home | Nederlands | English | Français
> actualités
> photos
> calendrier cycliste UCI
> à votre Tour !
> video's
> livre d'or
> moteur de recherche
> mon CV
> >> copyright <<



suivez velowire sur Instagram
   
  • Derniers ajouts en photos :
plus que 133 jours avant le départ du Tour de France 2018, en attendant venez découvrir le calendrier cycliste UCI 2018 !
RSS |

Liège-Bastogne-Liège 2014 se termine au sprint avec la victoire pour Simon Gerrans

Ajouté: dimanche 27 avril 2014 à 17:06:00
  • < Blog | partager sur Facebook | Wikio | delicious | twitter | Google | technorati | printer friendly version

    Liège-Bastogne-Liège 2014 se termine au sprint avec la victoire pour Simon GerransLa 100ème de La Doyenne. Liège-Bastogne-Liège a commencé son deuxième siècle d'existence depuis quelque temps déjà mais aujourd'hui c'était la 100ème édition de cette dernière classique de la saison qui a eu lieu sur les routes vallonnées du sud de la Belgique.

    Une échappée de 6 coureurs a été décimé petit à petit et Matteo Bono a été le dernier à être repris à une vingtaine de kilomètres de l'arrivée, dans la montée de la Côte de la Roche-aux-Faucons. Au final le peloton est resté regroupé et dans la Côte de Saint-Nicolas la course ne s'est pas décantée non plus. Au final, elle s'est donc décidée au sprint et c'est Simon Gerrans (Orica-GreenEDGE) qui en sort vainqueur !

    Le résumé de Liège-Bastogne-Liège 2014

    C'était peu après 10h00 ce matin que 197 coureurs ont pris le départ de Liège-Bastogne-Liège 2014, sous le regard du Roi Philippe qui ne fêtait pas son anniversaire comme le Roi des Pays-Bas mais qui fêtait la 100ème édition de cette grande classique.

    197 coureurs puisque deux coureurs n'ont pas pris le départ : Chris Froome (Team Sky), le vainqueur du Tour de France 2013, était malade avec une infection pulmonaire qui s'était légèrement aggravée cette nuit après son arrivée tardive en avion hier soir et qui a donc voulu se reposer pour être en forme pour le Tour de Romandie (sachant que l'équipe Sky devait déjà se présenter au départ avec seulement 7 coureurs puisque Pete Kennaugh était également malade et donc non partant) et Carlos Betancur (AG2R La Mondiale), le récent vainqueur de Paris-Nice 2014, était victime d'une angine et n'a pas pris le départ non plus.

    Au kilomètre 12, après la descente de la Côte des Forges (ne comptant pas lors de cette première montée en début de course, mais elle était à nouveau au programme dans le chemin du retour), un groupe de 6 coureurs se détache du peloton : Pirmin Lang (IAM Cycling), Michel Koch (Cannondale) et Jacobus Venter (MTN-Qhubeka) qui en étaient à l'initiative et qui ont été rapidement rejoints par Matteo Bono (Lampre-Merida), Pieter Jacobs (Topsport Vlaanderen-Baloise) et Marco Minnaard (Wanty-Groupe Gobert).

    Le peloton a laissé filer ce groupe d'échappés et les 6 hommes de tête ont donc pu creuser leur écart jusqu'à 15'45" au sommet de la Côte de la Roche-en-Ardenne au kilomètre 70 où Pieter Jacobs prenait les premiers points pour le classement de côtes.

    Le chemin menant à Bastogne était un peu différent que d'habitude, pour atteindre symboliquement les 100 kilomètres de course dans cette ville où la course tourne habituellement et le sprint à cet endroit a été remporté par Michel Koch qui battait au dernier moment Matteo Bono et empochait ainsi une belle prime de 5000 euros.

    Après la zone de ravitaillement de Foy, Pieter Jacobs sort alors du groupe de tête pour à nouveau prendre les points au sommet de la Côte de Saint-Roch et le peloton y passe alors 13'10" plus tard, avec encore 140 kilomètres à parcourir et c'est alors à partir de là que l'écart va sérieusement descendre.

    Dans la Côte de Wanne, la première d'un enchaînement de trois côtes avec celle de Stockeu et de la Haute-Levée, le groupe de tête perd alors Marco Minnaard qui n'arrive pas à suivre le tempo imposé par les 5 autres coureurs de l'échappée. Au sommet de cette côte, où leur écart est descendu à 7'30", Pieter Jacobs prend encore les points, ainsi que sur la Côte de Stockeu et sur la Côte de la Haute-Levée.

    Dans cette dernière, la plus longue montée du jour, plusieurs coureurs décrochent alors à l'arrière du peloton et parmi eux on trouve un homme habituellement fort sur ce genre de courses, Joaquim Rodriguez (Katusha), visiblement pas en forme suite à sa chute lors de l'Amstel Gold Race alors qu'il avait déclaré aller mieux, avoir les jambes parfaites et juste un peu de gêne de respiration à cause de douleurs au niveau des côtes. Finalement le coureur espagnol de l'équipe russe a abandonné la course, tout comme Rui Costa (Lampre-Merida), le Champion du Monde qui était -tout comme plusieurs autres coureurs- victime d'une chute.

