)

    | Dede | mercredi 29 octobre 2014 à 11:42:02

  212. Bonjour

    Tout d'abord, félicitation Thomas pour avoir trouvé le parcours complètement. Cette année, il fut difficile d'avoir toutes les informations.

    Je vais essayer d'être le moins subjectif pour analyser ce tracé.

    GEOGRAPHIQUEMENT : 11 régions françaises traversées ou accueillant le tour. En comparaison avec les autres tours de l' "ère" Prudhomme, on est vraiment au minimum déjà vu (11 en 2013 également). Quand la moitié de la France ne voit même pas passer la course (et même si la Corse est un peu un cas à part, étant trop loin du "continent"), on peut quand même signaler un léger déséquilibre, sans pour autant faire mon "cyclix".
    Aussi, un autre déséquilibre apparaît sur le tracé, c'est la présence de ces deux parallèles, qui "prennent en sandwich" la France : stylistiquement, ce n'est pas très joli, mais surtout, cela oblige à deux gros transferts (deux fois l'avion ce n'est pas rien ni de tout repos).
    Je pense qu'un départ néerlandais aurait eu plus sa place dans le schéma de 2010 (où 12 régions ont été franchies, et avec une boucle plus lisible).

    HISTORIQUEMENT : dans l'histoire récent du Tour (la fameuse ère prudhommienne), ce tour est un peu la copie conforme du Tour... 2010 !
    Départ néerlandais avec un chrono, du vent (Zélande 2015, Bruxelles 2010), une étape vallonnée en Belgique (Spa devient Huy), un retour en France avec des pavés (Arenberg devient Cambrai), du plat, 3 étapes de montagne (en 2010, Jura+Alpes d'une traite ; là, ce sont les Pyrénées), une étape pour baroudeur (Gap 2010, Rodez 2015), une arrivée à Mende, une nouvelle étape pour baroudeurs (Revel 2010 ; Gap 2015) et 4 étapes de montagne dans le dernier massif.
    Bref, la seule chose qui change, c'est le second chrono (de l'individuel au collectif) et sa place (de fin de troisième semaine à fin de première semaine). Donc le modèle est repris, mais dans le sens inverse !

    DES NOUVEAUTES : forcément, il y en a, c'est un des principes d'ASO nouvelle version. Mais en même temps, alors que 2014 avait donné à de belles trouvailles (Petit Ballon, Chevrères, routes de traverses pour la Grosse Pierre, le Palaquit), en 2015, on est en droit de rester sur notre faim :
    . La Pierre-Saint-Martin, c'est le Soudet + 2 kilomètres, donc pas vraiment une nouveauté en soit, et le col de la Pierre-St-Martin a aussi été franchi en descente en 2007. Donc, on ne vas pas dans l'inconnu.
    . Le Chaussy. Là, c'est une montée qui est vraiment nouvelle (goudronnée il y a peu il me semble). Mais, en même temps, terriblement mal placée au début d'une étape avant 28 kilomètres de vallée histoire de casser le rythme, ou alors découpée bizarrement la veille en n'utilisant que les lacets de Montvernier. On peut se dire que ce n'est que partie remise, mais il y avait mieux à faire pour mettre en valeur cette trouvaille.

    LE RETOUR : surtout, c'est le retour d'Allos-Pra Loup qui permet de rêver de futures arrivées dans des stations oubliées de la course. Au passage, je souhaite remercier Thierry Gouvenou qui a eu l'honnêteté d'expliquer les raisons du non passage au col des Champs. L'absence de col est dommageable puisque le "souvenir" de l'étape de 1975 répond aussi à cet enchaînement final plus dur que prévu en 2015. Mais que pouvons-nous faire lorsque les conseils généraux, régionaux, ou les communes à plus petite échelle, préfèrent construire deux ronds-points qui coûtent plus cher que restaurer une départementale qui ne dessert que des petits villages paumés au coeur de la montagne.

    MALHEUREUSEMENT, LA (plus ou moins) NOUVELLE TRADITION nous entraîne aussi vers des villes-étapes qui sont trop couramment présentes et rébarbatives : Pau (là encore, cela se comprend) ; Gap avec le très dur et inoubliable col de Manse qui apparaît quasi-annuellement (en 2012, ni le Tour ni le Dauphiné ne l'avait franchi, et l'arrivée de 2010 se faisait depuis le Noyer) ; L'Alpe-d'Huez avec ses 21 lacets, sans chercher un accès nouveau.
    Aussi, certains cols sont devenus aussi obligatoires : le Tourmalet, quitte à tracer de longues vallées ; le Glandon-Croix de Fer, à chaque fois que le tour passe en Savoie...

    L'ESPRIT COURSE DE CÔTE que nous pouvions tous sentir depuis le tour de cette année est toujours présent. Que le Tour tente la "méthode" Vuelta que le Giro met aussi en avant maintenant est son droit, "qui ne tente rien n'à rien" selon le vieil adage ; mais lorsque Th. Gouvenou, dans un entretien, précise qu'il aimerait tracer un tour sans arrivées au sommet dans les grands massifs, nous avons de quoi être perdu.
    J'admet quand même qu'ASO doit composer avec les candidatures déposées, plus ou moins possibles techniquement et géographiquement, mais aussi financièrement. Et forcément, dans les grands massifs, les stations de ski, obligatoirement en altitude, ont plus de moyens que des petits villages, et les villages des stations préfèrent aussi une arrivée mettant en valeur le coeur économique de la commune qu'une arrivée peu attrayante en fond de vallée, ce qui est plutôt logique. Mais je ne peux pas croire que seule la ville de St-Jean-de-Maurienne est candidate pour une arrivée en vallée ! Et certaines stations peuvent être accessibles avec des descentes plus ou moins longues (Valloire, qui fut un temps candidate, aurait pu accueillir une arrivée en descente depuis le Galibier...).
    Cette contamination de la course de côte touche même les étapes vallonnées (Huy, Mûr-de-Bretagne, Mende, presque Rodez avec son mur avant l'arrivée) : tout est fait pour qu'aucun "favori" n'ose attaquer de loin !

    UN MANQUE D'ENCHAINEMENT tellement flagrant, qui s'ajoute à ce nombre important d'arrivées en côte ou altitude, fait craindre à des sprints en montagne histoire de grappiller quelques secondes.
    Aucun enchaînement n'est tracé dans les Pyrénées, rien d'exceptionnel dans les Alpes (seule l'étape de la Toussuire où la descente du Mollard permet d'éviter la trop longue descente du Croix-de-Fer possède un enchaînement à peu près intéressant). La seule exception est vraiment l'étape de Pra-Loup avec une descente "technique" (enfin !). Mais, le manque de pente du col d'Allos et de la montée finale pourraient être un frein à une tentative lointaine.

    LES SPRINTEURS n'auront que peu d'occasions pour s'exprimer (6 : Zélande, Amiens, Le Havre, Fougères, Valence, Paris), ils gagneraient à aller sur le Giro où ils auraient une occasion de plus, pour revenir en forme pour la Vuelta où 7 étapes de plaine est la norme également !
    Seulement 6 étapes pour des sprinteurs, c'est léger. Cela change des parcours des années 1990-2000, mais la limite minimum (pour moi, 7 soit un 1/3 des étapes) est dépassée.

    UN PARCOURS POUR GRIMPEURS : avec 13.7 km de chronos individuels et 28 km de collectif, forcément, les grimpeurs vont entamer la montagne avec un retard très léger.
    Mais, paradoxalement, avec 6 courses de côte dans les grands massifs (Cauterêts sera classé 2C, donc impossible de ranger parmi les arrivées en vallées), sans possibilité d'attaquer de loin, il s'agit certainement du parcours le moins sélectif depuis longtemps. Seules les étapes de la Toussuire et de l'Alpe d'Huez pourraient offrir du mouvement plus lointain (et encore, j'y reviendrai). Même le parcours de 2012, pourtant tant critiqué, offrait la possibilité d'attaquer avant les 5 derniers kilomètres sur plusieurs étapes, avec Porrentruy, Bellegarde, La Toussuire, Luchon, Peyragudes (mais avec une telle domination de la Sky, et de mauvais placements, la course fut inintéressante).
    DANS LE DETAIL :
    La première semaine est plutôt intéressante, avec ce final annoncé plus dur que la Flèche Wallonne, des pavés, du vent avec les bords de mer, un chrono par équipe tardif. Comme le dit S. Goubert, il faudra bien choisir les équipiers, sinon, certaines équipes pourraient perdre pas mal de temps dans cette semaine (surtout avec la côte finale du chrono). la déception réside dans l'absence du secteur pavé de la Trouée d'Escaudoeuvres, que certains annonçaient, et surtout de la course de côte à Mûr-de-Bretagne.

    La suite est malheureusement plus décevante. Tout d'abord, choisir de partir de Tarbes pour rejoindre la Pierre-St-Martin, puis partir de Pau pour rejoindre Cauterêts, est, géographiquement, choquant. Une étape 100% Pyrénées Atlantiques et une étape 100% dans les Hautes-Pyrénées aurait été plus logique.
    Ensuite, ne pas exploiter les cols basques alors que, pour une fois, une arrivée à lieu au coeur des Pyrénées Atlantiques est tracée, est dommage. Le seul Burdincurutcheta, pas revu dans ce sens depuis 1987 quand même, avant la montée finale par Ste-Engrâce aurait permis d'avoir une étape plus dure, et aussi un final plus dur que la montée par le col de Labays (où c'est le pied qui est dur).
    Cauterêts : comme tout le monde, je pense que Marie-Blanque et Aubisque (suivi de Bordères pourquoi pas) aurait peut-être permis de rêver. Le must aurait été la présence du col de Spandelles, mais faut-il que l'accès soit autorisé. La vallée avant Cauterêts aurait du coup été très courte (voire presque nulle avec Bordères). Là, le problème du Tourmalet est cette longue vallée avant de rejoindre le bas de la montée de Cauterêts. Rien ne se passera dans cette étape, seul le sprint final offrira quelques écarts.
    Beille : troisième arrivée au sommet de suite. Les cols avant ne servent à rien, puisqu'attaquer dans le col de Lers pour rejoindre des équipiers partis en éclaireurs risque d'entraîner un retour de manivelle dans la dure montée de Beille. Le moins mauvais choix aurait été de tracer le Beille en seule montée.

    Rodez et Mende, massif intermédiaire très léger. La côte de Chabrits avant la Croix-Neuve : de nombreuses autres routes existent sur les causses, pourquoi toujours ressortir cette côte lorsqu'on vient de l'ouest ?
    Valence : certains se plaignent de la non exploitation des cols ardéchois, ce qui se comprend avec cette trop longue absence sur le tour, mais avec 6 étapes seulement pour sprinteurs, il n'y avait pas vraiment d'autre choix.
    Gap : on pouvait espérer une étape comme celle de 2010 pour éviter d'avoir le col de Manse une fois de plus. ASO espère toujours une course plus mouvementée comme l'étape de 2011, donc...

    Les Alpes :
    Le col des Champs absent, on est contraint d'avoir juste Allos-Pra Loup : la descente est intéressante, surtout pour envoyer des mauvais "descendeurs" dans le ravin, mais le manque de pente des montées et surtout, le peu de montées et le peu de kilométrage peut faire que le peloton serait encore assez gros au sommet du col d'Allos. Mais nous pouvons aussi espérer que certains aient du mal à remettre en route après le jour de repos pour avoir une belle course.
    J'ai lu que certains avaient proposé Champs-Cayolle, pour permettre de monter le côté abîmé du col des Champs pour avoir une descente en bon état. La solution aurait été pas mal, j'y ai d'ailleurs cru lorsque Thomas a précisé le kilométrage (distance exacte). Mais il me semble que le col de Cayolle possède un tunnel tortueux, sans lumière, ce qui contraint à des améliorations pour que le tour passe (si on ne veut pas refaire le col des Champs, on ne va pas éclairer un tunnel sans "intérêt").
    Les Aléas ont fait que, et il faut espérer que le lendemain du repos entraîne une reprise difficile pour une course osée.

    Saint-Jean-de-Maurienne : le col Bayard, paraît presque être une nouveauté, tant nous sommes habitués à voir le col de Manse sur le parcours ! Le col de la Morte permet de changer du col d'Ornon : après tout, l'un ou l'autre, cela ne change rien. le problème de cette étape est le placement du col du Glandon : il reste 40 km à parcourir, dont 20 km de descente. Trop loin pour attaquer. Les lacets de Montvernier pour couper la vallée est une bonne chose, mais les effets seront quand même légers. Surtout, pour des images sensationnelles, il aurait été mieux d'aller chercher le Chaussy complet et descendre par les lacets de Montvernier : belles images, pas de public puisque les spectateurs préfèrent les montées, descente technique.
    Là, l'étape pourrait seulement permettre de lâcher les plus fatigués, surtout que l'étape du lendemain risque de refroidir les plus audacieux.
    Vers la Toussuire, ces 28 kilomètres de vallée entre le col du Chaussy et le col de la Croix-de-fer ont seulement pour but de rallonger l'étape (pour éviter qu'elle soit trop courte), et pour placer le sprint intermédiaire. L'enchaînement final de 2012 (pour reprendre Prudhomme), mais aussi de 2006, est loin d'être nouveau, et n'a encore jamais rien offert de spécial. Pouvons-nous espérer pour l'année prochaine de mouvements plus lointains, ou aurons-nous droit à des mouvements dans les seuls 10 derniers kilomètres de la montée de la Toussuire ?
    Enfin, l'Alpe d'Huez, copie conforme à 2011, avec comme changement un passage au sommet (pour reprendre de nouveau Prudhomme). Une chose est sûre, reprendre ce qui a déjà été proposé est volontaire, mais ces enchaînements n'avaient rien offerts : l'effet d'annonce avec des grandes ascensions compte plus, à première vue, que la recherche d'une course de mouvement plus passionnante. En 2011, on se souvient de l'attaque lointaine de Contador, accompagné par Schleck, mais il faut prendre en compte le fait que Voeckler était encore en jaune malgré l'arrivée au sommet du Galibier (après tout, il n'est pas considéré comme grimpeur), que Contador court toujours pour gagner, alors que la majorité se contente des places d'honneurs : la preuve, personne d'autre n'a tenté de loin, ceux qui sont sortis avec Voeckler se sont rangés dans le peloton pour éviter de se fatiguer inutilement. la longue descente vers le Bourg-d'Oisans avait aussi ramener tout le monde dans le peloton, puisqu'il s'agit d'une descente très longue où il faut constamment pédaler (donc impossible de "reprendre des forces"). Et hormis 2008, l'Alpe d'Huez n'a pas joué un rôle important pour le classement général depuis bien longtemps (exception faite des places d'honneurs).

    Paris : bonne idée que de découvrir Paris de la sorte, mais j'ai eu la faiblesse de rêver que la boucle finale complète avait été changée.

    POUR CONCLURE : les parcours récents qui ont sacré des grimpeurs n'étaient pas les plus montagneux (2008 et 1998), avec seulement 5 étapes de montagne (4 en 1998 avec l'étape d'Aix neutralisée), mais avec des enchaînements permettant d'attaquer de loin pour 1998, et une équipe qui a tout contrôlé dans l'Alpe d'Huez en 2008. Par contre, les parcours plus montagneux ont par contre, comme en 2011 et 2013, donnés des vainqueurs complets, où les parcours n'étaient pas forcément suffisamment durs pour gêner ces coureurs complets.

    Bonne journée

    | Aurélien M. | mercredi 29 octobre 2014 à 15:28:21

  213. @ Aurélien M. (212).

    Je te cite :
    « UN MANQUE D'ENCHAINEMENT »
    «sans possibilité d'attaquer de loin, il s'agit certainement du parcours le moins sélectif depuis longtemps »

    Donc d'après beaucoup d'entre vous, ce parcours 2015 est l'un des plus mauvais, avec un parcours ne favorisant pas du tout les attaques de loin, au bénéfice des courses de côte dans les derniers kilomètres.

    Franchement il faut que vous m'expliquiez...
    Vous vous souvenez comment étaient les Tours des années précédentes ?
    Même si tout n'est pas parfait, il n'y a pas de progrès de la part d'ASO en 2015 ???

    On va juste reprendre ensemble les parcours des dernières années :

    2015 :
    3 étapes permettant des attaques de loin :

    La Toussuire : pas un mètre de plat sur les 80 derniers kilomètres.
    Pra Loup : Col d'allos enchainé avec Pra Loup sans aucune vallée.
    Saint Jean de Maurienne : 5 kilomètres de plat entre le bas du Glandon et Montvernier, enchainement favorable à une attaque de loin.

    2014 :
    2 étapes ?
    Plat d'Adet : évident
    La Planche des Belles filles : éventuellement, bien que le col des chevrères soit un peu court pour permettre de créer suffisamment de différence avec la montée de la Planche.

    2013 :
    2 étapes ?
    Ax 3 Domaine : bel enchainement « long col, montée finale courte », mais mal placé en première étape de montagne du tour.
    Alpe d'Huez : 5km de vallée avant l'alpe, descente assez longue et peu technique dans sa deuxième partie, donc pas non plus un schéma parfait.

    2012 :
    2 étapes :
    La Toussuire : ras
    Peyragude : bel enchainement
    Pau – Luchon ne rentre pas dans le cadre pour moins, trop de vallée entre Aspin et Peyresourde, et Peyresourde trop facile.

    2011 :
    1 seule étape :
    Luz Ardiden : bel enchainement mais mal placé car première étape de montagne
    Le Galibier pour moi ça compte pas (même si Andy…), y 'a 15 bornes de presque plat entre Briançon et le Monetier.

    2010 :
    Une seule étape, Ax 3 domaine encore une fois.

    2009 :
    Une seule étape, Le Grand Bornand.

    2008 :
    0 étapes, systématiquement pas mal de vallée avant le dernier col…

    2007 :
    2 étapes
    Tignes : mais montées assez faciles


    2006 :
    1 étape :
    La Toussuire

    2005 :
    2 étapes :
    Ax
    Saint Lary

    Les tours avec le plus d'enchainements :

    2003 :
    3 étapes :
    _ Luz Ardiden
    _ Ax 3 domaines
    _ Loudenvielle

    Ensuite dans l'ère Leblanc, j'essaye de remonter dans le passé pour trouver des Tours avec plusieurs étapes d'enchainement de cols sans vallées mais je vois pas…

    Par exemple 1998 y'avait la fameuse étape du Galibier mais c'est tout.


    | Stochastic | mercredi 29 octobre 2014 à 18:08:54

  214. Bonsoir.

    L'enchainement des cols.
    Se contenter de compter les kilomètres de descente et de montée est réducteur.
    Il faut analyser la "technicité" et la pente (quelques km de faux-plat) des descentes et calculer le ratio du nombre de km de montée difficiles (minimum 8%) par rapport au total.
    Vers la Toussuire, après le Glandon, je ne comptabilise que le dernier du Mollard et 3 "pelés" (et encore 8% pas plus) pour le final.
    Terrain idéal pour un attaquant grimpeur ?

    Mon analyse aurait-été différente avec l'arrivée proposée par René Hamm, vers Les Karellis, en substitution au "boulevard" sélectionné.

    Comparativement à 2006 et 2010, Chaussy est moins dur que Galibier ou Madeleine.

    L'enchainement Allos-Pra Loup est très supérieur et le final est de 6 km à 7,9% (dont 3 supérieurs à 8).

    Saint-Jean de Maurienne est pas mal, mais il aurait été intéressant de durcir en amont du Glandon, voire de proposer une étape longue.


    Ciao.

    | André | mercredi 29 octobre 2014 à 19:49:43

  215. Bonsoir,

    Dans le velo magazine du mois de Novembre, nous avons les profils des étapes de Mende, Valence et Gap.

    Cela confirme le post de Fabrice20 avec :

    Mende : Cote de Sauveterre + Cote de Chabrtis + Cote de la Croix Neuve
    Valence : Col de l'Escrinet
    Gap : Col de Cabre + Col de Manse.

    Thierry Gouvenou indique également que les 30km de plaine entre Chaussy et Glandon sont là pour allonger l'étape, qui autrement aurait été trop courte.
    Il dit également que Chaussy offre de très belles possibilité dans le futur. On peut donc penser que ce 1er passage est un échauffement en vue des prochaines années.

    | Olivier73 | mercredi 29 octobre 2014 à 20:04:10

  216. Bonsoir, je suis aussi un petit nouveau, je vais tenter de venir plus régulièrement, mais je demande aux anciens de ne pas se sentir agressés! Par contre, certains vont un peu loin dans leurs critiques, c'est tout ce que nous voulions dire, certains et moi! Argumenter, c'est mieux et c'est souvent fait, mais de là à employer des termes très très réducteurs... Et ce n'est pas non plus notre faute si certains se montrent tant condescendants avec les Gouvenou, qui, je cite, était un petit coureur... Que diable, Hinault tracerait peut-être bien un parcours bien pire... Moi je me réjouis chaque année des parcours, sauf en 2012 pour les chronos, mais j'ai été ravi de voir Wiggins l'emporter devant Froome... Allez les gars, parlons vélo et cessons de nous chamailler, il y a du bon et du moins bon dans n'importe quel parcours, mais de là à affirmer des choses avec certitude... Laissons les protagonistes se lancer et voyons ce que eux feront sur ce parcours qui permet tant de choses...

    | AllezPhilippe | mercredi 29 octobre 2014 à 20:49:04

  217. Vélo mag est déjà dans les kiosques?? dur de trouver une revue vélo en ce moment dans mon tabac habituel :-(

    | AllezPhilippe | mercredi 29 octobre 2014 à 20:57:10

  218. bonjour
    si je décrypte bien les profils, les 26 cols classés en 2C, 1C et HC devraient être les suivants :

    * PYRENEES:
    HC - La Pierre st Martin (dernière ascension du col du Soudet par le col de Labays en 2003)
    1C - Aspin depuis Arreau (dernière ascension dans ce sens en 2010)
    HC - Tourmalet -> dernier passage dans ce sens en 2014
    (Cauterets devrait donc être en 3C)
    2C - Portet d'Aspet (dernière ascension dans ce sens en 2011 mais aussi 2004 - 2002 et 98 -> toutes ces étapes arrivant par la suite au plateau de Beille)
    1C - col de la Core : comme le Portet d'Aspet
    1C - port de Lers : dernier passage en 2004 et 2011 mais été précédé du col d'Agnes ce qui ne sera pas le cas en 2015 (seule originalité dans cette approche du plateau de Beille)
    HC - Plateau de Beille

    * MASSIF CENTRAL :
    2C - côte de Sauveterre (depuis Ste Enimie et les gorges du Tarn) -> comme en 1954 ?
    2C - Mende la Croix Neuve (comme en 1995 - 2005 - 2010 -> et bientôt 2020 ?)
    2C - col de l'Escrinet (inédit dans ce sens semble-t-il, en 2009 pour l'arrivée à Aubenas et la victoire de Cavendish, il s'agissait de l'autre versant)

    * ALPES
    2C - Cabre : inédit en montant le versant du Diois ? (en 1996 et 2010, il s'agissait de l'autre versant coté Gapençais)
    2C - Manse - sans commentaire !
    2C - Colle Saint Michel depuis Annot : noouveauté
    1C - Allos sud : dernier passage en 2000
    2C - Pra Loup : arrivée en 1975 (Champs-Allos-Pra Loup) et 1980 (montée sèche)
    2C - Bayard : dernier passage en 1991
    2C - col de la Morte : inédit dans ce sens (en 1979, il s'agissait de l'autre versant depuis la vallée de la Romanche, mais passage dans ce sens cette année dans le Dauphiné
    HC - Glandon versant sud : dernière ascension en 2013
    2C - lacets de Montvernier : inédit
    1C - Chaussy : inédit
    HC - Croix de Fer par le Glandon nord + 2C - Mollard + 1C La Toussuire : enchaînement comme en 2006 et 2012
    1C - Télégraphe et HC Galibier nord : comme en 2011


    | pierre | jeudi 30 octobre 2014 à 9:02:57

  219. Bonjour,

    Stochastic,
    Comme le précise André, un enchaînement n'est pas qu'une suite de montées/descentes sans vallée : il est même très difficile de supprimer la vallée, vu que les routes sont avant tout des voies de communications et pas des chemins pour cyclistes !
    Une montée sélective est une montée pentue, une descente sélective est aussi pentue et tortueuse.
    Ensuite, accumuler les montées pèsent dans les jambes, et le tour 1998 le montre : Croix-de-Fer, Télégraphe/Galibier, 2 Alpes = écarts énormes ; Chartreuse, Cucheron, Madeleine par son côté de 18 km à 8% = les meilleurs mettent 2 minutes aux moins bons malgré les 20 km de vallées.
    Je ne suis pas d'accord avec ta vision des étapes permettant des attaques de loin sur les derniers tours, puisque l'effet d'annonce joue beaucoup : qui tenterait une attaque lointaine lorsqu'on présente un HC en dernière montée ? Donc l'étape du Pla d'Adet 2014 est à rayer. Nous avons la Planche des Belles Filles, Risoul, Luchon pour des attaques lointaines (lointaines ne signifie pas à plusieurs difficultés de l'arrivée, mais plutôt à 15/20 km de la ligne, voire plus). Après, si personne n'a attaqué, ce n'est pas la faute au parcours, mais plutôt du au fait qu'à ce moment de la course, tout le monde savait que personne ne pouvait déloger Nibali (à quoi bon tenter pour échouer ?). Rien que l'année dernière, nous avions 3 étapes pour tenter des coups, à condition d'avoir des équipiers à l'avant (comme le coup de la Movistar pour Hautacam).
    En 2013 : Ax, forcément ; mais tu as surtout oublié Bagnères-de-Bigorre, qui aurait pu mettre à mal Froome si les Espagnols s'étaient entendu au lieu de se faire la guerre bêtement. L'étape de l'Alpe d'Huez était une bonne étape pour tenter avec la descente de Sarennes. Mais Froome a tenu bon, et c'est même le vainqueur de l'étape qui finit dans le décor !!! Rien n'est prévisible, mais la descente offrait un terrain propice. le Grand-Bo, placé de la sorte ne servait à rien, mais en dernière étape, le résultat aurait certainement été différent.
    Je ne vais pas aller plus loin dans le détail, mais il y avait sur ces étapes de quoi attaquer de loin, tenter des coups, certains ont essayés, parce qu'il y avait de grosses montées usantes, des enchaînements de montées sans vallée...
    Ce que je signalais dans mon commentaire précédent, c'était l'absence d'étapes usantes, avec des grosses montées qui s'accumulent (pour ne pas dire enchaîner du coup), pas de possibilité d'attaquer de loin pour creuser des gros écarts (est-ce que Pantani aurait gagné le Tour 1998 s'il avait attendu le pied des 2 Alpes pour accélérer ? certainement pas !). Sur le Tour 2015, il faut s'attendre à voir un gros peloton au pied de chaque dernière montée (sauf pour Allos, La Toussuire et l'Alpe, où le peloton devrait varier entre 15 et 30 coureurs, ce qui est déjà beaucoup puisque cela signifie toujours la présence d'équipiers), avec de nombreux équipiers qui vont rouler vite pour user les plus faibles et les meilleurs qui vont attaquer à 5 km tout le temps histoire de récupérer 15/30 sec. sur les plus dangereux (pas besoin de plus, vu qu'il n'y a "pas" de chrono).
    Bref, pour revenir à un cyclisme récent, nous n'avons pas d'étapes comme celles du Giro 2010 avec le Grappa en course de côte montre avec descente et vallée pour de gros écarts (Le Glandon n'est pas le Grappa, loin de là ; la Madeleine je ne dirait pas) ou avec le Mortirolo 2010/2015 avec un parcours usant et des coureurs qui sont livrés à eux-mêmes dans un long final ! Le fait que cela se passe en 2010, il y a 5 ans seulement, montre que ce type de course peut encore marcher, mais que les organisateurs et leur recherche du suspense à tout prix, pour reprendre André, condamne les courses épiques qui restent dans les mémoires.

    André,
    concernant Pra-Loup, je n'ai aussi que 6.2 km à 6.5% (sommet à 1620m, pied à 1218m selon l'IGN). Si mes mesures plus anciennes du col d'Allos sont bonnes, j'ai 6.8 km à 6.6% depuis la Foux d'Allos également, avec quelques kilomètres durs certes, mais loin des chiffres que vous évoquez. Je suis d'ailleurs surpris vous qui avez l'habitude de proposer des données toujours justes. Mais vous devez peut-être confondre la montée du col d'Allos par Barcelonnette.
    Pour le Chaussy, forcément, il est moins dur que la Madeleine ou le Galibier de 2008 et de 2006. C'est pourquoi il aurait trouvé sa place la veille, pour l'arrivée vers St-Jean est aurait pu être remplacé le lendemain par la montée de Longchamps.

    Pierre (218) :
    Cauterets c'est 10 km à 4%, en gros. Que la montée soit classée 3C par ASO me surprendrait. Pour moi c'est un 3C, mais vu ce qu'on nous présente comme 2C régulièrement, je ne serais pas surpris par un classement en 2C. Sinon ta classification semble juste, tu as juste oublié l'Alpe d'Huez ;)
    En effet, la Colle Saint-Michel est un inédit du tour, on l'oublierait presque.

    AllezPhilippe :
    personne ne se sent agressé à première vue ;)
    Je n'ai pas lu (je n'ai pas lu tous les commentaires non plus) de commentaires méprisants envers Gouvenou, il n'était pas, c'est sûr, un grand champion, mais pour avoir passé plus de 10 ans dans le peloton, forcément, il n'était pas mauvais. Et justement, l'année dernière nous avions ici senti une nouvelle "patte" sur les tracés, des pavés à gogo (bien plus intéressants qu'en 2010, dernier passage), de la moyenne montagne plus consistante qu'un grand massif (les Alpes faisaient pâle figures malgré deux étapes dures). Et personnellement, je ne doute pas un instant que Hinault pourrait proposer des tracés bien pires, il suffit de lire ce que proposent Bardet et Pinot, il y a de quoi rire !!! Ce ne sont pas forcément ceux qui sont devant sur la course qui proposeraient des bons tracés, vu qu'ils les traceraient selon leur vision de la course (pour qu'ils puissent faire un bon résultat), un équipier aurait plus une vision d'ensemble, devant travailler quotidiennement !

    Bonne journée

    | Aurélien M. | jeudi 30 octobre 2014 à 10:51:19

  220. Bonjour,a tous je suis nouveau sur ce forum et après avoir lu quelques uns des commentaires sur le tracé de ce tour 2015, je dois dire que je partage votre déception générale.
    1ère semaine:
    Je trouve cependant les premières étapes plutôt bien tracé même si je ne suis pas un grand fan des départ à l'étranger.Un chrono plat de 15 bornes pour commencé pourquoi pas c'est plus utile qu'un prologue. Après une première étape en ligne, plate avec possibilité d'avoir du vent sur la fin du parcours c'est une bonne idée car de toute façon au Pays-Bas il n'y a pas de côte.Quant à l'arrivé au Mur de Huy je pense que sa nous donnera une bel explication entre puncheur.
    Mais c'est après que sa se complique les pavés pourquoi pas vu que l'on entre en France par le nord et qu'il n'y a pas beaucoup de contre la montre, en revanche pourquoi ne pas avoir mis le chrono par équipes avant pour éviter d'avoir des équipes décimées après les pavées.Ensuite, 3 étapes de plat où on va s'ennuyer ferme et c'est pour ça que je pense qu'il ne faut pas faire plus de deux étapes de plat d'affilées.Puis vient le Mur de Bretagne très décevant alors que l'on aurait pu avoir une étapes très vallonnée sans arrivée au sommet car là se seras le copier coller du Mur de Huy.Et on finit donc par ce contre la montre par équipes mal placé.
    2ème semaine:
    On passe directement au Pyrénées et à une deuxième partie de tour très montagneuse, en ignorant au passage une grande partie de l'ouest de la France.Alors, que dire des Pyrénnées?Tout d'abord que la première étape me plait bien avec une nouveauté la Pierre-Saint-Martin en course de cote de toute façon on sait tous que sur la première étape de montagne les leaders attendent les 5 derniers kilomètre pour s'expliquer et la ASO leur à fournit une très belle dernière montée.Après, c'est l'incompréhension total,Aspin-Tourmalet OK certes c'est du classique mais bien placé sa peu être intérréssant mais pourquoi nous mettre cette arrivée en faux plat montant à Cauteret sa casse toutes velléités d'attaques dans le Tourmalet, alors qu'une arrivée après la descente du Tourmalet aurait était judicieuse.Enfin, la dernière étape, la pire des 3; avec Aspet-Core-Lers inutile car trop espacés et trop loin de l'arrivé.Je pense qu'ASO a mis ces trois cols pour dire regardait ces l'étape reine des Pyrénées. Alors qu'un enchaînement Pailhière-Plateau de Beille certe peu original et pas très corsé aurait été plus judicieux a mon gout pour finir ce premier massif.
    Ensuite,on passe au traditionnel étapes de transition entre les deux massifs de haute montagne.Premièrement une étape de plat (il en faut bien quelques une), puis une étape de moyenne montagne qui a l'air bien tracé mais ces dur à dire sans le profil sous les yeux,qui sera suivit d'une nouvelle étape de plat et on finit cette semaine par l'habituel étape de Gap en passant par le col de Manse (lol).C'est d'ailleurs une nouvelle déception car il y aurait d'autre possibilités comme une boucle autour de Gap en passant par le col de Moissière et le col Bayard pour retomber sur Gap.
    3ème semaine:
    Donc, dernière semaine les alpes enfin des étapes de montagne bien tracé super, génial!!!Eh ben..........non.En effet,Digne-Pra-Loup passe encore pour une entré de massif avec trois petits col plus l'enchainement (enfin un) Allos,col roulant mais long et haut en altitude, Pra-Loup,monté courte mais sans moment de repos.Sa peut s'attaquer dès Allos. Puis viennent les trois dernière étapes horriblement mal tracées.En premier,lieu Gap-Saint Jean de Maurienne, 100 premiers kilomètres plutôt valonnés avant le Glandon(cool un col intéréssant le seul dans cette étapes) et la patatras les Lacets de Montvernier un col certes très télévisuel mais niveau cyclisme bah c'est pas top. Je pense qu'un chrono individuel long et vallonner aurait était plus intéressant.On termine ces Alpes décevante par deux étapes qui auraient du être royale mais qui une nouvelle fois font flop. Celle de la Toursuire ne propose pas un enchaînement de col assez consistant pour être qualifier d'étape reine de ce tour. Alors qu'un enchainement Madeleine-Croix de Fer-Alpes d'Huez aurait était bien plus spectaculaire et aurait fait de cette étapes la vrai étapes reine de ce tour.Et on termine par un copier coller de l'étape de 2011 qui devrait ce résumé a une course de cote pour le podium car je pense que le vainqueur sera déjà connue, alors qu'une étape se terminant au Grand Colombier est étant très casse pattes avant se col aurait était novatrice et aurait permis de finir en beauté avant l'étape classique et inutile d'un point de vue sportive de Paris.

    | quentin | jeudi 30 octobre 2014 à 12:34:04

  221. Bonjour Aurélien.

    Les chiffres de 6 derniers km à 7,9% sont pour Pra Loup (Cyclingcols qui mesure du "sommet") au départ de Barcelonnette, et non Allos.