    Après la deuxième zone de ravitaillement, les 5 hommes de tête s'attaquent à la montée de la Côte de la Vecquée et le coureur belge y prend alors à nouveau les 5 points alors que l'écart n'y est plus que de 3 minutes.

    La redoutable Côte de la Redoute donne alors tout de suite lieu à un écrèmage dans le groupe de tête avec d'abord Michel Koch qui décroche, puis Pirmin Lang également, dans la partie la plus pentue, et finalement c'est Matteo Bono qui se trouve tout seul à l'avant mais après la montée, Jacobus Venter le rejoint à nouveau.

    Warren BarguilWarren Barguil (Team Giant-Shimano) plaçait par ailleurs une attaque depuis le peloton dans la partie la plus dure de la Côte de la Redoute. Le coureur français, dans un premier temps rejoint par Julian Arredondo (Trek Factory Racing) et Jan Bakelants (Omega Pharma-QuickStep), voit néanmoins rapidement le peloton revenir et on se retrouve donc avec une course avec deux hommes en tête, suivis par Pieter Jacobs et Pirmin Lang puis le peloton, à seulement 1'15".

    Matteo BonoAlors que Jacobs et Lang sont repris peu avant la Côte des Forges qui faisait son retour sur le parcours de Liège-Bastogne-Liège, Matteo Bono lache à nouveau le coureur sud-africain Jacobus Venter avec un écart qui repasse pour la première fois en-dessous de la minute. Dans cette montée Alex Howes (Garmin-Sharp) sort du peloton et celui-ci est rejoint avant la côte suivante par Dennis Vanendert (Lotto-Belisol) et Jérôme Baugnies (Wanty-Groupee Gobert) mais à 25 kilomètres de l'arrivée leur aventure se termine déjà et le peloton se retrouve alors à environ 25 secondes de Matteo Bono, toujours seul devant.

    Quand le coureur italien s'attaque à la montée de la Côte de la Roche-aux-Faucons, inaccessible en 2013 à cause de travaux, son avance n'est plus que de 6 secondes et sous l'impulsion notamment de Christophe Riblon (AG2R La Mondiale) le peloton revient alors sur lui et on a un peloton à nouveau tout regroupé.
    Domenico PozzovivoRiblon tentait ainsi de durcir la course pour bien placer Domenico Pozzovivo (AG2R La Mondiale) qui saute dans la roue de Julian Arredondo (Trek Factory Racing) lorsque celui-ci attaque.

    Dans la descente de cette côte ces deux coureurs sont néanmoins également repris et on a à nouveau un peloton tout regroupé. Ne reste alors plus que la Côte de Saint-Nicolas, une montée d'un peu plus d'un kilomètre à 5,5 km de l'arrivée et dans cette montée c'est d'abord Stefan Denifl (IAM Cycling) qui attaque mais ce sont finalement Giampaolo Caruso (Katusha) et à nouveau Domenico Pozzovivo qui se détachent à l'avant de la course.

    Alors que les favoris se regardent dans le peloton à une dizaine de secondes derrière eux au sommet de cette dernière côte, les deux coureurs italiens continuent à bien travailler ensemble. Il y a alors quelques tentatives depuis le groupe de favoris, notamment avec Lars-Petter Nordhaug (Belkin Pro Cycling Team) à un peu plus de 2 kilomètres de l'arrivée et Dan Martin (Garmin-Sharp), le vainqueur de l'an dernier, dans le dernier kilomètre mais finalement ça semble se jouer entre les deux italiens.

    Caruso attaque en premier mais Dan Martin revient alors dans son sillage sauf que le coureur irlandais prend trop de risques et chute dans le dernier virage ! C'est alors au tour de Simon Gerrans (Orica-GreenEDGE) de lancer le sprint, avec Alejandro Valverde (Movistar Team) dans son sillage.

    Le coureur australien était forcément le plus rapide au sprint et remporte ainsi la 100ème édition de Liège-Bastogne-Liège !

    Le classement de Liège-Bastogne-Liège 2014

    Voici le top 10 de Liège-Bastogne-Liège 2014 :

    Simon Gerrans1/ Simon Gerrans (Orica-GreenEDGE) - 6h37'43"
    2/ Alejandro Valverde (Movistar Team)
    3/ Michal Kwiatkowski (Omega Pharma-QuickStep)
    4/ Damiano Caruso (Team Katusha)
    5/ Domenico Pozzovivo (AG2R La Mondiale) - +0'03"
    6/ Tom-Jelte Slagter (Garmin-Sharp)
    7/ Roman Kreuziger (Tinkoff-Saxo)
    8/ Philippe Gilbert (BMC Racing Team)
    9/ Daniel Moreno (Team Katusha)
    10/ Romain Bardet (AG2R La Mondiale)

    par Thomas Vergouwen
    Vous avez trouvé cet article intéressant ? Dites-le à vos amis sur Facebook ou Google+ en cliquant sur les boutons ci-dessous !