    Salite (qui mesure du pied) affiche 6 km à 8,1% départ 1146m/1158m.

    Ces chiffres sont renforcés si on calcule la remontée après Allos : 5,2 km respectivement à 8 et 8,2%.

    Le point d'arrivée dans la station peut "altérer" ces chiffres, avec quelques hectmètres de faux-plat en plus sur distance courte.

    Allos : le dernier passage date de 2000. Le versant sud n'est pas pentu, mais le revetement semble toujours "abrasif" et "bombé" par endroit.

    Je persévère à considérer l'enchainement comme très bon, compte tenu des partricularités (19 km pas trop long, sinueuse, technique, continue) de la descente.
    En 1975, Merckx a échoué sur la "résistance" (un domaine où il excellait, mais cette étape était vraiment très dure), stratégiquement son attaque était un coup "bien joué" (Thévenet à 1'20" au bas) qui aurait du réussir.

    Mesurer le pourcentage peut générer des différences meme en partant de points identiques.

    Sur le Ballon d'Alsace (au départ de Saint-Maurice sur Moselle) j'avais systématiquement 7,1 ou 7,2% alors que tous indiquent une moyenne à 6,8 ou 6,9%.
    Je me suis souvenu du passo Pordoi depuis Arabba pour lequel au lieu de 9,3 km à quasiment 7%, j'avais 8,9 km à 7,4%.
    39 virages (autre chose que Montvernier !).

    Mais quelle est la bonne mesure, avec ou sans virages ?

    Ciao.

    | André | jeudi 30 octobre 2014 à 14:13:04

  222. Bonjour André,

    J'ai regardé sur salite, ils reprennent les données climbbybike. J'ai vérifié sur la carte du tracé, elle est pourtant bonne, ils utilisent bien la départementale pour accéder à la station. Et cyclingcol présente 5 km environ à 8.2%.
    J'ai revérifié. Avec calculitinéraire, je mesure une distance de 6.2 km depuis le croisement vers le col d'Allos (alt. IGN 1218m) pour le coeur de la station (1620m pour ASO, 1610m pour moi avec l'IGN) : 402m de dénivelé pour 6200m, ça nous fait 6.5% de moyenne.
    Je ne comprend pas un tel écart, puisque 8.2 ou 7.9, c'est presque pareil, mais 6.5% il y a des dents en moins du coup !!! Et ce n'est pas les 6 épingles qui modifient vraiment la donne (on grappille 50m maxi)
    Allos, je reconnais que les 5 derniers kilomètres dépassent les 7%, puisqu'à la sortie de la Foux d'Allos la pente n'est pas encore à son maximum.
    C'est vrai que la descente pourrait jouer un grand rôle, mais vu que je n'ai pas les mêmes données sur les pentes (je fais confiance à mes propres calculs plutôt qu'aux sites internets !), notre appréciation de l'étape est forcément différente.

    Je me souvient du débat sur le Ballon d'Alsace : je n'ai jamais pris d'appareil pour le mesure physiquement, j'aurais du, bien que le côté vosgien est celui que j'ai le moins fréquenté. Mais avec calculitinéraire, j'ai bien 9 km (et au compteur, ce sont les épingles qui modifient un peu) et l'IGN (les cartes les plus récentes) me font également aboutir à 6.9%.

    Bonne journée

    | Aurélien M. | jeudi 30 octobre 2014 à 14:58:19

  223. Je vous cite encore une fois :

    "qui tenterait une attaque lointaine lorsqu'on présente un HC en dernière montée ? Donc l'étape du Pla d'Adet 2014 est à rayer. Nous avons la Planche des Belles Filles, Risoul, Luchon pour des attaques lointaines (lointaines ne signifie pas à plusieurs difficultés de l'arrivée, mais plutôt à 15/20 km de la ligne, voire plus)."

    "En 2013 : Ax, forcément ; mais tu as surtout oublié Bagnères-de-Bigorre, qui aurait pu mettre à mal Froome si les Espagnols s'étaient entendu au lieu de se faire la guerre bêtement. L'étape de l'Alpe d'Huez était une bonne étape pour tenter avec la descente de Sarennes. Mais Froome a tenu bon, et c'est même le vainqueur de l'étape qui finit dans le décor !!! Rien n'est prévisible, mais la descente offrait un terrain propice. le Grand-Bo, placé de la sorte ne servait à rien, mais en dernière étape, le résultat aurait certainement été différent. "

    "un enchainement Madeleine-Croix de Fer-Alpes d'Huez aurait était bien plus spectaculaire et aurait fait de cette étapes la vrai étapes reine de ce tour"

    _ Plat d'Adet 2014, pas favorable à une attaque de loin parce que le dernier col est HC ? Ok effectivement ça pousse un peu plus à attendre la dernière montée, mais bon ça reste un bel enchainement, conclusion donc très très exagéré.

    _ Luchon 2014 : Course de côte dans Balès, c'est pas ce que j'appelle une étape avec possibilité d'attaque de loin.

    _ Risoul 2014 : tu laisses entendre que l'étape est plus propice aux attaques de loin que celle du Plat d'Adet...

    _ Bagnère de Bigorre 2013 : 8 bornes de plat entre Azet et Hourquette, puis 30 bornes de descente en faux flat, difficile de défendre cette étape et de flinguer en même temps les étapes de Maurienne...

    _ Le Grand Bornand : vu la tonne de plat avec la Croix Fry, je vois pas comment tu peux défendre cette étape.

    _ @Quentin qui propose Madeleine-Croix de Fer - Alpe d'Huez en étape reine, la vallée dégueulasse entre croix de fer et Alpe d'Huez, en plus de la descente déjà roulante et très longue, ne te gène pas ?

    Ce qu'il en ressort en lisant ces commentaires, c'est que presque tout le monde râle parce que le tour de france 2015 n'est pas comme il voudrait, mais personnes n'est d'accord sur ce à quoi ressemblerait un bon tour.
    Il y a :
    _ ceux qui aiment ou aiment pas les pavées "parce que c'est trop dangereux"
    _ râlent contre les étapes à bordure "parce qu'il n'y a jamais de vent".
    _ râlent contre Mur de Huy et Mur de Bretagne "parce qu'il n'y aura que 2km de course"
    _ râlent contre le CLM par équipe "parce que c'est trop tard, les équipes seront trop diminués" : au non, on rajoute de l'aléatoire, les pauvres équipes ne vont pas pouvoir tout plannifier sur un tableau c'est terrible ! Alors que dans le même temps vous voulez supprimer les oreillettes...
    _ Ne veulent que des petites cols inconnus sur des toutes petites routes et des arrivées dans des tous petits village = très compatible avec la logistique et le coût du tour de france !
    _ Ceux qui ne veulent que des étapes longues avec des gros cols pour user à fond, tant pis s'il y a du plat entre les cols !
    _ Ceux qui préfèrent les étapes très courtes avec des cols rapprochés.
    _ Ceux qui pensent que "50km de chrono minimum c'est la règle, merde on est au tour de france !", pour je ne sais pas quelle raison (on parlait de dogmes ?).
    _ Ceux qui pensent que les cols trop raides ça sert à rien (cf Zoncolan 2014)
    _ Ceux qui au contraire pensent que les cols pas assez raide (Allos 2015) ça sert à rien...

    Bref, ils sont pas mal barré chez ASO si ils veulent recueillir l'adhésion d'ensemble des contributeurs de velowire...

    | Stochastic | jeudi 30 octobre 2014 à 15:16:10

  224. @Stochastic : Il est vrai qu'on a tous des visions différentes d'un Tour réussi, mais entre ce qu'on a vu en 2014, qui était un Tour équilibré avec très certainement la meilleure première semaine de l'histoire du Tour, et de bons enchaînements et trouvailles, il est clair qu'on attendait beaucoup de 2015. Et ce tour-ci est décevant non pas pour la capacité qu'ont les étapes à provoquer une course intéressante, mais parce qu'ASO s'est sciemment privé de magnifiques possibilités pour au final nous sortir soit du réchauffé, soit pour mal placer des nouveautés.

    J'ai été très critique mais je me permettrai de modifier et modérer mes propos sur la première semaine. Il semblerait que l'étape d'Huy propose bien un final type Flèche Wallonne avec plusieurs côtes dans le final, que l'étape du Havre ait également un final vallonné, et que l'étape de Mûr-de-Bretagne soit peut-être plus intéressante qu'il n'y paraît. Mais le tort d'ASO aura été de ne pas montrer les profils. Je suis désolé, mais quand une étape est plus complexe qu'une simple étape de plat, on se doit de montrer le profil. RCS et Unipublic le font bien à leurs présentations respectives du Giro et de la Vuelta, et tant pis s'il faut les modifier un mois avant la course pour tenir compte des changements d'itinéraire.

    Cela rend en tout cas la première semaine plus intéressante mais du coup je ne sais pas trop quoi penser en ce qui concerne le reste : il n'y aura vraiment pas beaucoup d'occasions pour les sprinteurs, certains pourraient même faire l'impasse sur le Tour. Puis je maintiens que la fin de deuxième semaine est ratée : il fallait platifier Rodez et Gap pour en faire deux étapes de récupération et où les sprinteurs pourront avoir deux succès supplémentaires, et transformer Mende et Valence en des étapes de moyenne montagne consistantes. Autant le final de Mende est "acceptable" car Sauveterre (2C) + Chabrits (3C) + Croix-Neuve (2C) ressemble plutôt à la Mauselaine et peut autant animer l'échappée que provoquer une bataille entre les leaders dans la montée finale, autant l'étape de Valence aurait dû être sensiblement mieux tracée en profitant à plein des monts ardéchois plutôt que de se contenter du pelé col de l'Escrinet à 50 bornes de l'arrivée, qui en toute sincérité, rajoute un col 2C pour rien.

    c'est plus un Tour qui, à notre sens, a fait les mauvais choix.

    | Linkinito | jeudi 30 octobre 2014 à 16:22:16

  225. @ Linkinito :
    "entre ce qu'on a vu en 2014, qui était un Tour équilibré avec très certainement la meilleure première semaine de l'histoire du Tour, et de bons enchaînements et trouvailles, il est clair qu'on attendait beaucoup de 2015."

    C'est justement ça cet avis que je ne partage pas. Oui effectivement la première partie du Tour de France 2014 était très bien tracé, mais comme l'on dit les organisateurs, c'est beaucoup plus facile de faire des tracés variés avec des beaux enchainements, quand on descend du nord à l'Est, que quand on tire une grande diagonale au nord d'Est en Ouest.
    Donc compte-tenu de cet élément, je trouve que la première partie du Tour de France 2015 est plutôt pas mal, avec un tracé dynamique et varié qui exploite bien les possibilités offerte par le terrain (même si d'accord, ce serait bien d'avoir les profils).

    Ensuite je ne vois pas en quoi la deuxième partie du Tour 2015 est moins bien que celle du Tour 2014.
    En 2014, les étapes des Alpes et des Pyrénnées n'étaient vraiment pas fabuleuse, entre une montée de Chamrousse en course de côte pas très sélective et attractive, une étape de Risoul avec 20 bornes de (faux) plat avant une montée assez facile, et une course de côte à Hautacam là où la logique aurait été de monter à Luz Ardiden après le Tourmalet, ou bien d'arriver à Hautacam par Aubisque ou Spandelle. A part donc l'étape (du reste très classique !!) du Plat d'Adet, il n'y avait rien de très excitant.
    Donc perso, je préfère La Pierre Saint Martin à Chamrousse, Le Plateau de Beille à Risoul, Galibier-Alpe d'Huez à Tourmalet-Hautacam, et Pra Loup + Saint Jean de Maurienne à Luchon, car permettant plus les attaques de loin.
    Et en terme de possibilités d'attaque de loin, La Toussuire = Plat d'Adet selon moi (sachant que dans les 2 cas, c'est des étapes vues et revues).

    Bref, je ne vois pas en quoi 2015 est vraiment une régression par rapport à 2014.
    Quand je lis par exemple Fred (177) qui écrit que "Leblanc n'a pas fait que des tracé bidons dans les années 90.92,95 et 97 sont des grands cru", je me dis juste qu'on a pas les mêmes goûts, c'est tout. Mais ce que je suis sur, c'est qu'aujourd'hui on risque plus de s'endormir devant la télé, devant un tracé de 1992, 1995 ou 1997, que devant le tracé de 2015.

    | Stochastic | jeudi 30 octobre 2014 à 17:06:13

  226. Stochastic > « dans l'ère Leblanc, j'essaye de remonter dans le passé pour trouver des Tours avec plusieurs étapes d'enchainement de cols sans vallées mais je vois pas ».

    C'est faux on en trouve plusieurs. Sans remonter très loin :
    - 96 : Les Arcs, Sestrières, Super-Besse, Pampelune.
    - 97 : Loudenvielle, Arcalis, Courchevel, Morzine.
    - 2000 : Hautacam, Briançon, Courchevel, Morzine.

    Morzine est un faux-ami à cause de la vallée de Samoens, mais elle est à chaque fois précédée d'un tryptique difficile qui sert les leaders (et ça marche dans l'autre sens, Cf : St Jean de Maurienne 2010).

    1996 et 1997 sont les meilleurs parcours de l'ère moderne. 2014 était un bon cru tout au plus. Ce qui est agaçant (et mon post 224 rejoint celui de Linkinito plus haut – j'ai vu la carte des passages du Tour depuis 2008 dans les différents départements français, un super boulot qui plus est), c'est de voir que la trame générale du Tour est très réussit mais que l'ossature est complètement foirée. La deuxième semaine est une catastrophe ambulante. La troisième est globalement décevante dans la mesure où le classicisme exacerbé d'ASO apparait au grand jour. Manse est un aveu de frilosité ni plus ni moins. Le col de Chaussy est placé un jour trop tard. Et quand Prudhomme trace l'étape de la Toussuire, je me demande bien ce qui lui passe par la tête pour repasser par le Mollard.

    Les Alpes 2014 n'étaient pas fabuleuse sur le papier, pas plus que les Pyrénées 2015. Chamrousse a été, et reste, très sous-estimée c'est une montée très sélective. Et l'Izoard demeure un col d'un autre calibre que la Core ou le Port de Lers.

    | thibaut | jeudi 30 octobre 2014 à 18:39:53

  227. Bonjour,Stochastic
    C'est vrai qu'on a tous des idées différentes sur ce que serait le Tour parfait mais bon pour moi une étape reine reste une étape avec de nombreux cols mythiques se terminant au sommet de l'un d'entre eux après c'est vrai que la vallée entre la Croix de Fer et l'Alpe c'est pas forcément le top et sur le coup j'y est pas vraiment pensée mais bon regarde l'autre année quand Schelck gagne en haut du Galibier il attaque dans l'Isoir malgré la grosse vallée derrière. Donc pour moi une étapes "reine" même si elle comporte une importante vallée à tendance à incité les leader à attaquer car il veulent la mettre a leur palmarès et si possible avec la manière.
    Bonne soirée

    | quentin | jeudi 30 octobre 2014 à 19:09:10

  228. Oui Quentin, sauf que... Quand Andy Schleck gagne, il profite des circonstances, personne ne roule fort derrière, les coéquipiers d'Evans se montrent faibles et personne ne les aide ou presque, puis c'est le courageux Evans qui fait tout le Galibier en essayant de revenir sur Andy... Bref, ce fait de gloire qu'on lui attribue aurait dû se transformer en coup d'épée dans l'eau... ;-) à bon entendeur, faut aussi être objectif et ne pas se contenter de pseudo spectacle!

    | AllezPhilippe | jeudi 30 octobre 2014 à 19:25:05

  229. C'est faux on en trouve plusieurs. Sans remonter très loin :
    - 96 : Les Arcs, Sestrières, Super-Besse, Pampelune.
    - 97 : Loudenvielle, Arcalis, Courchevel, Morzine.
    - 2000 : Hautacam, Briançon, Courchevel, Morzine.

    Les Arcs 96 : ok ! (sauf que 1ière étape de montagne du tour)
    Sestrière 96 : mouais mais bon Montgenèvre + Sestrière c'est vraiment pas des montées difficiles...
    SuperBesse 96 : marche pas.
    Pampelune 96 : marche pas, 100 bornes de descente/plat à la fin de l'étape.
    Loudenvielle 97 : y'a presque une dizaine de bornes de plat entre le bas de l'aspin et le bas du col d'Azet.
    Arcalis 97 : ok mais bon Ordino et Port d'Envalira c'est vraiment pas dur !!!
    Courchevel : 10 bornes de plat entre le bas de la madeleine et le début de la montée
    Morzine : 15 bornes de vallée jusqu'au pied de Joux plane.
    Hautacam 200 : ok
    Briançon : 15/20 bornes de vallée entre le bas de Vars et l'Izoard.

    Donc tu vois on a pas le même avis, pour toi une bonne étape propice aux attaques de loin, c'est une étape usante, longue, avec des grands cols durs même si y'a de la vallée entre chaque (typique des années Leblanc justement), pour moi c'est un enchainement de col sans vallée (Glandon-Mollard-La Toussuire, Peyresourde-Azet-Plat d'Adet, Port de Pailheres-Ax 3 domaines, Tourmalet-Luz Ardiden, Port de Balès-col de Peyresourde/Peyragude etc...

    J'aime bien en particulier les étapes de montagne du Giro 2015, avec Mortirolo-Aprica, Finestre-Sestrière, Pantaleon-Cervinia...

    Donc on voit bien que personne n'est d'accord. Tout le monde critique, mais il n'y a aucun consensus qui se dégage sur ce que devrait être un bon parcours.

    | Stochastic | jeudi 30 octobre 2014 à 19:46:58

  230. je regarde les discutions ici depuis 3 ans et j'intervient rarement.
    je suis totalement d'accord avec Stochastic.
    on mettera pas tous le monde d'accord .mais pour moi le parcours 2015 est bien sur le papier, il faut juste voir comment il sera exploiter par les coureurs en juillet.
    il n'y a que 42 km de clm au totale tend mieux ça favorisera peut etre les français
    il n'y a que 6 etapes pour sprinteur c'est super j'en avais marre de voir kittel et cavendish gagné 3 etapes par tour chacun.

    | guigui | jeudi 30 octobre 2014 à 20:02:32

  231. Je suis nouveau sur ce site depuis septembre. Des le début j'ai été très intéressé par la recherche du parcours et les discussions engendrées, puis déçu par les commentaires acerbes, voire condescendants envers ASO de ceux qui semblaient être des anciens, et cela a l'approche du 22 octobre et après. Étant un vieil amoureux du Tour, n'ayant jamais gravi un col, même petit, à vélo et n'étant pas un adepte de la carte d'état major ni de Google map, je ne me suis jamais fait beaucoup d illusions quant à l'impact du parcours sur l'intérêt sportif de la course, Combien d'étapes annoncées belles et cruciales par les supposés connaisseurs ont accouché d'uns souris! A priori le parcours annonce pour 2015 me semble plutôt bon et je sais gré a MM Prudhomme et Gouvenou d' avoir pu concocté une 1ere semaine, somme toute originale, avec des éléments capables de perturber les stratégies, toujours conservatrices, des directeurs sportifs dotés de leur arme funeste, les oreillettes: le vent, s'il y a, les pavés, les cotes en fin de parcours. Les étapes de montagne sont plutôt conventionnelles avec toutefois quelques nouveautés bienvenues comme Pierre St Martin, Chaussy, Montvernier, lesquelles nouveautés , il faut le dire, sont souvent très difficiles à introduire dans un grand Tour, pour de multiples raisons. ASO cherche néanmoins a le faire depuis quelques années. Dans ce Tour 2015 j'applaudis particulièrement:
    - la forte diminution des CLM, devenus d'une part trop décisifs et trop technologiques: avec un vélo très différent de celui des autres jours, transforme en F1, avec des coureurs transformés en martiens, n'ayant plus leur style propre mais celui des souffleries ..tout cela offrant un spectacle désolant et peu télévisuel, avec des coureurs méconnaissables et avec toujours les mêmes plans. Bravo ASO et que cette révolution soit salutaire
    - persévérance dans les pavés, pour la 2ème année consecutive. Les pavés sont une pépite qu'il faut exploiter tout comme la montagne, même si cela ne plait pas aux espagnols. A l'heure ou le VTT et le trial se développent de plus en plus, les pavés ne sont pas incongrus. En tout cas cela favorise des coureurs tout terrains, comme l'ont toujours été les vrais champions de l'après guerre: Coppi, Merckx, Hinault, Gimondi , Bobet.
    - les étapes de plat ou moyennement accidentées, favorisant les sprinteurs, sont fortement réduites, réduisant la encore l'emprise des directeurs sportifs, très enclins a annihiler la réussite des échappées. Tant pis pour Kittel, Cavendish! Tant mieux pour des sprinteurs passant les bosses comme Degenkolb, Sagan et même Bouhanni qui s'est amélioré cette année.
    Félicitations a Stochastic pour sa résistance tenace et argumentée, ce qui permet de rétablir un certain équilibre dans ce débat intéressant qui devrait se poursuivre dans la meilleure sérénité possible. Salutations à tous.

    | Marcel | vendredi 31 octobre 2014 à 1:28:45

  232. Bonsoir Stochastic,

    On peut ne pas aimer cette époque mais il faut se baser sur les faits.
    Mal tracés ou pas, sestrières,mende,arcalis et courchevel sont dans la légende et ces étapes concernent les tours 92,95 et 97.

    Le second cité fut très animé notamment a partir de liège.

    La dernière étape de légende sur le tour de france concerne le galibier 2011.

    Je ne pense pas que les pantani, virenque et autres grimpeurs auraient pu gagner les tours modernes pour une raison très simple, les rouleurs étaient plus fort que les grimpeurs en montagne en plus des contre la montre.
    Indurain, ullrich et armstrong l'ont prouvé.

    Le tour 2015 est pas mal dans son ensemble mais de la a dire que l'on ne va pas s'endormir devant l'écran est un peu risqué.

    2014 fut un bon cru mais le fait que l'on se retrouve avec un seul favori a tué le suspens dès chamrousse.( ASO n'y est pour rien mais l'histoire s'est faite ainsi ).

    | Fred | vendredi 31 octobre 2014 à 1:44:49

  233. Stochastic , je reste sur mes positions , à part la première semaine , le tour est très mal tracé , n'en déplaise à Marcel 14 km de chrono individuel c'est indigne de la plus grande course du monde .
    Par contre pour une fois je te rejoint , le parcours du prochain Giro est mille fois mieux que celui du Tour .

    | lucho | vendredi 31 octobre 2014 à 8:54:44

  234. Je suis complètement d'accord avec Stochastic.

    Perso, ce Tour me plait beaucoup, les attaquants auront de quoi s'exprimer, et sur tous les terrains : pavés, secteurs ventés, descentes techniques vers Pra-Loup ou St Jean de Maurienne, enchainement de cols vers La Toussuire, courses de côte difficiles et usantes comme La Pierre et l'Alpe, étapes vallonnées et piègeuses vers Huy et Mende.

    Y a tout ce qu'il faut pour obtenir un grand spectacle:

    Messieurs les coureurs, à vous de jouer !!

    | Tarrangu | vendredi 31 octobre 2014 à 11:30:12

  235. Ce que je regrette, par contre, c'est l'absence d'un long chrono individuel, et d'une taponne, longue avec 5 ou 6 cols enchainés. Ceci dit, les organisateurs ont probablement tenu compte de la purge infligée par l'étape du Grand Bornand, il y a 2 ans. Quel désastre, ce jour-là..

    Mais j'aime beaucoup le tracé Alpestre, et je pense qu'un descendeur-attaquant comme Nibali devrait pouvoir mettre le feu à quelques endroits, tandis qu'un grimpeur-attaquant comme Contador va probablement cibler la terrible étape de La Toussuire.

    La montée sèche vers La Pierre me fait saliver ( même si je regrette l'absence du Burdin ), tout comme l'enchainement Allos-Pra Loup. Des surprises ne sont pas à exclure, malgré ces satanées oreillettes.

    | Tarrangu | vendredi 31 octobre 2014 à 11:44:37

  236. Un autre positif, selon moi, c'est l'enchainement Aspin-Tourmalet-Cauterets.

    On l'oublie un peu, mais le Tourmalet reste un des cols les plus durs de France, un monstre sacré du cyclisme. Ces dernières années, son prestige a baissé à force de voir son ascension galvaudée par les coureurs ( et leurs DS ).

    Chaque fois, les arguments étaient les mêmes:

    -Le Tourmalet est un très grand col, mais la montée de Luz-Ardiden est suffisamment difficile en elle-même ( comme Hautacam ) ou alors il est placé bien trop loin de l'arrivée.

    Au final, si l'on fait exception de l'arrivée au sommet de 2010, depuis combien d'années le Tourmalet n'a pas fait de gros dégâts ?? Depuis 2003 , je crois.

    Mais l'an prochain , c'est différent. Quels risques réels prendraient les favoris s'ils tentaient d'attaquer dans le Tourmalet ??

    Un risque faible. Ce n'est pas dans la douce montée vers Cauterets qu'un attaquant du Tourmalet va prendre un retour de bâton, quand même.

    Au bàs de la descente, à Luz-St Sauveur, il restera 10 bornes de faux-plat descendant avant d'entamer la remontée sur Cauterets. C'est vraiment un terrain ou un attaquant aura peu de risques d'exploser.

    En 1995, Virenque disposait d'1' d'avance sur le groupe Chiappucci, au Tourmalet, et dans la traversée de Cauterets, il avait toujours prés d'1' d'avance..

    2015 pourrait être une année qui réhabilite ce monument qu'est le Tourmalet, si des costauds veulent bien comprendre qu'un coup y est jouable ( à condition d'attaquer dans le long et très dur secteur qui mène à la Station de Cauterets ).

    | Tarrangu | vendredi 31 octobre 2014 à 13:03:24

  237. Tarrangu, aucun favori n'attaquera dans le Tourmalet qui sera une nouvelle fois snobé.

    En bas de la descente, il reste 20 km, c'est long, surtout les 10 derniers à 4/5 %, le mec va lâcher bcp d'énergie pour sans doute se faire reprendre et perdre une 20aines de secondes.

    L'autre gros pb, c'est que le lendemain il y a Beille, alors tactiquement, attaquer à cet endroit là, c'est suicidaire.

    donc pour les cadors, cette étape va se résumer à un sprint de 2/3 km.
    On peut quand même avoir un beau final si une échappée va au bout (avec des coureurs hors jeu pour le GC).

    De plus ton exemple est un peu hors sujet, Virenque avait 17 minutes de retard sur Indurain, on ne peut pas le considérer comme un danger pour l'espagnol.

    | oliv56 | vendredi 31 octobre 2014 à 18:18:05

  238. Et bien comme d'habitude apres la fin du trace je voudrai remercier tous ceux qui ont apporte leur pierre a l'edifice durant cette fin d'ete/automne, surtout Thomas pour tous les efforts qu'il fait chaque annee sur le sujet.

    On aura l'occasion de discuter sur d'autre articles mais dans le pire des cas je vous dis a l'ete prochain pour le parcours 2016 et le grand debat: nord ou sud de Paris?

    | Yoshi45 | vendredi 31 octobre 2014 à 18:21:56

  239. @ Stochastic : Bravo pour vos interventions toujours pertinentes et pleines de bon sens. D'autant que ce forum velowire commençait a etre cadenassé (et peu comme une mauvaise étape de plaine) par certains barons qui s'érigent en dictateurs de la pensée...

    @ 232 : En effet, il y a eu des étapes de légendes. Mais les tours de Leblanc étaient tellement mal tracés (et surtout tellement stéréotypés) qu'on se faisait chier pendant 90 % du Tour et assurément 100% de la première semaine. Indurain lui doit beaucoup, les grimpeurs (et les spectateurs) beaucoup moins...

    @ 233 : 2 semaines pour avoir une étape de montagne. A la réflexion, je pense que ce Giro va etre surtout une course d'attente pendant 2 semaines et cette année, une fois n'est pas coutume, le Tour semble bien supérieur au Giro. On suivra ça...

    Les étapes de Huy et de Mende ont l'air bien dessinées, je pense qu'on va quand meme avoir un beau Tour. Mais ASO pourrait mettre les profils de toutes les étapes, c'est vraiment pas professionnel.

    | Dom | samedi 01 novembre 2014 à 1:10:58

  240. @Stochastic #229 "Donc on voit bien que personne n'est d'accord. Tout le monde critique, mais il n'y a aucun consensus qui se dégage sur ce que devrait être un bon parcours"
    Ton emploi du verbe critiquer ne me semble pas être en adéquation avec son étymologie:
    "Si le sens usuel du mot « critique » évoque une démarche négative de contestation, son sens philosophique est plus fidèle à l'étymologie grecque : le verbe krinein signifie « discerner », « trier ». Le sujet de cette opération est la raison qui exerce sa faculté de jugement. La critique découle alors d'une exigence de ne pas s'en tenir au fait brut, à l'apparence confuse des choses, des affirmations, des attitudes, mais au contraire de les passer au crible d'une raison qui évalue et porte un jugement d'appréciation pouvant être logique, moral ou esthétique."
    Critiquer c'est aussi:"Faire ressortir, par le discours ou par l'écrit, les défauts ou les qualités des choses ou des personnes"
    Cher Stochastic,ne t'en déplaise, critiquer les parcours d'ASO est l'essence même de ce forum.
    Les "anciens" membres sont plutôt négatifs envers les organisateurs, certains "nouveaux" positifs.
    Quant au consensus je ne pense pas qu'il soit recherché par beaucoup d'internautes de ce site dont l'échange des points de vue et de connaissance est la motivation première.
    La critique est aisée, mais l'art est difficile. Dans la rubrique "A Votre Tour" plusieurs "artistes, traceurs de parcours" prouvent depuis plusieurs années la légitimité de leurs critiques négatives.
    Et comme l'écrivait Beaumarchais sans « liberté de blâmer, il n'est pas d'éloges flatteurs ».