    > 5 commentaires | lu 21737x

    cet article apparaît dans les catégories suivantes : Classiques | partager sur Facebook | Wikio | delicious | twitter | Google | technorati

Commentaires

Actuellement il y a 5 commentaires!
  1. Bonjour Thomas,

    Dan Martin est Irlandais et non pas Américain.
    Elle est vraiment dommage pour lui cette chute à 300m, d'autant que je ne crois pas que Gerrans & co auraient pu le reprendre.

    J'espère que cette arrivée "groupée" (40 coureurs sous la flamme rouge) sera un signal pour ASO, pour revenir à des parcours plus durs (ce que Maziro avait noté sur la page de présentation de la course). Ce n'est pas avec huit côtes en cent kilomètres que les meilleurs se départageront, d'autant que le niveau des coureurs entre dans une phase plus homogène avec l'absence de grands champions. Heureusement que les Français et les Italiens qui n'ont pas de grands leaders attaquent, sinon la course aurait été d'un ennui.

    | Aurélien M. | dimanche 27 avril 2014 à 18:26:49

  2. @Aurélien, je le sais bien en fait ! Et j'ai d'ailleurs corrigé cette erreur à peu près en même temps que la publication de ton commentaire ... c'était dans le rush que j'ai dû faire cette erreur dans ma tête :-/.

    Comme toi je pense que Martin aurait eu une très bonne chance de remporter la course s'il n'avait pas chuté !

    | Thomas Vergouwen | dimanche 27 avril 2014 à 18:33:38

  3. Ce n'est pas grave Thomas ;) , ça arrive à tous le monde (moi le premier)

    J'ai également été surpris par Pozzovivo, à le voir si fort, il pourrait bien être un prétendant au podium sur le Giro, s'il arrive à conserver sa forme (ce qu'il n'arrive pas à faire d'habitude !)

    | Aurélien M. | dimanche 27 avril 2014 à 19:26:48

  4. Comme je le craignais, la course a été une purge, je me rapellé pas avoir déja vu 40 coureurs au pied de la cote d'ans ! l attentisme des favoris est coupable on a eu droit à la quintessence du cyclisme moderne ou les calculs d épicier et les stratégie de courte vue sont la norme.

    C 'est désolant de voir Des cotes légendaires escamotés et passées à la vitesse d une cyclotourisme , stockeu c'était attendu, la redoute fut une farce (sauf barguil),la roche une aimable blague…

    Les coureurs, les organisateurs doivent vraiment revoir leur copie , ce spectacle affligeant menace l'intéret de ce sport il faut prendre les mesure pour relancer ce spectacle , réduire le nombre de coureurs par équipe , attribuer des points uci au sommet dés dernières cotes …j en sais rien, il faut changer...

    et déja suppression de l immonde cote d' ans et de st nicolas, un final redoute la roche aux faucons est largement suffisant, après ce spectacle affligeant aso doit revoir le parcours, ça ne règlera pas tout MAIS il faut changer qqchose !

    | maziro | dimanche 27 avril 2014 à 20:32:24

  5. Les ardennaises ont été catastrophiques cette années, aussi ennuyeuses les unes que les autres. Maziro, je te rejoins complètement sur les mesures à adopter pour modifier le cyclisme. 5 coureurs par équipe permettrais de voir les leaders entre eux plus tôt dans la course. Les points UCI en haut des bosses pourquoi pas, je pense également que l'on pourrait en donner aux échappés.

    Concernant le parcours, c'est assez compliqué. St Nicolas et la Roche aux Faucons ont été rajoutées justement dans le but de durcir la course après des éditions où l'arrivée s'était déjà fait au sprint. L'ajout de la côte des Forges était une erreur pour moi. L'arrivée à Ans, purement marketting (arrivée au niveau du magasin Carrefour, partenaire de l'épreuve) est en effet à revoir.

    Quelle était exactement la liste des côtes utilisées dans les années 80?

    | Olivier73 | dimanche 27 avril 2014 à 20:54:19

Envoyez votre commentaire

Votre nom
*
Votre adresse e-mail
*
[cette adresse ne sera jamais publiée mais est uniquement utilisée pour éventuellement me permettre de vous contacter si nécessaire et pour recevoir les notifications de nouveaux commentaires]
Restez au courant de nouveaux commentaires
Cochez cette case si vous voulez être prévenu de nouveaux commentaires sur cet article (vérifiez alors bien votre adresse e-mail pour être sûr de bien recevoir les notifications)
L'adresse de votre site web

Votre commentaire


Attention !! Afin de lutter contre le spam vous devez donner la réponse à la question ci-dessous. La réponse doit être donnée en chiffres entre 2 et 100. Si la réponse à la question n'est pas donnée ou est incorrecte, les autres informations sur ce formulaire seront ignorées.

Combien font neuf fois quatre ?