    Si Tarrangu, #235, salive à l'idée de la Montée sèche d'Arette La Pierre Saint Martin (qui n'est jamais que le Col de Soudet déjà franchi prolongé de quelques hectomètres, le tout sur un macadam hyper roulant) tout en regrettant l'absence du Burdincurutcheta, quel sera son état physique le jour où ASO va proposer l'enchaînement??
    En montée sèche, avec un parcours d'une longueur proche, n'aurait-il pas été, comme plusieurs l'ont déjà écrit ici, mieux, de proposer une montée par la Station de ski d'Issarbe jusqu'au col éponyme, appelé aussi Hourcére, descente jusqu'au Col de Suscousse et montée finale jusqu'à la Station d'Arette Pierre Saint Martin via le Soudet, le tout sur un revêtement augmentant le difficulté? Bien sur que si!
    L'Aubisque est aussi un monument du Tour. Proposer un enchaînement (j'oublie Spandelles volontairement) Marie Blanque, Aubisque, Soulor, Bordères, Cauterets Ville n'aurait-il pas été mieux que Aspin, Tourmalet, Cauterets Ville?
    Bien sur que si!
    Et dans le deux cas la réponse est oui même si l'on a trouvé le parcours 2015 d'ASO à son gout.
    Ce ne sont que deux exemples....la liste pourrait être longue.
    Cordialement

    | Pierre LACOUE | samedi 01 novembre 2014 à 1:41:34

  241. @Pierre Lacoue

    Des courses de côte sont parfois bien plus intéressantes que des enchainements de cols. D'ailleurs, combien de fois, ces dernières années, ne s'est-on pas fait, au terme de "grosses étapes de montagne" bien baclées, la réflexion du genre: " Si c'est pour voir une bagarre de 4km, autant placer le départ au pied de la dernière montée, point barre". J'ai pas le chiffre exact, mais souvent, trés souvent, et ceci sur les 3GT..

    Aucun parcours du Tour ne sera parfait, n'en déplaise aux rêveurs. Mais lorsqu'un parcours propose suffisamment d'éléments pour permettre aux attaquants d'enflammer la course, ce sera pour moi un trés bon parcours. C'est le cas pour l'an prochain.

    Concernant le Tourmalet, je ne prétends pas qu'ii y aura forcément bagarre, je dis simplement que les possibilités s'offrent aux coureurs pour que des attaques y soient portées.

    Aprés, si tous les costauds considèrent que c'est un suicide de tenter une épreuve de force dans un col aussi dur que le Tourmalet alors que les risques de contre-coup y sont trés faibles aprés la descente, on en revient au problème n°1 du cyclisme, qui n'est pas le fait des organisateurs: le cyclisme moderne est celui des petits épiciers et des experts comptables.

    Je précise que je respecte ( même si je ne la partage pas ) l'opinion des nombreux participants de ce forum qui n'ont pas trouvé ce parcours à leur goût.

    | Tarrangu | samedi 01 novembre 2014 à 9:46:56

  242. Ce matin, j'ai pris le temps de lire pas mal d'informations sur le parcours du prochain Tour de France, ainsi que les commentaires des uns et des autres... Et bien, alors même que je suis plutôt un adepte des longs contres-la-montre et d'une ou deux très longues étapes de montagne, je dois dire que je trouve ce parcours pas si mal que ça... et audacieux dans sa conception.
    Les étapes de montagne, dont ce sont malheureusement les seules avec profil, sont toutes différentes les unes des autres, avec à mon sens une réelle recherche de provoquer du mouvement.
    Il y a notamment des descentes techniques (Tourmalet, Allos, Glandon...) sans grosse difficulté derrière, qui peuvent inciter les bons descendeurs à passer à l'attaque avant la dernière difficulté, avec très vite de gros écarts possibles. L'étape de la Toussuire, avec Chaussy encapé à froid, puis le Glandon par son côté difficile, peut également inciter des attaques de loin. Quant à la dernière étape de montagne, celle de l'Alpe, c'est certes pour le prestige... mais avec déjà trois étapes de montagne enchainées, elle peut être le théâtre d'une des plus belles passes d'armes du Tour !?

    Après, de toute façon, ce sont les coureurs et les circonstances de course qui font qu'un Tour est réussi ou non... Mais, personnellement, je ne trouve pas que ce soit le pire parcours de ces dernières années... car il a une première longue semaine variée, avec certaines étapes qui, selon les circonstances, peuvent rendre la course épique... une seconde semaine avec trois belles et longues étapes pyrénéennes qui peuvent permettre de voir les forces en présence sans pour autant tuer le suspense, puis des étapes de transition qui peuvent malgré tout être piégeuses pour les favoris... et enfin une dernière semaine sans relâche, où chaque étape peut voir le Tour basculer !

    La quasi absence de contres-la-montre... et bien, c'est une innovation ! Après, l'avenir dira si c'était pertinent ou non ?! Le contre-la-montre par équipe en fin de première semaine, là encore très innovant, sera à mon sens avant tout un casse-tête pour les managers des différentes équipes, dans la composition de celles-ci avant le départ, mais aussi dans la gestion des étapes précédentes. Peut-être l'occasion de voir des échappées prendre le large et créer des écarts conséquents la première semaine, avec des conséquences sur le classement général ?!

    Dans tous les cas, j'attends juillet2015 avec beaucoup moins de scepticisme que la plupart des commentateurs ci-dessus, rejoignant assez facilement les interventions de Stochastic sur le sujet !

    Bonne journée à tous !

    Manu

    | tatamix1972 | samedi 01 novembre 2014 à 11:06:19

  243. 100 % d'accord avec Pierre LACOUE , le parcours du tour c'est une vuelta bis ( 11 arrivées aux sommets ou en côtes ) , voilà à quoi çà me fait penser , et puis je n'y crois vraiment pas aux attaques dans les descentes ( citer moi ces dernières années des grosses attaques en descente , déjà qu'ils ont du mal en monté ), j'arrive vraiment pas à comprendre comment ASO arrive a passé a côté d'un col intéressant qui ne demande que çà , à croire qu'ils essaient le maximum d'éviter de durcir les étapes .

    Si personne n'est d'accord , c'est que le parcours n'est pas parfait , mais aussi bien sur les forums Espagnol ou Italien c'est également la même chose personne n'est d'accord , avec un majorité de personne contre ( surtout les habitué de ces forums , bizarre quand même ).

    Par contre tout le monde est unanime sur le prochain Giro , c'est un très bon parcours .

    | lucho | samedi 01 novembre 2014 à 17:19:40

  244. @ 243
    Beaucoup d'entre vous disent que le Giro 2015 reposera sur un excellent parcours. Peut on savoir en quoi ?
    Les propositions de Pierre Lacque dans les Pyrénées sont sans doute pertinentes mais elles durciraient sensiblement le parcours (trop ?) alors que le final dans les alpes est déjà balaise. On se souvient des tours ou tout était plié à la sortie de la première chaîne de montagne, c'est insupportable. Il nous faut du suspense même si on ne peut éviter qu'un cador survole je le concède.

    | Cédric | samedi 01 novembre 2014 à 23:48:12

  245. @ Cédric
    Les étapes de moyennes montagne sont somptueuse sur le giro , La spezia , Campitello Matese , San giorgio del Sannio c'est vraiment très bien tracé , attention aussi à l'étape de Vicenza qui arrive sur le Monte Berico ( il y à 4 "murs " dans les 60 dernier kilomètres) , pour les étapes de montagne , les enchainements cols très dur + arrivé au sommet plus facile , c'est le parfait parcours pour avoir des offensives : Daone + Madonna di Campiglio , Mortirolo + Aprica et Finestre + Sestrières ( c'est çà que je demande sur le Tour ).
    L'étape qui arrive à Cervinia , c'est trois cols difficile qui s'enchaine sans vallées , une de mes préféré celle qui arrive en descente a Verbania avec le Monte Ologno ( équivalent au Mont du Chat en France )et ma préféré c'est le chrono vallonné de 60 km .
    Le giro est moins difficile que par le passé , mais la distribution des cols en vraiment bien faite .

    | lucho | dimanche 02 novembre 2014 à 0:49:09

  246. @Lucho Un parcours parfait, tu n'en auras jamais, il faut pas rêver. Et qui est le dépositaire de la marque "parcours parfait" ?? Personne. Chacun à sa définition du parcours parfait.

    Aucun parcours ne sera parfait et ne fera l'unanimité. Mais l'important, le plus important, c'est le regard des coureurs et leur volonté de faire la course.

    Au final, ce sont eux qui décident. L'an prochain, ils ont tout pour eux: des pavés, des endroits hyper-exposés au vent, des arrivées au sommet difficiles, des descentes périlleuses, un enchainement au potentiel explosif, des cols de haute-altitude trés usants ( 5 cols au delà des 2000m ), des arrivées pour puncheurs ( Huy, Mende, Mur de Bretagne ).

    Je pense que dés la 1ère semaine, on aura droit à du grand spectacle ( des bordures ne sont pas à exclure ), et ça ne devrait pas s'arrêter jusqu'à la fin.

    C'est un Tour au potentiel explosif. Rendez-vous en Juillet prochain.

    | jean-marc | dimanche 02 novembre 2014 à 9:33:22

  247. Bonjour a tous,
    Moi personnellement je trouve que c'est une bonne chose d'avoir un tour très montagneux mais après je ne suis pas d'accord avec ce qui trouve les étapes de montagne bien tracé en général car comme je le disait dans mon premiers post à part la Pierre ST Martin et peut-être Pra-Loup qui me semble être bien tracé je pense qu'il ne se passeras pas grand chose. Sa met tonnerait en effet qu'un leader prenne le risque d'attaquer dans le Tourmalet sachant que derrière y a cette horrible faux plat montant de 10 bornes. Le Plateau-de-Beille=course de cote encore!!! alors que dans les pyrénnées la Pierre St Martin aurait suffit.Ne parlons pas de Gap-St Jean de Maurienne qui est une étape inutile et ensuite la Toussuire sera une course de cote a cause du Molard tout comme l'Alpes-d'Huez avec juste le Galibier est sa longue descente derrière.Donc on devrait avoir 5 étapes de montagne sur 7 où il ne se passeras rien avant la monté final et deux où il n'y auras rien à voir du tout.
    Cordialement.

    | quentin | dimanche 02 novembre 2014 à 11:04:09

  248. Slt Dom,
    Les tours de Leblanc étaient classiques ( 1 semaine de plat, 1 semaine montagne et le reste pour les baroudeurs ).
    Il en fallait pour tout le monde.
    Tu prends le tour 95, la première semaine est vallonné et tu as la course quasiment tout les jours surtout depuis liège qui reste la meilleure étape de plaine depuis plus de 20 ans.

    En dehors du tour 87 qui avec 25 étapes et le tour le plus montagneux de l'histoire le second est 97.
    Indurain battait la concurrence dès la première étape de cols, donc même avec 0 Km de chrono il aurait gagné le tour.

    Il faut se rappeler aussi que les virenque et pantani perdait du temps dans la plaine donc sur un tracé comme 2015 avec les pavés, l'italien sans parler du francais avant la pierre st martin aurait été très loin et même en gagnant 2 ou 3 étapes de montagne sachant qu'il n'était pas seul, il n'aurait jamais pu gagner un tour de l'ère Prudhomme dont celui de l'année prochaine.

    Il faut aussi noter que Indurain c'est 7 grands tours, Pantani 2, virenque et chiappucci aucun.

    Derniers exemples, sur le tour 97 Ullrich bat Virenque en montagne, le francais ne lui a jamais reprit du temps dans les cols.

    En 2011 Evans gagne le tour et en 2013 c'est Froome qui bat tous les grimpeurs avec un tracé difficile.
    Les rouleurs ont toujours eu un palmarès supérieurs aux sprinteurs des cimes.

    | Fred | dimanche 02 novembre 2014 à 12:04:29

  249. Bonjour.

    Mon analyse se rapproche de la vision de Pierre et Lucho.

    Tous nous sommes d'accord pour pointer une première semaine originale et bien pensée sur le Tour 2015.

    L'appréciation des étapes de montagne est subjective.
    Excepté le final de Pra Loup, je trouve que les autres sont soit ratées, soit mal pensées.

    Mais, ce qui me fait basculer à "100%" du coté "négatifs" de manière irrévocable, est le refus d'un parcours totalement déséquilibré avec 14 pelés km en chrono individuel.

    On peut "jouer" avec les km clm. et la montagne, mais en respectant des normes minima et maxima.

    Cette "rupture" totale avec le "bien-dessiner" ouvre la porte à de dangereuses dérives, un risque énorme que ne justifie pas la recherche du maintien du suspense le plus longtemps possible.

    J'ai l'impression que l'état-major d'Issy les Moulineaux "panique" de crainte de voir de nouveau un Tour plié au terme de la première étape de haute montagne.

    Le Giro 2015 aurait été très bon avec une grande étape arrivant en descente (Val Gardena plutôt que Madonna di Campiglio) et un vertical en première semaine (plutôt que l'Abetone).
    Pour apporter des modifications satisfaisantes sur le Tour, il faudrait "chambouler" Pyrénées et Alpes en plus de multiplier minimum par 3 le kilomètrage clm. indivuel total.

    J"en profite pour saluer Fred, avec lequel je suis en désaccord.
    Pantani, qui était un "accrobate" (notamment sur la pluie et la glace), aurait perdu beaucoup moins de temps sur cette semaine initiale que sur 2 chronos de 50-60 km en plaine.
    Des arrivées comme APSM, Beille, Alpe ou Mende lui auraient bien convenu, idem les lacets de Montvernier.

    Ciao

    | André | dimanche 02 novembre 2014 à 16:32:06

  250. Juste pour les amateurs de geo et de stats, seuls 5 des 96 départements métropolitains n'ont plus vu le tour depuis 2000 : Charente Maritime (17) , Eure (27), Mayenne (53), Seine Saint Denis (93) si l'on ne tient pas compte du départ fictif en 2003 depuis le stade de France à Saint Denis, et le Val d'oise (95).

    | OLIVIER | dimanche 02 novembre 2014 à 16:32:24

  251. Bonsoir andré,
    Merci j'espère que tout va bien de votre coté?

    Je vais ètre en désaccord sur le cas de Marco.
    L'Italien courait quasiment toujours en queue de peloton et pour cause de son mauvais placement il avait pas mal de retard avant la première étape de cols.
    Il aurait prit 1'' sur ses adversaires direct mais pas beaucoup plus et cela ne lui aurait pas suffi pour gagner sachant qu'il n'était pas le seul pour la montagne.

    En 95 a Mende il attaque et se fait reprendre par Indurain et Riis.
    Il gagne en 98 avec de long chronos et surtout grace a l'effondrement d'Ullrich aux deux-alpes du a la pluie et au froid.
    Il remporte un des tours de France les moins difficiles de l'ère Leblanc.

    | Fred | dimanche 02 novembre 2014 à 18:12:54

  252. Sur un site de cyclisme concurrent, un sondage a été effectué pour connaitre l'opinion des visiteurs du site sur la qualité du parcours proposé.

    A une écrasante majorité, les gens ont apprécié ce tracé ( prés de 78°/°!! ) contre prés 18°/° qui ont une opinion inverse, et 5°/° qui restent sans opinion.

    On peut relativiser ce petit sondage, mais ils étaient quand même plus de 2000 à avoir donné leur vote, ce qui n'est pas rien. Une preuve que les fans de vélo sont bien plus nombreux qu'on le pense à trouver ce parcours attractif ( même s'il n'est pas parfait ).

    Mais je suis d'accord avec André concernant le trés faible kilométrage du chrono individuel. Pour moi, c'est L'ERREUR du tracé. Selon moi, aucun Tour de France ne devrait proposer moins de 50km individuel.

    @Quentin Justement, cet "horrible faux-plat" peut avoir l'effet inverse. Si une bagarre éclate dans le Tourmalet et qu'un groupe de 3 ou 4 grimpeurs se détachent ( au hasard, Quintana, Contador, Pinot et Rodriguez ), ils peuvent parfaitement garder une part de leur avantage jusqu'au bàs de la descente..avant d'accentuer celui-ci dans la légère remontée vers Cauterets. C'est une possibilité qu'on ne peut pas écarter, même si la tendance, ces dernières années, est au "boycott" du Tourmalet. Pourtant, ce col, c'est un sacré gros morceau. Il suffit de voir les écarts créés par l'enchainement Aspin-Tourmalet jusqu'à La Mongie, en 2004..

    | jean-marc | dimanche 02 novembre 2014 à 18:15:58

  253. Je le répète, le gros soucis avec l'étape de Cauteret, c'est Beille le lendemain.
    Ce serait une colossale surprise de voir les favoris se faire la guerre dans ce gd col.

    | oliv56 | dimanche 02 novembre 2014 à 20:42:29

  254. @jean marc #252.
    18% de 2000 personnes cela fait tout de même 360 personnes qui ont ont une mauvaise opinion du parcours du Tour 2015. Mais qu'ils viennent donc ici pour nous en donner les raisons!
    Nous serons ainsi très nombreux à donner une critique négative du parcours d'ASO!
    Avec peut-être des raisons différentes que les nôtres.
    Si tu as raison pour le scénario éventuel de l'étape de Cauterets j'ai bien peur qu'oliv56 #253 ait raison.
    La peur de Beille (plus les Alpes à venir)risque d'"adoucir" le Tourmalet.
    Cordialement

    | Pierre LACOUE | dimanche 02 novembre 2014 à 21:07:55

  255. @ 252

    C'est marrant comme les opinions sont différente , sur le forum Espagnol AMP foro de los puertos de montaña , forum de spécialistes de cols et de parcours ( dont je fais partie ) ont a était 66 a voté , 78 % de mécontent .
    A titre d'exemple ont a voté pour le giro est 94 % sont content du parcours .

    | lucho | dimanche 02 novembre 2014 à 22:11:27

  256. Bonjour Fred.

    Exact que le "Romagnol" squattait la queue du peloton les premiers jours.
    Mais, si en 1997 (il n'avait pas encore récupéré de sa chute au Giro avec le fameux chat noir) il perdit stupidement du temps, en revanche en 1998 (après sa victoire au Giro) il ne fut pas piègé (sauf au départ d'une étape de transition après les Pyrénées).
    Sur le Giro 1999, c'est lui (son équipe) qui provoqua une bordure.
    Marco a toujours été très à l'aise dans des conditions difficiles, et c'était un bon "pilote". Sur les pavés (mouillés), malgré un déficit de puissance, je suis convaincu qu'il se serait mieux débrouillé que certains cadors 2014 (Contador, Froome, ... Quintana ?).

    Pantani (le grimpeur) remporte un des Tours les moins montagneux, comme Charlie Gaul en 1958, et Evans (le rouleur, coureur complet mais sans accélération en cote) s'impose sur un Tour 2011 avec 4 sommets HC et 41 pelés (déjà un "minimum de minimums") km clm. individuel.

    Significatif de constater que l'"ange de la montagne" et le "pirate" ont forgé leur succès dans des conditions très pénibles dans le cadre de grandes étapes, mieux construites que la seule grosse étape de ces dernières années vers le Galibier en 2011.

    Sur ce point, ma vision n'a pas évolué d'un "pouce".
    ASO veut maintenir le suspense le plus tard possible !
    Arretons de proposer une dernière étape de montagne mal "embouchée", et qui a la longueur de petits critériums au profit de grandes étapes (éventuellement précédée soit d'une course de cote soit d'une étape de transition) dignes de celles qui ont construit la légende du Tour (la veille ou avant-veille de Paris).

    Merci de vous "inquièter" pour ma personne, si je suis mal(ade) je n'en n'ai pas conscience ... "Tutto bene".

    Ciao.

    | André | lundi 03 novembre 2014 à 8:45:37

  257. Froome, on ne sait pas ce qu'il vaut sur les pavés. Il ne les a pas vu cette année, ayant chuté la veille et en abandonnant en début d'étape le lendemain.

    Personne ne peut dire qu'il aurait été à la rue.

    | oliv56 | lundi 03 novembre 2014 à 13:57:42

  258. @Lucho Je connais bien ce site APM, ou on peut notamment trouver, en détail, le profil des cols basques les plus terribles ( et parfois complètement méconnus ). Et je salue le travail d'OmarSG, à ce propos.

    Mais comme tu le dis, vous n'êtes que 66 à avoir voté, c'est bien trop peu pour représenter un sondage valable. Dans le site que j'ai cité, ils étaient plus de 2000 à avoir voté, c'est déjà un peu plus révélateur.

    De toute façon, je ne cherche pas à convaincre ceux qui n'aiment pas le parcours de 2015, car je considère que leurs arguments sont bons, et que personne ne détient LA vérité absolue.

    Mais de mon côté, je reste persuadé qu'il y a vraiment de trés belles possibilités pour qu'on assiste à un grand spectacle. On a tendance à trouver le parcours pyrénéen "light", mais je trouve qu'on est parfois un peu irrespectueux avec des "colosses" comme La Pierre Saint Martin, le Tourmalet et le Plateau-de-Beille.

    Je comprends ceux qui estiment que des parcours plus ambitieux auraient du être essayés, mais en même temps, on peut espérer que la bagarre soit vraiment engagée dans ces 3 grands cols ( vu que ce sont les 3 HC du massif ),et si c'est le cas, si les coureurs s'engagent à fond sur les pentes du Soudet, du Tourmalet et de Beille, il y aura de trés gros écarts, malgré l'absence d'enchainements.

    Regardons un peu le profil de ce Géant nommé Tourmalet:

    -une dénivellation de prés de 1500m depuis Campan ( c'est rare, des cols avec un tel dénivellé ), une première partie trés usante jusqu'à Gripp, et un trés gros morceau de plus de 11km à prés de 9°/° de moyenne pour atteindre le sommet !! Avec le phénomène de l'altitude qui joue également ( au-dessus de 1500m, le rendement diminue d'environ 15°/°, suivant les indidvidus ), on comprend bien pourquoi ce col reste auss respecté et craint par les coureurs. Si un Contador veut y mettre le bazar, il peut y en avoir partout, et bien avant La Mongie.

    Idem pour La Pierre et Beille. Même si la route est large et en bon état, les passages à 15°/° sont toujours présents, au pied du Soudet. Et pour l'avoir encore fait récemment, cette montée demeure un trés gros morceau ( je le trouve d'une difficulté équivalente au Tourmalet, peut-être même un peu plus dur ). C'est une arrivée qui pourrait devenir mythique, dans la grande histoire du Tour, que ce soit par Sainte-Engrâce, par Barlanès ou par Arette.

    Le Giro, il est bien, mais franchement, je leur laisse leurs arrivées à Cervinia ou l'Abetone, et je garde celles qu'on a dans les Pyrénées.

    Un garçon comme Nairo Quintana a déclaré que le parcours montagneux du prochain Tour lui convenait parfaitement. Pourquoi ?? Parce-qu'on y trouve des cols qui ressemblent aux grands cols colombiens: longs, trés usants, parfois pentus, et avec ce phénomène de l'altitude qui épuise bien plus vite les organismes. Bref, rien à voir avec ceux de la dernière Vuelta.

    Se manger des "Hors Caté" comme les Soudet, Tourmalet, Plateau-de-Beille, Croix-de-Fer, Glandon et Galibier dans un même Tour, c'est quand même trés costaud. Ces cols valent les fameux Linea ou Minhas, ces sommets qui ont permis aux grimpeurs colombiens ( dont Herrera, Quintana, Parra et les autres ) de devenir ce qu'ils sont devenus.

    | jean-marc | mardi 04 novembre 2014 à 17:44:13

  259. @ jean-marc

    Je ne vais pas me répéter 50 fois , je ne critique pas les cols gravit , mais la distribution de ces cols et leurs enchainements sur les étapes de montagne .
    Mais je le répète encore 14 km contre la montre individuel c'est indigne de la plus grande course au monde , d'accord avec ce que tu dis c'est bien un tour pour grimpeurs , pratiquement pas de chrono et onze arrivées en côte un grimpeur doit gagné obligatoirement .
    Le Tour se doit d'être une course pour coureurs très complet .

    | lucho | mercredi 05 novembre 2014 à 10:00:50

  260. Bon, vous aurez compris que Jean-Marc, au-dessus, est en réalité Tarrangu. ( Tarrangu, que j'ai pris comme pseudo, en hommage à Manuel Fuente, un des grimpeurs les plus fous et spectaculaires de l'histoire. C'était son surnom )

    | Tarrangu | mercredi 05 novembre 2014 à 10:02:33

  261. @ Lucho, 259

    Sauf que les purs grimpeurs ça n'existe pas. Au final qu'il y ait 14 ou 100 bornes de chrono on retrouve les même mecs devant. Froome, si il est à son niveau de 2013, il peut gagner le tour avec ou sans chrono. Sauf qu'au lieu qu'il écrase la course dès le premier tiers grâce au chrono, ce sera beaucoup plus serré avec Quintana, Contador, ou Nibali.

    | Stochastic | mercredi 05 novembre 2014 à 13:45:00

  262. Puisqu'on est a la veille de l'ouverture des inscriptions, je voulais relancer le debat en parlant specifiquement de l'Etape du Tour 2015 : SJDM / La Toussuire.

    En 2012 c'etait Albertville / La Toussuire, donc presque la meme etape si on considere que Chaussy est moins dur que la Madeleine versant nord, la descente vers la chambre etant la fin de la Madeleine versant sud. Ensuite il me semble que le parcours 2015 a rallonge la plaine (en 2012 on ne traversait pas en direct mais a St Pierre il me semble, a confirmer). Apres c'est identique. En 2012 il pleuvait au depart, ce qui avait provoque beaucoup de non partants, mais le beau temps etait revenu vers 10h et il faisait meme tres chaud dans la montee vers la Toussuire.

    Pour 2015 en regardant sous l'angle "cyclo" je me pose plusieurs questions :
    - comment vont passer 12000 coureurs dans le chaussy ? meme avec les sas de departs, ca risque de coincer. Et pour ce qui est de s'echauffer avant le pied, pas question parce qu'on aura attendu minimum 1/2h dans les sas et qu'ensuite on monte direct.
    - les 30km de plaine sont ils un avantage pour s'alimenter avant le glandon, ou une bavante inutile
    - le Mollard permet de reprendre la Toussuire depuis le pied de la croix de fer, donc c'est une double punition

    Au final je crois que j'aurais prefere refaire l'etape de 2011 en passant au col au lieu du tunnel. Pour les cyclos, c'etait une etape fabuleuse, l'enchainement Galibier / ADH etant legendaire.

    A titre perso, une partie de ma deception sur le parcours 2015 venait de ma vision "cyclo / EdT".

    Y avait il une meilleure etape pour faire l'EdT 2015 ? sans doute pas car :
    - la premiere etape pyreneenne n'est pas assez dure pour attirer les cyclos etrangers
    - la deuxieme ressemble beaucoup (trop) a l'EdT 2014, en rajoutant aspin avant le tourmalet, et en supprimant Hautacam pour Cauteret
    - la troisieme est longue pour des cyclos, avec un depart eloigne de l'arrivee
    - la premiere etape des alpes est difficile d'acces pour les cyclos
    - la deuxieme est tres longue et avec un depart eloigne de l'arrivee
    - la quatrieme ressemble beaucoup a l'EdT 2011, avec un depart eloigne de l'arrivee.

    J'imagine que le choix d'ASO a ete de faire un compromis entre l'attrait sportif (qui est plus grand pour la 4eme etape alpestre) et les contraintes pour les coureurs et les organisateurs (et sur ce critere, la 3eme etape alpestre est plus facile a gerer)

    A voir si certains cyclos opteront pour une "EdT light" en s'injectant hors course au niveau de St Etienne de Cuines, et pour faire juste Glandon/Mollard/Toussuire. En 2014 la meteo avait regle le probleme : seuls les inscrits etaient assez fous pour aller rouler ;)

    | philippe | mercredi 05 novembre 2014 à 14:14:15

  263. @ Stochastic

    Pas d'accord du tout , Froome sur ce parcours n'arrivera pas a battre les grimpeurs plus explosif que lui , les Quintana , Contador ou Rodriguez ( c'est carrément un tracé pour ce dernier ), Nibali lui a plutôt les qualités de Froome , les écarts sont se faire sur les dernier hectomètres ou kilomètres des arrivées en côté , Froome sur Huy , Mur de Bretagne , Mende , Pra loup ou ADH et en dessous de ces coureurs .
    Ce n'est pas pour rien que Froome risque de ne pas participer au Tour , il y a de fortes chance qu'il tente Giro + Vuelta

    | lucho | mercredi 05 novembre 2014 à 15:17:44

  264. @261 : Froome, on sait tous à quoi il tourne depuis bien longtemps, depuis Ax-3 2013. Je suis désolé pour ses fans, mais ils restent quand même le dernier porteur de la performance inhumaine sur le Tour. Reste à éspérer qu'il est de nouveau un problème de dos. Et puis quand tu regardes son passé ça reste très bof. A la limite pour que le Tour 2015 soit prometteur il faut supprimer les oreillettes. Seule solutuion pour une attaque de loin. Exemple, si un des favoris oublie la vallée (parce qu'il est un peu étourdi) vers Cauterets, ça peut marcher.

    Esnuite, tu défends ASO mais je ne comprend pas ton point de vue quand ils passent devant l'évidence même (style Chaussy). Et puis il n'est pas difficile d'arriver dans les grosses villes pour faire de bonnes étapes.

    | Crico | mercredi 05 novembre 2014 à 16:36:29

  265. @Lucho Mais Quintana disait que le parcours montagneux du Tour l'avantageait, pas l'ensemble du Tour..

    Justement, si les coureurs complets veulent épuiser les purs grimpeurs, ou même les mettre hors-jeu, ils ont la possibilité de le faire en 1ère semaine !!

    Les pavés, les bordures, c'est un terrain qui peut "tuer" les cabris bien davantage qu'un long chrono. Si Nibali veut faire sauter Quintana, il peut trouver ce qu'il faut dans le parcours. Comme je l'ai déjà dit et répété, le vainqueur du Tour 2015 devra savoir éviter lez embûches de la 1ère semaine, et si Nairo Quintana parvient à passer les pavés et les bordures sans encombre, on pourra affirmer que ce colombien est bien plus complet et résistant que les Herrera et Parra de la grande époque.

    | Tarrangu | mercredi 05 novembre 2014 à 17:39:00

  266. @Lucho ( encore..) Comment peux-tu dire que Tour 2015 est idéal pour Rodriguez ??

    Certes, il n'y a qu'un clm, mais s'il passe la 1ère semaine sans se faire larguer au classement ( et j'ai des doutes ) et pas trop "rôti", quel terrain trouvera-t-il pour faire parler son explosivité sur les gros pourcentages ?? Mende, et c'est tout.

    Pour le reste, vu le profil et la longueur des cols proposés, je vois pas Purito, avec son petit moteur, capable de dominer les Quintana, Froome, Contador et Nibali. Un Rodriguez en trés grande forme peut, au mieux, espérer un top 5 final, en faisant jeu égal avec les meilleurs en haute-montagne. En plus, il n'y aura pas de bonifs aux arrivées en sommet. Et avec le temps qu'il perdra sur les 2 chronos ( le clm par équipes risque de faire mal à la Katusha ), un top 5 serait déjà une sacrée perf, pour lui.

    Concernant Chris Froome, je crois que ça ne dépend pas vraiment du parcours..mais surtout de lui-même. Si on retrouve le Froome de 2013, il a les armes pour remporter le prochain Tour. Il faut se souvenir qu'il y a 2 ans, il était considéré comme le meilleur grimpeur du monde, et il l'avait prouvé presque partout, pas seulement sur le Tour.

    | Tarrangu | mercredi 05 novembre 2014 à 17:52:24

  267. @tarrangu : avec leur profil d'anorexique les Sky n'ont aucune chance de passer la premiere semaine. Quand il fait froid et qu'on est a 5% de masse grasse, ca devient dur. De la a penser que le profil a ete fait pour eviter de voir gagner des squelettes... mais bon on digresse la !

    | philippe | mercredi 05 novembre 2014 à 21:37:17

  268. @ Tarrangu ( encore )

    Sur l'étape de Zeeland tout le monde va s'y attendre aux bordures , les leaders vont être vigilant et je ne pense pas qu'un " gros " va tomber dans le piège , pour les pavés il ne faut pas rêvé on aura pas chaque année la pluie , de plus les secteurs pavés sont plutôt concentrer au milieu de l'étape se qui va freiner les leaders , dommage que le secteur Escaudoeuvres à 5 km de l'arrivée ne soit pas emprunté ( encore un défaut du parcours )
    Tu te trompes sur Rodriguez , il ne faut pas le juger par rapport à cette année ou il à été malchanceux avec plusieurs chutes , Purito est plus qu'un puncheur c'est un véritable grimpeur , regarde ces performances sur GT , si tu enlèves les chronos il est bien devant depuis des années sur les GT, en parlant justement du Tour 2013 , tu dit que Froome est le meilleur grimpeur , pourtant Rodriguez le lâche sur l'Alpe d'Huez et Semnoz et l'Espagnol fini sur le podium alors qu'il perd 3m30 sur Froome dans le chrono du Mt St Michel .

    De toute façon , je pense qu'on ne sera jamais d'accord , plus qu'à attendre fin juillet 2015

    | lucho | mercredi 05 novembre 2014 à 23:32:20

  269. @ Tarrangu

    Juste une dernière chose , tu dit que l'étape de Cervinia du prochain giro , tu leur laisse , et bien moi je la prend de suite et j'aurai signé pour une comme celle là sur le prochain tour , un final avec un enchainement de trois cols sans un mètre de plat , St Barthélemy 20 km à 5,7 % , St Pantaléon 16,2 km à 7,2 % et Cervinia 18 km à 6 % çà ne se refuse pas .

    | lucho | jeudi 06 novembre 2014 à 0:08:55

  270. @Philippe, post 262

    Je crois qu'il avait franchement plu jusqu'à 7h ou 7h30 en 2012 mais cela s'était arrêté après (ou alors ce ne devait être que de la pluie fine après mais cela ne m'a pas marqué) et l'ascension du col de la Madeleine s'était faite dans des conditions normales quoique la descente fut un peu fraîche. Il faisait chaud au début de la montée de la Toussuire mais il y avait une bonne fontaine à Fontcouverte et c'était de plus en plus soutenable avec l'altitude. Les absents ont eu tort. 9000 inscrits, 5688 partants, 4422 finishers il me semble. Sinon un Glandon difficile pour beaucoup et des crampes. D'accord avec toit sur le col de Chaussy d'entrée, qui n'est pas une bonne idée de le grimper à froid. Et pour le col du Mollard, je suis partagé : d'un côté c'est une descente assez crispante et de l'autre cela permet au moins d'avoir l'ascension de la Toussuire entière.
    C'est presque un remake de 2012. Mais bon c'est vrai qu'en terme logistique, ceux qui feront l'EDT n'auront pas besoin de navette et ce serait bon que pour les prochaines EDT, ASO continue à rapprocher le départ et l'arrivée.

    En 2011, on était finalement bien passé au sommet du col du Galibier et non au tunnel, malgré le profil qui ne l'indiquait pas (ASO n'avait pas prévenu). Une bonne course à part que dans la descente du Lautaret, il y avait eu quelques accidents dans des tunnels mal voire pas du tout éclairés et que le dernier tiers de la course avait été bloqué pendant près d'une demi-heure pour que les secours évacuent les cyclistes blessés.

    | Anthony C | jeudi 06 novembre 2014 à 12:45:56

  271. Bonjour à tous,

    Quelques informations concernant l'étape Livarot - Fougères.
    Celle-ci passera par Notre Dame de Courson, Canapville, Vimoutiers, Guerquesailles.
    Les coureurs se dirigeront ensuite vers Argentan, par Mont Ormel, Chambois, Exmes, Le Haras du Pin, Le Bourg St Léonard et Argentan où un sprint pour le classement par points se déroulera devant le stade Gérard Saint en hommage au grand coureur Argentanais.
    Source : site officiel de la course Paris Camembert

    | Greg61 | vendredi 07 novembre 2014 à 12:12:52

  272. Bonjour
    pour développer par rapport au choix fait de l'étape StJean-la Toussuire comme EDT et répondre à @262 Philippe et @270 Anthony :
    le meilleur choix alliant l'intérêt sportif, les paysages et la nouveauté aurait été incontestablement Digne Pra Loup (tout y est : longueur acceptable, passage à plus de 2000 mètres au col d'Allos et bien sûr de la nouveauté ce qui est primordial à mon sens).
    le choix fait est néanmoins un moindre mal dans la mesure où c'est une belle et dure étape avec de l'inédit (Chaussy)mais aussi du réchauffé de 2012 en trop grande partie.sinon, en 2012, nous avions coupé la N6 aux Chavannes/St Rémy de Maurienne (+ 2 x 7km) par rapport au passage direct La Chambre-St Etienne de Cuines.
    Après, j'ai l'impression que depuis 2012 et l'abandon des deux étapes, l'organisateur s'est recentré sur la rentabilité (objectif = attirer un maximum de participants avec deux critères : longueur d'étape réduit + ville départ proche ville arrivée...) et que donc dès la conception du parcours du TDF cette double contrainte est prise en compte.
    A titre purement personnel et avec l'expérience de toutes mes EDT depuis 1998, les parcours du type Grenoble - les 2 Alpes 1998, Pau - Bayonne 2003 , Foix - Loudenvieille 2007 ou encore Pau -Luchon 2012 sont du passé. Je suis aussi déçu que l'expérience Etape de légende (Strasbourg - Ballon d'Alsace 2007) ait tournée court faute de rentabilité. Un Nice - Pra loup sur le parcours de 1975 aurait vraiment eu de la gueule !
    bonne journée à tous

    | pierre | vendredi 07 novembre 2014 à 13:19:49

  273. Je salue tt de même les concepteurs du tracé pour leur certaine audace.

    Pour moi cette première semaine est très réussie avec ce CLM par équipe athypique pour clôturer ce chapitre (ts les favoris ont de grosses armadas, mais bcp de coureurs risquent de manquer à l'appel à Vannes!). On pouvait craindre 1 première partie dévolue aux sprinteurs, il n'en sera rien! Nul ne peut prévoir qui en sortira gagnant après avoir passer ttes ces "embûches": les pavés 1 deuxième année d'affilée (bravo!), Huy, Mûr-de-Bretagne (RDV d'autant plus important avec le retour des bonifs) les bordures possibles vers Neeltje Jans ou Le Havre (c'est pas dit qu'il y aura du vent mais si c'est le cas, les parcours s'y prêtent) En tt cas au Havre, on aura 1 profil "Saganien" à la Nancy 2014 et avant de superbes images avec Etretat. Il se peut que l'on assiste qu'à 2 sprints massifs en 1ère semaine!!! Et après, il ne restera que Valence et Paris, ce n'est pas à Rodez que Kittel pourra lever les bras!

    Certes le kilométrage CLM est indigne pour 1 GT, surtout pour la course qui doit sacrer le coureur le + complet, mais nous en tirerons les conclusions qu'en juillet prochain (en 2012, c'était tt vu, d'autant plus avec les défections d'Andy Schleck et de Contador)

    Sinon je maintiens que la montagne est tracée n'importe comment, voir en dépit du bon sens (Le Tourmalet avant Cauterets alors que l'Aubisque s'imposait de tte évidence, ou bien encore le final tronqué vers SJDM :/) Mais je me réjouis de voir la PSM, et je pense que l'on reverra cette montée ds des configurations différentes ds l'avenir.
    Et je constate que les ptes routes ne font plus peur, qud je vois qu'ils envisageaient le col des Champs (photo à l'appui^^) avec la descente vers Colmars de surcroît! C'était l'étape idéale, les Champs avec sa montée relativement difficile (et scénique!) et sa descente usante car sur route étroite aurait bien écrémé et fatigué le peloton avant le final spectaculaire en direction de Pra-Loup.

    On peut nourrir de sérieux espoirs pour Spandelles par ex. Certains diront que "l'on veut faire passer les coureurs sur des rtes forestières" Mais les nouveautés (ou les retours de cols oubliés comme Allos) contribuent à la magie du Tour, et font que nous autres passionnés recherchons avec enthousiasme le prochain parcours de juillet!
    De plus 1 col comme Spandelles (en plus de sa difficulté), se trouve ds 1 secteur "stratégique" et peut permettre plusieurs enchaînements intéressants, vers d'autres sommets bien sûr (Hautacam, voir Cauteret) mais aussi vers la vallée (Lourdes).

    En résumé je trouve le parcours du Tour 2015 assez moyen (par rapport au Giro par ex qui pour moi est excellent), mais on peut en tirer bcp de positif cependant. Fini les tracés stéréotypés à la Leblanc/Pescheux et les longues siestes de la 1ère semaine! :D

    | Daron44 | vendredi 07 novembre 2014 à 19:49:53

  274. @Lucho On est pas d'accord sur notre vision du parcours, mais je te rejoins sur les qualités de Rodriguez. Evidemment que c'est un grimpeur, il l'a confirmé lors du Tour 2013, et vu sa grande faiblesse dans les chronos, il n'aurait jamais obtenu tous ses top 5 dans les GT s'il n'avait pas été un excellent grimpeur.

    Mais à sa place, je me méfierais énormément de la 1ère semaine. Je suis persuadé que pour un coureur comme lui ( et comme Quintana ), une 1ère semaine comme celle du prochain Tour est bien plus périlleuse et dangereuse que la présence d'un clm, même au-delà des 30km. D'ailleurs, en 2013, Quintana et Rodriguez sont montés sur le podium du Tour, alors qu'il y avait 1 chrono individuel qui ne leur convenait vraiment pas.

    S'ils sont dans la même condition qu'en 2013, Quintana et Contador vont-ils obligatoirement obtenir le même genre de résultat, l'été prochain ?? Pas sûr, parce-que l'adversité sera plus forte ( à moins que Contador et Froome ne paient leurs efforts du Giro ), et surtout, parce-que cette 1ère semaine est ultra-piégeuse pour les petits gabarits.

    C'est vrai, les équipes seront averties des dangers des bordures, et elles essaieront de bien gérer l'épreuve des pavés. Mais malgré ça, un grimpeur a beau être prévenu et préparé, il n'est pas à l'abri d'une énorme déconvenue. On a vu Quintana avoir eu toutes les peines du monde à rester avec les meilleurs, lors d'une bordure de la dernière Vuelta..

    (Concernant l'étape de Cervinia, il me semble qu'elle est trés proche de celle que Gotti avait remporté, lors du Giro 97. Il avait profité du marquage Tonkov-Leblanc pour se faire la belle, mais franchement, le parcours ne m'avait pas paru trés passionnant. )

    | Tarrangu | vendredi 07 novembre 2014 à 21:58:07

  275. Bonjour Daron,

    Le col de Spandelles, tout le monde en rêve ici, mais je crois que cet article de l'année dernière résume bien le problème :
    http://www.ladepeche.fr/article/2013/10/21/1735797-spandelles-l-impossible-montee.html

    Le col d'Allos est certes peu large, mais bien plus que le col de Spandelles (il suffit de comparer avec le mode street view de google), et permet au moins de ne pas gêner les coureurs si une voiture doit s'arrêter (où ne pas gêner les voitures si un coureur doit s'arrêter). La route du Chaussy est semblable à celle du col d'Allos.
    Cette année, le tour a bien franchi le Petit Ballon ou Chevrères également, mais les routes, bien que serrées également, permettent aux voitures de se serrer.

    le Spandelles reste donc du rêve, à moins qu'ASO décide de supprimer les spectateurs (comme pour Montvernier) et d'alléger l'assistance par les seules motos neutres.
    Mais pour une telle montée, je n'y crois pas trop.

    Bonne journée

    | Aurélien M. | samedi 08 novembre 2014 à 14:48:13

  276. @ Aurélien #275
    Effectivement Patrick Louis en octobre 2013 disait impossible le passade du Tour au Col de Spandelles. Sauf que la Route du Sud 2012 y est passé sans problèmes. Sauf que le public peut y venir à pied depuis le Col de Couraduque. sauf que la route n'est guère moins large que celle du Col de Péguère.
    Pour moi en fin d'un tour, avec les Pyrénées en dernier massif, avec un peloton réduit de quelques unités, avec un enchaînement Marie-Blanque, Aubisque, Spandelles, Hautacam dans une étape Lourdes-Hautacam qui pourrait être aussi l'Etape du Tour je crois le passage du Tour à ASO possible.
    Le sénateur François Fortassin fait le forcing pour le passage du Tour au Col de Beyréde. Col qui est globalement du même acabit que Spandelles.
    A suivre.....
    Cordialement

    | Pierre LACOUE | samedi 08 novembre 2014 à 17:27:36

  277. Le Splandelles je l'ai grimpé plusieurs fois en vélo, et le tour peut très bien y passé , il n'est pas moins large que Péguère , après si il est escaladé c'est par le versant ouest , la descente vers Argelès est faisable , ce qui n'est pas le cas en descendant vers Etchartes , je n'ai pas pu aller les voir à la route du sud , mais j'étais prêt du sommet lors du tour de l'Avenir en 1999 ou çà c'était bien passé .

    | lucho | dimanche 09 novembre 2014 à 21:26:43

  278. Bonjour.

    J'étais en Italie le 31/5/97 pour l'étape décisive Racconigi-Cervinia à 8 jours du terme du Giro.

    Le parcours (environ 230-240 km) empruntait dans le final le très pentu colle Champremier (1284m), avant Saint-Pantaleon (1645m), et le Cristallo (2109m), en enchainement, à 2,5 km de l'arrivée en descente.

    Je conteste l'affirmation que Gotti profita d'une rivalité entre Tonkov et Leblanc.

    Gotta attaqua au plus fort de la pente, au "coeur" du Saint-Pantaleon (35-40 km de l'arrivée), et ni le Russe ni le Français ne furent capables d'esquisser la moindre réplique.
    Si Tonkov parvint à limiter la casse dans la dernière montée, Leblanc hypothéqua définitivement ses chances.

    Gotti assura définitivement sa victoire dans l'étape dolomitique de Falzes en attaquant de loin dans le passo Furcia (1789m).
    Ensuite, il controla Tonkov dans le Mortirolo, vers Edolo, la veille de l'arrivée.

    Ciao.

    | André | lundi 10 novembre 2014 à 8:49:49

  279. @Aurélien M. post 275

    Je faisais + référence au col des Champs, la descente vers Colmars ds la forêt est vraiment très étroite, et ds le bas, c'est 1 succession de lacets très serrés. Ss parler de ts les gués qui jalonnent la rte. le col d'Allos n'est pas très large mais bien entretenue, pas de quoi faire peur aux organisateurs.

    J'avais déjà lu l'article sur Spandelles, cependant je crois qu'il sera escaladé 1 jour, ce n'est pas 1 col au milieu de nul part, placé entre l'Aubisque et le Tourmalet, excusez du peu!
    Il a 1 réel intérêt sportif, de part sa difficulté et sa position géographique.
    Si ASO veut, et que les collectivités locales donnent 1 coup de pouce, ils le feront...
    De plus comme maintes fois évoqué (par Pierre LACOUE notamment) il existe 1 alternative pour la descente sur 1 rte bien large, celle du col de Couraduque. (3kms à goudronner entre les 2 cols? rien d'insurmontable)

    | Daron44 | lundi 10 novembre 2014 à 19:49:41

  280. bonsoir à tous

    j'arrive après la bataille désolé de mon retard j'étais en déplacement pro ces dernières semaines
    moi je le trouve plutôt pas mal ce parcours, même s'il aurait pu être plus limpide dans son tracé dans les massifs montagneux... on tourne en rond et ce ne sont pas les possibilités qui manquent pourtant

    les + :
    1) la 1ère semaine globalement bien pensée
    la montée des avaloirs sera à programmer dans les prochains tours j'espère, pourquoi pas le lundi qui suivra le WE de départ dans la Manche en 2016 ?
    2) un parcours montagneux, le plus dur depuis 2011, et l'anti-2012 qui bloquait complètement la volonté d'attaquer
    3) le retour des monuments qui demeurent indispensables quoiqu'on en dise au tour : en tête Galibier, mais aussi Aspin, Allos, Glandon, Croix de Fer...
    4) l'arrivée à Pra-Loup et un peu de place donnée aux Alpes de Haute Provence : il n'y a pas que la Savoie ou l'Alpe d'Huez
    5) l'absence de CLM du dernier samedi : c'est bien de l'éviter

    les - :

    1) course de côte à la pierre saint-martin
    2) trop d'arrivées au sommet, illustration des tours modernes, technologiques et télégéniques : on a déjà débattu à plusieurs reprises sur ce sujet
    3) étapes de montagne avec un trop faible kilométrage : où est la théorie de T. Gouvenou de donner la place à des courses épiques ?
    4) le rôle du Galibier, trop faible, alors que ce col devrait jouer régulièrement un rôle stratégique dans la course
    j'espère une arrivée prochaine à Serre-Chevalier avec le Galibier en dernier col : là encore pourquoi pas en 2016 avant une éventuelle étape montagneuse italienne avec final à Sestrières comme cela a été évoqué
    5) les nouveautés : on a l'impression qu'ASO essaie de nous mettre chaque année des trouvailles histoire de dire qu'ils sont capables d'innover : est-ce bien utile pour autant ?
    6) à l'inverse des villes alpestres et pyrénéennes sont trop souvent oubliées : Font-Romeu, Barcelonnette, Chamonix
    on est pas loin de Barcelonnette certes mais Gap remporte à chaque fois la mise
    au passage je met moi aussi un haro au final de Gap

    | davidc | mardi 11 novembre 2014 à 22:28:15

  281. Quelques infos parues ce matin dans Ouest-France concernant la 8ème étape Rennes-Mur de Bretagne concernant le parcours. Passage quasi obligatoire par St Meen le Grand (patrie des frères Bobet), puis Plumaugat, Plénée-Jugon, Collinée, Moncontour (de jolies cotes dans le coin !), Plouguenast, Loudéac, Rohan, Saint-Gérand, Mur-de-Bretagne, Caurel, Saint-Mayeux et enfin St-Gilles-Vieux-Marché, véritable arrivée au sommet de la côte.
    L'occasion peut-etre de franchir le Col du Mont-Bel Air (et oui, il y a des cols en Bretagne !) sur la commune de Trébry à la sortie de Moncontour, point culminant des Cotes d'Armor avec ses 336 mètres et inauguré en grandes pompes par Bernard Hinault en 2011

    | Stephane75 | mercredi 26 novembre 2014 à 14:56:28

  282. Il y aurait donc un double passage sur le Mur de Bretagne, ainsi que la côte de Saint Mayeux juste derrière lors du premier passage, classée il y a quelques années également en 4e Cat.

    | Mrmoving | mercredi 26 novembre 2014 à 14:59:55

  283. pas sûr, puisqu'il passe par Caurel qui n'est pas sur la route directe entre mûr-de-bretagne et st-mayeux

    | oliv56 | mercredi 26 novembre 2014 à 21:00:20

  284. Ah oui, j'ai raté ce détail. Mais ça a l'air de grimper aussi depuis Caurel en direction de Saint Mayeux non? Est-ce que c'est long?

    | Mrmoving | jeudi 27 novembre 2014 à 18:28:38

  285. Le passage du Tour dans les Cotes d'Armor dévoilé dans Ouest France :
    http://www.ouest-france.fr/tour-de-france-2015-litineraire-costarmoricain-devoile-3064222

    | Stephane75 | vendredi 19 décembre 2014 à 13:49:45

  286. Et pour compléter, le tracé des 3 étapes bretonnes :
    http://www.letelegramme.fr/cyclisme/tour-de-france-2015-le-trace-de-la-8e-etape-18-12-2014-10467282.php

    | Stephane75 | lundi 22 décembre 2014 à 17:36:06

  287. Bonifs à toutes les arrivées selon l'Equipe, et donc y compris les étapes de montagne.

    | Dom | samedi 07 mars 2015 à 0:47:07

  288. Je tenais à vous faire parvenir cette info que j'ai appris grâce à nos confrère du Grupetto.

    http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/2015/04/15/tunnel-du-chambon-pas-de-reouverture-avant-le-15-juin-705345.html

    Cela pourrait remettre en cause le passage par le Galibier lors de l'étape de l'Alpe. Affaire à suivre ...

    | bapt77 | lundi 20 avril 2015 à 21:31:33

  289. Des travaux de consolidation du tunnel ont commencé hier afin de réouvrir la Rd 1091 au plus vite. C'est impossible qu'elle reste fermée pour l'accès au Briançonnais (le plus court) et surtout pour les habitants de la Grave qui habitent dans le 05 mais qui pour la majorité viennent travailler ou étudier côté 38 , les 2Alpes ou Bourg d'Oisans. En attendant, il y a des navettes fluviales qui ont été mises en place mais uniquement pour ceux qui peuvent justifier d'une nécessité d'aller côté Isère ou vice versa. Les 2Alpes sont aussi dépendants de cette route car ils ont une forte clientèle italienne qui vient surtout pour le ski d'été et tout sera fait pour ouvrir la route ne serait-ce que provisoirement pour la saison d'été. Et même si ce n'est pas l'enjeu principal, le TDF finira certainement à l'Alpe !

    | oisans38 | mardi 21 avril 2015 à 8:52:51

  290. C'est en effet peu probable que le tracé soit changé, à moins d'un gros problème détecté à la dernière minute. Et puis dans l'éventualité que le passage par le tunnel du Chambon soit impossible, soit la course sera neutralisée au passage du tunnel, soit le Galibier sera remplacé par la Croix-de-Fer.

    Sinon, les kilométrages sur le site officiel du Tour ont été modifiés, ce qui signifie que les itinéraires ont été validés par les préfectures. Mais ils sont toujours indisponibles sur le site, ce qui est dommage car ils contiennent également toutes les montées catégorisées pour le GPM ainsi que leurs catégories. Voici les modifications :

    - L'étape d'Huy passe de 154 à 159,5 km (soit 5,5 km en plus). C'est la plus grosse modification.
    - Les étapes de Cambrai, d'Amiens, du Havre et de Fougères sont plus longues de 500 m.
    - L'étape de Mûr de Bretagne gagne 2,5 km (de 179 à 181,5 km).
    - L'étape de Rodez est plus courte de 1500 m (de 200 à 198,5 km).
    - Pour Mende, 500 m de plus par rapport au kilométrage d'octobre.
    - 1 km de plus pour l'étape de Valence (de 182 à 183 km).
    - L'étape de Saint-Jean-de-Maurienne est rallongée de 1,5 km (de 185 à 186,5 km).
    - Pour l'Alpe d'Huez, 500 m de plus.
    - Enfin, l'étape parisienne est rallongée de 2 km (de 107 à 109,5 km).

    Au total, le kilométrage global passe de 3 344 à 3 358 km.

    | Linkinito | lundi 27 avril 2015 à 20:02:31

  291. les villes étapes sont difficiles à changer. Contractuellement, cela doit être complexe. Seulement des aménagements ou des modification de parcours peuvent être fait sur l'étape pour des raisons de sécurité (largeur de routes, ...) ou des raisons purement sportifs ((aller chercher une cote , une difficulté ) ou des raisons TVvisuelles (une image, un paysage, un monument )

    | laurent | mercredi 29 avril 2015 à 16:26:20

  292. Si le galibier est annulé c'st une excellente nouvelle, l'étape sera mieux tracé avec la croix de fer, l'enchainement galibier alpe est le pire possible, par l'absurde contador l'a montré en 2011, même en attaquant ans le télégraphe avec deux minutes d'avance au sommet sur evans il se fait reprendre dans le mouroir et cette descente de 40 km !
    ça PROUVE que cet enchainement ne sert à rien !
    et prudhomme le ressort deux ans plus tard bravo !
    la croix de fer c'est bien plus opportun, même s'il sera escaladé trois fois en trois jours....

    | maziro | mardi 19 mai 2015 à 19:56:58

  293. C'est officiel, notre bien aimé Col de Manse fait son retour sur le Tour de France pour l'étape arrivant à Gap.

    Y'a pas à dire, ASO a vraiment fait fort : pour accueillir le plateau le plus relevé depuis 2006 ante Puerto, ils nous ont pondu un tracé aussi insipide que pour l'édition 2012. Chapeau.

    | Freddy | mercredi 27 mai 2015 à 8:03:51

  294. A ce jour, la réouverture de la RD1091 est encore retardée de 10 jours et devrait se faire juste avant le TDF...c'est une réelle catastrophe économique pour le haut oisans et le briançonnais qui ne vivent que du tourisme et du passage sur cet axe Grenoble briançon...quant au tdf, un parcours B est bien sûr préparé pour arriver à l'Alpe quoi qu'il en soit mais la décision finale sera prise la veille de l'étape

    | oisans38 | dimanche 31 mai 2015 à 10:24:29

  295. Justement, ça m'étonne que fin mai, les itinéraires horaires profil, ravitaillement etc ne sont pas connus et mis en ligne sur le site letour.fr alors que les autres années, au 31 mai, c'était déjà publié.
    Est ce que c'est à cause de ces soucis de parcours ou du plan vigipirate par hasard?

    | benji71 | dimanche 31 mai 2015 à 15:41:34

  296. @benji71 : les itinéraires horaires, profils, informations sur les ravitaillements et sprints et les cartes des différentes étapes ont été mises à disposition de la presse cette semaine. J'ai donc l'ensemble de ces éléments pour toutes les étapes mais je ne sais pas expliquer pourquoi ils n'ont pas été publiés sur le site letour.fr.

    En ce qui concerne l'étape Modane > Alpe d'Huez : sur les éléments mis à disposition, celle-ci passe bien comme prévu par Chambon car tant que cela sera possible, A.S.O. ne changera pas le parcours ... Comme à ce jour, il n'y a pas d'information définitive comme quoi cela ne le serait pas (même si les incertitudes semblent importantes), le parcours initial reste donc pour l'instant en vigueur.

    | Thomas Vergouwen | dimanche 31 mai 2015 à 20:41:00

  297. Les itinéraires horaires sont disponibles à www.letour.fr

    | Jan | lundi 01 juin 2015 à 18:50:39

  298. A un mois du départ, ASO n'a toujours pas mis en ligne les profils...

    | Dom | mardi 02 juin 2015 à 0:37:43

  299. bonjour,
    il semblerait qu'il y ait une légère modification de parcours pour le traditionnel col de Manse. Un raccourci serait emprunté pour couper les premiers lacets ! ce que confirme le profil de l'ascension donné par ASO : 8,9 km à 5,6% (alors qu'en 2011 et 2013, elle était indiqué à 9.5 km à 5,2%)

    | pierre | mardi 09 juin 2015 à 21:17:58

  300. #299 : En effet, cela avait été annoncé sur Twitter par Stéphane Boury au mois de mars à ce lien.
    https://twitter.com/StphaneBoury/status/573131552256757760
    Montée légèrement plus courte mais plus raide. Et la course empruntera de nouveau la descente de la Rochette et non la descente par Romette testée sur le Dauphiné 2014.
    (N'empêche qu'un jour ils devraient passer par Moissière.)

    | Linkinito | mercredi 10 juin 2015 à 10:20:23

  301. Ca ne changera pas grand chose à cette étape qui devient un marronier du tour ... , bon aso a pris un abonnement pour le col de manse

    | maziro | samedi 13 juin 2015 à 0:06:40

  302. apparemment, il semble confirmer que le galibier ne pourra être utilisé sur l'avant dernière étape à cause des travaux sur les tunnels près du lac chambon...ça sent une redite du glandon pour la troisième fois

    | maziro | dimanche 21 juin 2015 à 21:12:28

  303. @maziro
    d'ou est ce que tu tiens cette info ? Il reste un mois, et suivant la nature et l'avancement des travaux, on peut imaginer qu'un passage sur une voie du tunnel soit amenage juste pour l'etape.

    sur le plan sportif, un passage par la Croix de Fer ou le Glandon est plus interessant si on finit a l'Alpe qu'un passage au Galibier, mais les etapes courtes ont tendance de toute facon a se transformer en course de cote. Une etape Bourg St Maurice / Col de Granon (Iseran / Galibier / Granon) me semble plus interessante pour decanter la course : l'Iseran elimine tous les non grimpeurs, le Galibier elimine les equipiers, le Granon departage les meilleurs.

    | philippe | lundi 22 juin 2015 à 9:50:01

  304. http://www.lemedia05.com/tag/tunnel-du-chambon/
    Un article en date du 19 juin qui évoque la probable impossibilité de prendre le galiber...si c'est le cas le plus intéressant serait de prendre le col du mollard par villagordan redescencdre certs sjdm et prendre la montée de la crix de fer ça doit faire 140 km au total.

    | maziro | lundi 22 juin 2015 à 21:39:16

  305. Pouvez vous nous tenir au courant si la dernier etape du Tour passera par le Galibier ou non? Merci

    | aria | mardi 23 juin 2015 à 10:28:24

  306. @maziro
    Merci pour le lien. Il parait etonnant que la route forestiere au sud du lac ne soit pas utilisee pour les vehicules legers. Pas seulement pour le Tour, mais aussi pour les locaux de la Grave et Villard...
    un VTTiste est il deja passe par la ? Si on en croit Google et geoportail, on peut passer par Cuculet. Meme si je me doute que les riverains ne sont pas enthousiastes a l'idee de voir le traffic de la RD1091 passer devant chez eux.

    | philippe | mardi 23 juin 2015 à 14:24:02

  307. Apparemment il semble que la situation empire au tunnel du Chambon

    http://www.ledauphine.com/isere-sud/2015/06/23/de-grosses-chutes-de-blocs-ce-mardi-dans-le-tunnel-du-chambon-le-glissement-de-terrain-accelere

    | julien | mercredi 24 juin 2015 à 12:28:45

  308. Plusieurs médias évoquent depuis quelques jours le très probable changement de parcours. La logique voudrait donc via La Croix de Fer.

    http://www.20minutes.fr/sport/1635467-20150619-tour-france-etape-menant-alpe-huez-va-etre-modifiee

    http://www.francebleu.fr/infos/tour-de-france/tour-de-france-l-avant-derniere-etape-l-alpe-d-huez-probablement-modifiee-2446421

    | Mrmoving | mercredi 24 juin 2015 à 17:58:50

  309. Je ne comprend pas trop le mutisme d'ASO, il devrait communiquer et donner le parcours de rechange au cas où le passage par le tunnel du chambon est impossible.

    | oliv56 | mercredi 24 juin 2015 à 20:05:46

  310. A mon avis ils attendent une annonce officielle de la préfecture par exemple, leur plan b est tout trouvé avec la croix de fer, toutefois il y a une alternative avec le mollard plus croix de fer(soit en partie,soit en entier)...quitte à faire trois fois tous les cols de la maurienne...au point ou on en est, en tout cas ce serait plus audacieux que le prévisible remplacement du galibier par croix de fer seul...

    | maziro | jeudi 25 juin 2015 à 0:52:40

  311. Concernant le plan B, Aso l'a certainement préparé depuis quelques semaines..ça serait étonnant qu'il ne soit pas au courant de la situation réelle alors que localement, on sait depuis 1 bon mois que le problème n'est pas uniquement le tunnel mais un pan de la montagne au dessus du tunnel qui va glisser dans le barrage d'ici peu... et de l'autre côté, versant ubac, une piste avait déjà été envisagée il y a quelques années (pour d'autres raisons) mais pas si simple sur le terrain. Il y a un passage rocheux à faire sauter et c'est une zone à risques en hiver vu l'exposition...donc si un accès se fait, ça sera du provisoire et qui risque en plus de coûter plus chère que les 5 millions d'euros prévus ...

    Concernant le tour, peut-être qu'Aso va aussi modifier l' étape de la veille en Maurienne afin d'éviter de passer 3 fois la Croix de fer...

    | oisans38 | jeudi 25 juin 2015 à 10:26:52

  312. Bonjour à tous,

    C'est officiel, A.S.O. vient de communiquer sur le fait que le parcours de la 20ème étape a été modifié.

    Plus précisément : le peloton empruntera la montée au col de la Croix-de-Fer avant d'aborder le final, pour un programme aux caractéristiques sportives globalement inchangées. Bien évidemment, le départ à Modane Valfréjus et l'arrivée à l'Alpe d'Huez sont maintenus.

    Après avoir effectué une nouvelle reconnaissance, les services sportifs du Tour de France ont opté pour un tracé dont le kilométrage est identique, avec une distance de 110,5 km. Le peloton quittera comme prévu Modane à 13h15, puis mettra le cap au nord après avoir traversé Saint-Michel de Maurienne. Le col du Galibier ne figurera donc pas au programme de l'édition 2015, mais le peloton montera en revanche au col de la Croix de Fer, abordé par un autre versant la veille dans l'étape 19. Les coureurs plongeront ensuite sur la vallée de l'Oisans et retrouveront à Bourg-d'Oisans (km 94,5) l'itinéraire initial, avant de se lancer dans l'ascension à l'Alpe d'Huez. En conséquence de ce changement de parcours, le souvenir Henri Desgrange, qui récompense le coureur passé en tête sur le toit du Tour, sera attribué au col d'Allos (2250 m), juste avant l'arrivée de l'étape 17 à Pra-Loup.

    Et voici la carte de la 20ème étape du Tour de France 2015 sur la base du parcours modifié.

    Et le profil :

    Le profil de la 20ème étape du Tour de France 2015 (nouveau parcours) - © A.S.O.

    | Thomas Vergouwen | jeudi 25 juin 2015 à 11:08:33

  313. Par le Col du Mollard?

    | aria | jeudi 25 juin 2015 à 12:46:39

  314. Non @aria #313, pas par le Col du Mollard.

    | Thomas Vergouwen | jeudi 25 juin 2015 à 16:57:09

  315. Merci Thomas.
    Alors il passerons par la route normal.

    | aria | jeudi 25 juin 2015 à 17:36:05

  316. sans surprise la croix de fer simple, une autre option était possible avec le mollard en plus, non tant pis, trois fois le galandon-croix de fer en trois jours.....hm

    | maziro | jeudi 25 juin 2015 à 23:31:41

Envoyez votre commentaire

Il n'est plus possible de laisser de commentaires sur cet article. Continuez la discussion après avoir lu l'article suivant :

>> Le parcours du Tour de France 2015 sur Google Maps/Google Earth, profils et itinéraires horaires